Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

Cœur du département de Maineet Loire, Angers Loire Métropole aétémise au défi, ces quinze dernières années, daccueillir de nouvelles populations de tous âges, de loger des ménages de plus en plus nombreux, et de créer des emplois pour les nombreux jeunes des communes de lagglomération ou pour les actifs venant de lextérieur. La décohabitation et le vieillissement ont aussi contribuéàla croissance importante du nombre des logements. L‘évolution des fonctions des différents territoires de la communauté: Angers, la couronne urbaine et la couronne rurale, sest poursuivie. Elle se traduit, entre 1990 et 1999 par des migrations résidentielles et un nouveau partage des activitéséconomiques.
Anne LEBEAUPIN
N°34. Avril 2005
www.insee.fr/paysdelaloire
Angers Loire Métropole :
une agglomération
dynamique en mutation
APOPULATION résidente des trente communes composant Angers L Loire Métropole s’établit en 1999 à environ260 000habitants. L’évolution démographique dAngers Loire Métropole est nettement plus favorable que celle du MaineetLoire dans son ensemble ou de la France en général. Lagglomération a connu une hausse sen sible de plus de 18600 habitants entre 1990 et 1999, soit un taux de variation annuel de +0,8 %. Principalement impu tableà lexcédent des naissances sur les décès, la progression de population bénéficieégalement de mouvements migratoires excédentaires avec le reste du territoire métropolitain.
La population est relativement jeune grâce aux naissances nombreuses (3800 par an sur la période 19681999) etàlarrivée de jeunes adultes. Les moins de 25 ans repré% de la population desentent 37 lagglomération en 1999 alors que le niveau en France métropolitaine est de 31 %. Le taux de natalité, encoreélevé et très supérieurà lamoyenne française au début des années quatrevingt, tend à sen rapprocher rapidement. Des in flexions importantes des effectifs sco laires en sont une des conséquences.
Ainsi, les enfants de 3à6 ans, au nombre de 12 500 en 1999 sont 1 200 de moins quen 1990.
Àlinstar du reste de la France, la popula tion vieillit, avec lavancée enâge des générations du babyboom et laugmenta tion de lespérance de vie. Les 60 ans et plus ne représentent cependant que 18 % de la population, alors que le niveau français se situe, en 1999,à21 %.
Deux fois plus de résidences principales en trente ans
Avec près de 110 000 résidences princi pales en 1999, le parc de logements des communes de lagglomération a doublé en trente ans. Sur cette même période, la populationétait multipliée par 1,4. Entre 1990 et 1999, plus de 15 000 résidences principales ontété achevées. Le nombre moyen de personnes par logement est en diminution réguliède 3 en 1975,re : à 2,5en 1990, le nombre doccupants atteint 2,3 en 1999.
Les logements occupés par leur pro priétaire sont globalement minoritaires (42 %),en lien avec la part importante des ménages de moins de trente ans.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin