7 jours d'essai offerts
Cet ouvrage et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
La psychologie sociale appliquée dans le domaine des organisations et des ressources humaines
Entre pouvoir et rationalité
Une affaire de pouvoir plus que de rationalitéou d’efficacité: -impact des modes d’exercice du pouvoir sur la performance -réalitépartagée et culture d’entreprise Que reste-t-il de la rationalité? -prise de décision en groupe -négociation -recrutement et choix de candidats
1. Une affaire de pouvoir
Le mondeéconomique s’appuie essentiellement sur un postulat de rationalité: - en fonction des infos dont ils disposentles individus agiraient : - selon la hiérarchie de leurs préférences - en fonction du rapport coûts/bénéfices même s’il est admis que cette rationalitépuisseêtre limitée.
Il existe pourtant des alternativesàce postulat de rationalité(Sakalaki, 2003) : - biais cognitifs - représentations sociales - normes et conventions - croyances
La rationalitéapparaît en fait comme le reflet d’une idéologie derrière laquelle se dissimule l’exercice du pouvoir.
a) l’exercice du pouvoir Dans le monde socioéconomique, la manière dont le pouvoir s’exerce peut entraîner des conséquences sur les buts recherchés : les entreprises ou les organisations, cela a des r dans épercussions au niveau des performances. Les conflits d’intérêt et les actes d’influence ou de pouvoir qui en découlent sont inévitables dans les organisations mais le mode sur lequel le pouvoir est exercéreste sous contrôle. Deux grandes formes d’exercice du pouvoir peuventêtre distinguées (Scholl, 2001) : - le contrôle restrictif (pouvoir) - le contrôle promoteur (influence)
Le contrôle restrictif il s’agit du pouvoir dans son acceptation coercitive :