//img.uscri.be/pth/61010bc0b70c833f050a803b6b64fda5a02d8aa7
Cette publication est accessible gratuitement
Lire

Corrigé BAC TECHNOS 2015 Français

De
5 pages

BACCALAURÉAT

Publié par :
Ajouté le : 19 juin 2015
Lecture(s) : 107 865
Signaler un abus
BACCALAURÉAT
Série : Technologiques
Épreuve :Français
Session 2015
Durée de l’épreuve:Cliquez ici pour taper du texte.
Coefficient :Cliquez ici pour taper du texte.
PROPOSITION DE CORRIGÉ
1 Propriété exclusive de Studyrama. Toute reproduction ou diffusion interdite sans autorisation
Questions de corpus
1)Les textes exposeŶt des ƌelatioŶs eŶtƌe l'hoŵŵe et l’aŶiŵal tƌğs diffĠƌeŶtes:
une relation amicale Dans l'extrait de Joseph Kessel, le lion a été soigné par les hommes et il les retrouve avec plaisir. Les verbes « frotta sa truffe, lécha » montre un contact physique, une véritable tendresse. Cette relation est partagée et il y a une véritable complicité. Il se comprennent par des regards, en effet « il tourna ses regards vers Bullit, et Bullit savait ce que le lion attendait » ou encore « King avait les yeux fixés ». Bullit personnifie le lion et l'appelle « garçon, mon fils ». Il y a une telle proximité qu'un des personnages joue avec le lion. Ils se lancent dans une lutte amicale comme un père s'amusant avec son fils. « King savait que c'était un jeu ».
une relation d'inimitié Dans cet extrait l'homme est menacé par un animal et doit lutter contre lui pour sa vie. Gilliatt est attaƋuĠ paƌ uŶe pieuvƌe. L’accuŵulatioŶ d'adjectifs «âpre, glacé » et toutes les actions de la pieuvre « lécha » « des innombrables lèvres » montrent qu'il a des sensations très désagréables au contact de l'animal et lui causent même des souffrances « souffrances inouïes ». La scène de combat est décrite comme si Giliatt luttait avec un monstre tel un vampire « boire son sang » ou de multiples bêtes « mille bouches » « innombrables lèvres » « un cinquième allongement ».
une relation cruelle Dans l' extrait de Joy Sorman, le personnage est devenu un ours. Il appartient à un maître qui lui retire toute liberté, il est « muselé, enchaîné » Il est maltraité par les hommes car on lui jette une pierre ou on lui enfonce une canne, on écrase son pied. Seule une femme se jette sur lui et le supplie de l'emmener.
2) Dans ces extraits, on donne une dimension romanesque à ces animaux par plusieurs moyens. Les animaux sont comme de véritables personnages de romans avec une identité physique, psychologique, des relations avec d'autres personnages..
Leur personnification Le lion s'appelle King. L'ours dans l'extrait de La peau de l'ours est le narrateur et raconte sa propre histoire.
Leur biographie
Propriété exclusive de Studyrama. Toute reproduction ou diffusion interdite sans autorisation
2
On connaît l'histoire de King : recueilli, soigné, il est rendu à la vie sauvage. Le narrateur de La peau de l'ours était un homme et est devenu un ours.
Leur description physique King est décrit comme un athlète alors que la pieuvre est décrite comme un monstre.
Leur psychologie King manifeste sa joie de retrouver Bullit et Patricia. Il leur est reconnaissant. L'ours se sent humilié et souffre terriblement de la maltraitance des hommes.
Leurs relations avec les personnages King a des relations amicales avec Bullit et Patricia. La pieuvre est décrite comme un monstre qui attaque Gilliatt et l'ours paraît seul contre tous les hommes qui le méprisent.
Commentaire :
1.La tension dramatique de la scène romanesque. Une identification progressive de la pieuvre. D'abord il y a une description des sensations du personnage par la focalisation interne. Le personnage ne voit pas mais sent physiquement quelque chose. Le contact avec la pieuvre est épouvantable car les sensations sont désagréables. L’aŶiŵal est gluaŶt, fƌoid.
La scène de combat est décrite comme si Giliatt luttait avec un monstre tel un vampire « boire son sang » ou de multiples bêtes « mille bouches » « innombrables lèvres » « un cinquième allongement ». La pieuvre l'enserre. Les verbes « cloué » « se resserra » montrent qu'il se sent prisonnier. Ses tentacules sont comparées à des lanières, des cordes.
2.Angoisse et peur suscitées par la pieuvre. Le personnage ressent une véritable peur en plus des douleurs physiques. Le personnage ressent multiples douleurs « enfoncements », « chacun des points était une douleur ». Il ne peut plus respirer.Champ lexical « anxiété, angoisse, souffrance ». La souffrance est unique comme le montrent les hyperboles « souffrance inouïe, horreur inexplicable »
Propriété exclusive de Studyrama. Toute reproduction ou diffusion interdite sans autorisation
3
Une angoisse renforcée par des actions vaines. Il est surpris par les assauts de la pieuvre, « en moins d'une seconde » Ses actions échouent il prend son couteau mais aggrave sa situation « il ne réussit qu'à inquiéter un peu la ligature qui se resserra ».« impossible de couper ».Il craint de ne pas réussir à échapper à la pieuvre et s'imagine avaler par elle « c'était ce que l'on éprouverait.. ».
Dissertation :
1.Un personnage non humain comme bon personnage de roman. A) un personnage original divertissant et instructif.
Les œuvƌes de Hugo, SoƌŵaŶ et Kessel Ŷous foŶt dĠcouvƌiƌ des aŶiŵaux, leuƌs caractéristiques, leur fonctionnement, leur environnement. Autres exemples : Moby Dick d'Herman Melville.
B) Des personnages monstrueux comme les meilleurs personnages.  Le lecteur peut être fasciné par la laideur, sa capacité à faire le mal. La pieuvre est décrite comme un monstre.
Autre exemple :La métamorphose de Kafka.
2.Un personnage non humain à fonction didactique A) Un personnage qui permet une identification du lecteur.
 Le personnage peut ressentir les mêmes sentiments que le lecteur. Dans la peau de l'ours, le personnage exprime sa souffrance.
 Il peut incarner des angoisses une peur , une faiblesse ou au contraire une force .
Propriété exclusive de Studyrama. Toute reproduction ou diffusion interdite sans autorisation
4
B) un personnage qui permet aussi de porter un regard sur les hommes.
Les personnages non humains nous montrent comment les hommes sont cruels avec ce qui est différent d'eux comme La peau de l'ours ou Croc-Blanc de Jack London. Ils nous montrent que les hommes peuvent être bons comme dans Le lion de Kessel ou Croc-Blanc de Jack London.
Invention
Le récit doit garder les procédés du texte de Joy Sorman. Il doit être écrit à la première personne car le personnage de l'ours est le narrateur. Il s'agit surtout d'exprimer les émotions et les sentiments de l'ours. Les émotions et les sentiments doivent être vraisemblables par rapport aux années de souffrances qu'il a subies. Le récit doit employer un vocabulaire riche, précis, des procédés littéraires comme des figures de styles, des modalisateurs, des champs lexicaux..
la
la
1.Description de l'évasion de l'ours 2.Expression des émotions et des sentiments de l'ours A) une expression de joie intense, celle de retrouver la liberté. Plaisir de solitude de la paix de la forêt.
B) un examen de son corps (sa maigreur, ses cicatrices..)
C) Souvenirs de ces années de souffrance et expression progressive de  colère.
D) Volonté de se venger.
Propriété exclusive de Studyrama. Toute reproduction ou diffusion interdite sans autorisation
5