La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Europe. Une nouvelle géographie de l'immigration

24 pages
  • cours - matière potentielle : aux chefs de gouvernement des états membres
  • exposé
Po st e ita lia ne S pa - Sp ed iz io ne in a bb . p os t. - D .L . 3 53 /2 00 3 (c on v. In L . 2 7/ 02 /2 00 4 n. 4 6) a rt . 1 , c om m a 1, D C B M ila no - Po st e It al ia ne - PP - E co no m y - A ut .
  • expulsion im
  • situation dramatique de la région de l'evros
  • nouvelle géo- graphie de l'immigration mondiale
  • modèles de migrations de transit
  • rent suivant les pays
  • européens
  • européen
  • européennes
  • européenne
  • modèles
  • modèle
  • situations
  • situation
Voir plus Voir moins

e o62 Année ÉDITION FRANÇAISE FÉVRIER 2011 n 729
TRIBUNE LIBRE FONDÉE EN 1950 PAR J. CONSTANTIN DRAGAN
Europe. Une nouvelle géographie
de l’immigration
Giuseppe Vedovato
Président émérite du Conseil de l’Europe
Le problème de la migration et de l’in- ley et le vingtième rapport de Civitas et
tégration représente en Europe un déf Migrantes, présenté à Rome le 26 octobre
caractéristique de notre époque. Nous 2010, peuvent donner une idée du nombre
sommes en présence d’une nouvelle géo- de ces migrants en Europe à une certaine
graphie de l’immigration mondiale. date. Un examen attentif de ces sources
La population des migrants est loin montre que la crise économique en cours a
d’être homogène et peut varier d’un pays à accéléré, en Europe, ce phénomène et que,
l’autre. Le statut de migrants en situation aujourd’hui, les immigrés sont plus consi-
régulière garantit à ceux-ci résidence et dérés comme un problème que comme une
travail, même si leur statut est très diffé- contribution à sa solution.
rent suivant les pays. Nous sommes en présence d’un véri-
La situation des migrants en situation table “syndrome de l’invasion”, même si
irrégulière est bien différente. L’irrégu- les séjours illégaux ont diminué de 22%
larité de leur séjour les conduit à vivre dans l’ensemble de l’Union européenne (de
dans l’insécurité et à être exposés à toutes 107.000 en 2009, ils sont passés à 89.000
sortes de danger, y compris l’expulsion im- en 2010). Si, d’un point de vue économique,
médiate en direction de leur pays d’origine. l’apport des immigrés est généralement re-
Une publication récente de l’OCDE, Les connu, il y a encore de nombreux préjugés à
migrations internationales. Le visage hu- leur égard. Tout d’abord en ce qui concerne
main de la mondialisation de Brian Kee- le lien entre immigration et criminalité.
Poste italiane Spa - Spedizione in abb. post. - D.L. 353/2003 (conv. In L. 27/02/2004 n. 46) art. 1, comma 1, DCB Milano - Poste Italiane - PP - Economy - Aut. DCO/DC/Milano N. 0032 du 28/3/2002formes et aussi dans
une optique d’intégra-
tion, ont montré l’am-
pleur et la complexité
du phénomène et le
caractère dramatique
de situations pour-
tant communes.
L’un des dangers
apparus ces dernières
années est la volonté
délibérée, mais discrè-
tement hypocrite, de
contrôler totalement
les fux (entre l’utopie
de l’immigration et la
rigidité des quotas) et
la procédure à suivre
sans en avoir réel-
lement les moyens
(techniques et fnan-
cements).
Sur le plan géogra-
phique, le danger est
de voir apparaître
des régions du monde
absolument “immu-
nisées” (régions d’im-
migration contrôlée et
choisie, quelle que soit la méthode effecti-La migration a fait et fait encore l’objet de
vement adoptée) et des régions de “transit” réglementations juridiques: nationales,
et de “rétention” (gestion exportée et délo-européennes, internationales qui, il faut le
calisée de la migration), avec l’apparition souligner, ne constituent pas un corpus or-
de frontières hermétiques dans un seul ganisé et ne couvrent pas tous les états de
sens: sud-nord. C’est ainsi que l’Europe de fait. Les réglementations nationales, no-
l’espace Schengen en est arrivée à créer tamment, sont profondément différentes
des centres de rétention dans des pays entre elles, par exemple en matière de lé-
tiers. La gestion de la présence étrangère gislation sur la citoyenneté.
en Europe montre, entre stratégies natio-Pour parvenir à une harmonisation,
nales et mesures communes, y compris à souhaitable, dans ce domaine, c’est-à-dire
des fns de promotion de l’intégration, des à une répartition acceptable des engage-
modèles opérationnels qui ont pris des di-ments, il y a encore beaucoup à faire.
mensions différentes.
1. Situations dramatiques
2. Échec à la souveraineté
Les opérations massives de réglemen-
On a beaucoup écrit et parlé de “mo-tation de la migration, sous toutes ses
2dèles méditerranéens de migration” et de ont comme condition préalable le ius soli.
“modèles de migrations de transit”. L’assimilationniste est convaincu que la
Quels qu’ils soient, ces modèles doivent cohésion sociale est garantie par le par-
obligatoirement tenir compte de la légis- tage de mêmes idéaux, par exemple les
lation sociale, de l’accès à la formation et valeurs républicaines et la laïcité “néga-
à l’emploi, des rapprochements familiaux, tive” de l’État; le multiculturalisme, par
des processus éducatifs, des programmes contre, se base sur l’idée que les individus
scolaires, de la citoyenneté et, pour les et les groupes posent moins de problèmes
“sans-papiers”, de la politique d’expulsion. lorsqu’ils peuvent cultiver leur identité re-
Il y a aussi le problème de l’attitude à ligieuse et culturelle.
avoir à l’égard des minorités religieuses,
quelquefois des millions de personnes, de 4. Le non-modèle italien
la lutte contre le racisme, de la xénophobie
et des différentes formes du terrorisme in- Et en Italie? Voici la réponse que donne
ternational. un spécialiste de l’islam, Renzo Guolo:
Un observateur attentif de la com- “L’Italie n’a construit aucun modèle: sui-
plexité et de l’instabilité des orientations vant les différentes majorités gouverne-
en matière d’immigration a observé avec mentales, a prévalu une conception inclu-
beaucoup de sagacité que tous les pro- sive ou exclusive de l’étranger. En réalité,
blèmes migratoires étaient une “preuve un modèle s’est imposé.
tangible de l’échec de la souveraineté ou, Avec la méthode forte de la Ligue lom-
mieux encore, de sa manifestation centrale barde, est né un modèle nominalement
qui, dans le système juridique internatio- assimilationniste dont le mot d’ordre est:
nal contemporain, est représentée par la ‘Que les immigrés respectent nos lois et
prédominance de la confguration des fux nos traditions’”.
migratoires”. Il en est dérivé un assimilationnisme
bancal: l’absence de citoyennisation le
3. Modèles en crise rend peut attrayant pour les immigrés ap-
pelés à renoncer à leur identité culturelle,
Aujourd’hui, tous les États européens ethnique et religieuse contre rien. Il s’agit
sont aux prises avec la crise de leur modèle d’un modèle essentiellement disciplinaire,
d’intégration. basé sur le ius sanguinis, qui empêche
Angela Merkel annonce l’échec du plu- l’étranger d’accéder à la citoyenneté.
ralisme culturel, c’est-à-dire du modèle Formellement assimilationniste, ce mo-
d’intégration qui se base sur la reconnais- dèle fonctionne, en réalité, comme un mo-
sance d’un certain niveau de diversité dèle multiculturaliste.
culturelle dans l’espace public, surtout en En considérant les immigrés comme
relation avec la présence de l’islam en Eu- porteurs d’irréductibles différences eth-
rope. niques et religieuses, on renonce à toute
En France, la révolte des banlieues a interaction avec l’étranger et on alimente
montré que la prétendue assimilation ou une séparation qui reproduit d’intou-
soi-disant échange – concession de la ci- chables ghettos identitaires.
toyenneté contre renoncement aux par- Cet assimilationnisme sans assimila-
ticularismes identitaires – ne fonctionne tion, ce multiculturalisme nié et, de fait,
pas. reproduit dans sa version hostile de l’en-
La Grande-Bretagne et les Pays-bas clave identitaire est cependant porteur de
ont adopté des modèles multiculturels qui futurs confits.
3Au sein du magma obscurci du sépara- conditions requises minimales que doi-
tisme social, ce n’est pas le nombre d’étran- vent posséder les citoyens de pays tiers et
gers qui augmentent, mais le nombre de les apatrides pour pouvoir bénéfcier d’une
ceux qui se sentent étrangers dans le pays protection internationale et des normes
où ils vivent et qui n’ont aucune loyauté relatives au contenu de cette protection.
politique à son égard. Au sein du Conseil de l’Europe, l’Assem-
blée parlementaire, le Comité européen
5. Deux nouveautés contre le racisme et la Cour européenne
des Droits de l’Homme s’occupent des pro-
Il faut parler ici de deux “nouveautés” blèmes de la migration.
italiennes en matière de migration et d’in- Ils sont à l’origine de nombreuses
tégration. conventions, de protocoles additionnels,
– Les “coordinateurs ethniques natio- de résolutions, de déclarations et de déci-
naux” jouent un rôle fondamental dans sions.
l’intégration des immigrés. Actuellement, Il faut y ajouter les conclusions des
les coordinateurs ethniques nationaux Conférences du Comité des ministres eu-
sont au nombre de seize, chacun au ser- ropéens responsables des questions de mi-
vice de son propre groupe de référence: ca- gration: Strasbourg (1980), Rome (1983),
tholiques philippins, albanais, roumains Porto (1987), Luxembourg (1991), Athènes
de rite latin, roumains de rite oriental, (1993), Varsovie (1996), Helsinki (2002) et
hongrois, vietnamiens, indiens syro-ma- Kiev (2008).
labars, indiens du Kerala, sri-lankais,
ukrainiens de rite grec, polonais, africains 7. “Identité de genre”
anglophones, africains francophones, li-
tuaniens, chinois et malgaches. Lors de la session de l’Assemblée par-
La Cour suprême italienne a récem- lementaire d’avril dernier, il a été discuté
ment décrété, concluant ainsi un procès d’un important document sur la prétendue
entamé par une arabe: pas d’expulsion ni “identité de genre” proposée par une réso-
de rapatriement même si ce sont des im- lution du chef de groupe socialiste suisse
migrés en situation irrégulière ou ayant Andreas Gross.
commis des délits. Approuvée par les représentants diplo-
Pas d’expulsion pour les étrangers ayant matiques des responsables des Affaires
des enfants si cela risque de provoquer des étrangères des 47 États membres, le se-
traumatismes chez ces derniers. “Le mi- crétaire général, Thorbjom Jagland, consi-
neur subira certainement un préjudice af- dère que c’est “le premier instrument ju-
fectif concret, perceptible et objectivement ridique au monde” à traiter ces formes de
grave, au vu de l’âge ou des conditions de discrimination.
santé liées à l’ensemble de l’équilibre psy- Ce document cherche à éviter certaines
chophysique suite à l’éloignement de sa discriminations du fait que la lutte contre
famille et à son arrachement défnitif de les ne se réfère jamais à
l’environnement où il a grandi”. l’“identité de genre” mais seulement au
“sexe et à l’orientation sexuelle”; mais il
6. Les initiatives européennes pose les conditions préalables, les pré-
tendus “plans inclinés”, dont les résultats
En cette matière, les initiatives euro- sont inquiétants: adoptions, unions ho-
péennes – massives du Conseil de l’Europe mosexuelles, procréation assistée, propa-
et de l’Union européenne – concernent les gande dans les écoles.
48. La Convention de Genève autres, les droits à la protection concer-
nant l’appartenance à un groupe social
déterminé. Par ailleurs, est en discussion Un document de l’Union européenne
un programme de “solidarité et de gestion portant sur la stratégie de l’Union en ma-
er des fux migratoires”, ainsi que la “créa-tière de migration et d’asile du 1 juillet
tion d’un programme européen commun 1998 insiste sur les directives et les ré-
de réinstallation”, en étroite coopération solutions de la Commission pour qu’on
avec le Haut Commissariat pour les Réfu-garantisse l’application sans réserves la
giés des Nations unies, pour les réfugiés Convention de Genève du 28 juillet 1951
dont le besoin de protection a déjà été re-concernant le statut des réfugiés, qui a
connu. Récemment, ce Haut Commissa-été par la suite modifée par le protocole
riat a demandé au gouvernement grec de de New York du 31 janvier 1967, ainsi que
prendre des mesures urgentes pour faire le respect absolu de la Charte européenne
face à la situation dramatique de la région des Droits de l’Homme du Conseil de l’Eu-
de l’Evros, à la frontière avec la Turquie, rope et de la Charte des Droits fondamen-
qui a été qualifée d’“urgence humanitaire taux de l’Union européenne.
au cœur de l’Europe”, et invité l’Union eu-Le Traité de Lisbonne a attribué au
ropéenne à soutenir cette intervention.Parlement européen de nouvelles compé-
Par ailleurs, il serait souhaitable une tences législatives en matière d’asile et
amélioration du troisième Fonds européen d’immigration.
pour les réfugiés qui existe depuis 2008.
9. Urgence à Evros Une conférence qui réunira tous les in-
téressés en la matière est prévue en 2012
Un projet de directive défnira, entre pour faire un bilan intermédiaire.u
5HISTOIRE DU CHRISTIANISME
Cycle de conférences
ÉGLISE ET SOCIÉTÉ
FONDATION EUROPÉENNE DRAGAN
Siège de Rome: Foro Traiano, 1/A (Piazza Venezia) – Tél. 06 6797785
Secrétariat général: Milan – Tél. 02 58371400
~ Entrée libre ~
Mercredi, 2 février 2011, 17h30
Le sacré et le pouvoir.
L’Église catholique aujourd’hui
Giovanni Filoramo
Université des Études de Turin
Mercredi, 16 février 2011, 17h30
Les femmes et le christianisme: savoir et pouvoir
Sofa Boesch Gajano
Université des Études de “Roma Tre”
Mercredi, 2 mars 2011, 17h30
Les prêtres pédophiles.
La honte, la douleur et la vérité sur l’attaque contre Benoît XVI
Massimo Introvigne
Sociologue
Directeur du Centre d’Études sur les nouvelles Religions
Mercredi, 16 mars 2011, 17h30
Église et société.
Se comprendre sur le mot “Église”
Giulio Cipollone
Université pontifcale grégorienne
6L’Europe au carrefour:
relance ou crise?
Silvio Fagiolo
Professeur de Relations internationales
à l’Université libre d’Études sociales LUISS de Rome
L’Europe est à un carrefour: relance de progresser. Je ne décrirai pas ici la crise
ou crise? Je désirerais surtout analyser fnancière et me limiterai à en souligner
trois aspects de cette question qui peut certains aspects surprenants auxquels le
être traitée de manières très différentes. marché global n’était pas préparé.
Je commencerai par la grande crise des Nous avons affaire à des richesses
marchés internationaux, aussi inattendue construites sur la dette et à une avidité
qu’imprévisible, et ses répercussions sur effrénée, qui a souvent pris le pas sur le
l’Europe. sens des responsabilités, associée à une
Puis, je montrerai comment cette crise absence de réglementation.
peut représenter une opportunité pour L’Europe a souvent été accusée d’avoir
l’Europe en donnant un nouvel élan à son trop de règles et les États-Unis ne se fai-
évolution institutionnelle. Et, pour fnir, saient pas faute de nous le reprocher. Puis,
j’évoquerai des facteurs externes, notam- on s’est rendu compte que, par certains cô-
ment les relations avec les États-Unis, et tés, les règles étaient insuffsantes ou que,
comment ceux-ci ajoutent un dynamisme peut-être, elles n’ont pas été respectées.
supplémentaire aux perspectives euro- À un certain moment, ces différents
péennes. aspects de la crise de la fnance – une f-
nance qui a presque semblé en contradic-
1. L’Europe et la crise fnancière tion avec l’industrie, comme si la folie de la
fnance s’opposait à la vertu de l’industrie
Mon point de départ sera donc la crise – ont coïncidé et explosé sur la scène in-
économique et fnancière. Je crois, au fond, ternationale en créant une situation sans
que cette crise peut donner une impulsion précédents.
importante à l’Europe, peut-être pas dé- C’était la fn d’un cycle historique. Pour
cisive d’ailleurs, car la route est longue. résumer au maximum, disons que, depuis
Elle peut, de manière inattendue, relan- la fn de la Deuxième guerre mondiale, il y
cer l’idée d’Europe. Du reste, l’Histoire ne a eu deux cycles.
cesse de nous surprendre et c’est ce qui fait Le premier cycle a été celui où l’État a
son attrait. pris le pas sur le marché. À partir de 1948,
La crise fnancière a mis en place un c’est-à-dire depuis le début de la normali-
scénario incertain, qui est loin d’être sation de la situation européenne après la
terminé, et dont nous ignorons la fn. Et guerre et pendant les 30 ans qui ont suivi,
pourtant, cette situation offre indubitable- l’État a dominé.
ment, mis à part les risques, des occasions Quelqu’un a qualifé l’Europe de cette
7période d’Europe sociale-démocrate. Je avec la culture des années soixante, il au-
considère, pour ma part, cette simplifca- rait été impossible d’obtenir les résultats
tion comme excessive. Il y avait de nom- qui ont été obtenus par la suite et dont
breux partis populaires dans une Europe l’Europe elle-même a bénéfcié.
où le marché et l’État se contrebalançaient Raison pour laquelle il faut rendre hom-
mutuellement. mage à Margaret Thatcher au moment où
Un deuxième cycle a suivi à partir, gros- nous prenons conscience des limites de
so modo, de 1980 avec la prépondérance du ce passage. Ce deuxième cycle historique
marché et la diminution du rôle de l’État qui s’est ouvert, comme je l’ai déjà dit,
qui, le développement des libéralisations vers 1980 ou à partir de la fn des années
et des privatisations aidant, s’est réduit à soixante-dix, vient de se terminer
sa plus simple expression. La crise fnancière ouvre une troisième
Cette époque s’identife avec deux phase dont nous ignorons la fn, mais qui
personnalités exceptionnelles, que j’ai semble se caractériser par un rééquili-
d’ailleurs connues lorsque j’étais diplo- brage des relations entre l’État et le mar-
mate, Ronald Reagan et Margaret That- ché avec une redécouverte du rôle de la
cher. Margaret Thatcher était impres- politique. Toutefois, nous devons être vigi-
sionnante lorsque, dans les réunions lants pour que, cette fois-ci, il n’y ait pas
internationales, elle se levait pour défendre un abus de la politique, surtout en Italie
la suprématie de la liberté ou lorsqu’elle où nous avons toujours tendance à tomber
prenait la parole pour défendre à tout crin dans ce travers.
le marché et, dans la foulée, l’héritage des Dans ce climat de redécouverte de la
puissances maritimes, qui sont d’ailleurs politique, le rôle de l’Europe se réaffrme
les grandes puissances anglo-saxonnes. avec force: celui d’une Europe en tant que
Je me souviens notamment d’une réu- construction consciente, système de règles
nion de l’OTAN où elle ft un véritable et mécanisme d’attribution de la souverai-
cours aux chefs de gouvernement des neté. Tout ceci est dû à des raisons très évi-
États membres – qui l’écoutaient presque dentes qu’il n’est pourtant pas inutile de
avec timidité – sur la suprématie du pou- rappeler brièvement.
voir naval, une grande tradition insulaire. Tout au long de son histoire, l’Europe a
Cette suprématie du marché sans règles cherché à établir une relation juste entre
a eu aussi, bien entendu, des effets pervers l’État et le marché. Elle est née sous les
que tout le monde peut voir aujourd’hui. auspices du modèle rhénan avec une forte
Mais il faut également dire qu’il aurait été empreinte des partis populistes et sociaux-
impossible d’adopter la monnaie unique démocrates, mais plus encore des démo-
en Europe sans cette philosophie qui ré- crates-chrétiens et, pour rester en Italie,
duisait le rôle de l’État. du modèle de la Démocratie chrétienne.
Si Margaret Thatcher n’avait pas in- Cela signife, pour l’Europe, revenir à ses
troduit le concept d’État minimum, du racines.
contrôle de l’infation et de la fnance ver - La supranationalité constitue un deu-
tueuse, l’Union européenne n’aurait pas xième élément. Cette crise clarife cer -
franchi cette étape fondamentale. taines choses. Il est évident, désormais,
Margaret Thatcher n’était pas favorable que les États nationaux ne peuvent pas
à la construction européenne, mais c’est là affronter seuls les grands défs du monde
une autre histoire qui relève plutôt de la contemporain, pas même ceux de la f-
position anglaise vis-à-vis du continent. nance et du marché qui semblent pourtant
Avec la manière de penser précédente, les plus autonomes et hors de la sphère
8d’action des États. Voici donc que la culture quelque chose à apprendre de cette vieille
de la souveraineté, qui est si bien enraci- Europe dont quelquefois ils se moquent
née en Europe et qui n’a pas le même écho pour son excès de bureaucratie.
dans le reste du monde, rend à l’Europe sa Ce que nous savons de la crise fnan-
suprématie. cière ne peut pas être notre seul élément
Il faut dire que l’Europe n’a jamais ido- pour analyser les perspectives de l’Europe.
lâtré le marché au point de sacrifer la Des hommes ont joué un rôle capital
réalité au nom d’une idéologie abstraite. dans cette situation, ceux qui sont derrière
Le marché reste un instrument et il faut ces décisions, comme Nicolas Sarkozy, le
donc toujours en considérer les fnalités président français, un homme quelque-
concrètes dans son rapport avec l’homme. fois excessif, mais qui a réussi à utiliser au
Pour fnir, comme dernier élément, je maximum son semestre de présidence de
voudrais citer l’euro. L’euro s’est révélé l’UE.
être un énorme bouclier de protection. Si Nous pouvons aussi ajouter l’Italie car,
souvent critiqué, car considéré comme res- au fond, il faut reconnaître que le gouver-
ponsable de l’infation et de l’augmenta- nement italien a soutenu une politique ac-
tion des coûts, l’euro devient brusquement tive de l’Europe. Tremonti, le ministre des
le casque de Vénus, celui qui protège, au Finances et le Président du Conseil lui-
point que les fers pays du Nord, le Dane- même voulaient même aller plus loin. Le
mark et la Suède, qui en étaient exclus, gouvernement italien proposait un fonds
sont en train de reconsidérer leurs choix. européen d’intervention et une unité de
La Grande-Bretagne elle-même, qui surveillance européenne.
a contribué à dépasser cette phase en re- Cette idée d’un gouvernement de l’éco-
commençant à verser son tribut à l’Eu- nomie, c’est-à-dire d’un instrument indis-
rope, pourrait être amenée, certainement pensable pouvant contrebalancer la soli-
pas dans l’immédiat, à revoir sa position tude de la Banque centrale, est encore au
vis-à-vis de la monnaie unique. stade embryonnaire. Les différents pays
prennent sérieusement en considération
cette hypothèse et nous en verrons les ré-2. De la crise
aux nouvelles chances pour l’Europe sultats. Mais, sans aucun doute, le train de
l’Europe s’est remis en marche.
Cette Europe que les critiques avaient La crise fnancière a eu des répercus-
qualifée de retardée, d’incapable de sions sur les aspects formels de l’Europe
prendre des décisions, pétrie de contra- en relançant la recherche institutionnelle.
dictions, a réagi rapidement et avant les Cette expérience a certainement enrichi
autres devant la crise fnancière en ma- le cadre institutionnel européen en mon-
tière de capitalisation des banques, d’in- trant que la fexibilité de ses structures
terventions, etc. permet à l’Europe de choisir.
L’Europe a aussi agi avec plus de dé- Les décisions sont parties de l’intérieur
termination que les Américains qui ont du noyau le plus fort, c’est-à-dire celui qui
même, au contraire, donné l’impression s’est créé autour de l’euro, l’Eurogroupe, et
de prendre modèle sur l’exemple européen elles ont été ensuite adoptées par d’autres
pour corriger leur intervention initiale. pays.
C’était un peu le monde à l’envers. Ici aussi, la créativité institutionnelle
Les Américains, d’habitude, prennent a été importante. À l’initiative de Nicolas
rapidement leurs décisions et avec déter- Sarkozy, pendant la présidence française
mination. Cette fois-ci, pourtant, ils ont eu de l’UE, l’Eurogroupe s’est pour la pre-
9mière fois réuni au niveau des chefs d’État bien précieux qu’il faut protéger; elle est
et de Gouvernement, ce qui lui a donné à l’origine d’institutions spécifques et
une visibilité, une force, un poids et une c’est une structure d’intégration, non
capacité décisionnelle qu’il n’avait pas au- pas d’exclusion, dont tout le monde peut
paravant. faire partie à condition de répondre aux
Là aussi, Sarkozy et l’Europe ont dé- critères indispensables. Peut-être l’euro
clenché un mécanisme qui s’est ensuite incarne-t-il, d’une certaine manière, cette
répercuté de l’autre côté de l’Atlantique et Europe à deux vitesses dont on parle tant
a eu des effets sur les réunions des pays les aujourd’hui.
plus industrialisés, par exemple le G 20 de L’Europe à 27 est trop vaste et peu ho-
Washington qui devait défnir les instru- mogène, ce qui l’empêche de progresser
ments pour sortir de la crise. rapidement; il faut repartir d’une base
Tout ceci a redonné de la visibilité à plus étroite qui pourrait être la monnaie
l’Eurogroupe, c’est-à-dire le groupe des unique.
pays réunis autour de la monnaie unique. Au fond, on avait toujours cherché à iso-
Rappelons que les réunions de l’Euro- ler un noyau de pays européens pouvant
groupe précèdent celles des ministres des progresser avant les autres. Quelqu’un
Finances qui se réunissent régulièrement avait suggéré les six pays fondateurs,
à Bruxelles (ÉCOFIN) pour discuter de d’autres les six pays les plus grands (avec,
l’évolution de la monnaie, des rapports de donc, l’Espagne, l’Italie et la Pologne),
change. Mais, dans ce cas précis, il s’est mais il s’agit toujours de critères aléa-
transformé en moteur politique. toires, alors que celui de la monnaie a une
C’est le signe d’une évolution de l’Union base institutionnelle forte et un intérêt
européenne qui a été analysée en pro- très spécifque.
fondeur lors de réunions de réfexion sur Je pense que la crise fnancière globale
l’Europe organisées par la Fondation Eu- a montré le bien-fondé d’une idée qui était
ropéenne Dragan. chère à Jean Monnet. Celui-ci, en effet,
Cet incontestable progrès n’est pas dû, pensait que les États n’agissent que pous-
cette fois-ci, aux instruments fédéraux de sés pas le besoin et ne voient la nécessité
l’Union – la Commission, le Parlement, etc. d’agir qu’en cas de crise. À mon avis, l’exi-
Ce sont les gouvernements qui ont repris gence d’un équilibre fnancier peut donner
en main la situation et donné une nouvelle d’autres occasions d’avancer en direction
impulsion au processus, ce qui s’est sou- de l’intégration.
vent produit lorsque l’Europe avait besoin Je pense, par exemple, à la sécurité, à
de nouveaux objectifs. ce qui s’est produit en avril 2008, lors du
N’oublions pas que le premier embryon Conseil atlantique de Bucarest, lorsque les
de la monnaie unique, le SME, était né, États-Unis ont reconnu de manière très
lui aussi, d’une initiative du Conseil euro- explicite que l’Europe doit se doter d’un
péen. Si, dans un futur proche, l’Union eu- système de défense effcace, de manière
ropéenne progresse tant soit peu, ce sera à construire, aux côtés de Washington, le
dû, cette fois-ci encore, à une poussée des deuxième pilier de la sécurité occidentale.
gouvernements qui pourront compter sur Lors de ce même sommet de Bucarest,
la nouvelle cohésion qui s’est formée au- les Français ont exprimé leur désir de
tour de la monnaie unique. réintégrer l’Alliance atlantique à condi-
En dépit de toutes les diffcultés que tion qu’elle ait une dimension européenne
l’euro a rencontrées et connaît encore interne plus claire.
aujourd’hui, la monnaie unique est un Disons que différentes initiatives lais-
10