Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Madagascar, poids lourd démographique dans une poussière d'îles

De
2 pages

En plein boom démographique, Madagascar fournit l'essentiel de la population de la zone sud-ouest de l'océan indien. Les petites îles alentour sont plus ou moins avancées dans le processus de transition démographique.

Publié par :
Ajouté le : 30 décembre 2012
Lecture(s) : 0
Signaler un abus

Madagascar,
poids lourd démographique
dans une poussière d’îles
En plein boum démographique, Madagascar fournit l’essentiel de la population de la zone
sud-ouest de l’océan Indien. Les petites îles alentour sont plus ou moins avancées dans le
processus de transition démographique.
es îles du Sud-ouest de l’Océan Indien de la population mondiale, même si son
17 millions d’habitantsLcomptent actuellement plus de 20 mil- poids reste très modeste (0,26 % en 1990
lions d’habitants. En quinze ans, leur popu- et 0,31 % aujourd’hui). Ce dynamisme et probablement deux
lation a pratiquement augmenté de moitié démographique se retrouve à des degrés fois plus en 2025
(13,5 millions en 1990) alors que celle du divers dans les six pays installés sur ces
monde ne s’est accrue que de 20 %. Ainsi, archipels : les îles bordant le canal du
cet ensemble a pris de l’importance au sein Mozambique sont en effet encore en pleine en moyenne plus de cinq enfants. Les gros-
phase de transition démographique alors sesses sont nombreuses, rapprochées, sou-
que leurs voisines orientales la terminent. vent précoces ou tardives et elles s’accom-
pagnent d’une forte mortalité infantile
La transition démographique À elle seule, la “Grande île” regroupe 86 % (70 ‰). L’espérance de vie à la naissance
de la population de la zone (17,2 millions), est ainsi très faible : moins de 57 ans.
La transition démographique se déroule en très loin devant l’île Maurice qui dépasse le
deux phases : dans un premier temps, on million d’habitants, suivie de La Réunion, La République des Comores et Mayotte se
des Comores, de Mayotte et enfin des Sey-observe le début d’un recul de la mortalité. À côtoient au sein du même archipel et leur
chelles avec moins de 100 000 habitants. comportement démographique est assezune date ultérieure, la natalité entame une
De par l’étendue de son territoire, Mada- similaire. Leur taux de natalité est encorebaisse également continue. À une troisième
gascar a cependant une densité beaucoup très élevé (entre 35 ‰ et 39 ‰) et leur tauxdate, mortalité et natalité atteignent un palier
plus faible que ses voisines. Avec moins de de mortalité est faible (entre 3 ‰ et 5 ‰).bas. C’est la fin de la transition. La transition 2
30 habitants au km , elle est par exemple Toutefois certains décès peuvent ne pas
démographique est un phénomène
vingt fois moins importante que celle de avoir été comptabilisés car la mise en place
inéluctable, universel dans son principe. Le l’île Maurice. La densité de Madagascar est de l’état civil est récente. Quoiqu’il en soit
processus de recul de la mortalité ne souffre près de quatre fois plus faible que celle de la croissance naturelle est très forte (plus
aucune exception. Il n’existe pas de pays où, la France, pays comparable en terme de de 3 % par an). Un fort courant d’émigration
suite à la baisse de la mortalité, la croissance superficie. Mais ces comparaisons vont vite des Comores vers Mayotte accroit d’autant
naturelle se soit maintenue durablement à évoluer : la population malgache devrait plus la population de cette île qui a aug-
doubler d’ici 2025…son plafond sans que la fécondité n’ait, à son menté de 80 % en moins de quinze ans.
tour, réagi en se rétractant. Il existe deux
Madagascar semble être l’île la moins Maurice, les Seychelles et La Réunion for-principaux types de transitions
avancée dans le processus de transition ment un autre ensemble assez homogène,démographiques : les transitions longues
démographique. Son taux de mortalité plus développé économiquement, plus
(elles durent plus de 100 ans) typiques des
baisse d’année en année mais reste assez avancé dans le processus de transition
pays développés européens qui ont en
élevé (15 ‰ en 1990, 11 ‰ en 2004), Son démographique. Leur population est encore
général démarré avant 1900 et les transitions taux de natalité est le plus fort de la zone très jeune mais elle vieillit : le poids des
courtes (entre 40 et 80 ans) correspondant (40 ‰), entraînant un très fort accroisse- moins de 18 ans faiblit d’année en année, il
plus aux pays en voie de développement. ment naturel. Chaque femme malgache a est aujourd’hui situé entre 29 et 33 % alors
32 ééconomieconomieéconomie
dede LaLa RéunionRéunionde La RéunionN°128N°127 N°128Population des îles du Sud-Ouest de l’Océan Indien
Évolution de la population des îles
depuis 15 ans (base 100 en 1990)
180
Equateur Mayotte
170
KENYA
160
Les Seychelles
150
82 500 Madagascar
140TANZANIE Pemba
Aldabra
Comores
130
La Réunion
Comores
Agalega 120 Seychelles
Maurice588 000 Mayotte 110
169 300
100Tromelin
1990 1995 2000 2004
St Brandon
Part des moins de 18 ans dans la population
17 206 500 Rodrigues
60 %
Ile Maurice
50 %
1 233 500
763 200
40 %
La Réunion
30 %Tropique du Capricorne
0 500 km
20 %
10 %
0%
Sources :
Les données sur les Comores, Madagascar, Maurice, La Réunion et les Seychelles sont collectées au sein de
l’ODEROI (Observatoire des Droits de l’Enfant de la Région Océan Indien) et fournies par les Instituts (ou Bureaux)
nationaux de statistique de chaque pays. Les données pour Mayotte sont fournies par l’antenne INSEE de Mayotte.
qu’il s’étalait entre 35 et 41 % en 1990. Les taux Bibliographie :
de natalité diminuent et se situent actuellement e> “La transition démographique s’attarde” - Jean-Marc Lardoux - Economie de La Réunion n°113 – 3 trimestre
entre 15 et 19 ‰. Le nombre moyen d’enfants par
2002.
femme, s’il est encore de 2,5 à La Réunion, n’est
> “Madagascar : la transition démographique sera encore longue” - Bénédicte Gastineau - Economie de La Réu-
plus que de 1,9 à Maurice et de 2,0 aux Seychel- e
nion n° 121- 3 trimestre 2004.
les, soit à des niveaux comparables à ceux des
pays européens les plus féconds (Irlande, France). Définitions :
De même l’espérance de vie à la naissance > Taux de natalité : rapport du nombre de naissances au cours d’une période (en général l’année) à la population
dépasse largement 70 ans sur ces trois territoires de femmes fécondes en milieu de période. Les femmes réputées fécondes sont celles âgées de 15 à 49 ans.
et rejoint celle de nombreux pays européens. > Taux de mortalité : rapport entre le nombre de décès d’une période (en général l’année) et la population corres-
pondante en milieu de période. Il dépend des conditions de santé et de la structure par âge de la population.
Jean-MarcLARDOUX > Taux de mortalité infantile : proportion d’enfants qui meurent avant l’âge d’un an, calculé pour 1 000 naissances
vivantes.chargé des études démographiques
> Accroissement naturel : différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès.
ééconomieconomie 33
dede LaLa RéunionRéunion N°128N°128
SOMALIE
Canal du Mozambique
Mayotte
Comores
Madagascar
Seychelles
La Réunion
Maurice
MOZAMBIQUE
Madagascar

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin