Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Aéronautique - Espace

De
23 pages
Commentés et illustrés, les résultats de l'enquête «Aéronautique-espace 2000» en Aquitaine, enquête annuelle auprès des fournisseurs, sous-traitants et prestataires de services de la construction aéronautique et spatiale. Pour les 608 établissements aquitains répondants, les principaux chiffres des années 1998 et 1999 : évolution des chiffres d'affaires, des effectifs salariés,.. détaillés selon le département, la catégorie, l'activité et la taille des établissements, le poids du secteur dans le chiffre d'affaires, le type d'évolution. Origine géographique des commandes, sous-traitance en chaîne, ventes destinées au secteur militaire, premières tendances 2000 : quatre thèmes déclinés selon le département, la catégorie, la taille et l'activité des établissements. Tableaux, cartes, graphiques. Définitions, méthodologie.
Voir plus Voir moins

Conception-rédaction : Helena Cabadie et Fabrice Hillaireau
Gestion de l’enquête : Jean-Pierre Poueys, Josiane Moinot, Françoise Teston,
Françoise Jacob, Annick Soulignac
Appui informatique : Nicole Douteau
Couverture Crédit photos :
1 1 Alain Laffont : Astronomie Espace Découverte - Observatoire de Cestas
2
2 Philippe Taris : Sud-Ouest3
4 3aris : Sud-Ouest
4 F. Robineau-Dassault/Aviaplans (Appareil Falcon 900EX)Avant-propos
En 2000 s’est déroulée la première édition aquitaine de l’enquête “Aéronautique-Espace”.
Souhaitée par de nombreux acteurs institutionnels, cette interrogation annuelle s’adresse aux four-
nisseurs, sous-traitants et prestataires de service des “donneurs d’ordres” de la construction aéro-
nautique et spatiale.
Les évolutions annuelles passées, les perspectives de ces établissements ainsi que leur niveau de
dépendance envers les “donneurs d’ordres” des régions Aquitaine, Midi-Pyrénées ou plus lointai-
nes, permettent de mieux mesurer l’impact très important du secteur aéronautique et spatial sur
l’économie régionale en termes d’emploi et de chiffre d’affaires.
Plus de 600 fournisseurs, sous-traitants et prestataires de services ont ainsi contribué par leurs ré-
ponses à l’élaboration de ce dossier. Les résultats étaient déjà disponibles pour la région Midi-Py-
rénées depuis plusieurs années, ceux de l’Aquitaine sont présentés ici sous une forme comparable
car tel était l’un des objectifs d’une démarche dont l’année 2001 marquera une nouvelle étape.
Le Conseil Régional d’Aquitaine, le Conseil Économique et Social Régional, la Direction Régio-
nale de l’Industrie, de la Recherche et de l’Environnement, le Délégué au redéploiement industriel
et aux restructurations de la Défense, la Chambre Régionale de Commerce et d’Industrie ont sou-
haité cette enquête réalisée par la Direction Régionale de l’INSEE Aquitaine. La participation de
l’Union des Industries de la Métallurgie en Aquitaine a permis d’associer aux réflexions les repré-
sentants des professionnels.
Nous les remercions tous, ainsi que les établissements enquêtés, pour leur si précieuse collaboration.
Sommaire
Synthèse des résultats - Méthodologie - Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
Les indicateurs 1999 selon :
le département . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
la catégorie d’établissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .9
l’activité de l’établissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
la taille d’établissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
le poids des commandes aéronautiques et spatiales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
l’évolution 1998-1999 des commandes aéronautiques et spatiales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
L’origine géographique des commandes aéronautiques et spatiales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
La sous-traitance en chaîne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .16
Les travaux pour le secteur militaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
Les tendances 2000 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
Le questionnaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
AÉRONAUTIQUE - ESPACE - 2000 3 INSEE AQUITAINESynthèse des résultats 1999
n 1999, la demande émanant des constructeurs aéro- Une dépendance très variable
nautiques et spatiaux progresse et leurs fournisseurs,
L’ensemble de ces 2 secteurs est à l’origine d’un cinquième desous-traitants et prestataires de services aquitains
l’activité des établissements concernés, mais cette dépen-Ebénéficient de cette activité soutenue. Ces 608 éta-
dance moyenne relativement faible cache en fait de fortes dis-blissements emploient 20 500 salariés et sont pour la plupart
parités :minoritairement dépendants du secteur, quoiqu’un sur trois
- la sous-traitance, industrielle surtout, est deux fois plus liéeréalise plus de 25 % de son chiffre d’affaires sur le marché aé-
que l’ensemble, à hauteur de 43 % de son chiffre d’affaires,ronautique et spatial. Ils connaissent aussi une progression de
- les fournisseurs et prestataires de services le sont près deleurs autres débouchés, progression moindre toutefois : le
deux fois moins, 11 et 13 % respectivement.chiffre d’affaires global affiche une hausse moyenne de
Pour les établissements industriels, le lien est d’autant plus10,1 %, le chiffre d’affaires directement lié au secteur une
fort que le dynamisme des ventes aéronautiques et spatialeshausse de 11,5 %.
relève le résultat des autres activités, plutôt stagnantes. C’estCette progression globale des chiffres d’affaires s’accom-
le cas des industries électriques et électroniques, mais nonpagne d’une hausse des effectifs salariés de près de 5 % entre
celui des des équipements mécaniques et de méca-1998 et 1999, soit environ un millier d’emplois supplémen-
nique générale.taires.
La construction et le commerce de gros, dont les augmenta-Ces évolutions favorables semblaient devoir se poursuivre en
tions des ventes sur les deux marchés sont les plus spectacu-2000 : en cours d’année, la plus large part de l’activité liée au
laires, affichent aussi des progressions du chiffre d’affairessecteur s’annonçait en hausse.
total notables, mais moindres. Le poids du secteur dans leurs
chiffres d’affaires, encore faible, est donc en progression.
Des chiffres d’affaires en progression en 1999
Dans les établissements moyennement liés au secteur, qui re-
Pour les entreprises enquêtées, les ventes destinées aux don- lèvent d’activités tertiaires pour la plupart, la progression des
neurs d’ordres du secteur aéronautique ont augmenté de ventes aéronautiques et spatiales s’inscrit dans un dynamisme
11,5 % en 1999, tout comme celles destinées au secteur spa- global. Le reste de leur chiffre d’affaires progresse légèrement
tial. Les progressions les plus fortes sont affichées par les éta- plus dans le cas des établissements informatiques,
blissements girondins, avec +19,5 % sur le marché moins dans celui des activités de recherche et d’études.
aéronautique et +35,8 % sur le marché spatial.
Pour les fournisseurs enfin, les ventes aéronautiques et spatiales
Ce dernier connaît de fortes fluctuations d’une année sur progressent deux fois moins vite que l’ensemble de l’activité.
l’autre, avec des répercussions contrastées sur les différents
types d’établissements et les différentes activités. Ainsi la
Un impact sur l’emploi
sous-traitance a perdu près d’un quart de son chiffre d’affaires
En termes d’effectifs salariés, la conjugaison d’une tendance“spatial” », notamment les nombreux industriels de la “méca-
globalement favorable et d’un poids légèrement croissant dunique générale” pour lesquels la baisse frôle les 40 %. Four-
secteur aéronautique et spatial permet de mettre au crédit denisseurs et prestataires de services affichent quant à eux des
ce secteur la moitié des 1000 emplois gagnés en 1999 enprogressions proches de 50 %.
Aquitaine.Cependant, ces évolutions heurtées sont amorties par la part
Concernant les établissements industriels, particulièrementmodeste du secteur spatial en Aquitaine, part 10 fois moindre
en mécanique et métallurgie, l’embauche totale est grande-que celle de l’aéronautique dans le chiffre d’affaires total des
ment imputable au dynamisme du marché aéronautique etétablissements étudiés (respectivement 1,7 % et 18,5 % des
spatial.chiffres d’affaires totaux).
Méthodologie
L’enquête auprès des fournisseurs, sous-traitants et prestataires de Ont été interrogés les établissements régulièrement “liés”, c’est à
services du secteur aéronautique et spatial a été réalisée pour la pre- dire ceux dont l’activité dépend en partie des commandes du
mière fois en Aquitaine lors de l’année 2000. secteur.
Cette enquête sera désormais conduite annuellement, ainsi qu’elle Parmi les établissements répondants, n’ont été retenus que ceux
l’est en région Midi-Pyrénées. dont les ventes au secteur aéronautique et spatial représentaient
au moins 1 % du chiffre d’affaires en 1998 ou 1999.La consultation des donneurs d’ordres nationaux de la construction
aéronautique et spatiale a permis de dresser la liste des établisse- Finalement, 608 établissements aquitains apparaissent dans les ré-
ments régionaux susceptibles d’avoir travaillé pour le secteur en sultats, lesquels portent sur les exercices 1998 et 1999 mais aussi
1998 ou 1999. sur les premières tendances 2000.
Ont été exclus du champ de l’enquête les établissements relevant La construction aéronautique et spatiale elle-même n’est pas prise
d’activités comme le commerce de détail, dont les relations avec le en compte dans les résultats présentés ici : les donneurs d’ordres
secteur ne sont que ponctuelles et non significatives. ne figurent pas parmi les 608 établissements interrogés en 2000.
AÉRONAUTIQUE - ESPACE - 2000 5 INSEE AQUITAINESynthèse des résultats 1999
Parmi les activités non-industrielles les plus liées au secteur, ce Ces proportions respectives se traduisent en termes d’emplois
sont les sociétés informatiques qui assurent l’embauche la plus dans chacun des deux départements. Ainsi les effectifs sala-
active, mais dans leur cas les différents marchés autres que l’aé- riés totaux sont-ils aux deux tiers girondins, tandis que les ef-
ronautique et l’espace sont largement responsables du fort vo- fectifs consacrés aux travaux pour l’aéronautique et l’espace
lume de la demande à l’approche du passage à l’an 2000. sont davantage répartis : autour de 40 % en Gironde, autant
en Pyrénées-Atlantiques et 20 % pour Dordogne, Landes etDans les activités de recherche et d’études, nettement plus
Lot-et-Garonne réunis.dépendantes que l’informatique, la hausse des chiffres d’affai-
res mesurée entre 1998 et 1999 ne se reflète pas sur les effec- Outre les agglomérations de Bordeaux, Pau et Bayonne qui
tifs salariés. concentrent l’essentiel des établissements liés au secteur aé-
ronautique et spatial, Aire-sur-l’Adour et Marmande présen-Enfin, la croissance des effectifs salariés est un peu plus élevée
tent aussi une concentration d’activité significative.dans les plus petits établissements, particulièrement nom-
breux au sein de la population enquêtée car la variété des ac- Si les effectifs dédiés aux travaux commandés par ce secteur
tivités liées au secteur se traduit sur la taille des établissements restent limités dans les Landes et le Lot-et-Garonne (environ
enquêtés : 42 % comptent moins de 10 salariés, tandis que les un millier d’emplois pour les deux départements réunis), les
5 plus gros effectifs totalisent 3400 salariés. retombées n’en sont pas négligeables pour autant : elles ap-
portent aux établissements en question la moitié de leurLa taille des établissements ne semble pas avoir d’influence
chiffre d’affaires total.sur leur dépendance au secteur, hormis pour les plus grands :
le marché aéronautique et spatial représente 40 % du chiffre
Des exportations industriellesd’affaires des unités de 200 à 500 salariés, lesquelles embau-
chent activement, et 4 % dans le cas des unités de plus de 500 Les commandes des donneurs d’ordres aquitains génèrent
salariés, aux effectifs stables. moins de la moitié du chiffre d’affaires lié au marché aéronau-
tique et spatial, soit un peu plus que celles provenant des au-
Des établissements girondins nombreux tres régions françaises (44 et 42 % respectivement).
et peu dépendants Le tissu des établissements girondins est peu orienté vers les
marchés extrarégionaux, ce qui s’explique par la forte prédo-Gironde et Pyrénées Atlantiques rassemblent les sept huitiè-
mes des établissements aquitains liés au secteur, avec deux minance des prestataires de services. Ces derniers se caracté-
profils d’établissements fort différents. risent en effet par une clientèle de proximité (75 % des ventes
des prestataires aquitains sont destinées à l’Aquitaine).En Gironde, les prestataires de services et fournisseurs sont
A l’opposé, la production des fournisseurs est largement ex-particulièrement nombreux, près des deux tiers des 388
portée : l’étranger rapporte plus du quart de leur chiffre d’af-comptés dans la région. La dépendance moyenne au secteur
faires lié au secteur, soit davantage que le marché régional.s’en trouve diminuée : moins de 11 % du chiffre d’affaires des
Ainsi les industriels de la métallurgie et de la transformationétablissements départementaux proviennent des ventes aux
des métaux réalisent respectivement 18 et 23 % de leurconstructeurs aéronautiques et spatiaux.
chiffre d’affaires en terre aquitaine et à l’étranger.Dans les Pyrénées-Atlantiques, les sous-traitants sont majori-
Quant aux sous-traitants, ils travaillent sur des aires moyen-taires, au nombre d’une centaine soit autant qu’en Gironde.
nes, volontiers avec les autres régions françaises mais peuCeci hisse le poids du secteur à 38 % de l’activité globale des
avec l’étranger.établissements du département.
Définitions
La construction aéronautique et spatiale comprend tous les éta- On parle de sous-traitance de capacité lorsque l’établissement offre
blissements fabriquant à titre principal des cellules d’avions, des une capacité de travail supplémentaire au donneur d’ordres ; on
moteurs et des équipements spécifiques pour avions, ainsi que des parle de de spécialité lorsque offre
engins et des lanceurs spatiaux. Les organismes publics présents une technique qui fait défaut au donneur d’ordres.
dans ces domaines sans avoir d’activité industrielle affirmée en sont Les prestataires de services prennent en charge une partie des acti-
exclus. vités non-industrielles (études techniques, informatique, formation
Les fournisseurs sont les établissements dont le lien avec l’industrie professionnelle...) d’un ou plusieurs industriels du secteur.
aéronautique et spatiale est essentiellement commercial et ne Le poids du secteur aéronautique et spatial dans le CAHT (chiffre
donne lieu à aucune intervention technique de la part du client. Les d’affaires hors taxes) des établissements liés est la part des travaux
produits offerts sont immédiatement identifiables sur catalogues et destinés au secteur dans le chiffre d’affaires de l’établissement, telle
disponibles en stock. qu’elle est déclarée. Ce poids permet d’obtenir une première ap-
Les sous-traitants sont les établissements réalisant pour le compte proximation des effectifs salariés dédiés au secteur, par une simple
d’un ou plusieurs industriels du secteur aéronautique et spatial, se- application du ratio aux effectifs salariés totaux de l’établissement.
lon un cahier des charges préétabli, la fabrication de pièces, de pro-
duits d’éléments d’ensembles ou de sous-ensembles.
INSEE AQUITAINE 6 AÉRONAUTIQUE - ESPACE - 2000Synthèse des résultats 1999
La taille des établissements est également discriminante lors- La proportion des établissements concernés grandit avec leur
qu’il s’agit de vendre loin, la part des exportations allant crois- taille, le plus souvent le volume des commandes militaires
sant avec le nombre de salariés. n’excède pas 30 % des ventes aéronautiques et spatiales.
De la sous-traitance en chaîne Une année 2000 sur la lancée
Moins de 30 % des établissements aquitains ont eux-mêmes Selon les établissements liés au secteur aéronautique et spa-
recours à la sous-traitance dans le cadre des travaux que leur tial en Aquitaine, les commandes de ce secteur devraient
confient les donneurs d’ordres de la construction aéronau- confirmer en 2000 la progression de 1999. Si ceux augurant
tique et spatiale. une baisse sont nombreux, ils ne réalisent qu’une faible part
des travaux du secteur. A l’inverse, les établissements pres-La sous-traitance en chaîne est particulièrement rare chez les
sentant une augmentation des commandes assurent au-prestataires de services et fournisseurs. Elle est en revanche
jourd’hui la majeure partie des travaux.répandue chez près de la moitié des sous-traitants, notam-
ment dans l’industrie, à l’exception toutefois de la métallurgie Ce sont finalement les tendances de 1999 qui trouvent leur
et de la transformation des métaux. écho en 2000, puisque prestataires de services et fournisseurs
sont respectivement les plus optimistes et les plus pessimistes,Elle concerne rarement plus de 30 % de l’activité aéronau-
suivant ainsi l’ordre observé dans la progression des chiffrestique et spatiale de l’établissement “intermédiaire”, seules les
d’affaires liés au secteur entre 1998 et 1999.industries des équipements électriques et électroniques par-
venant à ce seuil dans plus d’un cas sur dix.
Des ventes au secteur militaire
Plus de la moitié des établissements destinent une partie de
leurs ventes aéronautiques et spatiales au secteur militaire.
Activités enquêtées
Industries des équipements mécaniques : fabrication de structures thermiques et climatisation, menuiseries (bois, plastiques, métaux),
revêtement et peinture...métalliques, chaudronnerie, fabrication de machines et d’équipe-
ments. Commerce de gros : commerce de gros de produits chimiques et
autres produits intermédiaires, commerce de gros d’équipementsIndustries des équipements électriques et électroniques : fabrica-
tion de moteurs, génératrices et transformateurs électriques, fabri- industriels (machines de bureau, matériel informatique, matériel
cation de matériel électrique (dont distribution et commande électrique et électronique, fournitures et équipements divers).
électrique), fabrication d’appareils d’émission et de transmission, Transports : transports routiers de voyageurs et marchandises, dé-
d’instruments et équipements de mesure et de contrôle. ménagement, entreposage, messagerie, fret express, organisation
des transports internationaux.Métallurgie et transformation des métaux : fonderie, forge, traite-
ment et revêtement des métaux, fabrication d’outillages et articles Activités informatiques : conseil en systèmes informatiques, réali-
métalliques. sation de logiciels, traitement de données, entretien et réparation.
Mécanique générale : usinage de pièces mécaniques diverses, en- Recherche-études : recherche-développement, architecture, ingé-
tretien et réparation. nierie, études techniques, essais et analyses techniques.
Autres activités industrielles : travail du bois, imprimerie, industrie Autres activités tertiaires : divers services aux entreprises (secréta-
du caoutchouc, transformation des matières plastiques, fabrication riat et traduction, conseil en gestion, publicité, sécurité, nettoyage,
de composants électroniques, fabrication de meubles et industries traitement des déchets...).
diverses.
Divers : réalisation et entretien de plantations, entretien et répara-
Construction : construction de bâtiments divers, réalisation de ré- tion automobile, formation continue...
seaux, maçonnerie générale, installation électrique, équipements
AÉRONAUTIQUE - ESPACE - 2000 7 INSEE AQUITAINELes indicateurs 1999 selon le département
Localisation des établissements liés au secteur aéronautique et spatial (AS)
Évolution 98/99 (%) Part du secteur ASNombre Effectif
dans le chiffreLocalisation de l’établissement d'établis- salarié Effectif Chiffre Chiffre
d'affaires totalsalarié d'affaires total d'affaires ASsements au 31/12/99
hors taxes hors taxes hors taxes en 1999 (%)
Dordogne 11 991 2,0 -6,4 -18,9 10,6
Gironde 345 12 994 4,7 13,7 22,5 10,7
Landes 43 1 230 7,0 11,7 17,3 40,3
Lot-et-Garonne 28 871 5,3 10,5 15,2 60,3
Pyrénées-Atlantiques 181 4 414 4,5 4,2 4,4 38,0
Aquitaine 608 20 500 4,7 10,1 11,5 20,1
En 1999, la Gironde concentre 56,7 % des
établissements aquitains fournisseurs, sous-traitants
ou prestataires de services du secteur aéronautique
Les établissements liés au secteur aéronautique et spatial
et spatial ; les Pyrénées-Atlantiques presque 30 %.
Les établissements girondins sont en moyenne de
plus grande taille que ceux des Pyrénées-
Atlantiques, 38 salariés en moyenne contre 24. Ils
totalisent les deux tiers des effectifs salariés et des
chiffres d'affaires globaux, mais seulement le tiers
des effectifs et chiffres d'affaires relatifs au marché
aéronautique et spatial.
L'importance du secteur est donc diluée en
Gironde, les nombreux fournisseurs et prestataires
de service étudiés étant actifs sur différents marchés.
En Pyrénées-Atlantiques, la dépendance est près de
quatre fois plus forte et la conjoncture moins
favorable. La progression des chiffres d'affaires est
inférieure à la moyenne régionale, mais sans
conséquence apparente sur l'embauche globale.
Finalement, les effectifs dédiés aux travaux
aéronautiques et spatiaux sont du même ordre dans
les deux départements majeurs.
Faible en Aquitaine, l'activité plus particulièrement
liée au secteur spatial est très concentrée sur la
Gironde.
Nombre
d’établissements
par commune Part de l’aéronautique et du spatial
selon le département (en % du chiffre d'affaires total)
10
5
1 Total Aquitaine 18,5 1,7
Pyr.-Atlantiques 37,6 0,4
Lot-et-Garonne 58,1 2,2
© INSEE-IGN 2000
Landes 39,7 0,6
Gironde 8,5 2,2
Dordogne 10,1 0,5
%0 25 50 km
010 20 30 40 50 60 70Limite de département
Aéronautique Espace
Source : Insee - Enquête aéronautique-espace 2000
INSEE AQUITAINE 8 AÉRONAUTIQUE - ESPACE 2000Les indicateurs 1999 selon la catégorie d’établissement
Catégorie des établissements liés au secteur aéronautique et spatial (AS)
Évolution 98/99 (%) Part du secteur ASNombre Effectif
dans le chiffreCatégorie d’établissement d'établis- salarié Effectif Chiffre Chiffre
d'affaires totalsalarié d'affaires total d'affaires ASsements au 31/12/99
hors taxes hors taxes hors taxes en 1999 (%)
Fournisseurs 167 5 394 4,8 9,5 3,9 13,0
Sous-traitants 220 6 902 4,8 7,2 12,1 43,1
Prestataires de services 221 8 204 4,6 13,2 22,1 11,4
Ensemble 608 20 500 4,7 10,1 11,5 20,1
Fournisseurs, sous-traitants et prestataires de services
aquitains du secteur aéronautique et spatial ont connu
une hausse de leurs effectifs salariés de près de 5 %
entre 1998 et 1999.
Le chiffre d'affaires global de ces établissements a
augmenté d'environ 10 % dans le même temps, celui
Répartition des établissements selon la catégorie
dépendant du secteur aéronautique et spatial
dans chaque département
connaissant une progression un peu plus élevée encore.
Sur ce dernier point, les trois catégories d'établissement
se différencient sensiblement : les fournisseurs
Dordogne bénéficient d'une progression “aéronautique et
spatiale” moindre que celle de leur activité globale,
tandis que les prestataires de services affichent une
Gironde
progression beaucoup plus nette.
En position médiane, les sous-traitants sont de loin les
plus dépendants des commandes aéronautiques et
spatiales.
Ces commandes pesant d'un poids très différent sur
Lot-et-Garonne l'activité des trois catégories d'établissement, les
répartitions de l'emploi global et de l'emploi lié sont
elles aussi très différentes : prestataires de services,
Landes sous-traitants et fournisseurs assurent respectivement
40 %, 34 % et 26 % de l'emploi global, et 24 %, 62 %
et 14 % de l'emploi lié au marché aéronautique et
spatial.
Mais il est vrai que les métiers du secteur aéronautique
et leur articulation évoluent. La frontière est de plus en
plus perméable entre les trois types d'établissements
étudiés : plus de cent unités estiment relever de
plusieurs catégories.Pyrénées-
Atlantiques
Part de l’aéronautique et du spatial
selon la catégorie (en % du chiffre d'affaires total)
Aquitaine
© INSEE-IGN 2000
Ensemble 18,5 1,7
Prestataires 9,7 1,7
de services
Sous-traitantsCatégorie 40,8 2,3
Fournisseurs
Fournisseurs 11,9 1,2Sous-traitants
%Prestataires de services
05 10 15 20 25 30 35 40 45
Aéronautique Espace
Source : Insee - Enquête aéronautique-espace 2000
AÉRONAUTIQUE - ESPACE 2000 9 INSEE AQUITAINELes indicateurs 1999 selon l’activité de l’établissement
Activité des établissements liés au secteur aéronautique et spatial (AS)
Evolution 98/99 (%) Part du secteur ASNombre Effectif
dans le chiffreActivité de l’établissement d'établis- salarié Effectif Chiffre Chiffre
d'affaires totalsalarié d'affaires total d'affaires ASsements au 31/12/99
hors taxes hors taxes hors taxes en 1999 (%)
Industries équipements mécaniques 52 1 690 5,5 21,2 14,0 31,1
Industries. équip. électriques et électroniques 29 845 1,0 2,7 21,5 22,5
Métallurgie et transformation des métaux 39 2 151 1,9 4,7 11,4 43,9
Mécanique générale 93 1 887 4,4 10,5 10,3 47,7
Autres activités du secteur secondaire 55 3 459 4,2 0,3 3,2 29,1
Construction 76 2 546 4,7 15,6 39,9 8,4
Commerce de gros 100 1 758 14,2 17,5 42,3 6,0
Transports 22 861 4,0 4,1 -10,5 7,0
Activités informatiques 17 548 7,0 20,3 -2,1 16,2
Recherche-Études 59 1 526 0,8 16,5 10,3 24,6
Autres activités tertiaires 44 2 727 3,7 7,9 16,4 9,1
Divers autres 22 502 10,3 13,9 4,5 3,4
Ensemble 608 20 500 4,7 10,1 11,5 20,1
Les établissements industriels sont en général nettement
plus dépendants des commandes aéronautiques et
Répartition des établissements selon l’activité spatiales. En sensible progression entre 1998 et 1999, ces
commandes tendent à dynamiser une activité globaledans chaque département
stagnante, hormis pour les équipements mécaniques et la
mécanique générale où les autres travaux progressent au
moins autant.
Dordogne
L'industrie rassemble quasiment la moitié des effectifs
salariés, soit 10 000 emplois. Lorsque l'on se restreint aux
Gironde emplois consacrés aux travaux pour l'aéronautique et
l'espace, la part de l'industrie atteint 75 %. Quant aux
services, leur part dans l'emploi global s'élève à 28 % et
leur part dans l'emploi “lié” est de 17 %.
Dans les services autres qu'informatique et recherche-
études, le commerce de gros et la construction, la part des
Lot-et-Garonne travaux confiés par l'aéronautique est encore mineure
mais progresse fortement.
Dans les activités diverses généralement peu associées auLandes
secteur aéronautique et spatial se trouvent néanmoins des
établissements qui dépendent quasi-exclusivement d'un
ou plusieurs donneurs d'ordres du secteur. L'entretien des
plantations, l'entreposage sont ainsi représentés parmi les
unités étudiées.
Part de l’aéronautique et du spatial
Aquitaine selon l’activité (en % du chiffre d'affaires total)
Pyrénées-
Atlantiques
Total 18,5 1,7
Service 11,1 1,7
Commerce de gros 4,5 1,5
© INSEE-IGN 2000 Construction 6,4 1,9
32,6 1,7Industrie
Divers 3 0,5Activité de l’établissement
%
Industrie Commerce de gros 0 5 10 15 20 25 30 35
Construction Services Divers Aéronautique Espace
Source : Insee - Enquête aéronautique-espace 2000
INSEE AQUITAINE 10 AÉRONAUTIQUE - ESPACE 2000Les indicateurs 1999 selon la taille d’établissement
Taille des établissements liés au secteur aéronautique et spatial (AS)
Évolution 98/99 (%) Part du secteur ASNombre Effectif
dans le chiffreTaille de l’établissement d'établis- salarié Effectif Chiffre Chiffre
d'affaires totalsalarié d'affaires total d'affaires ASsements au 31/12/99
hors taxes hors taxes hors taxes en 1999 (%)
Moins de 10 salariés 254 1 177 6,3 17,1 10,6 17,9
10 à 49 salariés 272 6 372 2,9 6,9 13,0 19,3
50 à 99 salariés 42 2 958 5,0 15,8 10,3 18,0
100 salariés ou plus 40 9 993 5,5 9,5 11,1 21,8
Ensemble 608 20 500 4,7 10,1 11,5 20,1
Plus de 40 % des établissements liés au secteur
aéronautique et spatial comptent moins de 10
salariés en 1999, ces quelque 250 établissements ne
réalisent au total que 7 % des travaux destinés au
secteur.
Répartition des établissements selon la taille d’établissement
Ils affichent la meilleure progression du chiffredans chaque département
d'affaires total (+17,1 %), mais une progression à
peine dans la moyenne sur le marché aéronautique
et spatial (+10,6 %). Ce sont eux qui assurent
l'embauche la plus active.
Dordogne
Les unités moyennes (de 10 à 49 salariés) se
distinguent quant à elles par la progression de leurs
Gironde ventes destinées au secteur : +13 % entre 1998 et
1999, tandis que leurs ventes sur les autres marchés
progressent deux fois moins.
Les 42 établissements de 50 à 99 salariés réalisent
15,3 % du chiffre d'affaires global et 13,7 % du
chiffre d'affaires lié au secteur, les contributions des
Lot-et-Garonne
40 établissements d'au moins 100 salariés s'élevant
respectivement à 44,7 % et 48,5 %.
Landes Parmi les 40 établissements de 100 salariés et plus
(10 000 salariés au total), les 5 unités de plus de 500
salariés (3400 salariés au total) se distinguent par
leur faible dépendance : le secteur aéronautique et
spatial assure en moyenne 4 % de leur chiffre
d'affaires, une part en progression toutefois.
Les 15 établissements comptant entre 200 et 500
salariés sont 10 fois plus dépendants, à hauteur de
40 % de leur chiffre d'affaires.
Pyrénées-
Atlantiques
Part de l’aéronautique et du spatial
selon la taille d’établissement (en % du chiffre d'affaires total)
Aquitaine
© INSEE-IGN 2000 Total 18,5 1,7
100 salariés ou plus 20,7 1,1
50 à 99 salariés 16,2 1,8
Effectifs salariés 10 à 49 salariés 17,2 2,1
Moins de 10
15,6 2,40 à 9 salariés10 à 49
%
50 à 99 05 10 15 20 25
100 ou plus
Aéronautique Espace
Source : Insee - Enquête aéronautique-espace 2000
AÉRONAUTIQUE - ESPACE 2000 11 INSEE AQUITAINE