Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Cohomologie des groupes discrets

7 pages
Cohomologie des groupes 16 octobre 2005 1. Cohomologie des groupes discrets Dans ce qui suit, G est un groupe (discret), k est un anneau, A un groupe abelien. Definition 1.1 – Soit Modk[G] la categorie des modules sur k[G], et soit Ab la categorie des groupes abeliens. Soit RnT le n-ieme foncteur derive a droite de T : Modk[G] ? Ab defini par T (M) = MG. Si M ? Modk[G], le groupe RnT (M) est appele n-ieme groupe de cohomologie de G a coefficients dans M . On le note Hn(G, M). En d'autres termes, puisque MG = Homk[G](k, M), ou l'on munit k de l'action triviale de G, on a H?(G, M) = Ext?k[G](k, M). On definit de maniere similaire les groupes d'homologie1 de G par H?(G, M) = Tork[G]? (k, M). Pour calculer la cohomologie d'un groupe, on peut donc choisir de construire une resolution projective de k, c'est-a-dire un complexe augmente C? ? k de k[G]-modules projectifs tel que Hi(C?) = 0 pour i > 0 et H0(C?) = k.

  • c?

  • morphisme ??1

  • construction indiquee dans la preuve de la proposition

  • espaces topologiques

  • cohomologie

  • premiere construction

  • pb ?


Voir plus Voir moins
RECOMMANDATIONS
Réanimation 2002 ; 11 : 2506 © 2002 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1624069302002414/FLA
Recommandations des experts de la Société de réanimation de langue française, janvier 2002 Prévention de la transmission croisée en réanimation
Société de réanimation de langue française*
(Reçu le 8 février 2002 ; accepté le 26 février 2002)
PRÉCAUTIONS STANDARD
Sous réserve d’une technique correcte, l’antisepsie des mains par friction avec une solution (ou un gel) hydro alcoolique est la méthode actuellement à privilégier en matière d’hygiène des mains pour le contrôle de l’infec 1 tion nosocomiale (A. fort ). Elle doit être utilisée en réanimation pédiatrique et néonatale, après avoir vérifié que le produit est actif sur le rotavirus (A. fort). Les solutions (ou gels) hydroalcooliques doivent être utilisé(e)s sur des mains sèches et non talquées. Les mains doivent être sèches et non collantes après la friction avec une solution (ou un gel) hydroalcoolique (A. fort). Un lavage des mains avec un savon doux doit être réalisé à la prise de poste. En l’absence de souillure visible, le lavage des mains ne doit pas précéder la friction avec une solution (ou un gel) hydroalcoolique (A. fort). L’antisepsie des mains par friction avec une solution (ou un gel) hydroalcoolique doit être réalisée systéma tiquement après tout contact avec un malade, que des gants aient été portés ou non (A. fort). Elle doit être réalisée après l’ablation des gants (A. fort), et systéma tiquement avant tout contact avec un malade, après tout contact avec son environnement immédiat, et entre les soins pour un même malade, que des gants aient été portés ou non (A. faible). Une crème réparatrice ou protectrice peut être utili sée entre les activités de soins lors des périodes de repos
*Correspondance et tirés à part. Adresse email :jeanchristophe.lucet@bch.aphopparis.fr. 1 Accord fort
ou en fin de poste (A. fort). Elle ne doit pas être utilisée pendant les périodes de soins (A. faible). Les gants non stériles doivent être portés pour tout contact exposant à des liquides biologiques, la peau lésée et les muqueuses (A. fort). Ils ne doivent pas être poudrés (A. fort). Ils sont retirés entre chaque soin chez un même malade (A. faible). Les gants stériles doivent être utilisés uniquement pour la réalisation de procédu res invasives nécessitant une asepsie (A. fort). Le port de masque et de lunettes (ou de masque à visière) s’impose en cas de soins exposant à des projec tions ou aérosolisations de liquides biologiques (A. fort). Le port de surchaussures est inutile en réanima tion (A. fort), ainsi que l’usage systématique à l’entrée dans la chambre de surblouses ou tabliers, masques et charlottes par le personnel soignant et les intervenants extérieurs (A. fort), ou la tenue de protection (gants, surblouses, tabliers, surchaussures, calots) pour les visi teurs de patients hospitalisés (A. faible). Les intervenants extérieurs et les visiteurs qui partici pent aux soins doivent respecter les mêmes indications d’antisepsie des mains et port des gants que le personnel du service de réanimation (A. fort). À l’entrée et à la sortie de la chambre, les visiteurs doivent se frictionner les mains avec une solution (ou un gel) hydroalcoolique (A. fort). Les prélèvements microbiologiques de surfaces en réanimation sont inutiles en routine (A. fort). L’envi ronnement proche du malade (équipement médical et mobilier) doit être nettoyé et désinfecté au moins une fois par jour (A. fort). En cas de souillure par des
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin