Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

En France comme en Europe - Net recul des prix de production industriels en 2001

De
4 pages
Les prix de production industriels français ont diminué de 1,6 % entre la fin 2000 et la fin 2001 après avoir progressé de 4,7 % l'année précédente. Ce net recul résulte du ralentissement de l'activité économique initié aux États-Unis dès l'été 2000, dont les effets se sont diffusés à l'ensemble de l'économie mondiale, en particulier à l'ensemble de la zone euro. Au sein de cette zone, les prix de production industriels présentent des fluctuations comparables à celles de la France. La baisse des prix de production industriels en France s'explique en particulier par le fort recul des prix dans deux secteurs : les combustibles et carburants depuis la fin 2000, avec des effets induits et différés sur les branches industrielles en aval, et les biens intermédiaires dès le début de l'année 2001. Hors énergie et industries agro-alimentaires, les prix des produits manufacturés ont progressé de 0,4 % entre la fin 2000 et la fin 2001 après + 2,6 % l'année précédente.
Voir plus Voir moins

N° 829 - FÉVRIER 2002
Prix : 2,20€
En France comme en Europe
Net recul des prix de production
industriels en 2001
Philippe Scherrer, division Prix de vente industriels, Insee
es prix de production industriels Les prix de production industriels
français ont diminué de 1,6 % entre ont reculé de 1,6 % en 2001Lla fin 2000 et la fin 2001 après avoir
Entre décembre 2000 et décembre 2001, le
progressé de 4,7 % l’année précédente. repli de l’inflation dans l’industrie s’explique par
Ce net recul résulte du ralentissement la très forte baisse du glissement annuel des
de l’activité économique initié aux prix des combustibles et carburants sur la
période (de + 26,1 % à -30,5 %) et des biensÉtats-Unis dès l’été 2000, dont les effets
intermédiaires (de + 4,7%à-0,4%; tableau 1).se sont diffusés à l’ensemble de l’éco-
En décembre 2000 et janvier 2001, les prix de
nomie mondiale, en particulier à l’en-
production dans l’industrie se sont repliés sous
semble de la zone euro. Au sein de cette l’effet des prix des produits pétroliers (gra-
zone, les prix de production industriels phique 1). Jusqu’en mai 2001, une accéléra-
présentent des fluctuations comparables tion des prix des produits des industries
agro-alimentaires (IAA) et un rebond des pro-àcellesdelaFrance.
duits pétroliers se conjuguent pour interrompreLa baisse des prix de production indus-
ce mouvement de baisse désormais seule-
triels en France s’explique en particulier
ment alimenté par les biens intermédiaires. Le
par le fort recul des prix dans deux sec- recul des prix de production industriels se ren-
teurs : les combustibles et carburants de- force ensuite au cours du second semestre
puis la fin 2000, avec des effets induits et 2001, sous l’impulsion à nouveau des combus-
tibles et carburants et des biens intermédiaires.différés sur les branches industrielles en
L’évolution sur un an devient négative depuis leaval, et les biens intermédiaires dès le dé-
mois de septembre 2001.
but de l’année 2001.
Hors énergie et industries agro-alimentai-
Retournement des prix de productionres, les prix des produits manufacturés
dans l’industrie en 2001
ont progressé de 0,4 % entre la fin 2000 et
Glissement annuel en %la fin 2001 après + 2,6 % l’année précé-
8
dente.
7
Ensemble de l’industrie
6
En 2001, accompagnant le ralentissement inter-
5national, l’économie française a marqué une
inflexion dans la phase de croissance com- 4
mencée il y a cinq ans. Celle-ci s’est traduite,
3
entre décembre 2000 et décembre 2001, par une
baisse des prix de production dans l’industrie 2
française de 1,6 % et de 1,1 % dans la zone euro
1
(cf. encadré 1). Cette baisse contraste avec la Industrie manufacturière
0vigueur des prix tout au long de l’année précé-
dente : l’inflation dans l’industrie variait à un
-1
rythme annuel compris entre + 4,2 % début 2000
-2et + 4,7 % fin 2000. Indicateurs de l’activité cou-
rante du secteur industriel, les prix de production -3
industriels participent aussi de l’analyse finan-
cière des entreprises (cf. encadré 2). Source : Insee
3/00 7/00 11/00 3/01 7/01 12/01
5/001/00 9/00 1/01 5/01 9/01
INSEE
PREMIEREgressaient encore jusqu’en février 2001. l’affaiblissement de la conjoncture. LaUn tassement de l’inflation
Depuis, ils sont très étales, voire en production manufacturière est ainsidans l’industrie manufacturière
légère baisse. Le glissement annuel passée d’un pic de croissance en glisse-
Dans manufacturière, qui passe de + 2,6 % en décembre 2000 à ment annuel de + 3,8 % en décembre
recouvre l’ensemble de l’industrie hors + 0,4 % en fin d’année 2001. 2000 à un creux de –1,9 % en novembre
énergie et IAA, les prix de production sont Cette moindre progression des prix de 2001. Cette inflexion de l’activité en 2001
caractérisés par des mouvements production dans l’industrie manufactu- traduit les effets dépressifs simultanés de
d’amplitude bien moindre. Les prix pro- rière en 2001 est caractéristique de la baisse des exportations, d’un coup de
frein sur l’investissement et d’un mouve-
Évolutions des prix à la production dans l’industrie par grands secteurs ment de déstockage, alors même que la
consommation des ménages est restée
Glissement annuelPoids dynamique.
en fin d’année (en %)dans
l’indice 2000 2001
Industrie 1000 +4,7 -1,6 Un repli marqué des prix
Produits des industries agro-alimentaires 189 +4,7 +2,2
des produits pétroliers
Produits énergétiques 128 +13,5 -13,1
dont :
Une grande partie du recul des prix deeau, gaz, électricité 93 +4,9 +1,3
Industrie hors énergie et IAA 683 +2,6 +0,4 production dans l’industrie en 2001
Biens de consommation 174 +1,5 +0,4 s’explique par la baisse des prix des pro-
Produits de l’industrie automobile 81 +0,2 +2,0
duits énergétiques. Après une érosion
Biens d’équipement 141 +1,1 +0,9
marquée fin 2000, les prix se sont stabili-dont :
sés au cours du premier trimestre,équipements mécaniques 98 +1,5 +1,2
Biens intermédiaires 287 +4,7 -0,4 redressés au cours du deuxième, avant
dont : de décroître à nouveau jusqu’en fin
produits chimiques, en caoutchouc ou en plastique 73 +6,6 -2,2
d’année 2001. Au plus haut en octobre
métaux ou produits métalliques 79 +3,4 -1,3
2000 (+ 29,5 %), le glissement annuel
Source : Insee
recule tout au long de l’année 2001,
devient négatif dès le mois de juillet
Encadré 1
2001, avant d’atteindre -13,1 % en fin
Les prix de production industriels dans la zone euro
d’année 2001. Ce mouvement est forte-
L’activité économique de la zone euro et la zone euro. Passée cette date, le re- ment conditionné par les combustibles
s’est dégradée tout au long de l’année cul est plus accentué en France. En dépit et carburants.
2001, tirée vers le bas par le brusque re- d’un ralentissement économique plus Suivant le cours du baril de pétrole, les
cul de la demande des entreprises au dé- marqué et plus précoce, les évolutions de prix des combustibles et carburants se
but de l’année. La France s’inscrit dans ce prix sont moins prononcées en Allemagne, sont repliés au long du premier trimestre
mouvement d’ensemble européen. avec un retournement à la baisse retardé
2001, avant une légère poussée en avril et
Fin 2001, les prix de production indus- de près d’un semestre par rapport à la
mai. Depuis lors, et mis à part un petit sur-
triels baissent de 1,1 % en glissement an- France et à la zone euro (graphique).
saut en septembre, les prix des combusti-
nuel dans la zone euro.
bles et carburants s’inscrivent en baisse.Comme en France, la diminution est due
Les prix de production industriels Le glissement annuel, qui s’élevait encoreaux baisses de prix des secteurs de
ont baissé plus tard en Allemagne à + 7,0 % en avril 2001, devient négatif enl’énergie et des biens intermédiaires. Les
prix dans le secteur de l’énergie ont chuté qu’en France juin 2001 puis chute à -30,5 % au terme
de 7,8 % dans la zone euro. Ceux des de l’année 2001. Cette décrue des prixGlissement annuel en %
biens intermédiaires ont baissé de 1,3 %. 7 des produits pétroliers raffinés s’est dif-
Les prix ont augmenté de 1,2 % pour les fusée au bout de quelques mois à la6
Zone eurobiens d’investissement, de 1,8 % pour les filière aval, les produits chimiques, en
5biens de consommation durables et de
caoutchouc ou en plastique.
2,1 % pour les biens de consommation 4
non durables.
3
Les rythmes annuels d’inflation dans l’in- Allemagne Décroissance continue des prix2dustrie sont négatifs dans tous les États
des biens intermédiaires…membres, à l’exception de la Suède, du 1
Luxembourg, de l’Irlande et de l’Alle-
0
magne. Les plus fortes baisses sont ob- Les biens intermédiaires contribuent
-1servées au Portugal (-9,4 %), aux également à la décélération des prix tout
France
Pays-Bas (-2,6 %) et au Royaume-Uni -2 au long de l’année 2001. Leur activité
(-1,7 %). chute dès début 2001 sous l’effet du-3
5/00 1/01 9/01Jusqu’en novembre 2000, l’évolution du
1/00 9/00 5/01 12/01 ralentissement de l’activité économique
glissement annuel des prix de production
qui pèse sur la demande des matières
industriels est très proche entre la France Source : Eurostat, Insee
industrielles. Cette branche, la plus en
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
INSEE
PREMIERE Cycles des prix des métaux non ferreux et de l’activité économique douze mois devient négative en juillet
2001 avant de se replier à -9,1 % en
Glissement annuel en %
décembre 2001. Entamée en janvier
30
2001, la baisse des prix de la pâte à
papier ne se répercute réellement sur25
Prix des métaux non ferreux les prix des articles en papier ou en car-
20 ton qu’en octobre 2001.
Production
Suivant les variations du cours du barilmanufacturière
15
de pétrole, les prix des produits de la
chimie organique se sont repliés depuis10
le début de l’année 2001, de façon
5 continue et prononcée : le glissement
annuel passe de + 17,9 % en décembre
0
2000 à -12,6 % en décembre 2001.
À l’inverse, la décrue des prix des biens-5
intermédiaires en 2001 est modérée par
-10 la vigueur des prix des produits miné-
raux. En particulier, les prix augmentent
-15
pour les produits céramiques, répercu-
Prix des biens intermédiaires
tant les hausses des matières premières-20
1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 et énergétiques, notamment les com-
bustibles gazeux, et les sables et granu-Source : Insee
lats, sous l’effet à la fois d’une hausse
amont du processus de production, est décroît ensuite progressivement pour des coûts de production (adaptation à
en général la première touchée par un atteindre -12,6 % en octobre 2001. des règlementations en matière d’envi-
retournement de conjoncture. La chute Depuis novembre 2001, après plus ronnement) et d’une demande soutenue.
des exportations et des importations y d’un an d’érosion, les prix des métaux
est particulièrement marquée, reflétant non ferreux viennent d’entamer un
Produits agro-alimentaires :l’ajustement très rapide de la demande léger mouvement de hausse. Cette
des entreprises. progression des prix des métaux non des prix en forte hausse
Dans cette branche étroitement liée au ferreux est encore récente et fragile, au premier semestre 2001
cycle industriel mondial, le retournement mais cette évolution, si elle se confir-
à la baisse des prix s’était d’ailleurs déjà mait, pourrait être le signe d’un pro- Les prix des produits des industries
manifesté à la rentrée 2000. En août chain raffermissement de l’activité agro-alimentaires ont fortement aug-
2000, au plus haut, la variation annuelle économique. menté tout au long de l’année 2000 et
des prix des biens intermédiaires atteint Le recul des prix est assez similaire pour jusqu’à la mi-2001 pour atteindre
+ 5,4 %. De septembre 2000 à février la pâte à papier, papier et cartons depuis + 6,0 % en glissement annuel en avril
2001, ils se stabilisent avant de se rétrac- le début de l’année 2001. Partant d’une 2001. Depuis ces niveaux maximaux, les
ter à partir de mars 2001. Le glissement progression annuelle maximale de prix se sont infléchis. L’évolution annuelle
annuel des prix devient négatif en octobre + 21,9 % en août 2000, la variation sur s’élève à + 2,2 % en décembre 2001.
2001 et s’établit à -0,4 % en fin d’année.
En 2001, les reculs sont particulière-
ment prononcés pour les prix des Le palmarès des plus fortes hausses et baisses
métaux non ferreux, de la pâte à papier, des prix de la production dans l’industrie
En %papiers et cartons et des produits de la
chimie organique. Déc. 01/ Déc. 01 /
Plus fortes hausses Postes Plus fortes baisses
Déc. 00 Déc. 00
Produits énergétiques Produits
… mais un redressement pétroliers raffinés -31,0
des prix des métaux Produits de la chimie Biens intermédiaires Cuivre -16,1
minérale de base +18,6 Engrais -11,7non ferreux fin 2001
Produits céramiques réfractaires +15,2 Fils, fibres artificielles
Huiles essentielles +8,2 ou synthétiques -8,0
Accompagnant le pic d’activité, les prix
Calcaire industriel, Produits sidérurgiques -7,2
des métaux non ferreux (cuivre, alumi- gypse et craie +7,6 Aluminium -7,2
nium, plomb, zinc, étain, …) ont atteint Huiles brutes et tourteaux +12,9 Produits des industries
des niveaux élevés en 2000, avant de Viandes de volailles +8,7 agro-alimentaires
se rétracter dès novembre 2000 avec Cuirs travaillés +10,4 Biens de consommation
le retournement de la conjoncture (gra-
phique 2). La variation annuelle, au
Note : sélection de postes de la nomenclature CPF à 4 chiffres présentant des évolutions de prix supérieures à 7% en valeur absolue.
plus haut en mars 2000 (+ 22,3 %), Source : Insee
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
INSEE
PREMIEREjuillet 2001 après un premier semestreEncadré 2
plus vigoureux.Un indicateur suivi par les économistes... et les chefs d’entreprise
La production dans les biens d’équipe-
L’indice des prix de production indus- notamment des informations sur l’évolu-
ment pâtit du coup de frein des entrepri-
triels, encore appelé indice des prix de tion des prix d’achat et de revient dans
ses sur l’investissement. Les flux
vente industriels (IPVI) compte au leur branche. Ils permettent également de
d’échanges des biens d’équipement
nombre des statistiques conjoncturelles. mesurer leur compétitivité par rapport à
sont également très touchés. Les prixCelles-ci fournissent des informations im- leurs concurrents. Ils interviennent enfin
des biens d’équipement n’ont que peuportantes sur la demande, la production dans des clauses de contrat portant sur
varié de janvier à septembre 2001 (entreet les prix et sont utilisées comme indica- des indexations de prix.
teurs précurseurs pour l’élaboration des Ainsi, la mesure des prix de production in- + 1,2 % et + 1,4 % en glissement
comptes nationaux trimestriels et l’ana- dustriels répond à une demande diver- annuel), avant de reculer légèrement à
lyse conjoncturelle. L’IPVI sert en particu- sifiée qui émane aussi bien des agents partir du mois de septembre 2001 et ter-
lier à l’analyse de l’inflation : il apporte un économiques de la sphère privée ou pu- miner à + 0,9 % en fin d’année.
complément utile à l’indice des prix à la blique (responsables d’entreprises, res-
consommation, dans la mesure où il ponsables d’achats, collectivités locales,
donne un éclairage des marges, ou au administrations), du système statistique
Sources
contraire des contraintes, dont disposent public français, et de l’Union européenne,
les entreprises dans la détermination de que ce soit Eurostat, dans le cadre du rè-
leurs prix de vente, et ce faisant de leur si- glement européen sur les statistiques Le règlement (CE) n° 1165/98 du Conseil
tuation économique et financière. conjoncturelles, ou encore la Banque sur les statistiques conjoncturelles a établi
Pour les chefs d’entreprise, les indices de Centrale Européenne, dans le cadre des un cadre commun pour la production de sta-
prix de production industriels fournissent indicateurs de la zone euro tistiques communautaires à court terme sur
le cycle conjoncturel. Il définit en particulier
le suivi en matière de prix à la production.
L’objectif de l’indice des prix à la productionL’année 2001 a été particulièrement l’industrie manufacturière la plus robuste,
est de mesurer le développement mensuel
marquée par les mouvements, forts et con- comme en témoigne la vigueur des prix
des prix de transaction des activités écono-
trastés, des prix des viandes et produits à en 2001. Des relèvements de tarifs ont miques. Il traduit l’évolution des prix hors
base de viandes. En progression continue eu lieu à plusieurs reprises en 2001, toutes taxes départ usine de tous les pro-
duits vendus sur le marché intérieur, à l’ex-jusqu’en mai 2001, les prix ont ensuite après une compression continue et pro-
clusion des importations.reflué, rythmant l’évolution des prix des longée jusqu’au troisième trimestre 2000.
Les prix de production industriels sont en-
produits des industries agro-alimentaires. Fin 2001, les prix de l’automobile affi-
core appelés prix de vente industriels en
Le glissement annuel passe de + 14,4 % chent une hausse de + 2,9 % (après France. Ce terme correspond à producer
en avril à + 1,2 % en décembre 2001. + 0,5 % fin 2000). price index (PPI) dans les pays an-
glo-saxons.Le ralentissement de l’activité écono-
mique a un impact modéré sur la branche
Vigueur des prix dans des biens de consommation, l’inflexion
Bibliographiedes exportations étant partiellementla construction automobile
compensée par le dynamisme des
Dans les secteurs des produits de achats des ménages. Les prix des biens Site Internet Indices Pro :
l’industrie automobile, des biens d’équi- de consommation progressent de façon http://indicespro.insee.fr, site de diffusion
des indices de prix de vente et autres indi-pement et des biens de consommation, très modérée en 2001, passant de
ces utiles aux entreprises.les hausses de prix sont globalement + 2,0 % en glissement annuel en février
Bulletin Mensuel de Statistique, n°1
modérées, avec une légère accélération 2001 à + 0,4 % en décembre 2001. Parmi
janvier 2002, Insee.
toutefois pour les produits de la construc- les articles de grande consommation, les Informations Rapides, Prix de vente in-
tion automobile. savons, parfums et produits d’entretien, dustriels, décembre 2001, Insee.
Au sein des produits de l’industrie auto- ou encore les cuirs, articles de voyage,
mobile, la construction automobile se dis- chaussures, bénéficient de prix plus sou-
tingue en 2001 par son dynamisme. tenus, à l’inverse des appareils de récep-
Cette branche bénéficie d’un marché tion, d’enregistrement, et de reproduction
intérieur porteur et d’exportations encore du son et de l’image, dont les prix dimi-
soutenues. Elle demeure la branche de nuent sensiblement depuis le mois de
INSEE PREMIÈRE figure dès sa parution sur le site Internet de l'Insee : www.insee.fr
Direction Générale :
18, Bd Adolphe-PinardBULLETIN D'ABONNEMENT A INSEE PREMIERE
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :
Paul Champsaur
Rédacteur en chef :
OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE - Tarif 2002 Daniel Temam
Rédacteurs : J.-W. Angel,Abonnement annuel = 70€ (France) 87€ (Étranger)
R. Baktavatsalou, C. Dulon,
A.-C. Morin, B. OuvréNom ou raison sociale : ________________________ Activité : ____________________________
Maquette : M.Brunet
Adresse : ___________________________________________________________________
Code Sage IP02829
______________________________________ Tél : _______________________________ ISSN 0997 - 3192
© INSEE 2002Ci-joint mon règlement en Euros par chèque à l’ordre de l’INSEE : __________________________________€.
Date : __________________________________ Signature
INSEE
PREMIERE