Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

Publications similaires

DION CASSIUS,
Histoire Romaine
, LXII, 7, 5 (Extraits)
(JEAN XIPHILIN, ABRÉGÉ DE L'HISTOIRE ROMAINE DE DION CASSIUS)
La révolte de Boudicca.
Ἐν ᾧ δὲ ταῦτα ἐν τῇ Ρώμῃ ἐπαίζετο͵
πάθος ἐν τῇ Βρεττανίᾳ δεινὸν συνηνέχθη·
δύο
τε
γὰρ
πόλεις
ἐπορθήθησαν͵
καὶ
μυριάδες ὀκτὼ τῶν τε Ρωμαίων καὶ τῶν
συμμάχων αὐτῶν ἐφθάρησαν͵ ἥ τε νῆσος
ἠλλοτριώθη
.
καὶ ταῦτα μέντοι πάντα ὑπὸ
γυναικὸς
αὐτοῖς
συνηνέχθη͵
ὥστε
καὶ
κατὰ
τοῦτο
πλείστην
αὐτοῖς
αἰσχύνην
συμβῆναι͵
ὥς
που
καὶ
τὸ
θεῖον
τὴν
συμφορὰν αὐτοῖς προεσήμανεν· ἔκ τε γὰρ
τοῦ
βουλευτηρίου
θροῦς
νυκτὸς
βαρβαρικὸς
μετὰ
γέλωτος
καὶ
ἐκ
τοῦ
θεάτρου θόρυβος μετ΄ οἰμωγῆς ἐξηκούετο͵
μηδενὸς
ἀνθρώπων
μήτε
φθεγγομένου
μήτε στένοντος͵ οἰκίαι τέ τινες ἐν τῷ
Ταμέσᾳ ποταμῷ ὕφυδροι ἑωρῶντο͵ καὶ ὁ
ὠκεανὸς ὁ μεταξὺ τῆς τε νήσου καὶ τῆς
Γαλατίας
αἱματώδης
ποτὲ
ἐν
τῇ
πλημμυρίδι
ηὐξήθη
.
πρόφασις
δὲ
τοῦ
πολέμου
ἐγένετο
δήμευσις
τῶν
χρημάτων ἃ Κλαύδιος τοῖς πρώτοις αὐτῶν
ἐδεδώκει·
καὶ
ἔδει
καὶ
ἐκεῖνα͵
ὥς
γε
∆εκιανὸς Κάτος ὁ τῆς νήσου ἐπιτροπεύων
ἔλεγεν͵ ἀναπόμπιμα γενέσθαι
.
∆ιά τε οὖν
τοῦτο͵ καὶ ὅτι ὁ Σενέκας χιλίας σφίσι
μυριάδας
ἄκουσιν
ἐπὶ
χρησταῖς
ἐλπίσι
τόκων
δανείσας
ἔπειτ΄ ἀθρόας τε ἅμα
αὐτὰς καὶ βιαίως ἐσέπρασσεν
...
Ἡ δὲ
μάλιστα αὐτοὺς ἐρεθίσασα καὶ ἐναντία
Ρωμαίων πολεμεῖν ἀναπείσασα͵ τῆς τε
προστατείας
αὐτῶν
ἀξιωθεῖσα
καὶ
τοῦ
πολέ
μου
παντὸς
στρατηγήσασα͵
Βουδουῖκα ἦν͵ γυνὴ Βρεττανὶς γένους τοῦ
βασιλείου͵
μεῖζον
κατὰ
γυναῖκα
φρόνημα ἔχουσα
.
Αὕτη γὰρ συνήγαγέ τε τὸ
στράτευμα ἀμφὶ δώδεκα μυριάδας ὄν͵ καὶ
ἀνέβη ἐπὶ βῆμα ἐκ γῆς ἑλώδους ἐς τὸν
Ρωμαϊκὸν τρόπον πεποιημένον
.
ἦν δὲ καὶ
τὸ
σῶμα
μεγίστη
καὶ
τὸ
εἶδος
βλοσυρωτάτη τό τε βλέμμα δριμυτάτη͵ καὶ
I Pendant qu'à Rome on s'amusait ainsi
(sous Néron), un malheur terrible arriva
en
Brettanie
:
deux
villes
furent
saccagées, huit myriades d'hommes tant
des Romains que de leurs alliés furent
exterminés,
et
l'île
nous
devint
étrangère. Tout cela arriva par le fait
d'une femme et c'est ce qui dans cet
événement mit pour eux le plus de
honte ; d'ailleurs la divinité leur avait
d'avance annoncé ces désastres. De la
curie, en effet, on avait ouï sortir
pendant la nuit un bruit sauvage, avec
des rires, et du théâtre, un tumulte
accompagné de plaintes, sans qu'aucun
homme eût parlé ou gémi. On avait vu
des espèces de maisons sous l'eau dans
le fleuve du Tamésas, et l'océan qui se
trouve entre l'île et la Galatie (Gaule)
avait été, pendant la pleine mer, grossi
de sang.
II . Le prétexte de la guerre fut la
répétition au profit de l'État de l'argent
que Claude avait donné aux principaux
des Brettans, et qui devait, au dire de
Décianus Catus, administrateur de l'île,
faire retour au trésor. Outre ce motif, il y
eut encore ceci, que Sénèque, leur ayant
prêté malgré eux, et dans l'espoir de
gros
intérêts,
mille
myriades
[de
drachmes], en exigea ensuite et par la
force
le
remboursement
intégral.
Mais ce fut une [femme] qui les excita
surtout, leur persuada de faire la guerre
aux Romains et qui, jugée digne d'être à
leur tête, les commanda durant toute la
guerre. Bunduica, une Brettanide de race
royale, qui avait l'âme plus grande
qu'une femme. Ayant rassemblé une
armée
d'environ
douze
myriades
[d'hommes], elle monta sur un tribunal
fait à la manière des Romains, avec de la
terre de marais. Elle avait la taille haute,
l'air terrible, le regard perçant ; sa voix