Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

CHAPITRE 1 : NORD ET SUD. LA MISE EN PLACE DES AIRES CULTURELLES
I/ L’AMERIQUE PRECOLOMBIENNE : UNE CLE TOUJOURS ACTUELLE
Trois étapes majeures peuvent être dégagées :
- la néolithisation : sédentarisation, implantation de l’agriculture et de l’élevage, premières expressions
artisanales.
- l’élaboration des chefferies puis des proto-Etats : mise en valeur de l’espace et construction de cités.
- la mise en place des Empires.
Deux grands foyers sont identifiables : celui des hautes terres tropicales de la Méso-Amérique et celui des hautes
terres tropicales des Andes.
1/ La néolithisation s’est déroulée de façon comparable à la nôtre
La sédentarisation des peuples, la culture, l’élevage et la céramique s’échelonnent à des dates comparables à celles
de l’Europe.
La domestication du maïs a été fondamentale : c’est à la fois une plante nourricière capable d’alimenter des
populations denses, mais elle a également délimité une aire correspondant à son écologie, et donc une aire civilisée,
et a aussi permis la diffusion des agriculteurs vers l’intérieur des terres.
Dans les Andes, un rôle semblable a été joué par la pomme de terre, la quinoa (céréale à grains minuscules),
légumes divers.
2/ La mise en place des chefferies et formes archaïques des Etats est assez tardive
Les civilisations de la Méso-Amérique sont les plus connues, sans doute aussi les plus brillantes :
Sur la côte du golfe de Mexique, la civilisation olmèque (étudiée par le gaulliste J. Soustelle) apparaît comme
fondatrice (II
è
millénaire av. J-C – III
è
s. av. J-C). Elle a fondé le système théocratique et son expression
architecturale sous forme de centres cérémoniels. Elle est à l’origine de l’invention de l’écriture et des calculs
chronologiques.
Cette civilisation est relayée par d’autres civilisations :
- la civilisation maya (« les Grecs du nouveau monde ») est la plus célèbre. Elle s’étend du Yucatan aux
hautes terres du Guatemala. L’unité de ce monde repose sur un type ethnique, une langue vernaculaire, une
religion. La mise au point d’une écriture hiéroglyphique, l’architecture (grands temples, voûtes à
encorbeillement), des connaissances astronomiques précises constituent les aspects de l’avancement de la
culture maya. La société était hiérarchisée avec à sa tête un chef politique et religieux, une noblesse et un
clergé nombreux.
- la civilisation zapotèque a édifié la cité de Monte Alban. Influencée à l’origine par les Olmèques, elle fut un
grand centre cérémoniel avec son architecture de pyramides.
Les civilisations des Andes son plus dispersées et en général moins bien connues :
Bien que l’on retrouve des points communs (édifications urbaines et citadelles, systèmes théocratiques et
cultuels…), l’époque classique dans les Andes n’a pas abouti à des ensembles aussi grandioses que ceux ci-dessus.
3/ La construction des Empires est la partie finale, celle que nous connaissons le mieux
Les Aztèques n’étaient que les derniers venus d’une série d’envahisseurs nomades venus du Nord.
Leur histoire mythique situe le début de leur migration en 1100. Arrivés en 1299 sur la rive du lac Texcoco, ils sont
d’abord exploités par les souverains toltèques locaux. C’est dans un îlot marécageux de cette lagune qu’ils fondent
en 1345 leur capitale Tenochtitlan. Une administration rigoureuse, une armée redoutable constituent les bases
essentielles du destin de l’Empire qui rassemblait 12 millions de personnes.