Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

i
^^DIX
QUESTIONS
SUR
LA
MONDIALISATION
DÉBUT
2007
I.
Q
U
EST
-
CE
QUE
LA
MONDIALISATION
? (par Sylvie Brunel, géographe et
économiste, prof. à l’IEPP)
S. Brunel commence par dire que la mondialisation, cette création d'un espace mondial
interdépendant, n'est pas nouvelle. Toutes sortes de mondialisations ont pu avoir lieu avant
celle qui nous préoccupe aujourd'hui. La nôtre se met en place entre 1870 et 1914.
Effectivement, un espace mondial des échanges est créé avec l'ouverture de nouvelles routes
maritimes, telles que les canaux de Suez et de Panama, le doublement de la flotte marchande
mondiale, l'extension du chemin de fer, la multiplication par six des échanges et le
déversement dans le monde de 50 millions d'Européens, qui peuplent de nouvelles terres et
annexent d'immenses empires coloniaux.
Ce qui est important, c'est que le processus qu'elle décrit n'est pas linéaire. La 1
ère
Guerre
Mondiale et la Grande dépression des années 30 ont, au contraire, permis un grand retour du
protectionnisme. La guerre froide et la constitution des blocs ont figé ensuite le monde
pendant près d'un demi-siècle... Jacques Adda définit la mondialisation comme l'abolition de
l'espace mondial sous l'emprise d'une généralisation du capitalisme, avec le démantèlement
des frontières physiques et réglementaires. Laurent Carroué préfère parler de processus
géohistorique d'extension progressive du capitalisme à l'échelle planétaire.
Selon l'OCDE, il y a trois étapes : l'internationalisation (développement des flux
d'exportation), la transnationalisation (essor des flux d'investissements et des implantations
l'étranger), la globalisation (mise en place de réseaux mondiaux de production et
d'information, notamment les NTIC).
La mondialisation actuelle est à la fois une idéologie (le libéralisme), une monnaie (le dollar),
un outil (le capitalisme), un système politique (la démocratie), une langue (l'anglais).
S. Brunel en profite pour faire remarquer que, quelle que soit la mondialisation dont on parle,
il y a toujours des constantes : révolution des transports et des moyens de communication,
rôle stratégique des innovations (les armes à feu, la conteneurisation, Internet) et rôle essentiel
des États et des acteurs privés.
D'abord et avant tout une globalisation financière
Ce que les Anglo-Saxons appellent globalisation est né d'un essor sans précédent du
commerce mondial après 1945. C'est-à-dire que, depuis cette date, les échanges augmentent
plus rapidement que la production de richesses. Cela a été facilité par la généralisation du
libre-échange grâce au GATT en 1947 et à l'OMC en 1995.
La mondialisation actuelle est caractérisée par la création d'un marché planétaire des capitaux
et l'explosion des fonds spéculatifs.
Comment en est-on arrivé là ? Disons tout simplement que la fin de la régulation étatique qui
avait été mise en place après la 2
nde
Guerre Mondiale s'est faite en trois temps : la
déréglementation, c'est-à-dire la disparition en 1971 du système des parités stables entre les
monnaies qui se mettent à flotter au gré de l'offre et de la demande ; la désintermédiation,
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin