//img.uscri.be/pth/b2c5a870944506e44949dc64c6f52055035aabf9
Cette publication est accessible gratuitement
Lire

Cinéma - Audiovisuel 2002 Littéraire Baccalauréat général

5 pages
Examen du Secondaire Baccalauréat général. Sujet de Cinéma - Audiovisuel 2002. Retrouvez le corrigé Cinéma - Audiovisuel 2002 sur Bankexam.fr.
Voir plus Voir moins
CILIME1-LR1
E.T.
S. SPIELBERG
II était une fois trois petits cochons qui s'en
allèrent chercher fortune de par le monde. Le
premier rencontra un homme qui portait une botte
de paille, et il lui dit :
- S'il vous plaît, vendez-moi cette paille pour me
bâtir une maison. L'homme lui vendit la paille, et le
petit cochon se bâtit une maison.
Extrait d'une publicité pour assurances
Le
deuxième
petit
cochon
rencontra un homme qui portait
un fagot de bois, et il lui dit :
- S'il vous plaît, vendez-moi ces
bouts de bois pour me bâtir une
maison.
L'homme lui vendit les bouts de
bois et le petit cochon bâtit sa
maison...
Le troisième petit cochon rencontra un
homme qui transportait des briques, et
il lui dit :
- S'il vous plaît, vendez-moi ces briques
pour me bâtir une maison. L'homme lui
vendit les briques et le petit cochon se
bâtit une maison...
Conte populaire
Gaston Bachelard
La poétique de l'espace
La villa Arpel.
(Mon Oncle, J. Tati)
Il est évidemment difficile d'imaginer une maison qui n'aurait pas de porte.
Georges Pérec Espèces d'espaces
L'être de la maison
Le passé, le présent et l'avenir donnent à
la maison des dynamismes différents,
des dynamismes qui souvent interfèrent,
parfois s'opposant, parfois s'excitant l'un
l'autre. La maison, dans la vie de
l'homme, évince des contingences, elle
multiplie ses conseils de continuité. Sans
elle, l'homme serait un être dispersé. Elle
maintient l'homme à travers les orages
du ciel et les orages de la vie. Elle est
corps et âme. Elle est le premier monde
de l'être humain. Avant d'être «jeté au
monde» comme le professent les
métaphysiques rapides, l'homme est
déposé dans le berceau de la maison
.
Et, toujours, en nos rêveries, la maison
est un grand berceau. [...] La vie
commence
bien,
elle
commence
enfermée, protégée, toute tiède dans le
giron de la maison.
F T
. Il y a dans
Psycho
tout un attirail de
terreur que, d'ordinaire, vous semblez
éviter, un côté fantomatique, une
ambiance
mystérieuse,
la
vieille
maison...
A. H.
Je
crois
que
l'ambiance
mystérieuse est, dans une certaine
mesure, accidentelle ; par exemple, dans
la Californie du Nord, vous trouverez
beaucoup de maisons isolées qui
ressemblent à celle de
Psycho
, on
appelle cela le «gothique californien» et,
lorsque c'est franchement laid, on dit
même: «pain d'épices californien». Je
n'avais pas commencé mon travail avec
l'intention d'obtenir l'atmosphère d'un
vieux film d'horreur Universal, je voulais
seulement être authentique. Or cela ne fait
aucun
doute,
la
maison
est
une
reproduction authentique d'une maison
réelle, et le motel est également une copie
exacte. J'ai choisi cette maison et ce motel
parce que je me suis rendu compte que
l'histoire n'aurait pas le même effet avec un
bungalow
ordinaire
,
ce
genre
d'architecture
convenait
à
son
atmosphère.
R T
. Et puis, cette architecture est
agréable à l'oeil, la maison est verticale
alors que le motel est tout à fait
horizontal.
A.
H
.
Absolument,
voilà
notre
composition... Oui, un bloc vertical et un
bloc horizontal.
Entretiens Hitchcock - Truffaut 19
ED. HOPPER - Maison au bord de la voie ferrée
(type gothique californien)
Tournage de Psycho
DON JUAN
. - Au contraire, c'est une visite dont je lui veux faire
civilité, et qu'il doit recevoir de bonne grâce, s'il est galant homme.
Allons, entrons dedans.
(Le tombeau s'ouvre, où l'on voit un superbe mausolée et la statue
du Commandeur)
SGANARELLE.
- Ah ! que cela est beau ! Les belles statues ! le beau
marbre ! les beaux piliers ! Ah ! que cela est beau ! Qu'en dites-vous,
Monsieur ?
DON JUAN.
- Qu'on ne peut voir aller plus loin l'ambition d'un homme
mort ; et ce que je trouve admirable, c'est qu'un homme qui s'est
passé durant sa vie d'une assez simple demeure, en veuille avoir
une si magnifique pour quand il n'en a plus que faire.
Don Juan -Acte III
« qui a deux maisons perd la raison »