Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Extension modérée de l'influence des villes dans le Nord-Pas-de-Calais

De
4 pages
Entre les deux derniers recensements de 1990 et 1999, l'urbanisation de la région Nord-Pas-de-Calais s'est poursuivie. Près de neuf habitants du Nord-Pas-de-Calais sur dix vivent aujourd'hui dans une aire urbaine. Fondé sur des critères d'habitat et d'emploi et mais aussi sur les déplacements domicile-travail, le zonage en aires urbaines exprime l'influence des agglomérations urbaines. Les modifications subies par ce zonage entre 1990 et 1999 rendent compte de la poursuite de l'étalement géographique de l'urbanisation. Celle-ci s'est révélée modérée en raison du degré déjà élevé de la concentration de la population dans les aires urbaines.
Voir plus Voir moins

NORD-PAS-DE-CALAIS
F 15 - 2,29 N°6 - SEPTEMBRE 2001
Extension modérée
de l’influence des villes
dans le Nord-Pas-de-Calais
Entre les deux derniers recensements de 1990
et 1999, l’urbanisation de la région Nord-Pas-de-Calais
En 1990, 23 aires urbaines se répartissaient danss’est poursuivie. Près de neuf habitants
la région ; elles ne sont plus que 21 aujourd’hui.
Une création mais surtout plusieurs fusions
du Nord-Pas-de-Calais sur dix vivent aujourd’hui d’ampleur inégale se sont produites.
VINGT ET UNE AIRES URBAINES EN 1999dans une aire urbaine. Fondé sur des critères d’habitat
La transformation majeure dans la région est laet d’emploi et mais aussi sur les déplacements fusion des aires urbaines de Lens et Douai. En
1990, les aires urbaines de Lens et Douai
domicile-travail, le zonage en aires urbaines exprime accueillaient respectivement 329 110 et 213 920
habitants. Entre 1990 et 1999, l’extension des
territoires urbains entre Lens et Douai s’estl’influence des agglomérations urbaines.
poursuivie. Aujourd’hui, l’espace bâti entre Lens
et Douai ne constitue qu’un seul bloc ou agglo-
Les modifications subies par ce zonage entre 1990 et mération et donc qu’un seul pôle urbain.
L’émergence de l’aire urbaine de Douai-Lens,
avec 552 700 personnes en 1999, la classe au1999 rendent compte de la poursuite de l’étalement
deuxième rang en nombre d’habitants des aires
urbaines régionales après celle de Lille et augéographique de l’urbanisation. Celle-ci s’est révélée
onzième rang national.
Les aires urbaines de Saint-Amand-les-Eaux et
modérée en raison du degré déjà élevé de la concentration Wervick-Comines sont aujourd’hui rattachées
respectivement aux aires urbaines de
Valenciennes et de Lille. La continuité de l’habitatde la population dans les aires urbaines.
acquise au cours de la dernière décennie
explique ces fusions qui confirment le renfor-Annie Firlej
cement du poids de Valenciennes dans l’est du
DIVISION ANALYSE SPATIALE
département et de la métropole lilloise.
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130, AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CÉDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00N°6
Profils
NORD-PAS-DE-CALAIS
En 1999, une nouvelle aire urbaine est apparue : urbain. Ces communes intègrent l’espace urbain D’autre part, les frontières des aires urbaines,
Saint-Pol-sur-Ternoise. Cette création s’explique en devenant dépendantes non d’un pôle urbain des pôles urbains et des couronnes périurbaines
(1)par le dépassement du seuil de 5 000 emplois mais de plusieurs. Les nouvelles communes multi- ont changé. Seize communes ont intégré les pôles
de l’agglomération saint-poloise. polarisées sont situées à peu de distance de urbains soit 25 700 personnes supplémentaires.
plusieurs grands pôles d’emploi. Le changement Ces communes ont connu une croissance
LA POURSUITE DE L’EXTENSION de statut concerne de nombreuses communes démographique de 0,22% par an.
classées rurales en 1990 notamment entreGÉOGRAPHIQUE DES ESPACES
Maubeuge et Valenciennes, entre Lille et Mais plus important, les couronnes périurbainesPÉRIURBAINS
Dunkerque et entre Calais et Boulogne-sur-Mer. se sont étendues. Si, 18 communes accueillant
Dans ce dernier cas, l’amélioration de l’acces- 15 600 habitants n’appartiennent plus auxLe dernier recensement a montré une augmen-
sibilité des deux pôles urbains par la rocade couronnes périurbaines, 123 communes repré-tation, dans les neuf années précédentes, de la
littorale a certainement joué un rôle important sentant 86 400 habitants les ont aujourd’huipart des actifs occupés qui effectuent des
dans la multipolarisation de l’espace. intégrées. Ces communes, qui proviennent pour(2) navettes dans le Nord-Pas-de-Calais.
la majorité de l’ancien espace multipolarisé, ontAujourd’hui, 940 000 Nordistes quittent leur
UNE DYNAMIQUE DÉMOGRAPHIQUE aussi enregistré une croissance démographiquecommune de résidence pour aller travailler, soit
relativement vive : +0,39% d’augmentationDIFFÉRENCIÉE68,5% des actifs ayant un emploi contre 63,8%
annuelle moyenne.en 1990. Dans le même temps, les grands pôles
(3) En 1999, 3,5 millions de personnes résidenturbains régionaux ont élargi leur influence, ce
(4) dans une aire urbaine contre 3,4 millions enqui se traduit par l’agrandissement de leur
(5) 1990. Le taux d’urbanisation déjà très élevé encouronne périurbaine et par l’augmentation
1990 (85,9%) atteint 88,3% de la populationdu nombre des communes multipolarisées.
régionale en 1999. Ce taux singularise toujours
la région Nord-Pas-de-Calais dans le territoirePlusieurs couronnes périurbaines se sont ainsi
français malgré une croissance plus faible de laétendues. La périurbanisation a été particuliè-
population des aires urbaines entre les deuxrement active dans la partie sud-est de l’aire
derniers recensements.lilloise, dans le Pévèle, et s’est prolongée en
direction de Valenciennes. Arras s’est imposée L’augmentation de population dans les aires
dans les espaces ruraux peu peuplés du seuil de urbaines entre 1990 et 1999, soit 125 600
Bapaume. Boulogne-sur-Mer a élargi son personnes, résulte de plusieurs phénomènes
influence dans la campagne du Bas-Boulonnais. (1) 5 241 emplois recensés en 1999 contre 4 381 en 1990.concomitants.
(2) On appelle navette le déplacement quotidien effectué par un individuD’une part, la population s’est accrue avec un
entre son domicile et son lieu de travail.DE NOMBREUSES COMMUNES
rythme relativement élevé de 0,36% par an
CLASSÉES DANS L’ESPACE RURAL (3) Délimitations 1999 : population 1999.dans les couronnes périurbaines déjà existantes
(6) EN 1990 ONT INTÉGRÉ LES ESPACES en 1990 (contre +0,09% en moyenne sur (4) Délimitations 1990 : population 1990.
MULTIPOLARISÉS EN 1999 l’ensemble du territoire régional), soit plus de
(5) Le taux d’urbanisation est le rapport entre la population des aires
13 000 habitants en neuf ans. Le nombre urbaines et la population totale.
Ainsi 175 communes, accueillant près de 110 000 d’habitants dans les pôles urbains est resté
(6) Il s’agit des communes qui appartiennent aux couronnes périurbaines
habitants, sont aujourd’hui classées dans l’espace stable avec une croissance annuelle de 0,06%. à la fois dans les délimitations 1990 et dans les délimitations de 1999.
LA POPULATION DANS LES CATÉGORIES DU ZONAGE EN AIRES URBAINES : NOUVELLES ET ANCIENNES DÉLIMITATIONSLES 21 AIRES URBAINES EN 1999
Unités : nombre, %Unité : nombre
Nombre Délimitations 1999 Délimitations 1990
Population
de communes Population Population Population Population
en 1999 en 1990 en 1999 en 1990Lille 1 143 125 131
Douai-Lens 552 682 105 Espace à dominante urbaine 3 795 789 3 761 564 3 668 180 3 634 564
Valenciennes 399 677 102
Béthune 268 439 73 Aires urbaines 3 530 587 3 498 897 3 434 075 3 405 011
Dunkerque 265 974 56 dont :
Boulogne-sur-Mer 135 116 45 Pôles urbains 86,4 86,7 88,1 88,4
Calais 125 584 30 Couronnes périurbaines 13,6 13,3 11,9 11,6
Arras 124 206 112 Communes multipolaires 265 202 262 667 234 105 229 553
Maubeuge 117 470 43
Espace à dominante rurale 200 799 203 494 328 408 330 494Saint-Omer 93 516 63
Cambrai 58 828 28
Ensemble 3 996 588 3 965 058 3 996 588 3 965 058Armentières 58 706 7
Source : Insee - Recensements de la population 1990 et 1999Merville 31 514 7
Étaples 26 686 11
Hazebrouck 26 217 4
Berck 23 196 9
Aulnoye-Aymeries 20 047 6
Bailleul 17 732 3
Fourmies 17 151 2
Caudry 14 146 2
Saint-Pol-sur-Ternoise 10 575 16
Source : Insee - Recensement de la population 1999N°6
Profils
NORD-PAS-DE-CALAIS
LES AIRES URBAINES EN 1990
DUNKERQUE
CALAIS
WERVICK(B)-COMINES
HAZEBROUCK
BAILLEUL
BOULOGNE-SUR-MER SAINT-OMER
ARMENTIÈRES
MERVILLE
LILLE
ÉTAPLES BÉTHUNE
SAINT-AMAND-LES-EAUX
LENS
BERCK
DOUAI
VALENCIENNES
MAUBEUGE
ARRAS
AULNOYE-AYMERIES
CAMBRAI
CAUDRY
FOURMIESSource : Insee - Recensement de la population 1990 © IGN - Insee 2001
Aires Pôles urbainsLES AIRES URBAINES EN 1999
urbaines
Couronnes périurbaines
DUNKERQUE
Contour des aires urbaines
CALAIS
Communes multipolarisées
Espace à dominante rurale
BAILLEUL
SAINT-OMER HAZEBROUCKBOULOGNE-SUR-MER
ARMENTIÈRES
MERVILLE LILLE
ÉTAPLES
BÉTHUNE
DOUAI-LENS
SAINT-POL-SUR-TERNOISEBERCK
VALENCIENNES
MAUBEUGEARRAS
AULNOYE-AYMERIES
CAMBRAI
CAUDRY
FOURMIES
© IGN - Insee 2001Source : Insee - Recensement de la population 1999
TRANSITIONS ENTRE NOUVELLES ET ANCIENNES CATÉGORIES
% Unités : nombre, %
Taux de variation annuel moyen
Catégories du zonage en aires urbaines entre 1990 et 1999 en %Nombre
Populationde Dû au solde Dû au soldeen 1999Délimitation 1999 Délimitation 1990 Totalcommunes naturel migratoire
Aire urbaine Pôle urbain 356 3 025 075 + 0,06 + 0,58 - 0,52
en 1990 Couronne périurbaine 4 3 704 + 0,45 + 0,71 - 0,26
Pôle urbain Commune multipolarisée 4 11 796 + 0,15 + 0,43 - 0,28
Espace à dominante rurale 8 10 160 + 0,23 + 0,26 - 0,03
Ensemble 372 3 050 735 + 0,06 + 0,57 - 0,51
Aire urbaine Pôle urbain - - - - -
en 1990 Couronne périurbaine 360 393 437 + 0,36 + 0,43 - 0,07
Couronne périurbaine Commune multipolarisée 94 78 294 + 0,43 + 0,26 + 0,17
Espace à dominante rurale 29 8 121 - 0,03 + 0,19 - 0,22
Ensemble 483 479 852 + 0,36 + 0,39 - 0,03
Aire urbaine Pôle urbain - - - - -
en 1990 Couronne périurbaine 13 10 238 + 0,71 + 0,47 + 0,24
Commune multipolarisée Commune multipolarisée 156 144 015 + 0,11 + 0,22 - 0,11
Espace à dominante rurale 175 110 949 +0,05 +0,12 -0,07
Ensemble 344 265 202 +0,11 +0,19 -0,08
Aire urbaine Pôle urbain - - - - -
en 1990 Couronne périurbaine 1 1 621 + 0,35 + 0,63 -0,28
Espace à dominante rurale Commune multipolariése - - - - -
Espace à dominante rurale 347 199 178 - 0,15 + 0,07 -0,22
Ensemble 348 200 799 -0,15 +0,08 -0,23
Ensemble 1 547 3 996 588 + 0,09 + 0,50 - 0,41
Source : Insee - Recensements de la population 1990 et 1999
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130, AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00
Aire urbaine en 19999N°6
Profils
NORD-PAS-DE-CALAIS
DÉFINITIONS
Défini pour la première fois à partir des données du recensement de la population de 1990, le zonage en aires urbaines (ZAU)
a été actualisé à partir du recensement de la population de 1999. Ce zonage propose une définition des agglomérations (pôles
urbains) et de leurs zones d’influence (couronnes périurbaines) fondée sur des critères économiques. Ainsi, il permet de quantifier
les phénomènes liés à l’extension des villes (urbanisation et périurbanisation) et de les analyser.
La notion d’unité urbaine repose sur la continuité de l’habitat : est considéré comme telle un ensemble d’une ou plusieurs
communes présentant une continuité du tissu bâti (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) et comptant
au moins 2 000 habitants.
Les communes rurales sont celles qui n’appartiennent pas à une unité urbaine.
Dans le zonage en aires urbaines, les unités urbaines ne sont pas dissociées. Toutes les communes qui les forment sont affectées
en bloc à une même aire ou à un même espace.
Pôle urbain : unité urbaine offrant 5 000 emplois ou plus.
Aire urbaine : ensemble de communes d’un seul tenant et sans enclave, constitué par un pôle urbain, et par des communes
rurales ou unités urbaines (couronne périurbaine) dont au moins 40% de la population résidente ayant un emploi travaille
dans le pôle ou dans des communes attirées par celui-ci. Il peut arriver qu’une aire urbaine se réduise au seul pôle urbain.
Pour la définition des aires urbaines des pôles frontaliers, dont une partie de l’agglomération est située à l’étranger, on a
comptabilisé les flux à destination de la partie étrangère de l’unité urbaine pour déterminer les communes appartenant à la
couronne périurbaine.
Couronne périurbaine (d’un pôle urbain) : ensemble des communes de l’aire urbaine à l’exclusion de son pôle urbain.
Certaines unités urbaines dépassant le seuil de 5 000 emplois sont sous la dépendance économique d’une unité urbaine plus
importante : plus de 40% de leur population active résidente travaille dans le pôle ou dans les communes attirées par celui-ci.
Ces unités urbaines sont alors incluses dans la couronne périurbaine du pôle sous l’influence duquel elles se trouvent.
Communes multipolarisées : communes rurales et unités urbaines situées hors des aires urbaines, dont au moins 40% de
la population résidente ayant un emploi travaille dans plusieurs aires urbaines, sans atteindre ce seuil avec une seule
d’entre elles, et qui forment avec elles un ensemble d’un seul tenant.
Espace urbain multipolaire : ensemble d’un seul tenant de plusieurs aires urbaines et des communes multipolarisées qui s’y
rattachent. Dans l’espace urbain multipolaire, les aires urbaines sont soit contiguës, soit reliées entre elles par des communes
multipolarisées. Cet espace forme un ensemble connexe. Un espace urbain composé d’une seule aire urbaine est dit monopolaire.
Espace à dominante urbaine : ensemble des aires urbaines et des communes multipolarisées. Il est équivalent de le définir
comme l’ensemble des espaces urbains, monopolaires et multipolaires.
Espace à dominante rurale : ensemble des communes n’appartenant pas à l’espace à dominante urbaine. Cet espace comprend
à la fois des petites unités urbaines et des communes rurales.
Pour en savoir plus
• Mesurer un univers urbain en expansion - Insee - Économie et Statistique n° 336,
2000 - 6.
• Les formes récentes de la croissance urbaine - Insee - Économie et Statistique n° 336,
2000 - 6.
• Les grandes villes françaises étendent leur influence - Insee - Insee première n° 766,
avril 2001.
• Le zonage en aires urbaines en 1999 : 4 millions d’habitants en plus dans les aires
urbaines - Insee - Insee Première n° 765, avril 2001.
• Forte extension des villes entre 1990 et 1999 - Insee - Insee Première n° 707, avril 2000.
Directeur de la publication : Jean-Claude HAUTCŒUR - Service Administration des Ressources : Marie-Françoise DUBOIS
Service Études Diffusion : Anne FLIPO - Service Statistique : Michel BREZAULT - Rédactrice en chef : Élisabeth VILAIN
Secrétaire de rédaction : Francine LEDUC - Secrétaire de fabrication : Jean-Claude DELEHAYE - Vente : Bureau de vente
130 avenue J.F. Kennedy BP 769 - 59034 LILLE CEDEX - Tél : 03 20 62 86 66 - Télécopie : 03 20 62 86 00 - CPPAD en cours
ISSN 1269-0260 - Dépôt légal octobre 2001 - © Insee 2001 - Code Sage PR0010620 - LA MONSOISE Tél : 03 20 61 98 44
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130, AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin