Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

Publications similaires

Chronique du 30 novembre

de editions-chronique

Chronique du 9 juin

de editions-chronique

Chronique du 10 juin

de editions-chronique

AMMIEN MARCELLIN,
Histoire de Rome
, XIV
En 293, Maximien a pris pour César Constance qu’il charge de Bretagne et de la Gaule.
Constance en Gaule
1. Dum haec in oriente aguntur, Arelate
hiemem agens Constantius post theatralis
ludos
atque
circenses
ambitioso
editos
apparatu diem sextum idus Octobres, qui
imperii eius annum tricensimum terminabat,
insolentiae pondera grauius librans, siquid
dubium deferebatur aut falsum, pro liquido
accipiens
et
conperto,
inter
alia
excarnificatum
Gerontium
Magnentianae
comitem partis exulari maerore multauit.
V. Durant ces agitations de l'Orient,
Constance, qui avait fixé sa résidence
d'hiver
à
Arles,
y
célébrait
fastueusement, par la pompe des jeux
du
Cirque
et
des
représentations
théâtrales, la trentième année de son
règne, accomplie le 6 des ides d'octobre
(10 octobre). Un penchant à la tyrannie,
de plus en plus prononcé, lui faisait
accueillir
toute
accusation,
quelque
chimérique ou douteuse qu'elle fût,
comme positive et démontrée. Le comte
Géronce entre autres, qui avait été du
parti de Magnence, fut d'abord livré à la
torture, puis envoyé en exil.
X. 1. Haec dum oriens diu perferret, caeli
reserato tepore Constantius consulatu suo
septies et Caesaris ter egressus Arelate
Valentiam
petit,
in
Gundomadum
et
Vadomarium fratres Alamannorum reges
arma moturus, quorum crebris excursibus
uastabantur
confines
limitibus
terrae
Gallorum.
2.
Dumque
ibi
diu
moratur
commeatus
opperiens,
quorum
translationem ex Aquitania uerni imbres
solito
crebriores
prohibebant
auctique
torrentes,
Herculanus
aduenit
protector
domesticus,
Hermogenis
ex
magistro
equitum filius, apud Constantinopolim, ut
supra rettulimus, populari quondam turbela
discerpti.
quo
uerissime
referente
quae
Gallus
egerat,
damnis
super
praeteritis
maerens et futurorum timore suspensus
angorem animi quam diu potuit emendabat.
3.Miles tamen interea omnis apud Cabillona
collectus morarum inpatiens saeuiebat hoc
X. Ce régime de souffrance se prolongeait
pour l'Orient, lorsque Constance, consul
pour la septième fois avec Gallus, qui
l'était pour la troisième, partit d'Arles au
retour de la belle saison, pour porter la
guerre chez les Allemands, dont les
fréquentes incursions, sous la conduite
de leurs rois Gundomade et Vadomaire
son frère, semaient le ravage parmi leurs
voisins de la Gaule. Le prince s'arrêta
longtemps à Valence, attendant des
vivres
d'Aquitaine,
parce
que
les
torrents,
enflés
par
la
fréquence
extraordinaire des pluies, entravaient
l'expédition des convois. Pendant ce
séjour
forcé
arrive
Herculanus,
qui
servait dans les protecteurs, et qui était
fils de cet Hermogène, général de la
cavalerie, massacré à Constantinople,
ainsi qu'il a été dit plus haut, dans un
soulèvement populaire. L'empereur, au
fidèle rapport que lui fit cet officier de la
conduite de Gallus, ne put que gémir
amèrement sur le passé, et concevoir de
vives
alarmes
pour
l'avenir.
Il
fit
toutefois effort pour cacher le trouble de
son
esprit.
Cependant
les
troupes