Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

DISCOURS PRONONCÉ EN SEANCE PUBLIQUE LE OCTOBRE

De
3 pages
Niveau: Secondaire, Lycée
1 Académie des sciences DISCOURS PRONONCÉ EN SEANCE PUBLIQUE LE 14 OCTOBRE 2003 PAR BERNARD MEUNIER EN HOMMAGE A FERNAND GALLAIS (1908 - 2002) Fernand Gallais est décédé à l'âge de 93 ans, entouré de sa famille et de ses proches, à Toulouse en février 2002. Après une éducation dans une famille lui ayant inculqué un profond respect du progrès scientifique, il obtient la même année, au Lycée Henri IV à Paris, les baccalauréats en Mathématiques Elémentaires et en Philosophie. La visite d'un hôpital avec un parent lointain, interne en pharmacie, et le goût précoce pour les expériences en chimie vont contribuer à l'orienter vers des études en pharmacie. En parallèle, il fréquente également les cours de deux grands de la chimie minérale à la Sorbonne : Georges Urbain et Paul Pascal. Il obtiendra ainsi son Doctorat en Pharmacie en 1934 et son Doctorat d'Etat en Sciences Physiques en 1938. Après cinq années d'internat en pharmacie, il sera pendant sept ans Chef de Laboratoire à la Faculté de Médecine de Paris. Tout en étant très proche à cette époque d'un chimiste des produits naturels comme Maurice-Marie Janot, sa passion pour la chimie minérale le conduit à l'étude des propriétés magnétiques des complexes de métaux de transition. Il va avoir ainsi l'occasion de faire des mesures de susceptibilités magnétiques au Laboratoire de Bellevue, dirigé alors par Gaston Dupouy.

  • chimiste des produits naturels

  • membre correspondant

  • chimie minérale

  • professeur chaire

  • jeune chercheur

  • responsabilités d'enseignement et d'administration

  • chaire de chimie physique


Voir plus Voir moins
1
Académie des sciences
DISCOURS PRONONCÉ EN SEANCE PUBLIQUE LE 14 OCTOBRE 2003
PAR BERNARD MEUNIER
EN HOMMAGE A FERNAND GALLAIS
(1908 - 2002)
Fernand Gallais est décédé à l'âge de 93 ans, entouré de sa famille et de ses proches, à Toulouse en
février 2002. Après une éducation dans une famille lui ayant inculqué un profond respect du progrès
scientifique, il obtient la même année, au Lycée Henri IV à Paris, les baccalauréats en Mathématiques
Elémentaires et en Philosophie.
La visite d'un hôpital avec un parent lointain, interne en pharmacie, et le goût précoce pour les expériences
en chimie vont contribuer à l'orienter vers des études en pharmacie. En parallèle, il fréquente également les
cours de deux grands de la chimie minérale à la Sorbonne : Georges Urbain et Paul Pascal. Il obtiendra ainsi
son Doctorat en Pharmacie en 1934 et son Doctorat d'Etat en Sciences Physiques en 1938.
Après cinq années d'internat en pharmacie, il sera pendant sept ans Chef de Laboratoire à la Faculté de
Médecine de Paris. Tout en étant très proche à cette époque d'un chimiste des produits naturels comme
Maurice-Marie Janot, sa passion pour la chimie minérale le conduit à l'étude des propriétés magnétiques des
complexes de métaux de transition. Il va avoir ainsi l'occasion de faire des mesures de susceptibilités
magnétiques au Laboratoire de Bellevue, dirigé alors par Gaston Dupouy. Sa rencontre avec ce dernier, va
largement contribuer à influencer sa carrière.
Après sa démobilisation à Toulouse en juin 1940, il rejoint la Faculté de Pharmacie de Paris pour un court
séjour avant d'être nommé Maître de Conférences à la Faculté des Sciences de Toulouse avec l'aide de
Gaston Dupouy, devenu entre temps titulaire de la chaire de physique de cette même université. Fernand
Gallais va succéder à Paul Sabatier comme enseignant de chimie minérale et va organiser le laboratoire le
mieux possible dans des circonstances particulièrement difficiles. Son enseignement de haut niveau sera à
l'origine de son premier livre,
Chimie Théorique et Expérimentale
, publié en 1950 et qui va marquer un
tournant dans l'enseignement de la chimie physique. Il en sera de même pour son livre
Chimie Générale
écrit
en 1958 en collaboration avec Guillaume Rumeau.
Professeur sans chaire en 1947, il sera titulaire de la chaire de chimie physique et chimie minérale en 1951.
En 1950, il prend également la direction de l'Institut de Chimie de Toulouse, celui-là même créé par Paul
Sabatier, et va oeuvrer pour sa transformation rapide en "Ecole Nationale Supérieure de Chimie". Ce sera
chose faite en 1953.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin