Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

Du même publieur

13, rue du Montparnasse 75006 Paris Tél. 01 45 49 82 00 hthttp://www.editions-fayard.fr
NOVEMBRE ET DÉCEMBRE 2005
 DOCUMENTSJacques ATTALI,Cétait François MitterrandAttachée de presse : Caroline Gutmann Polytechnicien, énarque, ancien conseiller spécial du président de la République François Mitterrand pendant onze ans, créateur et premier président de la BIRD, Jacques Attali a brillé comme auteur dans de nombreux genres différents : histoire (1492), essais (de Fraser, Les juifs, le monde etLa Figure largent), mémoires (Verbatim), romans (Lepremier jour après moi, La Vie éternelle, Au-delà de nulle part, La Femme du menteur, NouvElles), et enfin théâtre (Les Portesdu ciel). Il sest déjà essayé avec grand succès à la biographie dansUn homme dinfluence, consacré au banquier G. Warburg, etBlaise Pascal ou le génie français. Il a publié récemmentLa Confrérie des ÉveillésetKarl Marx ou lesprit du monde. Dix ans après la mort du quatrième président de la VeRépublique, ce récit est nourri par de nombreuses révélations sur son action. « On trouvera ici lhistoire de notre aventure commune, depuis notre rencontre en 1966, jusquà la fin de son second mandat. » En réponse aux questions que chacun se pose à son égard : qui était-il ? A-t-il menti aux Français sur son passé ? Aimait-il largent ? Quels étaient ses rapports avec ses proches ? A-t-il utilisé lÉtat à son service personnel ? Comment prenait-il ses décisions ? Sest-il trompé sur la réunification allemande ? A-t-il laissé une France en meilleur état quà son arrivée ? Était-il un homme de gauche ? Sur toutes ces questions et tant dautres encore, le moment est venu de faire connaître des faits souvent considérables et encore ignorés. Ils éclaireront cette période si essentielle de notre histoire.
Jean-Pierre FILIU,Mitterrand et la PalestineAttaché de presse : Laurent Payet Docteur en histoire et arabisant de formation, Jean-Pierre Filiu a été délégué de la Fédération Internationale des Droits de lHomme au Liban et a publié de nombreux articles sur la question proche-orientale. Devenu diplomate, il a travaillé notamment en Jordanie, en Syrie et aux États-Unis, ainsi quau cabinet du ministre Pierre Joxe et du Premier ministre Lionel Jospin. Lamitié de François Mitterrand pour Israël, son peuple et son histoire, est ancienne et connue. Il va développer tout au long de sa carrière cette amitié exigeante au nom de la justice et des valeurs partagées. Ce livre raconte comment un tel ami dIsraël découvre en 1972 la misère des camps de réfugiés de Gaza et rencontre Yasser Arafat dès 1974, bien longtemps avant la première entrevue entre un ministre français et le chef de lOLP, qui na alors aucune représentation officielle à Paris. Jean-Pierre Filiu décrit limpact du conflit libanais sur une des hautes figures du socialisme international, sa vaine tentative pour prévenir la tuerie de Tall el-Zaatar en 1976, et, peu après ce carnage, sa première déclaration en faveur dun État palestinien. Ce livre scrute le choix des mots utilisés par un homme pénétré de leur force dans lHistoire et transcrit aussi lindignation montante dune conscience européenne. Indignation, en 1983, face à l« hallali » de la Syrie et de ses alliés contre « ces gens qui courent après une patrie, que lon chasse dun endroit à un autre et que lon tue ». Indignation, en 1989, suscitée par « cette répression continue où lhomme devient un gibier » en Cisjordanie. Ce livre éclaire enfin la ténacité dun défenseur résolu de la reconnaissance mutuelle entre Israël et lOLP. Défenseur engagé dès 1980, qui a tenu bon treize ans durant, jusquà voir sa conviction devenir réalité dans un hôtel parisien. Voici comment un ami indéfectible dIsraël, devenu chef dÉtat, a par trois fois sauvé  physiquement et politiquement  le symbole de la Palestine. Luce JANIN-DEVILLARS,Ces morts qui vivent en nousAttachée de presse : Dominique Fusco Luce Janin-Devillars est psychanalyste et consultante en entreprise. Elle a déjà publiéChanger sa vie(Pocket, 2003), et a participé à la rédaction de deux ouvrages collectifs,Les Sources de la honte de Brouwer, 1994), et (DescléeLa Lutte des places. Insertion et désinsertion(Epi, 1995). Oui, les fantômes existent, et ils ne hantent pas forcément les couloirs des vieux châteaux. Ils nous habitent. Ce sont nos morts « non enterrés », parents, proches, amis ; tous ceux qui nous ont quitté et dont nous navons pu faire le deuil. Ce deuil, cest le travail de symbolisation de la perte et du chagrin. Cest digérer,
métaboliser cet im-pensable, au vrai sens du terme, cette déchirure infligée dans le cours de notre temps par la disparition dune personne aimée. Quand le deuil est insuffisant, incomplet ou absent, celui ou celle qui a disparu de notre réalité quotidienne avec la mort se meut en pensées obsédantes, souvenirs, images, hallucinations parfois qui reviennent nous tourmenter nous, vivants, comme si nous étions la proie dun sortilège. Le comportement est obéré, parasité, et de nombreux troubles physiques et psychiques peuvent apparaître. Ce livre sen fait lécho. Comment se représenter la mort et en parler, comment lapprivoiser en la réintégrant dans le mouvement même de la vie, comment ne pas être envahi par les ombres du passé ? Cest ce dont témoignent ceux qui ont accepté que leur histoire figure dans ce livre. Jean-François KAHN,Quand la France séveilleraAttachée de presse : Caroline Gutmann Créateur et président du conseil de surveillance de l'hebdomadaireMarianne, Jean-François Kahn est lauteur de nombreux ouvrages, notammentLe Camp de la guerre (Fayard, 2004). Il est un jugement sur lequel la gauche et la droite se mettraient ces temps-ci volontiers daccord : la France va tout droit à la catastrophe. Tout cela nest que balivernes, tranche Jean-François Kahn : ce nest pas la France qui tombe, mais ceux qui jugent opportun de le prétendre pour masquer leur propre effondrement, à savoir les médias et les politiques. Et cest contre eux que ce court pamphlet est dirigé. Nous déplorons leffritement régulier des titres de la presse nationale et régionale ? Mais comment sen étonner quand le divorce avec lopinion atteint de telles extrémités : 85% des médias avaient fait campagne pour le oui au dernier référendum alors que 55% des électeurs ont voté non (et cest un partisan du oui qui le rappelle). Ce décalage donne la mesure de la perte de crédibilité, de la rupture désormais consommée entre le peuple et les élites médiatiques. Divorce avec les politiques aussi, deuxième cible de Jean-François Kahn. La gauche libérale et la droite néolibérale sont particulièrement visées bien sûr, puisque ce sont elles qui dominent la presse « bien-pensante », mais au-delà, ce sont la plupart des courants traditionnels de la gauche et de la droite. Seul le centre échappe au jeu de massacre. La critique est acérée, la pointe particulièrement sèche lorsquil est question de Nicolas Sarkozy et des siens Quand la France séveillera et fera valoir quelle en a assez, il est fort à parier que les élites en question seront les premières victimes du raz-de-marée, tant elles apparaîtront pour ce quelles sont : les principaux obstacles sur la voie du renouveau démocratique.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin