Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Version imprimable

De
140 pages
Evaluation de la Puissance maximale

  • test de l'escalier de margaria

  • tests sur bicyclette ergométrique

  • tests d'évaluation de la puissance

  • puissance maximale

  • tests de détente verticale

  • wingate test

  • apport énergétique

  • tests force-vitesse


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi


Evaluation
de la
Puissance maximale

Il est actuellement abusif de dénommer
« tests d’évaluation de la puissance
maximale anaérobie alactique » des tests
fondés sur la mesure d'une puissance
mécanique.

Ceci suppose implicitement que le
métabolisme énergétique (resynthèse de
l’ATP) représente le facteur limitant la
performance à ces tests.


Puisqu’actuellement l’ensemble de ces tests
consistent à mesurer une puissance
mécanique, il est préférable de les appeler
« tests de puissance mécanique
maximale » et non pas test de puissance
maximale anaérobie alactique, même si c’est
ce métabolisme qui assure l’essentiel de
l’apport énergétique.


Différents tests ont été proposés pour
mesurer la puissance maximale :

- tests de détente verticale,

- test de l’escalier de Margaria,

- tests sur bicyclette ergométrique
(Wingate test, tests force-vitesse...).

Quel que soit le protocole utilisé, la mesure
de la puissance maximale dite « anaérobie
alactique » nécessite trois conditions :

- l’exercice doit être réellement
maximal ;

- la durée de l'exercice doit être très
courte ;

- les conditions de force et de vitesse
doivent être optimales.
L’exercice doit être maximal

Sur le plan psycho-moteur, les sujets ne
doivent pas éprouver de difficulté à réaliser
l’épreuve.

Une motivation suffisante des sujets est
indispensable.

Il est donc préférable de faire réaliser des
épreuves proches sur le plan biomécanique
de la discipline pratiquée.



Brièveté des épreuves

La durée de l'exercice doit être très courte :

- la puissance maximale décroît
rapidement lorsque l'exercice se prolonge
(Wilkie 1960, Davies 1971, Kyle et Caizzo
1986).

- Plus la durée de l'exercice est brève plus
la participation des métabolismes
anaérobie lactique et aérobie est limitée.

Contrairement aux conceptions anciennes, la
production d'acide lactique est précoce et
commence dès les premières secondes
d'exercice.


Seuls les exercices très brefs (1 seconde et
moins) sollicitent, préférentiellement, le
métabolisme anaérobie alactique.




Conditions optimales
de force et de vitesse

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin