Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

EW 3 2008 La gratuité va-t-elle tuer la culture ? Le ...

De
3 pages

EW 3 2008 La gratuité va-t-elle tuer la culture ? Le ...

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 296
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

1
EW 3
2008
Zweite Runde
1. Wettbewerbssprache: Französisch
La gratuité va-t-elle tuer la culture ?
Le téléchargement de musique, de films, de livres via Internet
met-il en péril la création et la diversité culturelle ?
L'essayiste Jacques Attali et le PDG de la Fnac Denis Olivennes s'opposent
Denis Olivennes . - L'invention d'Internet a offert la possibilité de consommer
5
des biens culturels en toute gratuité. On peut télécharger sur Internet des fichiers
musicaux, cinématographiques, demain des livres, sans l'accord de leurs auteurs,
sans que ceux-ci et producteurs ou éditeurs soient rémunérés. Certains
considèrent que cette révolution technologique a déjà eu lieu et qu'on ne
reviendra jamais en arrière. Parce que la gratuité répondrait à une demande
10
sociale profonde du plus grand nombre. D'autres, comme moi, pensent que ce
mouvement est trop dangereux pour qu'on le laisse se déployer sans garde-fous,
qu'il menace à ce point la création et la diversité culturelles qu'on doit se
demander comment maîtriser cet incontestable progrès technique.
Jacques Attali. - La gratuité ne date pas d'aujourd'hui. Beaucoup d'oeuvres d'art
15
dans l'Antiquité étaient produites et accessibles gratuitement. Puis la musique et
les autres arts ont eu des mécènes privés, mais une très grande partie des
oeuvres, sinon toutes, ont continué à être créées pour d'autres motifs que
l'argent. Aujourd'hui existe encore une véritable gratuité pour la production de
l'art, de la peinture à la sculpture, de la danse à la musique. Elle existe aussi pour
20
l'accès à l'art. Pour la musique, on la connaît depuis longtemps avec la radio.
Quand elle est apparue, il y a eu les mêmes batailles qu'aujourd'hui avec le Net.
Les musiciens ne voulaient pas de radiodiffusion de leurs oeuvres parce qu'ils
avaient peur qu'on leur vole leur public. Les journaux se méfiaient aussi d'elle.
Le Net ne fait que généraliser la radio. Le P2P n'est pas un piratage. C'est un
25
cadeau, pas une vente. En revanche, la vente de CD illégaux, comme celle de
faux médicaments, participe au boom d'une économie criminelle mondialisée.
Le premier combat à mener, c'est contre le commerce illicite de produits
culturels, pas contre leur gratuité. L'expérience historique a montré qu'on ne
résiste pas à une révolution technologique. Et je ne vois pas en quoi cette
30
révolution serait désastreuse, pour l'art ou son économie. Aujourd'hui, cette
économie est en train d'évoluer vers quelque chose de radicalement neuf : les
hommes n'ont plus seulement envie de consommer l'art mais d'en faire. Et pour
cela, ils ont envie d'en écouter gratuitement. Grâce à la mise à disposition
gratuite des oeuvres, le spectacle vivant va être un élément déterminant de leur
35
rémunération. Et ceux qui se diront artistes professionnels commercialiseront
quelque chose de rare : leur temps. Assister aux répétitions, recevoir des cours,
vivre un moment privilégié avec un artiste... ça commence à se développer
ailleurs même que dans la musique. Certains écrivains gagnent déjà plus d'argent
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin