Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Alimentation et société

De
4 pages

Alimentation et société

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 0
Signaler un abus
Alimentation et société
MANGER
CONJUGU…
faut manger ª.Jacques Barou, ethno-sociologue Toute culture dÈfinit les aliments quÕil faut Autant la culture dÈtermine les modes au Centre manger, ceux quÕil ne faut pas manger, quand, national de la alimentaires, autant celles-ci dÈter-comment et avec qui on doit les manger ou ne recherche pas les manger. Cet ensemble de rËgles, de rites, minent-elles le statut des individus et scientifique, de codes forme un ´ systËme culinaire ª contri-leur parcours social. conseil buant ‡ dÈfinir lÕidentitÈ du groupe qui sÕy formation. rÈfËre. LÕalimentation contribue ainsi ‡ exprimerArticle de lÕidentitÈ de la sociÈtÈ et la structuration denovembre 2001, paru sur le site de celle-ci. Dans les sociÈtÈs divisÈes en castes EdusCOL sociales ayant des obligations de distance les (<www.eduscol. unes par rapport aux autres, lÕalimentation education.fr>). reprÈsente une maniËre particuliËrement visible dÕexprimer les diffÈrences. Les interdits rela-L’ordre du mangeabletionnels entre les castes et les modes de dis-tinction quÕelles entretiennent les unes vis-‡-La sociologie de lÕalimentation, qui sÕest beau-vis des autres passent par lÕacte alimentaire et coup dÈveloppÈe au cours des derniËres annÈes,la maniËre dÕen parler. nous a apportÈ quelques principes de base nousCÕest particuliËrement vrai dans des sociÈtÈs de permettant de mieux comprendre la complexitÈlÕAsie du sud et du sud-est dans lesquelles les du fait alimentaire. LÕalimentation nÕa pasrËgles de consommation alimentaire sÕexpri-seulement une fonction nutritive mais Ègale-ment jusque dans le domaine linguistique. ment des fonctions Èconomiques, sociales,LÕInde, par exemple, est une sociÈtÈ de castes culturelles, religieusesÉpar excellence, o˘ les notions de pur et dÕimpur Tout ordre social, cÕest-‡-dire toute organisationsont centrales pour la comprÈhension des rap-humaine qui vise ‡ permettre la vie en collec-ports sociaux. Dans cette sociÈtÈ, non seule-tivitÈ, contribue ‡ dÈfinir ce que lÕon peutment les membres des castes supÈrieures ne appeler un ´ordre du mangeableª. Celui-cimangent pas avec les membres des castes reflËte lÕordre existant dans la sociÈtÈ en ques-infÈrieures, mais lÕacte de manger sera exprimÈ tion. Certains aliments sont recommandÈs,par des mots diffÈrents selon quÕil concernera dÕautres exclus, ceci, parfois de maniËre absoluedes gens du commun ou des gens socialement mais le plus souvent en fonction du temps, deimportants. On nÕutilisera pas le mÍme mot pour lieux et de circonstances. Ces derniers consti-signifier ´ manger ª selon que celui qui mange tuent autant de repËres permettant aux individusappartient ‡ une caste supÈrieure ou ‡ une caste dÕapprÈhender lÕordre social existant et de sÕy infÈrieure.Pour illustrer ces diffÈrences de conformer. maniËreun peu simple, on dira par exemple : La maniËre de prÈparer les aliments et la ma-le roi ´ dÈguste ª et le balayeur ´ bouffe ª. niËre de les consommer font aussi lÕobjet de codifications rappelant, sur un plan symbolique, la place des uns et des autres au sein de lÕorga-Un reflet des changements de nisation existante, ainsi que les liens entre cette organisation et lÕordre du naturel ou du divin.statuts des individus LÕacte alimentaire prend ainsi, selon la cÈlËbre expression de Marcel Mauss (1950), laLÕalimentation ne se contente pas dÕexprimer dimension dÕun ´ fait social total ª.des diffÈrences sociales de type statique, elle Ce phÈnomËne est de nature universelle,permet aussi de traduire les changements de comme le rappelle Claude Fischler (1990) : ´ Ilstatut des individus qui composent la sociÈtÈ. nÕexiste ‡ ce jour aucune culture connue quiAinsi, tous les rituels dÕinitiation qui caractÈri-soit complËtement dÈpourvue dÕun appareil desent les sociÈtÈs traditionnelles, pour traduire catÈgories et de rËgles alimentaires, qui nele passage dÕune phase de la vie ‡ une autre connaisse aucune prescription ou interdictionphase de la vie, comportent des Èpreuves de type concernant ce quÕil faut manger et comment ilalimentaire. Dans certains cas, les enfants
Santé conjuguée  avril 2006  n°36
73
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin