Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Industrie : une reprise à confirmer (Octant n° 101)

De
3 pages
Après plusieurs années de ralentissement, l'activité industrielle s'est nettement orientée à la hausse en 2004, en lien avec une demande intérieure plus dynamique. Toutefois cette reprise a été bousculée pendant l'année, tant au niveau national que régional. Le chiffre d'affaires s'est accru, l'emploi est légèrement reparti, mais l'investissement a reculé. Les professionnels prévoient une poursuite de la croissance pour 2005, toutefois moins soutenue.
Voir plus Voir moins

Industrie
Une reprise à confirmer
Après plusieurs années de ralentissement, l’activité res adopte d’ailleurs en 2004
une orientation nettement plusindustrielle s’est nettement orientée à la hausse
favorable qu’en 2002 et 2003.
en 2004, en lien avec une demande intérieure
plus dynamique. Toutefois cette reprise
a été bousculée pendant l’année, tant au niveau Hausse
national que régional. Le chiffre d’affaires des chiffres d’affaires
s’est accru, l’emploi est légèrement reparti,
mais l’investissement a reculé. Les professionnels D’après les données collectées
prévoient une poursuite de la croissance par la Banque de France, le
chiffre d’affaires de l’ensemblepour 2005, toutefois moins soutenue.
de l’industrie bretonne s’est am-
plifié de près de 11 % en 2004,
es industriels bretons ont es- vant a marqué le pas. Le ralen- en raison de la forte hausse en-Ltimé que leur activité, en tissement des échanges mon- registrée dans l’automobile.
progression constante au pre- diaux au début du second se- Sans comptabiliser ce secteur,
mier semestre 2004, avait ralen- mestre a pesé sur les l’accroissement de chiffre d’af-
ti ensuite avant de se redresser exportations manufacturées de faires approche les 3 % alors
en fin d’année. Au total, le ni- tous les pays de la zone euro. qu’il s’était replié en 2003.
veau d’activité est sensiblement Ce tassement de la demande Dans les biens intermédiaires et
meilleur qu’en 2003. Il est éga- devrait se confirmer jusque les biens d’équipement, les
lement supérieur à ceux des dans le courant de l’année hausses ont été soutenues ; l’ac-
deux années précédentes, mais 2005, comme l’avancent les tivité de l’agroalimentaire s’est
moindre que sur la période chefs d’entreprise en prévoyant également développée mais
1998-2000. Les chefs d’entre- une baisse de la demande plus modérément. La progres-
prise interrogés début janvier étrangère à court terme. sion du chiffre d’affaires a été
envisagent une légère inflexion très mesurée dans les biens de
de l’activité pour le premier tri- consommation. Après trois an-
mestre 2005. nées de déficit, les entreprisesVitalité
de la région ont amélioré leurde la demande nationale
rentabilité, hormis les industries
des biens d’équipement qui ontEssoufflement progressif
L’amélioration de l’activité pâti du renchérissement dude la demande étrangère
dans l’industrie en 2004 est en cours de l’acier.
lien avec une demande natio-
Faible en 2003, la demande nale plus dynamique que pré- Les chiffres d’affaires devraient
étrangère a nettement augmen- cédemment : malgré le fléchis- continuer à augmenter en 2005
té au premier semestre 2004, sement du troisième trimestre, dans l’ensemble de l’industrie
conséquence d’une croissance la consommation des ménages mais de manière un peu plus
internationale très favorable. et l’investissement des entrepri- modérée qu’en 2004. Les chefs
Elle s’est ensuite contractée à ses ont globalement plus pro- d‘entreprise de l’automobile
partir du troisième trimestre, gressé en 2004 que les deux an- prévoient une activité toujours
lorsque la reprise de la crois- nées passées. L’indicateur en hausse, mais à un rythme
sance entamée un an aupara- synthétique du climat des affai- moindre. De la même façon,
12 Octant n° 101 - Avril 2005 Bilan économique 2004Industrie
dans les biens intermédiaires, Ensemble de l’industrieDes industriels moins
(moyennes mobiles sur trois trimestres)les biens de consommation et pessimistes sur leurs
l’agroalimentaire, un accroisse- La demande étrangère se redressecarnets de commandesment des chiffres d’affaires est nettement en 2004 solde d’opinions, en %
envisagé : les industriels tablent 40
Opinion sur la demande totalesur des augmentations entre 1 et
30De nombreux indicateurs2 %, moins fortes que l’an pas-
sé. Les perspectives dans le sec- conjoncturels témoignent d’une
20
activité chahutée en 2004 ;teur des biens d’équipement
sont en revanche plus optimis- après une sensible progression 10
les six premiers mois, la pro-tes qu’en 2004.
0duction, comme la demande et
les stocks, a reculé au début du
-10
second semestre sous l’effet
Baisse des investissements d’un ralentissement général, -20
Opinion sur la demande étrangèreavant de repartir au quatrième
-30trimestre. Production et de-
1999 2000 2001 2002 2032 2004
Les investissements industriels mande ont en fin d’année dé-
Des professionnels moins pessimistespassé leur niveau moyen, tandisreculent toujours en 2004, no-
sur leurs carnets de commandes solde d’opinions, en %tamment à cause de la réduc- que les stocks étaient moins
lourds que la normale. Compa- 30tion des réalisations dans le sec-
Opinion sur les stocksteur automobile, d’importants ré à 2003, le niveau des carnets
20de commandes s’améliore mo-programmes d’équipement
étant arrivés à leur terme en dérément et l’évolution des ef- 10
fectifs est un peu meilleure.2003. La Banque de France
chiffre ce retrait à près de 6 % L’indicateur de climat général 0
qui reflète l’opinion des chefspar rapport à 2003 mais la
-10baisse est plus modérée que lors d’entreprise sur l’évolution de
l’activité industrielle dans sondes trois années précédentes.
-20
L’investissement fléchit particu- ensemble est en revanche rede-
venu négatif en janvier 2005lièrement dans les biens inter- -30 Opinion sur les carnets
de commandesmédiaires et dans le secteur au- après avoir été positif pendant
-40un an.tomobile-biens d’équipement.
1999 2000 2001 2002 2003 2004
En revanche il se redresse dans
La confiance des industrielsles industries agroalimentaires
s’est sensiblement améliorée solde d’opinions, en %et dans les biens de consom- Agroalimentaire :
50mation. maintien de l’activité
40
La reprise de l’activité et le dy- 30
namisme de la demande ont France entière, la production de
20
permis aux entreprises indus- la branche agroalimentaire est
10trielles d’augmenter très légère- en léger retrait par rapport à
0ment leurs effectifs, après les 2003 (- 0,2 %). Les échanges
pertes significatives des deux agroalimentaires vers les pays -10
e Climat généralannées passées. Entre le 4 tri- de l’Union européenne sont sta- -20
emestre 2003 et le 4 trimestre bles sur l’année, ceux avec les -30
2004, les effectifs salariés dans pays tiers diminuent. Un tasse-
-40
l’industrie ont progressé de ment des exportations est enre-
-500,2 % en Bretagne, et ont dimi- gistré dans la filière bovine 1999 2000 2010 2021 2003 2004
nué de 1,9 % France entière, comme dans celle de la
Des moyens de production un peu plus utiliséssoit environ 300 emplois indus- volaille.
qu’en 2003 (en %)triels de plus dans la région et
95près de 80 000 disparitions au Au niveau régional, les indus-
niveau national. triels estiment que leur activité
n’a pas réellement redémarré 93
Les capacités de production en 2004 comme le laissaient es-
(hommes et machines) ont été pérer leurs prévisions du début
91un peu plus utilisées que les d’année. La demande s’est
deux années précédentes. En néanmoins rétablie dans l’en-
Taux d’utilisationmoyenne sur l’année, 76 % des semble de l’agroalimentaire 89
des capacités
industriels affirmaient pouvoir breton après le fort recul de
de production
intensifier leur production avec l’année passée. Cette reprise
87
les moyens dont ils disposaient bénéficie notamment à la fabri-
si la demande l’avait permis. Ils cation d’aliments pour ani-
85sont quasiment autant qu’en maux. La réduction de la de-
1999 2000 2001 2002 2003 2004
2001 à émettre cette opinion, mande se stabilise dans Source : Insee, enquêtes de conjoncture
mais moins nombreux que les l’industrie laitière. Les exporta-
deux années suivantes. tions des industries agricoles et
Bilan économique 2004 Octant n° 101 - Avril 2005 13Industrie
agroalimentaires ont un peu notamment grâce à une activité Biens intermédiaires :
progressé en 2004 par rapport à soutenue dans la téléphonie redémarrage de l’activité
2003. ainsi que dans la construction
navale, dont les plans de char-
Malgré un fléchissement en dé- ges se sont consolidés avec la La production nationale de
but d’année, l’activité des IAA relance de programmes civils et biens intermédiaires est repartie
bretonnes se maintient, grâce à militaires. Cette orientation fa- en 2004 (+ 2,6 %) après avoir
de meilleurs résultats au second vorable de l’activité se poursui- stagné en 2003 : le raffermisse-
semestre. Néanmoins les indus- vrait en 2005, les perspectives ment entamé au dernier tri-
triels envisagent pour le début de croissance de ces deux sec- mestre s’est poursuivi graduel-
2005 une activité nettement teurs étant bien orientées à lement pendant toute l’année
moins favorable, liée à une moyen terme. Les industriels 2004. Le même mouvement de
baisse de la demande tant na- font en outre état d’une de- redémarrage est enregistré au
tionale qu’étrangère. mande et d’un niveau de pro- niveau régional. Le positionne-
duction dans l’ensemble du ment, en amont des filières de
secteur en nette hausse par rap- production de ce secteur en fait
port à l’année passée. Ils pré- le témoin privilégié de la repriseAnnée faste
voient toutefois moins d’inves- d’ensemble dans l’industrie en
pour l’automobile tissement à court terme. 2004. Les industriels bretons
bretonne font état d’une production ren-
Al’échelle nationale, après forcéeetd’une demande beau-
avoir fortement baissé en 2003, coup plus dynamique, particu-
Après la pause de 2003, la pro- le volume de la production de lièrement dans les produits
duction automobile nationale a biens d’équipement continue minéraux et la métallurgie-
repris sa croissance en 2004 de décroître en 2004, mais de transformation des métaux.
(+ 1,9 %). Les exportations se manière plus tempérée(-0,7% L’activité des secteurs bois-pa-
sont accrues et la demande in- contre - 2,7 %). Les exporta- pier, chimie-caoutchouc-plasti-
térieure s’est raffermie. En Bre- tions, en net recul les deux an- que, ainsi que celle des indus-
tagne, la production automo- nées précédentes, redémarrent tries des composants électri-
bile retrouve en 2004 un haut un peu. ques et électroniques est égale-
niveau d’activité et de demande ment orientée nettement plus
qui n’avait plus été atteint de- favorablement. La tendance à
puis 2000. La demande - inté- l’amélioration devrait se pour-Biens de consommation :
rieure et extérieure - repart for- suivre au début 2005.reprise modérée
tement, surtout au premier
semestre. Le dynamisme de Lucile Cros
l’activité est liéà l’accélération En baisse en 2003, le chiffre
des rythmes de fabrication dans d’affaires des industries breton-
la construction automobile en nes du secteur des biens de
2004, due aux lancement de consommation a légèrement
nouveaux modèles, notamment augmenté en 2004. Au niveau
la 407 commercialisée au prin- national le volume de produc-
temps et qui deviendra vraisem- tion est quasi stationnaire. Se-
blablement bientôt le principal lon les chiffres de la Banque de
modèle fabriqué en Bretagne France, les exportations régio-
par l’usine PSA Peugeot- nales de biens de consomma-
Citroën. tion ont diminué, plus exposées
à la concurrence étrangère. Les
L’activité continuerait de s’ac- industriels estiment que la de-
croître mais à un rythme moindre mande s’est redresséedanstou-
qu’en 2004, en raison notam- tes les composantes du secteur,
ment d’une consommation des notamment grâce à une amélio-
ménages qui serait plafonnéeau ration en fin d’année : elle s’est
premier semestre à des niveaux accrue modérément dans l’édi-
relativement modérés. tion-imprimerie, plus fortement
dans l’habillement-cuir, l’équi-
pement du foyer et la pharma-
cie-parfumerie-produits d’en-
Renforcement d’activité
tretien. Le niveau de production
dans les biens est également plus élevé que
d’équipement l’annéeprécédente dans tous
ces segments d’activité. Pour le
début 2005, les anticipations
En Bretagne, selon la Banque de des chefs d’entreprises sont
France, le chiffre d’affaires des néanmoins un peu plus
entreprises s’est accru en 2004 pessimistes.
14 Octant n° 101 - Avril 2005 Bilan économique 2004
n

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin