La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

HISTOIRE POPULAIRE DES PAPES
—— -
SAINT PIERRE
ET
LE S TEMPS APOSTOLIQUES
E R(I SIÈCLE)
PAU
J. CHÀNTREL,
e2 édition.
I
PARIS
C. DILLET, LIBRAIRE,
Éditeur du Messager de la Semaine,
1B, EUE DE SÈVRES, 15
186 2
(Tous droits de traduction réservés.) PRÉFACE.
Avant d'avoir complètement terminé
notre Histoire populaire des Papes, nous
nous voyons obligé d'en rééditer les pre­
miers volumes. L'accueil fait par le public
à notre œuvre, malgré ses imperfections,
nous montre ainsi qu'elle répond à un be­
soin de notre temps. Nous avons reçu des
encouragements qui nous font une obliga­
tion de la perfectionner autant qu'il dépend
de nous, et autant que cela est possible
avec le cadre restreint dans lequel nous
devons nous renfermer. Nous savons que
des traductions se font à l'étranger, l'une
en Allemagne, l'autre en Italie, à mesure
que paraissent nos petits volumes ; de vé­
nérables évêques nous ont donné de pré-6 PRÉFACE.
cieux témoignages de leur satisfaction ;
nous avons reçu un grand nombre de let-
très conçues dans le même sens, avec des
avis dont nous tiendrons compte dans cette
seconde édition. Quelques-uns de nos vo­
lumes recevront de grandes améliorations ;
l'histoire de quelques Pontificats sera entiè­
rement remaniée ; nous ferons enfin tous
nos efforts pour que notre ouvrage réponde
et à l'accueil qui lui est fait, et à la gran­
deur du but que nous nous proposons d'at­
teindre.
Meudon^ en la fctc de saint Pierre et de
saint Paul, 29 juin 1862.
Lettre de 'Mgr Gignoux, évêque de
Beauvais.
« Mon cher monsieur Chantrel,
a Vous avez bien voulu m'envoyer les
cinq premiers volumes de votre Histoire
des Papes. Je vous en. remercie. C'est du
fond du cœur que je bénis une entreprise
si catholique, si opportune dans les cir­
constances où nous sommes, si digne de
votre cœur chrétien, et si éminemment PRÉFACE. 7
utile ; car, hélas ! l'histoire de l'Église et
de ses Pontifes est trop ignorée, même des
personnes qui ont d'ailleurs quelque ins­
truction. En éditant une Histoire populaire
des Popes, vous rendez un grand service à
la religion. Puisse votre ouvrage se ré­
pandre dans les maisons d'éducation et se
trouver entre les mains de tous ceux qui
aiment la vérité et la recherchent avec
droiture d'âme !
« Adieu, je vous renouvelle l'assurance
de mes sentiments bien affectneux.
« f Jos. AR.,
« Évêque de Beauvais, Noyon et Senlis. »
Lettre de Mgr de Ségur, chanoine-évêque
de Saint-Denis,
« Cher Monsieur,
« A l'occasion de la publication du dix-
septièmë volume de votre Histoire populaire
des Papes, où vous montrez si bien que la
plupart des accusations dressées contre la
mémoire du pape Alexandre VI ne sont
que des calomnies, et des préjugés sans fon­
dement historique, permettez-moi de vous PRÉFACE 8
féliciter de votre catholique entreprise, qui
touche à sa fin et qui a déjà fait tant de
bien. Réhabiliter les Papes, les chefs de
FÉglise de Dieu sur la terre, les pères de
l'humanité régénérée, calomniés par l'hé­
résie et l'impiété, méconnus et abandon­
nés, ou du. moins à peine défendus par
une foule d'écrivains trop peu catholiques,
quelle grande et sainte pensée ! Dieu vous
en récompensera largement ; s'il a promis
le royaume du ciel aux moindres œuvres
de charité faites, pour son amour, au moin­
dre de ses enfants, que ne donnera-t-il pas
aux courageux défenseurs des droits sacrés
de l'honneur de ses Vicaires, qui sont les
premiers d'entre tous les chrétiens, les fils
aînés de sa famille, plus comblés que tous
les autres, des dons de sa grâce souveraine ?
« Je prie Notre-Seigneur de bénir vos
travaux passés, présents et futurs, et de
faire porter à tous ces petits livres le fruit
que nous en espérons tous.
« Tout à vous et bien cordialement,
« L. DE SÉGUR,
« Chanoine-évêquc de Saint-Denis. » INTRODUCTION.
Il y a dans le monde une puissance d'un
caractère tout particulier, et dont l'exis­
tence doit frapper les esprits attentifs. A
Rome, à l'endroit môme où régnèrent au­
trefois les empereurs les plus redoutés,
maîtres d'une grande partie de l'Europe,
de l'Asie et de l'Afrique, chefs d'armées in­
nombrables, et possesseurs de fabuleuses
richesses, dans la ville des Scipions, des
Pompée, des César, des Auguste et des
Trajan, dans la ville dont les citoyens s'ap­
pelaient le peuple-roi, on voit se succéder
depuis des siècles des vieillards, des prêtres,
à peu près dépourvus d'armée, souvent
chassés et exilés, toujours combattus, tou­
jours en butte aux entreprises des puis-
1. 4 0 INTRODUCTION.
sauts, aux sarcasmes des impies, au mépris
des indifférents, et cependant ces vieillards
n'ont qu'à élever la voix, pour que deux
cent millions d'hommes écoutent et obéis­
sent ; il suffit que leur trône s'ébranle pour
que tous les autres chancellent; qu'ils soient
forcés de quitter leurs États pour que l'on
sente aussitôt un vide qui jette l'effroi dans
les âmes les plus intrépides.
Quelle est la cause de cet étrange phéno­
mène? Que sont donc ces vieillards si fai­
bles, qui occupent une si grande place dans
les affaires humaines? D'où viennent-ils?
Qui leur a donné cette influence? Gom­
ment ont-ils succédé aux empereurs ro­
mains? Gomment ont-ils pu établir dans
le monde une domination morale si éton­
nante?
Chercher sur la terre l'explication du
phénomène, c'est vouloir chercher long­
temps et ne trouver jamais ; c'est se placer
en face d'un mystère incompréhensible,
car il y .là autre chose que l'œuvre de
l'homme»

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin