Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Sortie à Carpentras

De
3 pages

Sortie à Carpentras

Publié par :
Ajouté le : 05 juillet 2011
Lecture(s) : 74
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

Sortie à Carpentras
Ce mercredi 20 Octobre 2010, par un violent mistral et donc sous un ciel tout bleu, nous étions
22 à suivre une jeune guide fort sympathique à travers les rues de cette ville très ancienne et riche de trésors
souvent méconnus de beaucoup d’entre nous .
Rendez-vous avait été donné devant
la Maison de Pays
qui abrite le tout nouvel Office de Tourisme et qui ,
avant d’accueillir le théâtre, était un couvent des Dominicains dont subsiste une très belle façade ainsi qu’une
chapelle (que nous ne verrons pas).
Empruntant l’actuelle rue de La République, notre guide nous fait remarquer que la rue de droite porte encore le
nom de
rue du Vieil Hôpital
, inclus dans l’enceinte de la vieille ville jusqu’à l’édification de l’Hôtel Dieu.
Place St Siffrin
, une lecture détaillée de la façade de
la cathédrale
nous permet de mieux comprendre toutes les
étapes de son histoire : tourelles rajoutées au XVI è siècle, placage en pierres de Provence début XVII ème ,
clocher XIX ème, et les insignes de la République gravés dans la pierre après la séparation de l’église et de l’
Etat. Des guirlandes de fleurs et de fruits de la région renforcent le style gothique méridional de l’ouvrage.
A droite de la cathédrale, une petite rue nous mène sur
la place Juive
où nous découvrons
une porte latérale
portant le même nom, toute en pierres de Caromb et de style flamboyant , car fin XV ème.
Cette étape de la visite est l’occasion d’un petit rappel historique . Jusqu’à la Révolution, le Comtat Venaissin a
offert l’asile aux Juifs qui avaient été chassés du Royaume de France par Philippe le Bel au XIV éme siècle.
Mais à partir du XVII ème siècle, la politique se durcit à nouveau à leur égard et les Juifs sont regroupés dans les
« communautés saintes » que sont les villes de Cavaillon, Carpentras, Isle-sur-la-Sorgue et Avignon. C’est sur
le seuil de cette porte que les Juifs étaient tenus de venir écouter la prédication chrétienne, dans le but avoué de
les amener à se convertir.
Au-dessus du tympan figure une étrange sculpture représentant une sphère sur laquelle courent des rats et
appelée « boule aux rats ». Longtemps sujette à interprétation antisémite car les Chrétiens y ont vu une
représentation des Juifs envahissant la Terre, il faut rectifier cette lecture car à l’origine la sphère était surmontée
d’une croix, aujourd’hui disparue, et représentait une allégorie de la suprématie du Christ sur le monde.
Cette porte est par ailleurs surmontée d’une salle capitulaire, ex-voto construit en remerciement à St Siffrin pour
avoir épargné Carpentras pendant la Grande Peste du XVII ème siècle. Elle est éclairée de vitraux et le tympan
décoré d’une peinture du XVI ème siècle, très abîmée à la Révolution.
L’intérieur de la cathédrale
est constitué d’un grand vaisseau très simple, mais sa construction s’étant étendue
de 1405 à 1531, plusieurs architectes ont laissé leur signature , notamment dans les voûtains des croisées
d’ogive qui passent de six à quatre selon l’époque . Les seuls décors d’origine sont les frises qui ornent les
chapiteaux. Tout le reste provient des couvents de la ville, fermés à la Révolution, et dont quelques trésors
baroques ornent certaines chapelles.
L’autel , quant à lui, s’enorgueillit d’une très belle gloire, copie du Bernin à Rome. Anges et vierge sont dus à J.
Bernus, sculpteur renommé . Les orgues et la tribune qui leur fait face sont du XVII ème siècle. La famille
Bernus a, pendant près de deux cents ans, donné des artistes célèbres dans toute la région.
Une chapelle attire plus particulièrement notre attention : solidement protégée d’une porte cloutée et d’une forte
grille, elle abrite le « Saint Mors ». La légende raconte qu’Hélène, mère de l’empereur Constantin, avait offert à
son fils un clou de la Crucifixion. Ce clou, forgé en forme de mors de cheval au XIII ème siècle, figure dans un
reliquaire (XIXème), et le fer dont il est constitué date bien du début de notre ère…Ce mors est devenu
l’emblème de la ville.
Autre anecdote, et non des moindres : c’est dans cette cathédrale que se sont déroulées les funérailles de
Clément V et dans le Palais épiscopal qui lui est contigu que s’est tenu le conclave destiné à élire le nouveau
pape. Mais voilà que la réunion tourne à l’émeute et que le Palais est incendié. Dans l’affolement, le trésor des
papes disparaît et ne sera jamais retrouvé… Un nouveau conclave se tient alors à Vienne, à l’issue duquel Jean
XXII est élu et…décide de s’installer en Avignon.
Avant de quitter la cathédrale, notre guide nous fait remarquer une porte ménagée très au-dessus de l’autel et qui
permettait au Pape d’accéder à la cathédrale, directement de ses appartements.
A l’heure actuelle, le Palais est devenu le siège de la Mairie et a été profondément réaménagé.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin