Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Boccace decameron

De
780 pages
Publié par :
Ajouté le : 05 juillet 2011
Lecture(s) : 103
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

Jean Boccace LE DECAMERON (1349-1353) Traduction de Sabatier de Castres Édition du groupe « Ebooks libres et gratuits » Table des matières VIE DE BOCCACE ....................................................................9 PROLOGUE ............................................................................ 14 PREMIÈRE JOURNÉE........................................................... 17 INTRODUCTION .......................................................................18 NOUVELLE PREMIÈRE LE PERVERS INVOQUÉ COMME UN SAINT ...................................................................................29 NOUVELLE II MOTIFS SINGULIERS DE LA CONVERSION D’UN JUIF À LA RELIGION CHRÉTIENNE............................ 41 NOUVELLE III LES TROIS ANNEAUX, OU LES TROIS RELIGIONS ................................................................................46 NOUVELLE IV LA PUNITION ESQUIVÉE..............................49 NOUVELLE V LE REPAS DES GELINOTTES OU ANECDOTES SUR UN ROI DE FRANCE .................................54 NOUVELLE VI CENT POUR UN..............................................57 NOUVELLE VII LE REPROCHE INGÉNIEUX....................... 60 NOUVELLE VIII L’AVARE CORRIGÉ .....................................65 NOUVELLE IX LA JUSTICE EST LA VERTU DES ROIS........68 NOUVELLE X LES RAILLEURS RAILLÉS, OU LE VIEILLARD AMOUREUX..........................................................70 DEUXIÈME JOURNÉE73 NOUVELLE PREMIÈRE LE TROMPEUR TROMPÉ OU LE FAUX PERCLUS PUNI ..............................................................74 NOUVELLE II L’ORAISON DE SAINT JULIEN..................... 80 NOUVELLE III LES TROIS FRÈRES ET LE NEVEU, OU LE MARIAGE INATTENDU............................................................87 NOUVELLE IV LANDOLFE OU LA FORTUNE IMPRÉVUE..97 NOUVELLE V LE RUBIS ........................................................102 – 3 – NOUVELLE VI LES ENFANTS RETROUVÉS ........................116 NOUVELLE VII ALACIEL OU LA FIANCÉE DU ROI DE GARBE ...................................................................................... 132 NOUVELLE VIII L’INNOCENCE RECONNUE ..................... 156 NOUVELLE IX L’IMPOSTEUR CONFONDU OU LA FEMME JUSTIFIÉE................................................................................ 174 NOUVELLE X LE CALENDRIER DES VIEILLARDS............188 TROISIÈME JOURNÉE .......................................................198 NOUVELLE PREMIÈRE MAZET DE LAMPORECHIO OU LE PAYSAN PARVENU............................................................199 NOUVELLE II LE TONDU OU LE MULETIER HARDI ET RUSÉ.........................................................................................207 NOUVELLE III LE CONFESSEUR COMPLAISANT SANS LE SAVOIR.....................................................................................213 NOUVELLE IV LE MARI EN PÉNITENCE OU LE CHEMIN DU PARADIS ............................................................................224 NOUVELLE V LE MAGNIFIQUE .......................................... 230 NOUVELLE VI LA FEINTE PAR AMOUR .............................237 NOUVELLE VII LE QUIPROQUO OU LE PÈLERIN ........... 248 NOUVELLE VIII LE RESSUSCITÉ.........................................269 NOUVELLE IX LA FEMME COURAGEUSE .........................281 NOUVELLE X LA CASPIENNE OU LA NOUVELLE CONVERTIE .............................................................................292 QUATRIÈME JOURNÉE......................................................299 PRÉFACE DE L’AUTEUR ....................................................... 300 À MES CENSEURS LES OIES DU FRÈRE PHILIPPE ......... 302 NOUVELLE PREMIÈRE LE PÈRE CRUEL .......................... 309 NOUVELLE II LE FAUX ANGE GABRIEL OU L’HYPOCRITE PUNI................................................................ 319 NOUVELLE III LES MALHEURS DE LA JALOUSIE........... 330 – 4 – NOUVELLE IV LA FIANCÉE DU ROI DE GRENADE OU LES AMANTS INFORTUNÉS ..................................................337 NOUVELLE V LE BASILIC SALERNITAIN...........................344 NOUVELLE VI LES DEUX SONGES..................................... 348 NOUVELLE VII LE CRAPAUD OU L’INNOCENCE JUSTIFIÉE HORS DE SAISON ...............................................355 NOUVELLE VIII LA FORCE DU SENTIMENT .....................359 NOUVELLE IX LE MARI JALOUX ET CRUEL365 NOUVELLE X ROGER DE JÉROLI OU LES BIZARRERIES DU SORT ..................................................................................369 CINQUIÈME JOURNÉE ......................................................379 NOUVELLE PREMIÈRE LE PRODIGE OPÉRÉ PAR L’AMOUR................................................................................. 380 NOUVELLE II L’ESCLAVE INGÉNIEUX...............................392 NOUVELLE III LES DEUX FUGITIFS...................................399 NOUVELLE IV LE ROSSIGNOL............................................ 406 NOUVELLE V LES DEUX RIVAUX ....................................... 412 NOUVELLE VI L’HEUREUSE RENCONTRE........................418 NOUVELLE VII LES AMANTS RÉUNIS................................424 NOUVELLE VIII L’ENFER DES AMANTES CRUELLES......432 NOUVELLE IX LE FAUCON ................................................. 438 NOUVELLE X LE COCU CONSOLÉ.......................................445 SIXIÈME JOURNÉE ............................................................453 NOUVELLE PREMIÈRE LE MAUVAIS CONTEUR ..............454 NOUVELLE II LE BOULANGER............................................456 NOUVELLE III LE MARI AVARE, OU LA REPARTIE..........459 NOUVELLE IV LE CUISINIER............................................... 461 NOUVELLE V RIEN DE PLUS TROMPEUR QUE LA MINE464 NOUVELLE VI LA GAGEURE ................................................466 – 5 – NOUVELLE VII LA FEMME ADULTÈRE, OU LA LOI RÉFORMÉE..............................................................................469 NOUVELLE VIII LA MIGNARDE RIDICULE .......................472 NOUVELLE IX LE PHILOSOPHE ÉPICURIEN ....................474 NOUVELLE X LE FRÈRE QUÊTEUR OU LE CHARLATANISME DES MOINES ..........................................477 SEPTIÈME JOURNÉE ........................................................ 486 NOUVELLE PREMIÈRE L’ORAISON CONTRE LES REVENANTS, OU LA TÊTE D’ÂNE ........................................487 NOUVELLE II PERRONNELLE OU LA FEMME AVISÉE....492 NOUVELLE III LES ORAISONS POUR LA SANTÉ ..............496 NOUVELLE IV LE JALOUX CORRIGÉ .................................502 NOUVELLE V LE MARI CONFESSEUR ................................507 NOUVELLE VI LA DOUBLE DÉFAITE.................................. 516 NOUVELLE VII LE MARI COCU, BATTU ET CONTENT..... 521 NOUVELLE VIII LA FEMME JUSTIFIÉE .............................528 NOUVELLE IX LE POIRIER ENCHANTÉ536 NOUVELLE X LE REVENANT ...............................................548 HUITIÈME JOURNÉE......................................................... 551 NOUVELLE PREMIÈRE À FEMME AVARE, GALANT ESCROC ....................................................................................552 NOUVELLE II LE CURÉ DE VARLONGNE ..........................555 NOUVELLE III L’ESPRIT CRÉDULE ....................................560 NOUVELLE IV LE PRÉSOMPTUEUX HUMILIÉ .................568 NOUVELLE V LA CULOTTE DU JUGE .................................574 NOUVELLE VI LE SORTILÉGE OU LE POURCEAU DE CALANDRIN.............................................................................578 NOUVELLE VII LE PHILOSOPHE VINDICATIF..................586 NOUVELLE VIII CORNES POUR CORNES ..........................610 – 6 – NOUVELLE IX LE MÉDECIN JOUÉ ..................................... 614 NOUVELLE X LA TROMPEUSE TROMPÉE ......................... 631 NEUVIÈME JOURNÉE........................................................644 NOUVELLE PREMIÈRE LES AMANTS ÉCONDUITS..........645 NOUVELLE II LE PSAUTIER DE L’ABBESSE ...................... 651 NOUVELLE III L’AVARE DUPÉ, OU L’HOMME GROS D’ENFANT ................................................................................654 NOUVELLE IV LE VALET JOUEUR......................................659 NOUVELLE V LE SOT AMOUREUX DUPE ..........................663 NOUVELLE VI LE BERCEAU................................................. 671 NOUVELLE VII LE SONGE RÉALISÉ ...................................676 NOUVELLE VIII À BON RAT BON CHAT .............................679 NOUVELLE IX LES CONSEILS DE SALOMON................... 683 NOUVELLE X LA JUMENT DU COMPÈRE PIERRE ...........687 DIXIÈME JOURNÉE............................................................691 NOUVELLE PREMIÈRE MESSIRE ROGER .........................692 NOUVELLE II GUINOT DE TACCO.......................................695 NOUVELLE III MITRIDANES ET NATHAN........................ 700 NOUVELLE IV L’AMANT GÉNÉREUX .................................706 NOUVELLE V LE JARDIN ENCHANTÉ................................ 712 NOUVELLE VI LES PÊCHEUSES ...........................................717 NOUVELLE VII LE ROI PIERRE D’ARAGON.......................723 NOUVELLE VIII LES DEUX AMIS ........................................730 NOUVELLE IX SALADIN .......................................................748 NOUVELLE X GRISELIDIS OU LA FEMME ÉPROUVÉE ...764 CONCLUSION DE BOCCACE .............................................. 775 À propos de cette édition électronique................................ 780 – 7 – – 8 – VIE DE BOCCACE Jean Boccaccio ou Boccace, issu de parents peu riches, quoique ses aïeux eussent longtemps occupé à Florence les premières places de la magistrature, naquit en 1313, à Certaldo, petite ville de Toscane, peu éloignée de la capitale. Il fit ses premières études sous Jean de Strada, fameux grammairien de son temps, qui tenait son école à Florence. Ses progrès rapides, et le goût qu’il montrait pour la littérature, n’empêchèrent point Boccacio di Chellino, son père, de le destiner au commerce. Il l’obligea de renoncer au latin pour se livrer à l’arithmétique ; et dès qu’il fut en état de tenir les livres de compte, il le plaça chez un négociant qui l’amena à Paris. Plus fidèle à ses inclinations qu’à ses devoirs de commis, Boccace, dégoûté du commerce, négligea les affaires du négo- ciant, et le força, par ce moyen, d’engager ses parents à le rappe- ler. De retour dans sa patrie, après six ans d’absence, on lui fit étudier le droit canonique, dont la science conduisait alors aux honneurs et à la fortune ; mais l’étude des lois était trop aride pour flatter le goût d’un jeune homme épris des charmes de la littérature, et doué d’une imagination aussi vive que féconde ; aussi donna-t-il plus de temps à la lecture des poëtes, des ora- teurs et des historiens du siècle d’Auguste, qu’aux leçons du fa- meux Cino de Pistoie, qui expliquait alors le Code ; et quand il fut devenu son maître, par la mort de son père, il ne cultiva plus que les muses. Le premier usage de sa liberté fut d’aller voir Pétrarque à Venise, qui, charmé de son esprit et surtout de son caractère, par l’analogie qu’il avait avec le sien, se lia avec lui de l’amitié la – 9 – plus étroite et la plus digne d’être proposée pour modèle aux gens de lettres. Quoiqu’ils courussent tous deux la même car- rière, on n’aperçoit pas que la plus légère aigreur ait jamais alté- ré leurs sentiments. Personne n’a plus loué Pétrarque et ses ou- vrages que Boccace ; et personne n’a montré plus d’estime pour Boccace que ce poëte célèbre. Pendant son séjour à Venise, Boccace eut occasion de connaître un savant de Thessalonique, fort versé dans la littéra- ture grecque, nommé Léonce Pilate. Comme il était jaloux d’apprendre la langue d’Homère et de Thucydide, pour lire dans l’original ces auteurs qu’il ne connaissait que par des traduc- tions latines, il persuada à ce savant d’aller s’établir à Florence, et le prit chez lui jusqu’à ce qu’il lui eût procuré une chaire de professeur pour expliquer les auteurs grecs. C’est ce qu’il nous apprend lui-même dans son livre de la Généalogie des Dieux, écrit en latin, et où il le cite souvent ; non que ce professeur eût composé des ouvrages, mais parce que Boccace avait eu soin d’écrire, dans ses recueils, plusieurs des choses qu’il avait appri- ses de lui dans la conversation. La famille de Pétrarque avait été chassée de Florence avec les Gibelins, dès le commencement du quatorzième siècle. La célébrité que ce poëte, alors retiré à Padoue, s’était acquise par ses ouvrages et par les honneurs distingués qu’ils lui avaient mérités, détermina les Florentins à lui députer un ambassadeur chargé de négocier son retour, en offrant de lui rendre, des de- niers publics, tous les biens que son père Petraccolo avait pos- sédés. Boccace fut choisi d’une voix unanime pour cette com- mission. Il eut ensuite l’honneur d’être employé à des négocia- tions plus importantes. Ses concitoyens lui confièrent plusieurs fois les intérêts de la république auprès des princes qui pou- vaient lui nuire ou la protéger ; et, dans toutes ces circonstan- ces, il justifia l’opinion qu’on avait eue de son zèle et de son ha- bileté. – 10 –
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin