Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

Institut de formation en soins infirmiers - Niort / 2008 / Culture Générale
IFSI Niort CONCOURS D'ENTREE 2008
EPREUVE D'ADMISSIBILITE
Texte 1
: l'agressivité a l'école
La violence a l'échelle réduite.
L'agressivité a l'école est un probleme sérieux. Lorsqu'une école ne parvient pas a répondre a ce probleme,
elle fait défaut a ces éleves et a sa communauté. L'agressivité ne disparaîtra pas en étant ignorée.
L'école, c'est le monde a l'échelle réduite. La culture de la violence-les atrocités, les actes de terrorisme, qui
sont trop fréquents lors des conflits armés, toutes les violations flagrantes des droits humains fondamentaux
est aussi présente dans la cours de récréation.
L'agressivité a l'école implique l'agression gratuite, le manque de contrôle, l'incapacité, pour ceux qui la
pratiquent, de s'imaginer la souffrance de leurs victimes et l'absence de sentiment de culpabilité. La culture de
violence peut meme amener les agresseurs a penser que leurs victimes "méritent" d'une certaine façon, ce qui
leur arrive.
Une culture de paix et de non- violence présuppose la tolérance. L'agressivité est incompatible avec la
tolérance et n'a pas sa place dans le systeme éducatif. Dans son ouvrage, le Professeur Betty Reardon de
l'Université de Columbia va meme jusqu'a suggérer que "les enseignants ne peuvent plus guider les étudiants
vers le développement de communautés harmonieuses lorsqu'une exclusion morale existe au sein de leur
classe ou de leur école, pas plus que les dirigeants politiques ne peuvent guider leurs concitoyens et leur
nation vers la paix quand la marginalisation et l'injustice regnent au coeur de la société".
Document de l'Internationale de l'Education, extrait de la plaquette" les syndicats de l'éducation pour une
culture de la paix" (2000)
Commenter a l'aide d'exemples en 15 lignes maximum.
Texte 2
: La naissance, un choc universel
Parce qu'elle touche a ce qu'il y a de plus profond en nous (la vie, la mort, la sexualité) et qu'elle renvoie au
sens fondamental de la vie (l'alliance et la reproduction) la naissance bouleverse.
Pour Alain Epelboin, anthropologue au musée de l'homme, "l'émotion au sens d'émerveillement est un
concept typiquement occidental. Dans les pays ou les risques de mort infantile ou maternelle sont importants
on a plutôt tendance a se protéger de ses propres émotions. Toutefois, ou que l'on soit, les rituels visent le
meme but: assurer la perpétuation de l'espece, en faisant en sorte que la naissance se déroule dans les
meilleures conditions possibles"...
Chez nous, complete Lise Bartoli, "la médecine a pris le relais de ces pratiques rituelles. C'est l'équipe
médicale qui apporte a la mere cette sécurité, y compris sue le plan symbolique." Un point de vus contesté,
notamment pour ceux qui reprochent a la médecine d'avoir dépossédé la mere et sa famille de ce moment
privé. A quoi Claude Sureau, gynécologue obstétricien répond:"...je ne peux regretter les progres médicaux et
technologiques qui ont permis de faire baisser le taux de mortalité périnatale et qui offrent aux femmes, avec
la péridurale, de ne pas souffrir. Et je ne vois pas en quoi ces progres impliqueraient une désapprobation!". Un
1