Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Pays du Val de Lorraine : un territoire de liaison tirant parti des dynamiques péri-urbaines

De
4 pages
Situé au coeur du Sillon lorrain, le Pays du Val de Lorraine apporte sa contribution économique et démographique à la structuration de l'espace entre Nancy et Metz. Après les années de crise, si la culture industrielle demeure, le tissu économique s'est diversifié et le pays renoue avec la croissance de l'emploi. Les villes industrielles de fond de vallée accusent un déclin et se double de poches de pauvreté. Les communes de l'Est et du Sud profitent de leur situation géographique aux portes de Nancy et affirment leur vocation de zone à la fois résidentielle et d'activité. L'arrivée de nouvelles infrastructures constitue une chance pour le Nord du pays et des opportunités de développement à saisir.
Voir plus Voir moins

10 Pays du Val de Lorraine :

Situé au cœur du Sillon lorrain, le Pays du Val
de Lorraine apporte sa contribution économique
et démographique à la structuration de l’espace
entre Nancy et Metz.
Après les années de crise, si la culture industrielle
demeure, le tissu économique s’est diversifié et
le Pays renoue avec la croissance de l’emploi.
Les villes industrielles de fond de vallée accusent
un déclin démographique qui pèse sur l’ensemble
du Pays et se double de poches de pauvreté.
Les communes de l’Est et du Sud profitent de leur
situation géographique aux portes de Nancy et affirment
leur vocation de zone à la fois résidentielle et d’activité.
L’arrivée de nouvelles infrastructures constitue
une chance pour le Nord du Pays et des opportunités
de développement à saisir.
emploi est le facteur déterminant Le secteur tertiaire y représente
qui a conditionné la situation so- dorénavant 60% des emplois
cio-économique du Pays du Val de (contre 42% en 1982), dont 5 000
Lorraine marqué dans la période postes dans les secteurs de l’édu-L’
récente par une phase d’expansion cation et de la santé, 3 000 dans
jusqu’en 1975, suivie d’une grave le commerce et 2 000 dans l’ad-
crise entre 1982 et 1990 avec la ministration publique.
fermeture des aciéries de Pompey.
Entre 1990 et 1999, le secteur le
plus performant pour les créations
Rebond de l’emploi depuis 1990 d’emplois est sans conteste le
Renouveau et commerce dont les effectifs ont
progressé de 18% (contre 3% dansredéploiement de l’emploibase 100 en 1962130
Population l’ensemble de la région). Cette évolu-
120
tion est imputable principalement
110 Aujourd’hui, le Pays offre 25 000
au commerce de détail qui en dix
100 emplois concentrés essentielle-
Emploi ans a créé près d’un quart d’em-
90 ment autour des pôles de Pompey,
plois nouveaux, en grande partie
80 Frouard, Custines et Pont-à-Mous-
par les implantations continues
1962 1968 1975 1982 1990 1999 son. S’il n’a pas encore retrouvé
d’établissements dans les zones
son niveau de 1982 (27 000 em-Source : Insee - Recensements d’activité spécialisées, notamment
plois), il présente un visage bien dif-
la zone du «Saule Gaillard» à
férent de cette époque, grâce à un
Frouard.
renouveau et un redéploiement
des activités économiques, dont le Dans le même temps, l’emploi
«Parc d’activité de Nancy-Pompey» dans les services a progressé de
est le signe le plus emblématique. 10% sous l’effet notamment d’im-
L’imaged’unancienbassinindus- plantations d’hôtels de chaîne et
triel en reconversion est désor- du développement de sociétés de
mais dépassée. gardiennage et de nettoyage.L’emploi industriel, bien qu’en ré- l’emploi. Le reste de l’emploi du sec- sance : le maintien en activité des
gression (-12% en dix ans, comme teur marchand apparaît dispersé hommes au-delà de 50 ans, la
dans l’ ensemble de la Lorraine), reste dans de nombreux établissements montée de l’activité féminine et le
toutefois encore très présent. Il oc- de petite taille : 2 600 au total par- développement des déplacements
cupe 7 700 personnes, soit 31% mi lesquels 42% n’ont aucun salarié domicile-travail.
des emplois du Pays. Un poids qui et47%enontde1à9;seules14 Aujourd’hui, les femmes repré-
demeure plus fort que les moyen- unités ont plus de 200 salariés. sentent près de 44% de la popu-
nes régionale ou nationale (respecti- lation active du Pays. Leur taux
vement de 22% et 18%). d’activité se situe à 72% (contreDes femmes de plus
Dans ce secteur, deux activités se 63% en 1990)etildispose encoreen plus activesUn emploi
distinguent : la métallurgie et la d’une marge de progression.sur trois Les années de crise industrielletransformation des métaux et les Pour le Pays, cela constitue au-dans l’industrie ont profondément affecté le fonc-composants électriques et électro- tant de potentiel de main-d’œuvre
tionnement du marché du travailniques ; deux activités où le Pays a supplémentaire.
dans le Pays du Val de Lorraine.conservé ou acquis une spécificité
Ainsi entre 1982 et 1990, malgréforte avec SAINT-GOBAIN-PAM et PHI- Un actif sur trois travaillel’arrivée toujours régulière de jeu-
LIPS FRANCE.
dans le Grand Nancynes dans la vie active, le nombre
Plus récemment, les installations total d’actifs a diminué de 100 Alors que 35 000 actifs résidentde RAFLATAC et de DELIPAPIER ont personnes par an, sous le double dans le Pays du Val de Lorraine, leplacé en bonne position l’industrie effet de départs vers d’autres lieux nombre d’emplois offerts à l’intérieurdu bois et du papier encore inexis- de résidence et de la réduction du du Pays ne s’élève qu’à 25 000. Letante au début des années 90. taux d’activité des hommes due taux d’emploi (1) diminue régulière-
Dans l’ensemble, cet emploi indus- aux mesuresdemiseenretraite ment (80% en 1982, 72% en 1999).
triel relève de centres de décision anticipée qui les ont touchés. Pour trouver un équilibre, sans pour
externes à la région (groupes natio- Depuis 1990, le mouvement s’est autant être contraints à choisir
naux ou étrangers) et apparaît inversé et la population active entre chômage et départ, les actifs
concentré dans peu de secteurs croît à nouveau au rythme de 260 résidant dans le Pays sont de plus
d’activité. personnes par an. L’arrivée de en plus nombreux à occuper un em-
L’économie du Pays est ainsi dépen- jeunes actifs est un peu plus faible ploi à l’extérieur.
dante de quelques grands établisse- et les départs moins nombreux. Désormais, ils sont 17 000, soit
ments:les10 plusgros Mais surtout, trois éléments forts près de la moitié d’entre eux, à sor-
employeurs représentent 18% de interviennent dans cette crois- tir quotidiennement des limites du
Pays avec pour destination princi-
pale la Communauté Urbaine duLes disparités de développement en Lorraine
Grand Nancy (CUGN) qui en accueille
11 000. Les parties Sud et Est du
Longwy
Pays du ValdeLorrainesontles
plus concernées par ce phéno-
Thionville
mène. Parallèlement, ils sont 2 000
Forbach
à partir travailler dans le reste de laBriey
Metz Meurthe-et-Moselle et 2 700 enSarreguemines
Saint-Avold
Verdun Moselle, notamment dans la Com-
munauté d’Agglomération de Metz
Pont-à-Mousson
Château-Salins Métropole (CA2M).
Bar-le-Duc
Commercy
Toul Dans l’autre sens, le Pays est aus-
SarrebourgNancy
si offreur d’emplois pour 7 200 ac-
Lunéville Attraction principale
tifs qui n’y résident pas. Parmi eux,
Baccarat
3 400 habitent dans le GrandZone de forte croissance
NeufchâteauEvolution annuelle Saint-Dié Nancy. La seconde source de
moyenne (90/99) de
la population urbaine Zone de croissanceMirecourt main-d’œuvre provient du reste du
1,7% moins marquéeEpinal
0,8 Vittel département, notamment de la
0,1 Diffusion de la croissance en
périphérie des zones dynamiques zone d’emploi voisinedeToul.Le-0,24
Remiremont-0,57 Pays reste en revanche très peuZone à dynamique résidentielle
-1,2 sous influences voisines
attractif pour les actifs mosellans.
Population des unités urbaines (1999)
Bassin industriel en cours de reconversion
profitant de la dynamique transfrontalière330000 habitants
Foyer industriel en difficulté100000
Baisse de l’emploi et de la population50000 (1) Taux d’emploi : rapport entre le
10000 nombre d’emplois offerts dans le PaysZone de déclin continu de
l’emploi et de la population et le nombre d’actifs ayant un emploi
résidant dans le Pays.
IGN - Insee Lorraine
©220
320
110
70
11 220
100
3 450
80
0
4
600
2
son. Fortement affectées par la son, où elles représentent deDifficultés dans les villes
crisedelasidérurgiedansles 12% à 15% de la population.de fond de vallée
années 80, elles connaissent un Dieulouard et ses environs immé-
L’évolution démographique ob- déclin lié directement à la dispa- diats semblent les plus touchés
servée ces dernières décennies rition des emplois dans ces in- par un bas niveau de vie avec le
dans le Pays du Val de Lorraine dustries historiques. A cela il taux de non-imposition le plus élevé
découle directement des fluctua- faut ajouter également un cer- (50%) et le montant de revenu an-
tionsdel’emploi. Unerupture tain vieillissement de leur habitat nuel moyen par ménage fiscal le
très nette s’est produite à partir et la difficulté de trouver au- plus faible (13 500 euros par unité
de 1982 lorsque la croissance jourd’hui du foncier disponible et
de consommation (3)).
de la population a été stoppée à un moindre coût, dans des ter-
brutalement. Depuis cette date, rainsenclavésentre plateau de
Développementla dynamique démographique du Haye d’un côté et Moselle-che-
Pays est pénalisée par un déficit du péri-urbainmin de fer-autoroute de l’autre.
migratoire que peut à peine com-
C’est également dans ces villes Aux marges de cette zone centrale
penser l’excédent du solde natu-
industrielles que l’on relève les urbaniséedelonguedatemaisen
rel, d’où la stagnation de
poches de pauvreté les plus im- perte de population, le reste du
population observée. Les petitesportantes. Les deux tiers des Pays présente encore un aspect
communesLes communes les plus touchées personnesà basrevenu (2)du campagnard. Le foncier de bonne
retrouventpar ce déclin démographique se Pays vivent en effet dans cinq de qualité n’y manque pas et les nou-
leur attraittrouvent être en grande partie ces communes qui ne regrou- veaux arrivants peuvent bénéficier
les villes industrielles localisées pent par ailleurs que 44% de d‘un cadre de vie verdoyant dans
dans le fond de la vallée de la l’ensemble de la population : dessecteursprotégésdes nuisan-
Moselle et qui s’étirent sur une Dieulouard, Pompey, Frouard, ces sonores et industrielles.
diagonale Pompey - Pont-à-Mous- Champigneulles et Pont-à-Mous- La tendance est aujourd’hui à l’ur-
banisation de ces zones proches
Navettes domicile - travail des grands centres urbains. Elle
Moselle
avec l’extérieur du Pays passe par la réhabilitation de l’habi-
en 1999 tat ancien ou la construction de lo-
gements neufs, généralement des
pavillons, qui peu à peu occupent
d’anciens espaces agricoles.
Quelques communes autour de
Luxembourg Pont-à-Mousson ou proches de
Metz Nancy, comme Liverdun, et plus
( CA2M )
récemment Lay-Saint-Christophe
ou Saizerais, connaissent ainsi ce
genre d’engouement.
Mais c’est la partie Est du Pays, à
Zone intermédiaire l’exception de Jeandelaincourt et
Moivrons, qui est la plus marquée
par ce type de mouvement depuis
1982 et enregistre la plus forte
CC Trois vallées
Pays du Val de Lorraineet Côtes-de-Haye progression récente de popula-
Reste France
Alsace
(2) Personnes à bas revenu : person-
nes vivant dans une famille dont les re-
venus sont inférieurs à la
demi-médiane des revenus disponibles
Meuse
avant impôts y compris prestations.
Soit pour 1999, 621 euros par unité
de consommation et par mois.
Nancy
Meurthe-et-Moselle ( CUGN ) (3) Unité de consommation : grandeur
associée àchaquemembred’unmé-
nage selonsasituationauseindumé-
nage et son âge. La personne de
Vosges référence du ménage représente une
unité de consommation (1 uc), les au-
tres membres de 14 ans et plus 0,5
uc et les enfants de moins de 14 ansSource : INSEE -Recensement de la population 1999 - exploitation complémentaire
0,3 uc.
1 0
4
160
140
200
2 240
1970
1830
450
590
370
© IGN - INSEE 2003canal de l'est
canal de la Marne au Rhin
tion. Si son paysage évoque en- autre ville universitaire, ou pour Lesménils et Atton anticipent déjà
core un territoire rural, la grande trouver un emploi. ce développement : 150 entrepri-
majorité de ses habitants vivent ses ont été créées dans ces troisD’autre part, de jeunes adultes
déjà sous influence urbaine en ce communesau coursdeces dix(30-39 ans) accompagnés de leurs
qui concerne l’accès à l’emploi et, dernières années.enfants (moins de 15 ans) arrivent
à un degré moindre, aux services. dans le Pays ayant choisi une rési- Dans la partie Sud-Ouest du Pays,
D’une manière générale, depuis dence dans le péri-urbain lorsque la réalisation à moyen terme d’un
une vingtaine d’années, les com- la cellule familiale s’agrandit. barreau autoroutier en direction
munes qui ont gagné des habi- de Toul permettra de désenclaverLa moitié des 17 000 personnes
tants sont plutôt les petites Dieulouard, et la reconversion deinstallées dans le Pays depuis
communes (moins de 1 000 habi- la base aérienne de Rosiè-1990 viennent du Grand Nancy.
tants) ; celles qui en ont perdu res-en-Haye laisse entrevoir des
Mis à part les départs liés auxsont plutôt les grosses commu- possibilités d’installations d’activi-
études, ce double mouvement (dé-nes (plus de 5 000 habitants). tés.
parts de jeunes - arrivées de couples
Enfin, si le Pays connaît, comme Un carrefour d’échanges multimo-
avec enfants) reproduit dans le
ailleurs, un lent vieillissement de dal route-avion-train-canal, concer-Pays la même logique de fonction-
sa population, il demeure encore nant autant les personnes que lesnement que celle à l’œuvre dans
relativement plus jeune que le marchandises, se met ainsi peu àl‘ensemble du Sillon Nancy-Thion-
reste de la région. peu en place dans le Pays du Valville qui accuse un déficit d’attrac-
de Lorraine ou dans sa proche pé-tivité pour les jeunes actifs.
riphérie, notamment aux alentoursUn territoire attractif
de Pont-à-Mousson. Nul doute qu’il
pour les couples Des opportunités de constitue une opportunité mais
avec enfants développement à saisir aussi un des défis majeurs du dé-
veloppement futur du Pays.Le profil desmigrantsdansle Longtemps cantonné dans une si-
Pays du Val de Lorraine entre tuation de couloir de communica-
1990 et 1999 porte la marque Philippe DEBARDtion Nord-Sud, le Val de Lorraine
de deux mouvements de popula- profite désormais de la proximité
tion qui se croisent et confirme de l’aéroport régional localisé sur
l’importance des échanges avec la commune mosellane voisine de
Nancy, phénomène déjà observé Louvigny. En outre, l’arrivée du Ministère de l’Économie,
pour l’emploi. TGV-Est (gare et centre de mainte- des Finances et de l’Industrie
nance) à l’extrémité Nord du Pays, InseeD’une part, de nombreux jeunes
Institut National de la Statistiquecontribuera à renforcer son at-de 15 à 29 ans quittent le Pays
et des Études Économiquestractivité. Pour l’heure, les sec-pour poursuivre des études supé-
Direction Régionale de Lorraine
teurs de Pagny-sur-Moselle,rieuresà Nancyou dansune 15, rue du Général Hulot
CS 54229
54042 NANCY CEDEX
Des infrastructures Tél : 03 83 91 85 85Luxembourg
Fax : 03 83 40 45 61stratégiques
A31 www.insee.fr/lorraine
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION
Thionville
Jean-Paul FRANÇOIS
Directeur régional de l’Insee
Verdun
COORDINATION RÉDACTIONNELLE
A4 Sarreguemines Joël CREUSATMetz
William ROOSLouvignyTGV Vandières
Cheminot
RÉDACTRICE EN CHEF
Agnès VERDIN
Strasbourg SECRÉTARIAT DE FABRICATIONSarrebourg
NancyBar-le-Duc MISE EN PAGE - COMPOSITION
Toul Marie-Odile LAFONTAINE
Lunéville
Marie-Thérèse PERRIN
ATTACHÉE DE PRESSE
Brigitte MILITZER
Neufchâteau ABONNEMENTSSaint-Dié
Myriam PUJOL
Épinal
Code SAGE : EL4P1040
ISSN - en cours
50 Km
© INSEE 2003
Source : INSEE
Moselle
Canal des houillères
canalisée
© IGN - INSEE 2003
de
la
Sarre