Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

CHAPITRE 3: WAKON YOSAI , LA SYNTHESE JAPONAISE
L'identité nipponne hérite d'une tradition d'organisation et d'un esprit de combat qui lui permettent de muter
trois fois : à l'ère Meiji, à l'ère Showa et à l'ère Heïsei.
Il convient de montrer que le miracle japonais réalisé pendant le Meiji n'est pas un miracle mais
résulte d'un héritage exceptionnel. De plus cette première ouverture permet de comprendre les mutations que
le pays connaîtra ensuite.
I. LES RACINES DU DEVELOPPEMENT JAPONAIS
Le Japon préindustriel n'était pas dépourvu de ressources au contraire il disposait de nombreux facteurs propices au
décollage économique, en particulier le capital humain.
1/ Le Japon de l'ère Tokugawa présente un singulier mélange de fermeture et d'ouverture sélective au monde
Ce point établit un lien entre le Japon d'hier et le Japon d'aujourd'hui et prouve que les racines du "modèle
japonais" sont anciennes et préexistent à la menace occidentale.
Le Japon légendaire, Cipangu, avait été approché par les Européens qui recherchaient de l'or ; mais le
Japon se referme sur lui-même
- 1er objectif : éradiquer le christianisme car il ne préconise pas une allégeance totale au seigneur (action du shogun -
chef de l'armée- Tokugawa)
- 2ème objectif: en 1637
- fermeture du Japon, les Japonais ne peuvent plus quitter le pays.
- de même aucun étranger ne fut autorisé à venir commercer au Japon sauf les Chinois sur l'île de Deshima (les
Chinois étaient les seules étrangers à ne pas être qualifiés de barbares! ) et sauf les Hollandais qui permettaient
aux Japonais de rester informé sur l'évolution technique mondiale "savoir barbare"
2/ L'organisation, la société et les mentalités du Japon pré-moderne préparent son décollage économique
L'ordre social est figé, pour respecter la hiérarchie et prévenir les désaccords et les conflits.
-Pendant des siècles la société est divisée en han, fiefs provinciaux dirigés par les seigneurs " les daimyos " qui
disposent des samouraïs sans terre et imposent un code militaire.
-Les samouraïs = 7% de la pop fin XVIIIe. Ce chiffre peut expliquer leur rôle dans le Japon du Meiji et
leur capacité à
imposer leurs valeurs à l'ensemble de la société.
-Les paysans doivent nourrir le pays, les artisans produisent un travail de qualité ( W bois et métal).
-Les Tokugawa devenus shoguns, ont mis fin à la guerre civile et ont instauré un état de paix relatif pendant
la période Edo (1603-1867)
Cette paix a permis d'exploiter les ressources du pays
- d'abord celles de la terre : XVIIe et XXVIIIe le Japon un des principaux fournisseurs de l'Europe
-en argent et en cuivre.
+ commerce du bois, le bambou, l'agriculture: céréales, riz, blé, orge, thé et soja ...
+ des plantes industrielles: le coton, l'indigo et les feuilles de mûrier pour les vers à soie.
- ainsi deux types d'industries de consommation peuvent naître:
-des industries "agro-alimentaires" ex: fabrication de saké à base d'alcool de riz, pâtes de soja...
-Et d'autre part des industries textiles. Le commerce des kimono est florissant.
Le Japon n'est donc pas un pays pauvre.
Bien que fermé au reste du monde pendant le shogunat des Tokugawa,
le pays disposait déjà d'une agriculture productive et d'une activité commerciale, et d’un tissu économique dynamique