Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'essor économique de l'agglomération vannetaise (Flash d'Octant n° 120)

De
4 pages
L'agglomération vannetaise connaît depuis 30 ans un développement démographique et économique exceptionnel, qui la place, toutes proportions gardées, en tête des agglomérations bretonnes. Les 24 communes qui la composent abritent plus de 120 000 habitants, 57 000 emplois et 9 000 établissements exerçant une activité économique. Son attrait géographique est un atout indiscutable. L'accueil de touristes et de retraités aisés ne saurait pourtant expliquer à lui seul cet essor. Si le dynamisme économique de l'agglomération vannetaise ne s'est pas démenti au cours des cinq dernières années, les activités liées à la production industrielle y ont largement contribué. Elles se sont développées à un rythme plus soutenu que les services à la population.
Voir plus Voir moins

LE FLASH
Octant
Numéro 120 - Juillet 2006Territoires
L'essor économique de l’agglomération vannetaise
L’agglomération vannetaise connaît depuis 30 ans un développement démographique et écono-
mique exceptionnel, qui la place, toutes proportions gardées, en tête des agglomérations breton-
nes. Les 24 communes qui la composent abritent plus de 120 000 habitants, 57 000 emplois et
9 000 établissements exerçant une activité économique. Son attrait
géographique est un atout indiscutable. L’accueil de touristes et de
retraités aisés ne saurait pourtant expliquer à lui seul cet essor. Si le
dynamisme économique de l’agglomération vannetaise ne s’est pas
Vannes démenti au cours des cinq dernières années, les activités liées à la
production industrielle y ont largement contribué. Elles se sont déve-
loppées à un rythme plus soutenu que les services à la population.
Évolution de l’emploi salarié privé non agricoleesuré à l’aune des créations
entre 1998 et 2004 (en indice base 100 au 31 décembre 1998 )M d’emplois ou d’entreprises, le
130développement économique de la
Pays de Vannescommunauté d’agglomération du pays
Communauté d’agglomérationde Vannes apparaît exceptionnel. Celle-
du pays de Vannes
ci compte aujourd’hui 57 000 emplois 120
et 9 000 établissements exerçant une
activité économique.
110Entre les recensements de 1975 et 1999,
le nombre total d’emplois y a augmenté
Bretagne
de 18 000, soit 56 %. Si on considère Communauté d’agglomération
Rennes métropole100l’ensemble des communes du pays de
Autres agglomérations bretonnes *Vannes, la croissance reste vive :
95+ 43 % d’emplois supplémentaires. Sur
1999 2000 2001 2002 2003 2004la même période la progression est de
Sources : Insee, Urssaf14 % en Bretagne, de 9 % France * Il s’agit des agglomérations de Brest, Lannion, Lorient, Quimper, Saint-Brieuc
et Saint-Malo.entière et de 44 % pour Rennes
métropole.
est une des rares régions dans correspondant à 1 200 emplois.
laquelle l’emploi industriel s’est Mais c’est deux fois moins que
La croissance de l’emploi développé : 20 000 postes sup- dans l’ensemble du pays
se poursuit dans les secteurs privé plémentaires, soit une crois- vannetais (+ 50 % et 3 400
et public sance de 10 %. L’agglomération emplois), qui a largement
1
L’essentiel des créations d’emplois de la vannetaise n’est pas en reste,
période 1975-1999 est imputable au avec une progression de ses
1- Il s'agit de l'emploi total c'est-à-dire salarié
secteur tertiaire. Cependant, la Bretagne (privé et public) et non salarié.effectifs industriels de 25 %
ISSN 1276-972X - CODE SAGE : FLAS12064 - PRIX : 2,30€Évolutions de l’emploi total* et de la population Évolutions de l’emploi salarié privé* et du nombre
entre 1975 et 1999 (en %) de ménages entre fin 1998 et fin 2004 (en %)
60 20Communauté d’agglomération
du pays de Vannes
50 Communauté d’agglomération
du pays de VannesCommunauté d’agglomération Communauté d’agglomération16
Rennes métropoleRennes métropole
40
Bretagne
1230
Autres agglomérations bretonnes**
20 Autres agglomérations bretonnes**
Bretagne 8
10 France
Bretagne hors agglomérations
40
0 10 20 30 40 50 60 8 204 12 16
Variation de population Variation du nombre de ménages
Source : Insee, recensements Source : Insee, taxe d’habitation, Urssaf
* Il s’agit de l’emploi salarié (public et privé) et non salarié. * Il s’agit des salariés du secteur privé non agricole.
** Il s’agit des agglomérations de Brest, Lannion, Lorient, Quimper, Saint-Brieuc ** Il s’agit des agglomérations de Brest, Lannion, Lorient, Quimper, Saint-Brieuc
et Saint-Malo. et Saint-Malo.
bénéficié du développement de dans l’agglomération elle- tivité économique de la zone. Au de Vannes a connu un dévelop-
l’industrie agroalimentaire. même. Sur l’ensemble du pays, cours des années 2002 à 2004, pement assez équilibré entre
Les données disponibles ne l’emploi salarié privé hors l’agglomération vannetaise croissance de l’emploi et crois-
permettent pas de mesurer la agriculture a progressé de 20 % enregistre plus d’installations sance de la population, à l’instar
croissance de l’emploi total en 6 ans. d’établissements que de départs. des autres agglomérations de la
depuis le recensement de mars Le secteur public regroupe En trois ans, le solde de ces Bretagne.
1999. Cependant de nombreux 17 000 emplois dans l’agglo- mouvements est de + 67 établis- En 1999, 46 400 ménages ont été
indicateurs montrent que le mération vannetaise en fin sements, il représente 1,2 % des recensés dans l’agglomération
dynamisme économique de d’année 2004, soit un tiers des établissements actifs et 150 de Vannes. A défaut de connaître
l’agglomération vannetaise ne emplois salariés. Ses effectifs ont emplois. Ce résultat est modeste l’évolution du nombre d’habi-
s’est pas démenti. A la faveur de augmenté de 26 % entre 1998 et mais bien supérieur à celui tants depuis ce recensement, la
la reprise économique amorcée 2004. Là encore, la croissance enregistré pour la région (0,4 %). source fiscale sur les taxes
en 1999, le rythme des créations est plus forte que dans la plupart Parmi les huit communautés d’habitation pour les résidences
d’emplois salariés s’est accéléré. des autres agglomérations d’agglomération bretonnes, principales indique une
De 1999 à 2003, la progression bretonnes. Le nombre d’agents a Vannes affiche le solde le plus progression de 18 % du nombre
des effectifs salariés est estimée à progressé de 36 % dans les élevé. de ménages dans l’agglo-
plus de 3 % en moyenne administrations d’Etat, de 42 % mération vannetaise entre 1998
annuelle contre à peine 2 % dans les collectivités territo- et 2004. En Bretagne, l’augmen-Un développement
entre 1990 et 1999. riales. tation est de 10 %.économique stimulé par le
Dans le secteur privé, le nombre Les dernières estimations dedynamisme démographique
d’emplois salariés (hors agri- population réalisées pourDes créations et arrivées L’essor économique de l’agglo-
culture) a enregistré une hausse l’ensemble des 24 communes ded’entreprises en nombre mération vannetaise s’est ac-
de 15 % sur l’agglomération l’agglomération se montaient àAu cours des dernières années compagné d’une croissance
er
vannetaise entre la fin 1998 et la 118 000 habitants au 1 janvierl’agglomération vannetaise a démographique qui la place éga-
fin 2004, ce qui équivaut aux 2002. Les résultats des enquêtesbénéficié d’un solide courant de lement en tête des agglomé-
résultats observés sur Rennes et de recensement réalisées encréations d’entreprises. De 2001 rations bretonnes, devant la
sur Saint-Brieuc. L’évolution 2004 et 2005, sur une partie desà 2005, 600 entreprises se sont métropole rennaise, avec
dépasse nettement celle obser- communes, permettent decréées chaque année sur son cependant une dimension plus
vée dans les agglomérations de penser que ce chiffre est large-territoire. Ce volume représente modeste. Dans la communauté
Saint-Malo, Lorient, Brest et ment dépassé.un taux de création de 12,6 %, d’agglomération du pays de
Lannion. Sur ce champ, on Sur cette période plus récente,supérieur à ceux des différentes Vannes, la population a
observe un phénomène de l’agglomération de Vannes seagglomérations bretonnes et à la augmenté de 50 % entre 1975 et
desserrement de l’emploi, démarque des autres agglo-moyenne régionale. 1999, tandis qu’elle progressait
puisqu’en valeur relative, la mérations bretonnes par sonLes transferts d’établissements de 12 % en Bretagne, de 32 %
progression est bien plus vive sur expansion économique. Elle(installations ou départs d’unités dans Rennes métropole et de
les communes du pays hors prend une orientation résiden-impliquant un changement de 11 % en France. Au cours de
agglomération (+ 32 %) que tielle (voir encadré p. 4) puisquecommune) confirment l’attrac- cette période, l’agglomération
Principaux indicateurs économiques entre 1998 et 2004 (en %)
Évolution du nombre Évolution du nombre Évolution du nombre Évolution du nombre Taux annuel moyen
de ménages d’emplois salariés d’emplois publics de créations de créations
privés d’entreprises d’entreprises
17,3 18,7 29,5 23,6 12,8Pays de Vannes
17,6 15,3 25,6 28,5 12,6CA* du pays de Vannes
13,1 1,2 1,6 24,9 11,6CA de Lannion Trégor
CA du pays de Lorient 7,4 9,5 19,6 15,5 11,5
CA Quimper communauté 8,3 8,7 15,6 -2,5 10,3
CA Rennes métropole 10,0 15,2 15,3 20,9 12,1
CA de Saint-Brieuc 8,4 15,0 18,9 20,7 11,5
CA du pays de Saint-Malo 7,6 11,2 21,7 18,9 11,9
CU** Brest métropole océane 4,0 7,2 12,3 -4,6 10,3
Bretagne 9,6 12,7 18,9 17,0 11,6
Source : Insee, taxe d’habitation, Urssaf, Firesp, Sirene
* Communauté d’agglomération
** Communauté urbaine
Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 120 - Juillet 20062
Variation de l’emploi total
Variation de l’emploi salarié privél’évolution de la population 23 communes voisines, qui moyenne. distingue pas vraiment de ses
s’avère supérieure à celle de présentent encore une densité Les activités agricoles (y compris homologues bretonnes. En
l’emploi. Ce phénomène se faible (de 34 à 395 habitants au sylviculture et pêche) repré- revanche, elle se différencie
2
vérifie dans les différentes km , contre 1 600 pour la ville de sentent 9 % des établissements. lorsqu’on observe la division
communautés d’agglomération C’est peu dans une région où ce entre économie productive etVannes), peuvent prétendre
bretonnes. accueillir dans les prochaines secteur concerne un établis- économie résidentielle (voir
La croissance de la population années de nouveaux arrivants sement sur cinq. C’est encore encadré p. 4). Le tissu éco-
est très corrélée aux créations (habitants, emplois ou entre- beaucoup en comparaison des nomique de l‘agglomération
d’emplois. Elle est généralement principales agglomérations regroupe 33 % d’établissementsprises) en bénéficiant de l’effet
plus forte dans les pôles urbains. de proximité. bretonnes, qui englobent moins de type « productif » et 67 % de
L’augmentation des emplois et de communes rurales. Le poids « résidentiels », ce qui montre
de la population interagissent et moyen du secteur y atteint une agglomération plus orientéeDeux établissements sur
constituent un système ver- seulement 6 % des établis- vers la sphère productive que latrois dans le tertiaire
tueux : la création d’emplois sements début 2006. plupart des agglomérations.Le tissu d’établissements van-
attire des actifs et par conséquent netais est, comme celui de toutes
des familles. Cette arrivée de Une part d’établissements Industrie et services auxles agglomérations, princi-
population génère une demande de la sphère productive entreprises moteurs dupalement orienté vers les acti-
de services, donc de l’emploi vités tertiaires : elles concernent relativement importante développement
mais aussi un meilleur niveau 75 % de ses 9 000 établisse- Au regard de la répartition Il apparaît clairement que le
d’équipement qui tend lui-même ments. Plus précisément, 18 % sectorielle des établissements, secteur productif est le moteur
à renforcer l’attractivité… des unités exercent des activités l’agglomération vannetaise ne se du développement de la zone
commerciales et 57 % appar-
L’impact tiennent au vaste domaine des Part des établissements classés
de l’attrait géographique services. dans l’économie productive début 2006 (en %)
L’agglomération vannetaise Ici, le poids du tertiaire dépasse
bénéficie de surcroît d’une largement la moyenne régionale Bretagne
attractivité spécifique liée à sa (64 % des établissements) et se CA* du pays de Vannes
situation géographique. Celle-ci situe dans la moyenne de CA Rennes métropole
lui vaut d’accueillir notamment plusieurs agglomérations bre- CA de Lannion Trégor
des retraités au pouvoir d’achat tonnes : Lorient, Quimper, Saint- CA du pays de Saint-Malo
supérieur à la moyenne, Brieuc et Saint-Malo. En
CA Quimper communauté
consommateurs de services à revanche, il s’avère inférieur à la
CA de Saint-Brieucforte valeur ajoutée. part de ce secteur dans les
CA du pays de LorientPour autant, l’essor et l’attrac- agglomérations de Brest et
CU** Brest métropole océanetivité de l’agglomération Rennes (84 %).
10 20 30 40vannetaise ne s’expliquent qu’en L’importance des activités
partie par l’inclination qu’elle Source : Insee, Sirenetertiaires, qui rassemblent 86 %
* Communauté d’agglomération
suscite auprès des touristes et des effectifs salariés, s’explique ** Communauté urbaine
retraités. Sa situation géogra- par les responsabilités assumées
Part des emplois salariés classésphique ainsi que ses différents par le pôle urbain vannetais. En
dans l’économie résidentielle fin 2003 (en %)
atouts attirent également les plus de l’effet d’agglomération,
entreprises et offrent des condi- la zone bénéficie d’un effet
CA* du pays de Vannes
tions favorables à leur dévelop- « chef-lieu de département » qui
CA de Saint-Brieucpement. lui vaut la présence de nombreux
CU** Brest métropole océaneLes communes de l’agglomé- établissements administratifs et
CA du pays de Saint-Maloration vannetaise sont dotées commerciaux. Elle est également
CA Quimper communautéd’un fort potentiel de dévelop- le siège d’un important pôle
CA du pays de Lorientpement. Le dynamisme de universitaire.
l’agglomération est actuellement L’industrie et la construction CA Rennes métropole
concentré sur la ville de Vannes, rassemblent respectivement 7 % Bretagne
qui capte à elle seule 46 % des et 9 % des établissements de CA de Lannion Trégor
habitants, 52 % des établis- l’agglomération vannetaise. En
40 50 60 70 80
sements et 73 % des emplois cela, elle est comparable aux
Source : Insee, Clapsalariés de l’agglomération. Les autres agglomérations de taille * Communauté d’agglomération
** Communauté urbaine
Évolution de l’emploi salarié privé non agricole dans la communauté d’agglomération du pays de Vannes
(en indice base 100 au 31 décembre 1998)
130 150
Économie productive
Construction
Bretagne125 Industrie
Communauté d’agglomération 140 Services aux entreprises
du pays de Vannes Services aux particuliers
120
130
115
120
110
Économie résidentielle
110105 Bretagne
Communauté d’agglomération
du pays de Vannes
100 100
2000 2002 2003 2004 2000 2002 2003 20041999 2001 1999 2001
Sources : Insee, Urssaf
Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 120 - Juillet 20063L'emploi salarié* par commune dans le pays de VannesÉtablissements selon le nombre de salariés
fin 2003début 2006 (en %)
70 Communauté
d'agglomération
Communauté d’agglomération du pays de Vannes
60 du pays de Vannes Communes
du pays de Vannes
Pays de Vannes hors agglomération
50
DépartementBretagne du Morbihan
40
30
20
Nombre d’emplois
35 950
10
11 980
0
0 salarié de 1 à 9 salariés de 10 à 199 200 salariés
salariés et plus © IGN - Insee 2006
Source : Insee, Sirene Source : Insee, Clap
* Il s’agit de l’emploi salarié (public et privé) au 31-12-2003.
dans les années récentes. En retrouve la même proportion distingue par l’importance des La faible concentration des
effet, les secteurs de l’économie parmi les établissements ayant petits établissements employant emplois présente l’avantage de
productive affichent globa- changé de commune à l’intérieur 1 à 9 salariés. Ils y représentent limiter les risques de pertes
lement une croissance de de l’agglomération vannetaise. 38 % du parc, contre 32,5 % en d’emplois massives lors des
l’emploi salarié de 25 % entre Bretagne. La tranche au-dessus, crises économiques, en parti-
1998 et 2004, contre 12 % en de 10 à 200 salariés, est éga- culier lorsqu’elles affectent un
Un tissu de petitsBretagne. Au cours de ces six lement surreprésentée : 7,6 % secteur de l’économie.
établissements et une faibleannées, les créations d’emplois y contre 6,3 % au niveau régional.
concentration de l’emploisont notamment élevées dans
Le secteur productif est moteurl’industrie avec une croissance
de 22 % - principalement grâce de développement du territoire,
aux IAA (+ 42 %) - ainsi que dans pourtant la répartition des L'essor des Technologies de l'Information
les services aux entreprises : emplois donne plus et de la Communication
d’importance à la sphère+34%.
Les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC)La croissance de l’emploi dans la résidentielle. Fin 2003,
sont déjà bien implantées dans l'agglomération vannetaise.sphère résidentielle est l’économie résidentielle
Elles comptent en effet environ 250 établissements
nettement plus modeste : rassemble 71 % des salariés
et plus de 1 600 emplois salariés (fin 2003). Elles font preuve
(contre 29 % pour l’économie+ 10 % dans l’agglomération actuellement d'un développement rapide : + 20 % d'emplois
vannetaise, contre + 13 % en productive), ce qui situe Vannes salariés entre 1998 et 2004.
Bretagne. C’est la construction parmi les agglomérations les plus
qui tire la croissance avec 41 % « résidentielles» de la région.
Cette contradiction apparented’emplois supplémentaires
Pour comprendre ces résultatscontre 24 % pour la région. Le s’explique par la spécificité du
niveau de l’emploi dans le tissu productif vannetais, plutôt
La communauté d'agglomération est un EPCI (Etablissement Public desecteur des services aux constitué de petits établisse-
Coopération Intercommunale) regroupant plusieurs communes. Ellesments industriels ou artisanaux,particuliers n’augmente que
forment, à la date de sa création, un ensemble de plus de 50 000 habitantsfaiblement, probablement en avec peu de gros établissements
d'un seul tenant et sans enclave autour d'une ou plusieurs communes-
raison d’un suréquipement lié au industriels. La taille moyenne
centres de plus de 15 000 habitants. Le seuil démographique de 15 000
caractère touristique de la zone. des établissements employeurs habitants ne s’applique pas lorsque la communauté d’agglomération
vannetais ne dépasse pas 15L’économie productive affiche comprend le chef-lieu de département. L’ espace de solidarité ainsi formé
salariés (fin 2003) contre 20 en pourra élaborer et conduire un projet commun de développement urbain etégalement un taux de création
d'aménagement du territoire.d’entreprises légèrement plus Bretagne. Autre indicateur de
La communauté d'agglomération a été créée par la loi du 12 juillet 1999élevé (12,9 % par an) sur la cette particularité vannetaise, les
relative au renforcement et à la simplification de la coopération intercommu-quatre premiers établissementspériode 1998-2004 avec un pic
nale .employeurs ne rassemblent queen 2003 (15,2 %). En outre, les
L'économie productive regroupe les secteurs qui contribuent à la production
établissements y sont plus 14 % des emplois de la sphère
de biens qui n'ont pas, a priori, vocation à être consommés sur le territoire :
mobiles : environ 40 % des productive. l'agriculture, l'industrie, le commerce de gros et les services aux entreprises.
Les entreprises individuelles sans qui effectuent un L'économie résidentielle rassemble les activités destinées à satisfaire les
salarié constituent la majeuredéménagement appartiennent à besoins des populations locales : commerce et réparation automobile,
la sphère productive, aussi bien partie des établissements commerce de détail et réparations, bâtiment, transports, agences de voyage,
activités financières, activités immobilières, services aux particuliers,pour les entrées que pour les présents, comme partout.
éducation, santé, action sociale et administration.L’agglomération vannetaise sesorties de l’agglomération. On
INSEE Bretagne
36, place du Colombier CS 94439 35044 RENNES Cedex Directeur de la Publication : Bernard LE CALVEZ
Tél. : 02 99 29 33 33 Fax : 02 99 29 33 90
Rédactrice en chef : Ludivine NEVEU-CHÉRAMY
Pour tout renseignement :
Composition : Claire CHARON, Jean-Paul MER, Éric MONTEIL,Bureau d’information - Tél. : 02 99 29 33 66
e Cette note a été rédigée par :
© INSEE 2006 Dépôt légal : 3 trimestre 2006
Marie-Hélène KEROUANTON, Michel ROUXELImprimerie : Média Graphic - Rennes
Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 120 - Juillet 20064

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin