Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

LA VIE DE SAINT SOPHRONE DE JÉRUSALEM

De
5 pages

LA VIE DE SAINT SOPHRONE DE JÉRUSALEM

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 104
Signaler un abus
agréables à Dieu.
LA VIE DE SAINT SOPHRONE DE JÉRUSALEM
(Saint Dimitri de Rostov)
Fêté le 11 mars
aint Sophrone, qui porte le nom de a chasteté, naquit à Damas de arents pieux, chastes, et de bon e n o m ,P l i n t h o se tM y r a .D è s enfance, il mena une vie conforme à on nom, chérissant la sagesse pirituelle et gardant sans tâche sa ureté virginale. Ces deux vertus, la agesse spirituelle et la pureté irginale, portent le nom de la hasteté, ou plutôt, comme dit saint ean Climaque, la chasteté est le nom e toutes les vertus. Et le chaste ophrone en fut lacquéreur zélé.
l sattela pour commencer à la hilosophie de ce monde, et fit si bien uil reçut le titre de sophiste, cest-à-ire de sage. En ce temps-là, ce titre tait extrêmement honorable. Seuls es philosophes les plus éminents, omme jadis Libanius au temps de aint Basile, étaient habilités à le orter.
l voulut ensuite acquérir la sagesse pirituelle. Pour cela, il entreprit un nterminable tour des monastères et rmitages du désert pour butiner ce ui est utile à lâme chez les pères
Cest ainsi quil parvint un jour dans la ville sainte de Jérusalem, puis, non loin delle, au monastère de saint Théodose le Grand. Là, il fit la connaissance du moine Jean, surnommé Moschos, homme vertueux et versé dans les deux philosophies, extérieure et spirituelle. Sophrone sattacha à Jean comme un fils à son père, ou plutôt comme un disciple à son maître, et le servit jusquà sa mort. Les deux hommes fréquentèrent de concert les monastères et les déserts. A loccasion de chaque visite, le bienheureux Jean consignait dans son livre, lePré spirituel, les exploits des saints pères. Cet ouvrage magnifique fut cité par la suite au Septième Concile Oecuménique. Jean y donne souvent à Sophrone le titre de sophiste, et le considère comme son égal. Parfois même, il lappelle maître ou père, car il nétait plus pour lui un disciple, mais un ami, un compagnon de route et de travail, un homme quil jugeait supérieur à lui-même, et dont il prédisait quil deviendrait un grand pasteur et une colonne inébranlable de lEglise du Christ.
Avant dêtre tonsuré, Sophrone vécut assez longtemps en Palestine aux côtés de Jean, aussi bien dans le monastère de saint Théodose le Grand, que dans un monastère de la vallée du Jourdain, fondé jadis par saint
1
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin