Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La population aisée rejoint les communes résidentielles

De
2 pages
Un peu plus de 80 000 personnes ont quitté une commune du département pour aller s'installer dans une autre entre 1990 et 1999. Dans le même temps près de 80 000 autres personnes sont venues s'installer à La Réunion en provenance de l'extérieur. Ces flux de population se sont concentrés sur certaines communes aux dépens des autres. Ils concernent souvent des profils sociaux particuliers.
Voir plus Voir moins

territoire
Mo bi li té résidentielle
La po pu la tion aisée re joint
Un peu plus de 80 000 per son nes ont quit té une com mune du
dépar te ment pour aller s’ins tal ler dans une autre entre 1990 et
1999. Dans le même temps près de 80 000 autres per son nes sont
venues s’ins tal ler à La Réu nion en pro ve nance de l’exté rieur. Ces
flux de popu la tion se sont concen trés sur cer tai nes com mu nes
aux dépens des autres. Ils concer nent sou vent des pro fils
sociaux par ti cu liers.
aint-Denis, ville chef-lieu voit arri -Biblio graphie par le réseau rou tier, étaient déjà consi -
ver une popu la tion d’un haut dé rées comme rési den tiel les en 1990.
-Dos sier “Lignes de force du niveau social. Les nou veaux Dyo n S Elles ont confir mé leur attrait face aux
ter ri toire”. Eco nomie de La Réu nion ni siens y ont un bon niveau d’étude com mu nes “pôles d’emploi” qui lesN° 103 – 1er tri mestre 2000 (58 % ont au moins le bac) et sont bien joux tent. De manière éton nante le
inté grés sur le mar ché du tra vail. DeMigra tions : “la nou velle vague reste n nombre d’arri vées des autres com mu nes
nom breux étu diants vien nent aus si s’yd’une ampleur modérée” - Eco nomie rap por té à la popu la tion de 1990 est
de La Réu nion N° 107 – 1er ins tal ler : sur les 11 500 per son nes en maxi mum pour la Plaine des Pal mis tes :
tri mestre 2001 pro ve nance d’une autre com mune de il ne concerne tou te fois qu’un peu moins
-l’île, 36 % sont étu diants. Les com mu n Dos sier “Les migrants de retour”. d’un mil lier de per son nes dans cette
nes rési den tiel les comme Etang-Salé, La Eco nomie de La Réu nion N° 109 – petite com mune qui attire sur tout des
3ème tri mestre 2001. Pos ses sion, Saint-Paul et Sainte-Marie retrai tés aisés. Pour les quatre com mu -
atti rent sur tout une popu la tion âgée de -nes citées, les taux d’arri vées s’éche lon
30 à 45 ans, diplômée et le plus sou vent nent entre 23 et 36 %. Leur crois sance
occupée. A l’inverse, des com mu nesLes auteurs démo gra phique est spec ta cu laire bien
comme Saint- Phi lippe, Sainte-Rose, que le nombre de personnes qui les ont
n Nel ly ACTIF est res pon sable de la Salazie et Cilaos ont accueil li une popu - défi ni ti ve ment quit tées ne soit pas négli -
divi sion “étu des” à la direc tion la tion à faible niveau d’étude et for te - geable.
régio nale de l’INSEE. ment touchée par le chô mage.
Le Tam pon, aty pique, conjugue un
n Claire GRANGE est assis tante
faible taux de départs à de forts tauxd’étu des pour les syn thè ses Quatre com mu nes très
d’arri vants tant de l’exté rieur que deter ri to ria les à la direc tion régio nale
attrac ti vesde l’INSEE. l’inté rieur. Il pré sente un excé dent de
migrants inter-com mu naux de 3 200 per -
Les com mu nes les plus attrac ti ves pour son nes. Cet effec tif le place en pre mière
les migrants réu nion nais sont La Pos ses - -posi tion pour les gains de migrants inté
sion, Sainte-Marie et Etang-Salé mais rieurs ; mais en 5ème posi tion si on le
aus si La Plaine des Pal mis tes. Les trois rap porte à la popu la tion de 1990.
pre miè res com mu nes, bien des ser vies
Mo bi li té entre les mi cro-ré gions de 1990 à 1999
Taux de va ria tion de popu la tion
Mi cro-Région Arrivées Départs Solde
dû aux migrations
Intra-Réunion Intra-Réu nion Extérieur Total
Est 17 733 15 545 2 188 2,2 % 2,0 % 4,2 %
Sud 26 884 24 779 2 105 1,0 % 4,6 % 5,6 %
Ouest 18 999 19 368 - 369 - 0,2 % 4,0 % 3,8 %
Nord 17 482 21 406 - 3 924 - 2,8 % - 0,6 % - 3,4 %
Source : INSEE, re cen se ments de 1990 et 1999.
L’Est est très at trac tif pour les Réu nion nais tan dis que le Sud et l’Ouest sont pri -
sés par les mi grants ex té rieurs. Le Nord est le grand per dant de la mo bi li té ré si-
den tielle.
24territoire
les com mu nes ré si den tiel les
Mo bi li té ré si den tielle
Lors du re cen se ment de la po pu la-
-tion de mars 1999, une ques tion re
la tive au lieu de ré si dence au 1er
jan vier 1990 (dé but d’année du pré -
cé dent re cen se ment) était posée.
Ont été consi dé rées comme mo bi-
les, tou tes les per son nes qui n’ha bi-
taient pas le même lo ge ment en
1990, qu’el les aient ou non chan gé
de com mune de ré si dence. Cette
me sure, établie sur une pé riode
longue (9 ans entre 1990 et 1999)
sous-es time les mo bi li tés réel les,
puis qu’elle ne peut prendre en
compte les mo bi li tés mul ti ples et les
éven tuels re tours. A l’in verse, les en -
fants nés après le 1er jan vier 1990
sont consi dé rés comme ayant fait la
même mo bi li té que leur mère, et de
ce point de vue su res timent les mi -
gra tions réel les. Cela per met tou te-
fois de me su rer com plè te ment l’ef fet
dé mo gra phique de cette mo bi li té. A
titre d’exemple, par mi les 77 373
per son nes re cen sées comme ar ri-
Les flè ches re pré sen tent des sol des de mo bi li tés ré si den tiel les su pé rieurs à 100 in - vées sur l’île de puis 1990, 15 926
di vi dus. Une seule flèche ca rac té rise les échan ges entre deux com mu nes. La taille sont des en fants nés à par tir de
de la flèche étant pro por tion nelle à l’im por tance du solde. 1990. Par mi eux, 7 735 sont pour tant
nés sur le dé par te ment, après l’ar -Note de lec ture : Saint-Pierre a connu un dé fi cit mi gra toire de 1233 in di vi dus
rivée de leur mère. Cette su res ti ma- avec le Tam pon entre les deux der niers re cen se ments (2999 dé parts pour 1766
tion tend aus si à aug men ter le vo- ar ri vées).
lume des flux in ter-com mu naux et
donc ren force l’image des com mu-
nes des ti na tai res des mi grants pour
Sainte-Suzanne et Bras Panon ont éga le - vien nent pas à équi li brer les fai bles les unes, ou ex pé di tri ces pour les
ment accueil li de nom breux ména ges en départs. Leur solde migra toire inter-com - au tres.
pro ve nance des autres com mu nes. Mais mu nal est donc néga tif. Elles conser vent
les très nom breux départs vers les autres tou te fois un solde migra toire glo bal
vil les réu nion nai ses vien nent réduire leur Cilaos, Salazie et Sainte-Rose, com mu- posi tif sur la période, grâce aux apports
solde migra toire inter-com mu nal qui nes les plus iso lées, n’accueil lent quede popu la tion exté rieure. Saint-Paul
s’éta blit à 6 et 3 % de la popu la tion de très peu de nou veaux arri vants, tant denotam ment conserve un solde migra toire
1990. l’inté rieur que de l’exté rieur. Mais ellestotal supé rieur à 5 % grâce aux migrants
-per dent des habi tants au pro fit des com venus de l’exté rieur de l’île.
Les départs l’empor tent mu nes voi si nes qui sont mieux des ser -
Les com mu nes de Saint-Denis, Saint- vies par le réseau rou tier. ndans neuf com mu nes Pierre et Le Port ont des sol des migra toi -
Nel ly ACTIF et res inter-com mu naux néga tifs, qui, rap -Neuf com mu nes (dont les plus gros ses
Claire GRANGÉpor tés à la popu la tion, vont de - 2 %
Saint-Benoît, Saint-Joseph, Saint-Paul et pour Saint-Pierre à - 9 % pour le Port. Ils
Saint-Louis), sont carac té ri sées par un atti rent beau coup moins de rési dents de
faible nombre de départs. Tou te fois trois l’île qu’ils n’en per dent. Les migra tions
d’entre elles (Saint-Paul, Saint-Louis et posi ti ves avec l’exté rieur leur per met tent
Saint-Leu) atti rent si peu les habi tants d’atté nuer les per tes de popu la tion sans
des autres com mu nes qu’elles ne par - leur rendre d’excé dent migra toire.
25

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin