Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les commerces et services en milieu rural depuis dix ans

De
6 pages
Les supermarchés ont redessiné la carte de l'ensemble des commerces alimentaires. Ce sont les boulangeries qui semblent avoir le mieux résisté à leur essor. Les bureaux de poste se maintiennent, mais de nombreuses écoles subissent des regroupements intercommunaux. Poste et école sont souvent les derniers services à subsister.Malgré des taux d'équipement plus élevés, la population limousine est plus éloignée des commerces et services qu'en moyenne en France.
Voir plus Voir moins

Les commerces
et services en milieu
rural depuis dix ans
Trouver du pain frais sur sa com- boulangerie est présente dans près de 40 %Les supermarchés ont
mune, avoir accès à un bureau de des communes en Limousin, profitant auxredessiné la carte de
poste ou à une pharmacie à proxi- quatre cinquièmes de la population régio-l'ensemble des commerces
mité, habiter près d'une école... nale. Parmi les personnes ne disposant pas
alimentaires. Ce sont les un certain nombre de commerces sur leur commune de cet équipement, seu-
boulangeries qui semblent et de services publics ou privés les 2,5 % d'entre elles habitent à plus de
ont un rôle déterminant dans l'or- quinze minutes de la commune la plus pro-avoir le mieux résisté à
ganisation du territoire. C'est le che équipée. C'est peu, mais plus qu'enleur essor.
cas des équipements dits "de ba- Auvergne (1,8 %) ou qu'en Poitou-
se" : l'école, les commerces ali- Charentes (0,3 %).
Les bureaux de poste mentaires, les professions de
se maintiennent, santé, la banque, la
poste, le coiffeur. Leurmais de nombreuses Médecin ou pharmacie dans la commune
installation, leur maintienécoles subissent des pour seulement un habitant sur deuxou leur disparition peu-
regroupements intercom- vent avoir des consé-
École munaux. Poste et école quences importantes sur
sont souvent les derniers la vie locale, tout parti- Poste
culièrement en zone ru-services à subsister.
Boulangerierale.
L'épicerie ou la boulan- Médecin Malgré des taux gerie sont des commerces
Pharmacied'équipement plus largement implantés dans rural isolé limousin
rural isolé métropoleles communes, qui per-élevés, la population Banque
mettent de desservir surlimousine est plus éloignée 30 40 50 60 70 80 90
place un nombre impor-
Population disposant du service dans sa commune (%)des commerces et services
tant de personnes. La Source : Insee - base permanente des équipements,qu'en moyenne en France. recensement de la population 1999Moins de boulangeries
traditionnelles
Les disparités sont évidentes selon le type Dans l'espace rural limousin, on distingue :
de zone où l'on habite : commune urbaine
- les 33 communes composant les dix pôles d'emploi ruraux et leurou rurale, grande ou petite. Ainsi, dans une
couronne (Argentat, Bort-les-Orgues, Égletons, Objat, Aubusson, Bour-petite commune, une seule boulangerie
ganeuf, La Souterraine, Bellac, Saint-Léonard-de-Noblat, Saint-Yrieix-la-proposera ses produits aux habitants tandis
Perche) ;que, dans les grandes agglomérations, les
citadins auront le choix entre plusieurs com-
- le rural dit "isolé", soit 519 communes regroupant 221 900 habitants
merçants. Environ 650 boulangeries sont (un tiers de la population de la région). Sept de ces communes ont une
implantées en Limousin en 2005, mais la population dépassant les 2 000 personnes (le maximum étant 3 700 ha-
concentration est forte dans les communes bitants). Les trois quarts des communes ont moins de 500 habitants. La
urbaines : une boulangerie sur trois se situe structure par taille des communes est proche de celle du rural isolé de
l'ensemble de la métropole.dans les six pôles urbains, où la densité de
population atteint 580 habitants au kilomè-
Cet article porte sur le rural isolé, où la problématique de l'accès auxtre carré.
commerces et services est la plus prégnante.40 % des boulangeries sont installées dans
le rural dit "isolé" (cf. encadré), qui couvre
La source utilisée est la base permanente des équipements, avec les
70 % du territoire régional. Leur représen- fichiers Adeli (secteur libéral médical et para-médical), Ramsese (éta-
tation parait donc bien faible sur ce vaste blissements d'enseignement), Sirene (services et commerces - cette source
territoire. Pourtant, la densité de population ne permet pas de repérer la présence d'un service en activité secondaire,
n'y étant que de 18 habitants au kilomètre comme le dépôt de journaux dans une boulangerie, ni d'apprécier le
degré de satisfaction des usagers selon la diversité des produits offerts oucarré, le nombre de boulangeries s'y élève
l'amplitude des plages d'ouverture).à 12 pour 10 000 habitants contre 7 pour
10 000 dans les pôles urbains.
En dix ans, le nombre de boulangeries est
resté relativement stable sur l'ensemble du Les supermarchés ont
territoire, mais les terminaux de cuisson et réorganisé le territoirenes rurales isolées en perdentles établissements vendant un produit fa-
6 %. Ainsi, sur les dix dernièresbriqué et cuit ailleurs se sont développés Les autres commerces alimen-
années, 23 communes ont enre-aux dépens des boulangeries traditionnel- taires de base sont moins pré-
gistré la disparition de leur bou-les. La situation n'est pas identique selon la sents. La boucherie et le magasin
langerie. Pour huit d'entre elles,catégorie des communes. Les communes d'alimentation (qui peut être une
on note également la disparitiondes pôles urbains affichent un gain pour ce épicerie, une supérette ou un su-
de l'épicerie.commerce (+7 %) tandis que les commu- permarché) sont implantés res-
Comparaison de l'accessibilité des équipements Limousin/France
Nombre d'équipements Population desservie
Communes équipées (%) pour 10 000 habitants sur place (%)
Présence des équipements dans le rural isolé
Limousin Métropole Limousin Métropole Limousin Métropole
Équipements "de base"
50,2 13,1 82,4École élémentaire (ou classes dispersées) 48,4 11,4 77,8
17,2 11,4 47,5Infirmier libéral 22,5 15,1 49,6
18,3 9,0 52,9Médecin généraliste libéral 21,4 10,6 52,0
14,8 4,1 47,5Pharmacie 20,0 5,8 50,5
24,6 8,6 57,7Épicerie, supérette ou supermarché 28,9 10,6 58,0
30,8 11,3 66,3Boulangerie 33,1 11,9 64,3
18,0 6,3 48,2Boucherie, charcuterie 21,6 7,1 48,0
12,9 5,7 40,7Banque (ou Caisse d'épargne) 14,6 6,0 40,2
27,0 6,3 61,4Poste 41,4 9,8 71,8
25,0 10,9 60,5Coiffure 32,2 12,4 64,4
Équipements complémentaires
46,6 31,4 75,0Restaurant 59,5 27,0 80,5
44,0 19,5 69,0Maçon 49,9 20,1 70,6
30,4 12,3 60,0Plâtrier, peintre 36,0 13,1 62,1
39,4 16,3 66,3Menuisier, charpentier, serrurier 48,0 18,7 70,6
34,9 13,9 64,6Plombier, couvreur, chauffagiste 40,8 15,5 63,8
27,4 9,3 54,7Électricien 33,5 11,2 55,5
32,5 14,2 64,9Réparation automobile et matériel agricole 37,0 15,7 65,5
Source : Insee - base permanente des équipements, recensement de la population 1999
INSEE Limousin - septembre 2006pectivement dans 20 % et 30 % sez peu dans le rural. La part des gasins. D'autres petits commerces spéciali-
des communes du rural isolé li- communes rurales disposant sés ont subi le même sort. C'est le cas des
mousin, proportions légèrement d'une supérette est restée stable boucheries-charcuteries dont le nombre a
plus élevées que dans l'ensemble sur la période : environ 4,5 %. diminué de 26 %.
du rural isolé français. Le petit
commerce a souvent été sup-
Deux épiceries sur cinq Maintien d'un réseau postal,planté par le supermarché :
l'éventail des produits proposés, ont disparu progression des banques
des prix moins élevés et la possi-
bilité de grouper des achats ali- Les épiceries ont été les premiè- Symbole fort des services aux particuliers
mentaires et non-alimentaires y res touchées par l'essor des su- comme des services aux entreprises, le bu-
attirent davantage de ménages. permarchés et des supérettes. En reau de poste est présent dans 40 % des
Ainsi, les supermarchés affichent 1995, on recensait 560 épiceries communes du rural isolé dans la région,
contre 30 % au niveau métropolitain. Il
dessert sur place les trois quarts des Limou-Vingt supermarchés supplémentaires,
sins. Dans le cadre de l'aménagement dudeux cents épiceries en moins
territoire, conformément à la loi du 2 juillet
1990, la Poste s'est engagée à maintenir un
réseau d'au moins 17 000 points de con-
tact au niveau national. Y sont incluses près
de 2 000 agences postales communales ou
Guéret intercommunales, le plus souvent situées en
zone rurale, ce dispositif devant permettre
de conserver une présence postale la plus
complète possible.
Les banques (y compris les agences de la
Caisse d’épargne) sont, quant à elles, ins-
tallées dans 15 % des communes rurales
isolées, contre 13 % au niveau métropoli-Limoges
tain. Elles assurent un service sur place à
40 % des habitants de la zone. La concen-
tration est forte dans les pôles urbains et
seulement un tiers des établissements ban-
caires sont établis en zone rurale. La moi-
tié de ces communes équipées n'offrent les
services que d'une seule banque. En dix ans,
le nombre d'agences bancaires a augmenté
Apparition ou disparition d'un tiers en Limousin. Deux équipementsde l'épicerie
Tulleentre 1995 et 2005 supplémentaires sur cinq se sont implantés
Apparition dans le rural isolé. Une trentaine de nou-
Disparition velles communes possèdent dorénavant ce
Présence aux deux dates
service tandis que six ne bénéficient plusAbsence aux deux dates
Rural isolé de sa présence.
Présence de supermarché
Source : Insee - Sirene
Des classes dispersées pour
une vingtaine d'établissements sur le territoire limousin. Dix ans soutenir l'école de proximité
supplémentaires dans la région plus tard, on en compte 40 % de
Figure emblématique de la vie d'un vil-entre 1995 et 2005. Plus de la moins. Si leur nombre a davan-
lage : la présence de l'école élémentaire.moitié d'entre eux se sont implan- tage diminué dans les pôles ur-
La moitié des communes du rural isolé netés dans des communes rurales bains, le rural isolé a été affecté
possèdent pas de structures d'enseignementisolées. En 2005, 32 communes par leur disparition dans une
primaire ; il s'agit pour l'essentiel de peti-disposent du supermarché, ce qui soixantaine de communes. L'im-
tes communes d'une taille moyenne de 180permet à un quart de la popula- plantation d'une supérette ou
habitants.tion du rural d'être desservie sur d'un supermarché a pallié ces fer-
Pour les autres, le maintien de classes dis-place contre 19 % dix ans plus metures pour 14 % d'entre elles
persées (regroupement pédagogique inter-tôt. Quant aux supérettes, elles mais 77 % ne disposent pas non
communal) permet de limiter le nombre desont augmenté de 29 %, mais as- plus de l'un ou l'autre de ces ma-
INSEE Limousin - septembre 2006
© IGN - Insee 2006communes sans école.
Davantage d'équipements dans les communes rurales à partir de 400 habitantsAinsi, dans le rural
% populationisolé corrézien, le
100
nombre des commu-
100
200nes proposant l'en- 90
semble des classes élé-
300 Restaurantmentaires est inférieur 80
ÉcolePosteà celui des communes
Boulangerie Menuisier
possédant des classes 70 400
MaçonCoiffeur Garagede regroupement pé- 500
Plombier60dagogique intercom-
600
Médecinmunal. Conserver le Plâtrier
ÉlectricienPharmacie50plus longtemps possi-
Épicerie-supérette800ble ce service public, Boucherie
Infirmier
40même incomplet, sem- Banque
1 000ble être l'ultime rem-
30part à la "désertifica- 1 200
tion". Quand cet équi- Supermarché
20pement n'existe pas
1 500
dans une commune,
10
2 000les autres services et
3 000commerces se font ra-
0
res également. 0 1020 3040506070 8090 100
% communes
Grille de lecture : L'épicerie est présente dans 28 % des communes et dessert sur place 54 % des Limousins.
28 % des communes regroupant 63 % de la population ont plus de 500 habitants
De nombreux Concentration de la population et des équipements dans le rural isolé en Limousin
Source : Insee - base permanente des équipements - recensement de la population 1999équipements
de santé Écoles : des regroupements intercommunaux
nombreux dans l'espace ruralLes professionnels de santé (médecins gé-
néralistes, infirmiers libéraux) et les phar-
macies sont présents chacun dans un cin-
quième des communes rurales isolées. La
moitié de la population de la zone en trouve
une près de son domicile. Seule une ving-
Guérettaine de ces communes en accueillent plu-
sieurs. On relève ainsi six pharmacies pour
10 000 habitants dans le rural isolé limou-
sin, contre quatre pour 10 000 habitants
dans le rural métropolitain. Pourtant, en
l'absence de pharmacie sur place, 8 % des
Limogesruraux limousins en sont éloignés de plus
de quinze minutes, contre 5 % pour ceux
de métropole.
Les possibilités d’implantation de nouvel-
les pharmacies sont très réduites ; en effet,
la création d’une nouvelle officine est sou-
mise à un quota minimum de population
(une officine pour 2 500 habitants dans les
communes de moins de 30 000 habitants
ou dans un ensemble de communes conti- Tulle
guës).
Les médecins et infirmiers sont plus nom- Présence d'une école ou
d'un regroupement pédagogiquebreux, et le nombre de ces professionnels
absence de structure
de santé est respectivement de 11 et 15 pour école élémentaire
10 000 habitants dans le rural limousin, bien classe dispersée
plus élevée qu'au niveau du rural métropo- Chef-lieu de canton
litain qui affiche des taux de 9 et 11. Communes du rural isolé Source : ministère de l'Éducation nationale
INSEE Limousin - septembre 2006
© IGN - Insee 2006de communes qui n'en avaient pas dixL'école et le bureau de poste : ultimes équipements présents
ans plus tôt. À l'inverse, une quinzaine
Présence de l'équipement (%) dans les communes disposant de :
de communes constatent sa disparition.
un deux cinq huit neuf La part des communes rurales équipées
équipement équipements équipements équipements équipements
est donc plus importante en 2005 qu'en
École 49 69 82 80 100
1995.Poste 21 59 88 90 100
Boulangerie 9 14 71 100 100
Coiffeur 6 16 76 90 100
Alimentation générale 6 19 71 100 87 Une centaine de communes
Infirmier 9 13 35 70 80 structurent le rural isolé
Médecin 0 5 18 90 100
Boucherie 0 5 35 70 70
La présence simultanée de différents
Pharmacie 0 0 6 80 100
commerces et services dynamise unBanque 0 0 18 30 63
bourg. Les chefs-lieux de cantons du
Grille de lecture : l'école est présente dans 69 % des communes du rural isolé ayant deux équipements.
rural ont quasiment tous les neuf ou dixSource : Insee - base permanente des équipements
équipements "de base". Ils structurent
Les caractéristiques démographi- communes des pôles urbains et ainsi la campagne en raison de leur
ques de la région peuvent expli- des couronnes périurbaines qui attractivité commerciale, comme ils le fai-
quer ce niveau élevé d'équipe- en ont bénéficié. Dans le rural saient déjà quand ils furent désignés chefs-
ment, le maintien à domicile isolé, la quasi-stabilité de leur lieux de cantons. Une quarantaine d'autres
d'une population âgée et disper- nombre cache des mouvements communes sont également bien équipées.
sée sur le territoire ne pouvant plus importants quant à leur dé- Au total, près d'une centaine de commu-
s'envisager sans une bonne im- mographie. nes déterminent le maillage de l'espace ru-
plantation du dispositif de santé. Ainsi, des salons de coiffure se ral isolé.
Ces trois services (pharmacie, mé- sont implantés dans une trentaine Mais si la taille de la commune est un fac-
decin, infirmier) sont associés
dans près de 90 communes. La Une centaine de communes composent
plupart d'entre elles possèdent un fin maillage du territoire rural
également les autres équipements
"de base" et la moitié sont chefs-
lieux de cantons.
Incontournable :
La Souterraine Guéretle salon de coiffure
Bellac
Service aux particuliers que l'on
trouve très souvent dans les com-
munes, le salon de coiffure est AubussonBourganeuf
présent dans un tiers des commu-
nes rurales limousines contre un Saint-Junien
Limogesquart dans le rural de métropole.
Près des deux tiers des habitants Saint-Léonard-
de-Noblatpeuvent ainsi bénéficier sur place
de ce service. À l'instar de la bou-
langerie, deux communes équi-
Saint-Yrieix-pées sur trois n'ont qu'un salon
la-Perche Usselinstallé sur leur territoire. Le nom-
bre d'équipements s'élève aussi
Zonages urbains et ruraux : Bort-les-Orgues
à 12 pour 10 000 habitants. Égletons
Pôles urbains
Dans les pôles urbains, le nom- Couronnes des pôles urbains
TullePôles d'emploi ruraux et couronnesbre de salons de coiffure s'élève
ObjatRural isoléà 15 pour 10 000 habitants et, en
Niveau d'équipement ville, le nombre d'employés dans des communes : Brive-la-Gaillarde
10un salon est souvent plus élevé.
5 ArgentatEn dix ans, le nombre de salons 1
Communes rurales structurantes :de coiffure a augmenté de plus
9 ou 10 équipementsd'une cinquantaine d'établisse-
Chef-lieu de canton
ments. Ce sont essentiellement les
Source : Insee - base permanente des équipements - recensement de la population 1999
INSEE Limousin - septembre 2006
© IGN - Insee 2006Sept équipements complémentaires sont largement implantés sur le territoire (maçon, menuisier, plâtrier-peintre, électri-
cien, plombier-chauffagiste, garagiste et restaurant). Même si ces équipements sont très présents, le service rendu n'est pas
considéré comme de première nécessité pour la population résidante ou ne correspond pas à une logique de proximité : par
exemple, les artisans du bâtiment se déplacent chez leur client et non l'inverse. Ces services s'avèrent finalement peu
implantés dans les communes qui ne possèdent aucun des équipements " de base " et viennent donc le plus souvent
compléter la gamme des communes déjà pourvues de quelques activités de base.
Globalement, le nombre d'artisans du bâtiment a diminué de près de 4 % en Limousin sur la période 1995-2005. L'évolu-
tion est différente selon la catégorie de communes. Seules les couronnes des pôles urbains et des pôles ruraux enregistrent
une hausse. Tous les corps de métiers ne sont pas logés à la même enseigne : tandis que les plâtriers-peintres et les maçons
affichent respectivement une baisse de 13 % et de 7 %, les menuisiers et les plombiers se maintiennent. Seuls les électri-
ciens tirent leur épingle du jeu avec une hausse de 10 %. Ils demeurent toutefois les moins représentés (14 % contre 23 %
pour les maçons).
Dans le rural isolé, le nombre de communes où les cinq artisans étaient localisés a diminué de 14 % ; diminution également
de 12 % de celles qui regroupaient trois activités. À l'inverse, le nombre de communes qui comptaient un ou deux corps de
métiers sur les cinq a respectivement augmenté de 4 % et 8 %.
teur permettant d'accueillir un certain nom- cas, c'est l'école qui constitue cet Des populations
bre d'équipements, elle ne suffit pas. ultime service. Loin derrière, il plus éloignées
D'autres critères entrent en compte : la s'agit du bureau de poste. Bien des équipements
proximité d'une ou plusieurs autres com- souvent, quand l'école et la poste
munes bien équipées, des équipements sont absents, les autres équipe- Au final, il apparaît que malgré
existants dans la commune de travail ou sur ments de proximité font défaut. des taux d'équipements dans l'en-
le trajet domicile-travail peuvent entraîner La présence médicale, l'officine semble plus élevés, la proportion
un moindre niveau d'équipements. Quel- de pharmacie, ainsi que les infir- de la population desservie sur
ques "gros villages" peuvent ainsi paraître mières, les banques, les bouche- place n'est guère supérieure dans
sous-équipés. ries sont rarement répertoriées le rural limousin à ce que l'on
Lorsqu'une commune ne dispose que d'un dans des communes ne disposant constate dans le rural métropoli-
équipement "de base", dans la moitié des pas d'au moins cinq équipe- tain. De plus, le temps d'accès à
ments. Ainsi, plus d'un tiers des l'équipement pour les popula-
communes du rural isolé ne pos- tions qui doivent quitter leur com-
sèdent aucun des dix principaux50, avenue Garibaldi mune pour le trouver est plus im-
87031 Limoges cedex équipements. Pour la plupart, el- portant en Limousin que dans le
Tél 05 55 45 20 07 les ont moins de 300 habitants. reste du pays.
Fax 05 55 45 20 01
Informations statistiques 08 25 88 94 52 Davantage de Limousins sont éloignés
Abonnements 05 55 45 21 31
des commerces et servicesContact presse 05 55 45 20 58
Supermarché
Banque
www.insee.fr
Infirmier
Directeur de la publication Michel Deroin-Thévenin Pharmacie
Rédacteur en chef Yann Leurs
Épicerie - supérette
Mise en forme Isabelle Bonneau
BoulangerieImpression Lavauzelle Graphic
Maquette iti communication Poste rural isolé limousin
rural isolé métropoleÉcole Prix 2,50 €
0 5 10 15 20 25 30Dépôt légal : septembre 2006
Code SAGE : FOC063024 Population située à plus de 15 minutes de l'équipement (%)
ISSN : 1765-4475 Source : Insee - base permanente des équipements,
Copyright - INSEE 2006 recensement de la population 1999
« La rediffusion, sous quelque forme que ce soit, des fonds de cartes issus
Régina Pagnoux,du fichier GéoFLA® de l’IGN est soumise à l’autorisation préalable de l’IGN
et au paiement auprès de cet organisme des redevances correspondantes. » Chantal Desbordes

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin