La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

PAGE GABARIT

20 pages
  • redaction
  • mémoire - matière potentielle : des avocats
  • leçon - matière potentielle : exemple d' auto - prise en charge citoyenne
  • fiche - matière potentielle : technique
  • exposé - matière potentielle : sur l' expérience du maroc en matière de lutte contre la malversation
  • mémoire
  • exposé
Ph o to s : Sa m ir Si d LUNDI 26 SEPTEMBRE 2011 - 28 CHAOUEL 1432 - N° 6368 - PRIX 10 DA - FAX : RÉDACTION : 021 67 06 76 - PUBLICITÉ : 021 67 06 75 - TÉL : 021 67 06 51 - 021 67 06 58 E di tio n d' A lg er - IS SN II II - 00 74 Bentalha a-t-elle exorciséses peurs ? La Cour suprêmea finalement décidéde renvoyer au15 décembre l'examendu dossier relatifau procèsde AbdelmoumèneRaffik Khalifa La Cour suprêmetemporisePAGE 7 PAGE 4 PAGE 3 AFFAIREKHALIFA 14 ANS APRÈSLE MASSACREREPO RTAGE À MOINS DE QUATREJOURS DE LA TRIPARTITELe frontsocial au bordde l'explosion Ph o
  • proximité de l'institut des sciences de l'histoire et de l'archéologie
  • corps techniques des travailleurs du secteur des transports
  • vergure dans le cadre du programme de l'amélioration urbaine
  • protection de l'envi- ronnement immédiat
  • aïn el
  • lutte contre la corruption
  • ministre de l'education nationale
  • ministre de l'éducation nationale
  • tion
  • algérie
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

PAGE GABARIT

de chuep0

PAGE GABARIT

de ibagyvyj

PAGE GABARIT

de chuep0

AFFAIRE
KHALIFA
14 ANS APRÈS
LE MASSACRE La Cour suprêmeBentalha a-t-
elle exorcisé
ses peurs ?
PAGE 7 temporise
La Cour suprême
a finalement décidé
de renvoyer au
15 décembre l’examen
À MOINS DE QUATRE
du dossier relatifJOURS DE LA TRIPARTITE
au procèsLe front
de Abdelmoumènesocial au bord
de l’explosion Raffik Khalifa
PAGE 4
PAGE 3
LUNDI 26 SEPTEMBRE 2011 - 28 CHAOUEL 1432 - N° 6368 - PRIX 10 DA - FAX : RÉDACTION : 021 67 06 76 - PUBLICITÉ : 021 67 06 75 - TÉL : 021 67 06 51 - 021 67 06 58
REPORTAGE
Photo : NewPress
Edition d’Alger - ISSN IIII - 0074
Photos : Samir SidZiari et Daâdoua
boudent Belkhadem
Abdelaziz Ziari et le président du ERISCOOPgroupe parlementaire du FLN ont
boycotté les dernières réunions du Pbureau politique. Selon une source Soirperiscoop@yahoo.fr
du parti, Daâdoua Ayachi a claire- Lundi 26 septembre 2011 - Page 2
ment signifié à Belkhadem son
refus d’œuvrer pour bloquer l’ar-
ticle obligeant les ministres candi-
dats aux élections à démissionner
préalablement du gouvernement. L’hôtel et le neveu«Ce n’est pas avec
ma bouche que
vous allez
manger des
épines», du responsable
aurait dit ce
dernier à Bel- e week-end, une grande mobilisationkhadem.
et une vigilance accrue étaient percep-C tibles dans un hôtel algérois. Rensei-
gnement pris, il s’agissait du mariage du neveu
d’un très haut responsable du pouvoir. Les
Messahel pour invités se bousculaient pour le saluer.
convaincre Si Affif
Il aura fallu l’intervention et des
trésors de diplomatie de Abdelka-
der Messahel pour persuader le
président du groupe parlementaire La décision qui risque L’attente
du FLN, Abdelhamid Si Affif, de
L’annonce du ministère de l’Education dequitter l’un des sièges réservés à la de faire maldélégation gouvernementale algé- l’introduction de la lecture comme matière à
rienne au siège de l’Assemblée part entière a suscité bien des attentes chez
Selon des indiscrétions, au niveau du Premiergénérale de l’ONU à New les éditeurs de livres.
York. Si Affif, qui ministère, on songe sérieusement à écarter les
Le département des’y trouvait à titre concessionnaires de véhi-
Benbouzid n’ayantde parlementaire, cules qui répondent à un
avait une pre- pas encore décidé
cahier des charges alorsmière fois refu- quels seront les
qu’ils sont déficitairessé de rejoindre
quatre titres que
l’un des sièges depuis plus de deux
les écoliersréservés aux ans.
observateurs. devront absolu-
Dans les milieux de
ment lire au cou-
l’automobile, on susurre
rant de l’année, les
déjà que cette mesure
pronostics vont bon
risque de faire très mal à
train puisque cePrécisions certains concessionnaires
sont pas moins de 8de la Mutuelle générale dont les bilans comp-
millions d’écoliers qui
tables sont néga-des transports
sont concernés.
Suite à l’article paru dans la rubrique tifs depuis des
Periscoop du 18 août 2011 sous le titre «Le
années.défi de la MGT», je vous prie d’insérer la
mise au point suivante :
1. Le ministère du Travai, de l’Emploi et
de la Sécurité sociale n’a jamais donné
d’instruction pour l’installation d’une nou-
Un jour, un sondagevelle composante de la MGT ; d’ailleurs,
cette dernière ne peut avoir lieu qu’après
une assemblée générale élective confor- Allez-vous suivre attentivement les résultatsmément à la loi 90-33 régissant les
mutuelles sociales.
2. Quant à la non-tenue de ladite de la tripartite prévue pour cette fin
assemblée générale et cela à ce jour, le
directeur général de la MGT a saisi le de semaine ?
ministère de tutelle par écrit pour l’informer
de la non-conformité et le non-respect des
procédures légales des dossiers de délé- OUI
gués de base déjà signalées à maintes
reprises par M. le directeur général chargé NON
des mutuelles au niveau du ministère,
conformément à l’article 72 du règlement sans opinionintérieur de la MGT qui stipule que la pré-
paration de l’assemblée générale relève
des prérogatives du directeur général.
3. Enfin, quant à ceux qui parlent de Résultats du dernier sondage
défi contre le ministre, ces derniers ont vu
leur mandat expirer depuis le 22/11/2008, Pensez-vous que la non-convocation de Ziani pour le prochain
et veulent toujours se maintenir illégale-
ment au sein des organes de la MGT, ce match de l’équipe nationale est une bonne décision ?
qui constitue une infraction au regard de la OUI : 65,19 %
loi 90-33 et au décret exécutif n°97-427 du
NON : 27,56 % Déposez votre réponse sur le site11/11/1997 article 3, et leurs intentions
du Soir d’AlgérieSANS OPINION : 7,25 %étant d’agir de sorte que le ministère de www.lesoirdalgerie.com
tutelle prenne des décisions en leur faveur.Le Soir
d’Algérie Actualité Lundi 26 septembre 2011 - PAGE 3
AFFAIRE KHALIFA
La Cour suprême temporise
La Cour suprême a finalement décidé de renvoyer au 15 choisi et sur la qualité des per-
sonnes à l’origine de ces déclara-décembre l’examen du dossier relatif au procès de
tions.Abdelmoumène Raffik Khalifa.
L’affaire date de plus de 7 ansIl faudra donc encore attendre Benouari, ancien délégué au
pour savoir de quelle manière les Trésor, ont, en effet, permis d’ac- durant lesquels ces éléments
autorités politiques et judiciaires créditer la thèse que le démantè- n’ont été portés ni à la connais-
lement du groupe avait été décidé sance de l’opinion publique ni àcomptent faire avancer un dossier
qui n’en finit pas de traîner. en haut lieu puis mise à exécution. celle de la justice.
Par ailleurs, aussi bienEn juin dernier, la Cour suprê- Ali Benouari est encore plus
me avait déjà renvoyé au 22 sep- explicite dans la mesure où il Benachenhou que Benouari ne
sont pas connus pour être destembre le prononcé de sa décision accuse directement le pouvoir
qui devait faire suite aux pourvois politique français d’avoir fait pres- «opposants», le premier nommé
en cassation introduits. Ces sion sur les Algériens pour mettre étant encore conseiller écono-
en œuvre la mise à mort du grou- mique du président Bouteflika.mêmes pourvois qui sont consé-
cutifs au verdict du tribunal crimi- pe Khalifa. Benouari explique Alors y a-t-il une volonté des
cette attitude par le refus catégo- autorités politiques de se débar-nel près la cour de Blida dont le
prononcé a eu lieu le 26 mars rique de la France d’imaginer que rasser du dossier en mettant tout
Raffik Khalifa puisse un jour entrer sur le dos de «certaines voix» qu’il2007. Alors que les mémoires des
dans le capital de la banque fran- restera à déterminer ou sur celuiavocats ont étés déposés depuis
de la France de Chirac ?plus de quatre ans, la Cour suprê- çaise Société Générale.
La thèse de Ali Benouari pour- En attendant d’y voir plus clair,me semble jouer la montre en l’ab-
sence de visibilité sur ce dossier. rait a posteriori expliquer que les les avocats de Abdelmoumène
Abdelmoumène Khalifa.
premiers coups de semonce Khalifa auraient, selon desBien qu’il concerne 94 accu-
sés, le dossier judiciaire de l’affai- contre Khalifa aient été tirés par la pression était trop forte et l’objectif Mystère et réaction sources fiables, demandé que la
presse française sur instigation de était de parvenir à une liquidation Cependant, et même si elles justice britannique entende lesre Khalifa se prolonge aussi bien
l’Elysée. pure et simple des entreprises du apportent des éléments supplé- deux ex-ministres. Ils auraient,sur le plan politique intérieure que
Abdelatif Benachenhou milliardaire. «Certaines voix mentaires, les déclarations de d’autre part, demandé des expli-sur les rapports algéro-britan-
évoque, quant à lui, le veto caté- demandaient de radier le nom de Benachenhou et Benouari sur le cations aux autorités françaisesniques et algéro-français.
gorique mis par certains contre la Khalifa des registres de dossier Khalifa ne manquent pas sur les déclarations de AliToute décision que prendra la
l’Histoire», ajoute Benachenhou d’intriguer. Les observateurs s’in-nationalisation du groupe et la Benouari.Cour suprême aura des consé-
pour enfoncer le clou. terrogent d’abord sur le momentquences immédiates sur l’attitude récupération de ses actifs. La Hani M.
des accusés qui se sont pourvus CRÉATION DE FONDS SOUVERAINSen cassation en Algérie, mais sur-
tout sur toutes les personnes
condamnées par contumace avec
à leur tête Abdelmoumène Raffik Le oui mais des experts
Khalifa. Sous le coup d’un juge- gouvernance. Estimant le fonds une telle éventualité. Le ministreL’Algérie a-t-elle intérêt à créer un fonds souverain ? Même les
ment portant sur son extradition, souverain un outil «comme un des Finances a exclu l’option deexperts convaincus de cette nécessité sont nuancés : ils esti-
Khalifa a introduit un pourvoi autre», certains intervenants ont s’investir dans les fonds souve-ment qu’un tel projet nécessite des préalables qui ne sont pas
auprès de la Haute Cour qui n’a regretté que le débat en Algérie rains annonçant une réflexion qui atous réunis.
pas encore fixé de date pour son prenne l’allure d’un débat doctrinal pour but de parvenir à une gestionNawal Imès - Alger (Le Soir) - convaincu que la pyramide pouvait
audition. Fait peu ordinaire, le et culturel. Les pouvoirs publics beaucoup plus dynamique des pla-La question devenue récurrente a être inversée et que si la volonté
retard mis par la Haute Cour bri- ont en effet adopté des positions cements de l’Algérie à l’étranger.fait hier l’objet d’un débat initié par politique était forte, la création d’un
tannique peut s’expliquer par le des plus contradictoires à ce sujet. Faisant valoir le principe de pru-le Cercle d’action et de réflexion fonds souverain était possible. Une
souci de cette dernière de voir Chakib Khelil, alors ministre de dence, le ministre des Financesautour de l’entreprise (Care). création qui, si elle devait être vali-comment allait réagir la Cour l'Energie et président de expliquait alors que le choix deAbdeldjalil Bouzidi, docteur en dée par les pouvoirs publics, sesuprême en Algérie pour bénéfi- l'Organisation des pays exporta- l’Algérie était de limiter le risque de
économie, dans une intervention heurterait au problème de la res-cier d’un indicateur sur l’attitude teurs de pétrole (Opep), n'avait perte en capital «quitte à tirer
autour du thème «Fonds souve- source humaine. L’expert pensedes autorités algériennes. pas exclu que l'Algérie se dote de moins de rendement.
rains : mythes et réalités» a affirmé que «ne peut s’improviser gestion-D'autant que des déclarations fonds publics d'investissements Et pour cela, l’investissement
que le développement d’un fonds naire d’actifs qui le veut et du jourrécentes sont venues éclairer d’un dits fonds souverains, dans quatre de l’Algérie se fait dans des actifs
souverain nécessite l’existence au lendemain». Un avis que parta-jour nouveau certains faits. Les à cinq ans. La mise en place d'un d’Etat et non pas dans des actifs
d’une vision claire de la direction geaient hier un nombre de spécia-interventions de deux anciens fonds d'investissements pour gérer privés de type fonds souverains»
que les politiques veulent donner listes présents à la rencontre orga-ministres, Abdelatif Benachenhou, la manne pétrolière est une répondait-il à une question relative
qui fut en charge du portefeuille au pays. Mais en l’absence de nisée par le Care. La clé de la «option valable» déclarait-il avant aux placements des avoirs de
des finances au moment de l’écla- cette vision, faudra-t-il s’abstenir réussite résiderait, selon eux, dans que le ministre des Finances, l’Algérie à l’étranger.
tement de l’affaire Khalifa, et Ali de créer ce fonds ? Non, répond-il un bon management et une bonne Karim Djoudi, ne ferme la porte à N. I.
BENBOUZID À PROPOS DE LA MENACE DE GRÈVE DES SYNDICATS
AUTONOMES DE L’ÉDUCATION NATIONALE :
«Le gouvernement est disposé à ouvrir
le dialogue avec tous les syndicats»
Saura-t-on dissiper, avant la mi-octobre, le spectre déclaration qui, semble-t-il n’a pas trop emballé les ensei-
de grève qui plane toujours sur le secteur de l’éduca- gnants qui ne croient plus aux promesses du MEN.
Et aux syndicalistes de déplorer dans ce sens «l’attitudetion, rongé, faut-il le noter, par un profond malaise qui
perdure depuis plusieurs années ? A en croire les de la tutelle, qui, insistent-ils, ne tient pas compte des enga-
déclarations de M. Benbouzid, ministre de l’Education gements pris concernant nos doléances maintes fois réité-
nationale, qui était hier en visite de travail à rées». Revenant sur la question des œuvres sociales, point
Constantine, «rien ne s’y oppose, le gouvernement de discorde entre les syndicats autonomes et le départe-
est disposé à ouvrir le dialogue avec tous les syndi- ment de l’Education, le ministre a réaffirmé que «la gestion
cats». des œuvres sociales n’est plus du seul ressort de l’UGTA».
«Le gouvernement est disposé à ouvrir le dialogue avec «Le MEN a opté, explique-t-il , pour la décentralisation
tous les syndicats du secteur de l’éducation nationale. Nous de la gestion des œuvres sociales.
avons jusqu’au 15 octobre pour trouver une solution qui doit Reste maintenant en suspens la question de confier la
servir de consensus. Tout va être réglé», a martelé le gestion aux commissions des établissements scolaires ou à
ministre de l’Education nationale qui s’exprimait devant un des commissions de wilaya, cela est du ressort des syndi-
parterre d’enseignants du technicum Tewfik-Khaznadar. Et cats auxquels incombe cette décision.
d’ajouter dans la foulée, confiant. Je ne suis qu’un facilitateur.» Cela étant, a-t-il ajouté,
«Demain (aujourd’hui, ndlr), on commencera à négocier «d’ici un mois, si aucune solution n’est trouvée, je serais
les points contenus dans la plateforme de revendications amené à faire des élections au niveau des établissements
des enseignants. Nous allons comparer les salaires secteur pour permettre aux intéressés de décider de la méthode la
par secteur et donner ce qui manque aux enseignants. On plus appropriée».
Benbouzid prêt pour une solution qui fera consensus.a une dizaine de jours pour dégager un consensus.» Une Farid Benzaid
Photo : Samir Sid.
Photo : Samir Sid.Le Soir
d’Algérie Actualité Lundi 26 septembre 2011 - PAGE 4
À MOINS DE QUATRE JOURS DE LA TRIPARTITE
Le front social
au bord de l’explosion
C’est dans un contexte social qualifié «d’explosif» que
se tiendra la tripartite, prévue jeudi prochain, au niveau de
la résidence El Mithak. La contestation sociale qui était
jusque-là circonscrite au secteur de la Fonction publique
(enseignement et collectivités locales), s’est élargie au
secteur économique. Hôtellerie, port, santé, transports et
secteur industriel menacent, eux aussi, de débrayer.
Abder Bettache - Alger a été reçue par le secrétaire
(LeSoir) - A moins d’une général de l’UGTA et a fait état
semaine de la tenue de la tri- de ses préoccupations et des
partite, le front social est en actions qu’elle compte entre-
pleine ébullition. La contesta- prendre, «si le ministère de
tion risque de prendre des tutelle campe sur ses posi-
proportions inattendues, si tions et refuse d’ouvrir un dia-
«des mesures d’apaisement logue avec les représentants
ne seront pas prises par les des travailleurs.»
pouvoirs publics». Dans le secteur de l’indus-
Ainsi, outre le malaise que trie, les représentants des tra-
vit l’hôtellerie, le secteur éco- vailleurs de la SNVI sont mon-
nomique risque d’être secoué tés cette fin de semaine au
par d’autres mouvements créneau pour dénoncer «le
sociaux. laisser-aller que traverse leur
A ce sujet, on apprend que société». Selon le secrétaire
Malgré le débrayage de l’année passée, la situation des travailleurs de la SNVI n’a pas évolué.le conseil fédéral des tra- général du syndicat d’entrepri-
vailleurs des ports, réuni en se de ladite entreprise, «la La question de la revalori- 26 et 27 du mois en cours. sée, hier, entre le ministre de
session extraordinaire à Jijel, situation que vit la SNVI n’est sation salariale, de la relation Dans ce contexte marqué par tutelle et M.Telli, secrétaire
a décidé à l’unanimité de ses nullement reluisante». D’après du travail et de la réintégration une montée en puissance de national chargé des conflits
membres de l’observation lui, «malgré l’intervention de dans les postes de travail la revendication sociale, la sociaux. A l’origine de cette
d’une journée de protestation. l’Etat à travers ses différents domine les bras de fer enga- solidarité syndicale vient de réunion, le statu quo que
Cette dernière est program- plans d’assainissement et de gés entre les collectifs de tra- marquer le pas. connaît le cas de l’hôtel El-
mée pour le 3 octobre pro- recapitalisation, la situation au vailleurs et leurs employeurs A ce sujet, on apprend que Aurassi, après «le refus de
chain. sein de notre entreprise n’a respectifs. Le cas des ensei- la «crise» que traverse l’hôtel l’employeur de réintégrer les
D’ici là, si aucune suite guère évolué. Les travailleurs gnants contractuels dont cer- El-Aurassi a suscité la réac- travailleurs suspendus, et ce,
favorable n’est donnée aux ne veulent plus revivre la tains ont observé, hier, un sit- tion des autres structures syn- malgré la volonté des protes-
revendications des dockers, situation des années 1980 et in devant la Maison de la pres- dicales relevant de l’union tataires de reprendre le tra-
des assemblées générales se 1990», a ajouté notre interlo- se est révélateur de cet état locale d’Alger. C’est dans ce vail». Ceci étant, les partici-
tiendront le 17 octobre pro- cuteur. «Les représentants de fait. contexte, qu’on indique qu’un pants à la tripartite de jeudi
chain, au niveau de tous les des travailleurs n’accepteront Même situation pour les rassemblement de solidarité prochain seront en face d’un
ports en présence de huis- jamais une situation de fait travailleurs des corps com- avec les travailleurs de l’hôtel véritable test. Mais en atten-
siers de justice, pour valider le accompli», a expliqué M. Bel- muns du secteur de l’éduca- El-Aurassi sera observé avant dant le 29 septembre pro-
principe d’une grève illimitée à mouloud. Dans le secteur de tion. Affiliés au Snapap, les la fin de semaine à l’intérieur chain, les pouvoirs publics
compter du 31 du même mois. la santé comme dans celui de corps communs de l’éducation même de l’enceinte hôtelière. sont appelés à désamorcer la
Hier, une délégation des l’enseignement, le malaise est ont décidé d’observer deux Sur cette question, on indique situation. A moins que …
représentants des travailleurs également patent. journées de protestation les qu’une réunion a été organi- A. B.
Le SNPSP dénonce son exclusion
Le Syndicat national des praticiens de santé publique soit «bloqué» depuis des
(SNPSP) dénonce l’exclusion des syndicats autonomes des mois contrairement, précise-
t-il, à ceux des autres sec-réunions de la tripartite gouvernement-UGTA-patronat.
teurs d’activité. Rym Nasri - Alger tutelle suscite des soupçons
«Ce statut particulier nous(Le Soir) - «Plus de 1,8 mil- à propos d’éventuelles res-
r a été imposé sans qu’onlion de travailleurs algériens trictions», explique le D
prenne part à son élaborationsont affiliés aux syndicats Merabet.
et nous avons demandé sonautonomes. Pourquoi alors «Nous sommes jamais sol-
amendement. La tutelle traî-l’exclusion des syndicats licités pour la conception des
ne à prendre en charge lesautonomes d’un débat social négociations mais unique-
deux articles concernantet leur marginalisation ?», ment pour valider ce qui a été
er
r l’avancement du 1 grade aus’est interrogé le D Lyes décidé», déplore-t-il.
second après 10 ans d’expé-Merabet, président du Il cite ainsi l’exemple de
rience ainsi que la création duSNPSP, hier à Alger. Pour lui, débat sur le système de
e3 grade», a-t-il souligné. cette situation laisse libre santé nationale initié par le
Quant au régime indemni-champ à l’UGTA pour «s’éri- ministère de la Santé d’où
taire, il assure que les chiffresger comme porte-parole son organisation syndicale et
avancés par la tutelle à pro-exclusif et légitime des tra- d’autres syndicats se sont
pos des rappels sont «erro-vailleurs algériens». retirés.
nés». D’ailleurs, poursuit-il,Il a également réclamé «Il y a une différence entre
«seulement 10% du person-l’association de l’ensemble prendre part pour enrichir une
nel à travers le territoiredes syndicats autonomes à loi sur l’organisation sanitaire
national a perçu le rappel». l’élaboration du code du tra- et juste la consulter», dit-il,
Rappelant que le dialoguevail. «Nous avons contacté le avant d’appeler à la réforme
entre la tutelle et son organi-ministère du Travail à du système sanitaire en Algé-
sation connaît une rupture Le Dr Merabet déplore l’absence de dialogue avec la tutelle.maintes reprises, mais en rie.
rdepuis 19 mai dernier, le Dvain. Nous voulons consulter S’agissant du statut parti- «Nous allons réunir nos le conseil national prévu pour
Merabet affirme revenir aux adhérents dans des assem- la mi-octobre», dira-t-il. l’avant-projet du code du tra- culier, le président du SNPSP
décisions de la base. vail mais le mutisme de la a aussi dénoncé le fait qu’il blées générales, et ce, après R. N.
Photo : Samir Sid Photos : Samir SidLe Soir
d’Algérie Actualité Lundi 26 septembre 2011 - PAGE 5
CONSIDÉRANT QUE LE MARCHÉ EST SATURÉ
Les transporteurs appellent l’Andi à réorienter
les investisseurs vers d’autres secteurs d’activité
L’Organisation nationale des transporteurs algériens
(ONTA) a reçu avec «soulagement» la mesure de l’Ansej
relative à la «réorientation vers d’autres secteurs d’activi-
té» des postulants à des projets dans les transports. Et
elle a appelé, dans un communiqué diffusé hier et signé
par M. Lakhdar Nazim Kharchi, son porte-parole, la Cnac
et l’Andi à faire de même.
Lyas Hallas - Alger (Le Soir) «rééchelonnement» de leurs
- L’ONTA a d’abord invité les dettes bancaires et l’annulation
postulants au dispositif Ansej à des «pénalités de retard y affé-
ne plus investir dans le secteur rentes», comme conclu lors de
des transports : «Les walis et la dernière tripartite tenue en
directeurs des transports ne mai 2011.
sont pas en mesure de protéger L’appel s’adresse aux
l’investissement dans certaines membres de la tripartite qui se
zones qui peuvent paraître ren- tiendra fin septembre en cours :
tables. Ils inondent au contraire «Nous appelons les membres
ces mêmes zones, autrefois ren- de la tripartite prévue à la fin de
tables, par l’autorisation de nou- ce mois de septembre à discuter
velles entreprises.» En ce sens, objectivement de la probléma-
l’Organisation, se référant à une tique des dettes des jeunes
note ministérielle (la 104/09), investisseurs.»
parle plutôt d’«infraction». L’Organisation s’«inquiète»
Anarchie et surplus de véhicules.Cette note, estiment les ainsi de la situation des petites
rédacteurs du communiqué, est entreprises de transport mon- tissements». L’ONTA estime «Le soutien accordé aux jeunes sant les villes. Un surplus ayant
«contradictoire avec les disposi- tées dans le cadre du dispositif dans le même communiqué que investisseurs dans le secteur pour conséquence les acci-
tions du décret exécutif 416/04» Ansej. Des entreprises, affir- le marché est plutôt saturé. des transports s’éloigne de l’ap- dents, la pollution et un rapport
régissant les plans de circula- ment les rédacteurs du commu- Chose qui impose aux opéra- proche économique et l’autorité négatif des tarifs appliqués rela-
tion. L’ONTA a ensuite lancé un niqué, frôlant la «faillite» à teurs de baisser les prix de de tutelle ne se réfère pas aux tivement aux volumes des
«appel de détresse» au nom cause, avance-t-on, de la ges- transport et qui rend, aux yeux plans des transports. D’où charges», peut-on lire dans le
des jeunes investisseurs dans le tion aléatoire du secteur des des rédacteurs du communiqué, l’anarchie et le surplus de véhi- communiqué.
secteur des transports. «Ces transports. Elle trouve «inconce- la situation encore plus délicate. cules (bus et camions) envahis- L. H.
jeunes lancent un appel pour vable» de «reconsidérer» les
dire : nous ne cherchons ni dettes des grandes entreprises MÉTRO D'ALGER
assistanat ni nous agissons par tout en ignorant les problèmes
opportunisme mais nous récla- de celles des jeunes investis-
mons justice pour avoir investi seurs. Et de préciser que «plus Le prix du ticket fixé à 50 DA
dans un secteur instable où les de 50 % des entreprises des
Le prix du ticket du métroinstances censées veiller à l’ap- transports montées dans le
d'Alger, qui sera mis en ser-plication des lois et plans de cadre du dispositif Ansej sont ou
transport sont les premiers à les poursuivies par les banques et vice vers le début du mois
empiéter», disent-ils en substan- la justice ou elles affichent des de novembre, a été fixé à 50
ce. Et de revendiquer le difficultés à amortir leurs inves- dinars, ont annoncé hier
l'Entreprise du métro
SECTEUR DES TRANSPORTS d'Alger (EMA) et la société
RATP El Djazaïr.
Un communiqué de ces deuxRassemblement du corps
entreprises indique que le prix
unique, permettant d'effectuer untechnique ce mercredi devant
«aller simple» sur la ligne 1 du
métro d'Alger reliant les deux ter-le siège de la tutelle minus, Grande-Poste et Hai El-
Badr «Le ticket unique est destiné
Le Conseil national des corps techniques du secteur des trans-
aux clients qui voyagent occa-
ports, qui exige un droit de regard sur le statut particulier des tra-
sionnellement», précise-t-on,
vailleurs, appelle à une journée de protestation pour ce mercredi,
alors que le tarif d'un ticket 10
devant le siège du département de Amar Tou. voyages, permettant de voyager
Dans un communiqué rendu public hier, le Conseil national des 10 fois, est fixé à 400 DA, soit une
corps techniques des travailleurs du secteur des transports, affilié réduction de 20% par rapport au
au Snapap, s’interroge sur les raisons qui empêchent la tutelle de prix du ticket unique.
rendre public le statut particulier les concernant. Des abonnements seront éga-
Ainsi, le syndicat des corps techniques ne comprend pas pour- lement proposés pour des dépla-
Des abonnements seront également proposés pour les déplacements réguliers.quoi, alors que tous les autres corps ont déjà eu leur statut particu- cements réguliers avec une pério-
lier et régime indemnitaire, ceux des transports restent toujours en dicité d'une semaine ou un mois, voyages illimité pendant 30 jours membres du gouvernement et de
suspens. a-t-on ajouté. consécutifs», souligne-t-on. hauts responsables. Après l'achè-
Le Conseil national des corps techniques, qui qualifie, dans le Le tarif d'un abonnement heb- A ce titre, l'EMA et la société vement des phases des essais
communiqué en question, le silence du département de Amar Tou domadaire pour une personne qui RATP El Djazaïr, qui est chargée mécaniques, dynamiques et ceux
ferait un aller-retour quotidienne-de «terrible», exige ainsi un droit de regard sur le statut particulier de l'exploitation et de la gestion des différents systèmes, la socié-
ment six jours sur sept, est fixé àavant sa rentrée en vigueur. de la ligne Hai El Badr-La té RATP-El Djazaïr a procédé,
540 DA, soit une réduction deContacté, le président du Conseil national des corps techniques Grande-Poste, indiquent que les ainsi, à son exploitation non com-
10% par rapport au prix du ticketdes travailleurs du secteur des transports, Fethi Rehamia, dira à cet détenteurs de ces abonnements merciale, une opération qui s'éta-
unique. bénéficieront d'une technologie lera sur quelques semaines, eneffet : «Après nos actions de protestation cycliques aux mois d’avril
«Cet abonnement permet évoluée, identique aux grandes prévision de sa mise en serviceet mai derniers, nous avons tenu des réunions avec la tutelle en pré-
aussi un nombre de voyages illi- métropoles comme Paris, effective en novembre prochain. sence du ministre des Transports Amar Tou et nous avons participé
mité pendant sept jours consécu- Londres, et Tokyo avec une carte Durant cette phase de fonc-à l’élaboration de notre statut particulier et du régime indemnitaire.
tifs», affirment les deux entre- sans contact, personnalisable et tionnement non commercial, diteAujourd’hui, ce statut particulier n’est toujours pas rentré en vigueur
prises. Pour l'abonnement men- rechargeable, qui permet de fran- marche à blanc, la ligne 1 duet aucune information n’a filtré sur son contenu. Nous craignons que
suel pour une personne qui ferait chir plus rapidement les lignes de métro d'Alger transporte déjà undes dispositions soient prises à notre insu.» un aller retour six jours sur sept contrôle. nombre limité de passagers qui
Pour rappel, des centaines de techniciens, techniciens supé- chaque semaine pendant un La société RATP-El Djazaïr sera augmenté progressivement
rieurs, ingénieurs, inspecteurs et inspecteurs principaux, issus des mois, son prix est fixé à 1 820 DA, avait procédé le 8 septembre der- en prévision de sa mise en servi-
différentes directions des transports des wilayas du pays, ont déjà soit une réduction de 30% par nier à la mise en marche de la ce effective, notamment durant
tenu des rassemblements en avril et mai derniers devant le siège du rapport au ticket unique. ligne 1 du métro d'Alger avec suc- les trois dernières semaines de
ministère des Transports, à Alger. «L'abonnement mensuel per- cès en présence du ministre des cette étape.
Mehdi Mehenni met également un nombre de Transports, M. Amar Tou, de APS
Photo : Samir Sid
Photo : DRLe Soir
d’Algérie Actualité Lundi 26 septembre 2011 - PAGE 6
PROTECTION DU LITTORAL MÉDITERRANÉEN
«Beaucoup reste à faire»,
selon Cherif Rahmani
dégradation et faire reculer lesCélébré hier, le Jour méditerranéen de la côte a été
menaces. Les pays concernés ontl’occasion pour les spécialistes de tirer, encore une fois,
mis en place des instruments
la sonnette d’alarme concernant les dangers auxquels légaux et institutionnels», a déclaré
sont exposées les zones côtières et plus spécialement le ministre notant, en outre, que
l’Algérie mène depuis une quinzai-celles de la rive sud de la Méditerranée.
ne d’années une politique volonta-
F.-Zohra B. - Alger (Le Soir) - comme la population des régions riste de protection et de valorisation
Intervenant, hier, lors de la célébra- côtières est passée de 95 millions du littoral. Il évoquera en outre
tion de la Journée dédiée à la en 1970 à 143 millions en 2000, et notamment l’adoption par l’Algérie
Méditerranée, Cherif Rahmani a pourrait atteindre 200 millions en en 2002 de la loi relative à la pro-
déclaré que, «l’Algérie ne peut plus 2030. Ceci alors que le nombre des tection et à la valorisation du litto-
tourner durablement le dos à la mer villes a pratiquement doublé en un ral, la création du commissariat
et ignorer son patrimoine». demi-siècle a rappelé le ministre. Il national du littoral, du fond du litto-
Pour cette année, l’Algérie cha- citera, par ailleurs, les dangers qui ral ainsi que l’élaboration des plans
peautera les programmes spéci- menacent les côtes au quotidien d’aménagement côtiers.
fiques au thème de la protection de tels que l’artificialisation des sols Selon le ministre, toutefois,
la Méditerranée, frontière maritime qui progresse à un rythme jugé beaucoup reste à faire, en dépit
de 22 pays riverains et appartenant inquiétant, les rejets agricoles, des différents programmes et
à trois continents. Cette région est industriels et domestiques ainsi que modes de financement ainsi que du
aussi la plus fragile au monde, aler- la surexploitation des ressources programme d’épuration des eaux
tent les spécialistes. A ce propos en eau et les érosions côtières. rejetées mis en place. Ce dernier
Rahmani met en garde contre les dangers qui menacent les côtes.M. Cherif Rahmani dira que la zone Cherif Rahmani mettra aussi en consiste en une prise en charge
menacée, subit le poids démogra- évidence le fait que 104 espèces ministre assurera aussi que l’avenir grammes d’éducation environne-des eaux usées d’une capacité de
3phique, l’accroissement des établis- en danger ont été recensées dans appartient à la gestion intégrée des mentale. Cette année, sera mise en600 millions de m par an et qui a
sements humains ainsi que les acti- la zone, en plus de la baisse des zones côtières (GIZC). La célébra- valeur l’initiative pour laété lancé dans le cadre de la mise
vités économiques et les flux stocks en danger. «Devant l’am- tion, expliquera le ministre, sera Méditerranée et la mer noire dansen œuvre du schéma directeur de
touristiques. Ainsi, 33% de la popu- pleur des menaces, la communauté aussi l’occasion d’aller vers des le cadre du développement de lal’eau et de l’assainissement. Il est
lation méditerranéenne vit sur 13% des Nations méditerranéennes se actions de sensibilisation des popu- gestion intégrée des zonesdestiné à assurer le traitement de
de la superficie des pays riverains devait de mettre un terme à la lations et la promotion des pro- côtières. F.-Z. B.90% des affluents en 2014. Le
ILS REFUSENT DES LOGEMENTS RURAUX À SIDI AMAR (ANNABA)KHENCHELA
Un réseau de trafic Protestation des habitants
d’armes provenant
d’un bidonville d’El Hadjar de Libye démantelé
quelques encablures de leurs leurs doléances et qui les aSuite à des investigations et aux renseignements Les habitants de la cité «El Moukaouama»,
recueillis, la police de Khenchela a, en un temps taudis que traverse un oued assurés de les prendre encommunément appelée «El Bani Lahmar», située à
record, pu mettre la main sur un grand réseau de pollué, vecteur de maladies charge, les protestataires sela sortie sud de la ville d’El Hadjar (Annaba), sonttrafic d’armes provenant de la Libye et utilisées dans pour eux et pour leurs enfants. sont dispersés dans le calme.
sortis dans la rue hier matin pour protester contreplusieurs opérations d’agression dont le kidnapping Ils veulent être logés dans des Près de 800 logements
du directeur régional du Trésor et le vol de 500 mil- la situation de l’environnement de leur cité. bâtiments du segment LPL sociaux publics locatifs ache-
lions de centimes et d’un lot de bijoux de son domi- (logement public locatif), vés récemment seront attribués
cile familial.
A l’aide de pneus enflam- autres détritus encombrants. anciennement logement social avant la fin de l’année enL’arrestation de cette bande a permis aux ser-
locatif (LSL). Les services de cours, selon les services de lamés et d’objets hétéroclites, Les protestataires ont étévices de sécurité de mettre la main sur deux pisto-
sécurité (policiers et gen- daïra d’El Hadjar qui précisentces derniers ont barricadé la rejoints par les habitants dulets automatiques de fabrication américaine rame-
darmes) se sont rendus sur les que ce quota fait l’objet actuel-RN 16 menant vers Souk bidonville mitoyen, quelquenés de Libye, plusieurs véhicules de grandes
lieux pour parer à tout éventuel lement d’étude des dossiersAhras pour réclamer des amé- deux cents baraques, et quimarques, en plus d’épées et de couteaux utilisés
dépassement. Après avoir ren- des demandeurs par les com-dans les agressions et les vols par ces malfaiteurs. liorations urbaines, tels le bitu- refusent de les quitter pour des
Sept personnes sont accusées d’association de mage des rues et des trottoirs, logements ruraux dans la com- contré le chef de la daïra d’El missions en charge de cette
malfaiteurs, d’agressions, de vol du kidnapping et de l’enlèvement des ordures et mune de Sidi Amar, pourtant à Hadjar à qui ils ont exposé question. A. Bouacha
possession illégale d’armes et de véhicules volés.
Parmi les personnes arrêtées, il y a deux agents AÏN DEFLA
de la Protection civile qui s’adonnent au trafic
d’armes et 3 faisant partie de la bande qui a kidnap-
pé le directeur régional du Trésor, l’a agressé et lui Deux entrepreneurs se font dérober a volé plus de 500 millions de centimes et un lot de
bijoux après avoir menacé sa femme et ses enfants.
Présentés devant le procureur général, cinq ont été
placés sous mandat de dépôt tandis que les deux 590 millions de centimes
autres sont sous contrôle judiciaire. Affaire à suivre. laires. L’entrepreneur venait Selon une source policiè-Selon des sources concordantes bien infor-
Benzaïm Abdelouahab de retirer la somme d’argent re, tous les moyens sont mismées, le gérant d’une entreprise et un entrepre-
de l’agence BADR d’Aïn en œuvre pour retrouver lesneur de la wilaya d’Aïn Defla, qui avaient fait deuxEL TARF Defla. Sur le chemin du retour coupables. gros retraits dans deux banques différentes, ont
en direction de Boumedfaâ, il Par ailleurs, ces vols n’ont
fait l’objet, à une quinzaine de jours d’intervalle, deUn élément d’un a fait une escale à Khemis pas manqué de soulever
vol. Les sommes d’argent retirées ont été empor- Miliana, pour se restaurer, nombre d’interrogations :groupe de soutien au tées de leurs véhicules. non sans laisser l’argent dans «Comment le ou les voleurs
un sac entreposé dans la ont-ils eu vent des retraits ?Le premier vol a eu lieu le Si en général, la victimeterrorisme arrêté en malle de son véhicule. Etaient-ils renseignés ou sim-26 août dernier, non loin de la d’un vol d’une pareille somme
Mal lui en prit à son retour plement à l’affût devant lescité Nadjem. court vers le commissariat lepossession d’un PA : une vitre de sa voiture était banques dans l’attenteLe gérant d’une entreprise plus proche pour porter plain-
brisée, la banquette arrière d’éventuelles victimes ? DeLes investigations menées par la gendarmerie s’était arrêté, indique-t-on, te, celui-ci ne s’est pas
ont abouti, vendredi, à l’arrestation d’une autre per- repliée et le sac d’argent avait quels moyens disposent-ils ?non loin d’une boucherie pour empressé de le faire et il ne le
sonne faisant partie du même groupe de soutien disparu. S’agit-il d’un voleur ou d’uney faire des emplettes après fera que quinze jours plus
appréhendé dans la nuit de lundi à mardi à Aïn El avoir opéré, au niveau de tard. Inutile de dire que ce Il a immédiatement dépo- association de malfaiteurs
Assel. sé une plainte contre X pour bien organisée ? Telles sontl’agence BDL d’Aïn-Defla, un retard est préjudiciable pour
«La personne arrêtée habitait une maison en
retrait de 110 millions qu’il les besoins de l’enquête. vol par effraction. les questions auxquelles leslocation, dans la commune d’El Tarf, et avait sur elle
avait laissés dans son véhicu- Le second vol a été com- Seul indice, dit-on, est la limiers de la police auront àun PA (9mm)», ont indiqué des sources crédibles.
méthode employée. répondre. le. mis début septembre. La victi-«La Gendarmerie nationale a interpellé un groupe
de personnes dans la commune de Bouteldja, ven- Au moment où il allait me est un entrepreneur origi- Cependant, l’argent volé, «Aucune hypothèse n’est
dredi. Les éléments de ce groupe sont soupçonnés remonter dans sa voiture, il a naire de Boumedfaâ à qui on au contraire des objets, ne écartée, toutes les pistes font
d’entretenir des liens étroits avec celui d’Aïn El constaté que celle-ci a été a volé une somme de 480 laisse pas de traces capables l’objet d’une exploration»,
Assel», a-t-on fait savoir, par ailleurs. fracturée et que le sac conte- millions de centimes dans des de mener les enquêteurs aux nous dit un cadre de la police.
Daoud Allam
nant l’argent avait disparu. circonstances quasi simi- auteurs de ces vols. Karim O.
Photo : DRLe Soir
d’Algérie Reportage Lundi 26 septembre 2011 - PAGE 7
14 ANS APRÈS LE MASSACRE
Bentalha a-t-elle exorcisé ses peurs ?
Le vieux Khodja traîne sa maigre carapace voûtée avec diffi-
culté. Tout de blanc immaculé habillé, s’appuyant sur une canne,
il passe son chemin sans même un regard furtif en notre direc-
tion. Réalise-t-il au moins que nous sommes là, devant chez lui,
dans cette venelle quasi déserte de Boudoumi, ce quartier de
Bentalha qui vécut l’horreur en cette nuit cauchemardesque du
22 au 23 septembre 1997 ? L’œil suspicieux ne s’oblique plus sur
l’étranger, comme ce fut le cas jadis, lorsque les groupes isla-
miques armés infestaient le coin. Connecté désormais au
monde, Bentalha, quatorze ans après le massacre, semble avoir
exorcisé définitivement ses peurs.
milieu des orangeraies commeReportage réalisé
pour se soustraire aux regards.par Sofiane Aït Iflis
S’il demeure encore une excrois-
Le vieillard pousse jusqu’à sance urbanistique, il n’est
chez l’épicier, seul espace ouvert cependant plus un hameau
dans ce lourd silence dans lequel perdu. Immédiatement après le
haï Boudoumi est enveloppé ce massacre de septembre 1997, les
samedi matin. Le ciel est gris. Le orangeraies ont été arrachées,
vieux Khodja, Cheikh Ahmed pour sur plusieurs hectares. Des
ses riverains de quartier, ressort immeubles ont été érigés. Des
de l’épicerie au bout de quelques familles sinistrées des inonda-
minutes. Refait le chemin inverse, tions de Bab El Oued en
du même pas lent, détaché du novembre 2001 y ont été logées.
monde alentour. Des immeubles comme on en voit
Blessé lors du massacre de la dans toutes les cités d’Algérie.
nuit du 22 au 23 septembre 1997, Des immeubles dortoirs aux
Cheikh Ahmed a fini par cesser La peur et la suspicion ne sont plus maîtresses des lieux.façades peintes aux couleurs
de parler aux hommes. Une âme chatoyantes. Le contraste avec le
dédiés au recasement des sinis- haute de deux étages, non loin de y passe à proximité. Des promo-devenue solitaire, après avoir lotissement d’à côté, là où le ter-
trés de Bab El Oued et nous filons chez lui, de l’autre côté du trot- tions immobilières y sont implan-vécu et survécu à l’enfer. «Inutile rorisme a commis l’immonde en droit vers haï Djilali. Le ciel est toir), le souvenir de cette nuit tées. Une société chinoisede le solliciter. Il ne dira rien. Cela 1997, est saisissant. Suite de toujours gris. d’horreur remonte à la surface. Je construit pour l’OPGI. Bentalhafait quelques années qu’il s’est demeures accoudées les unes
Un gris maussade, des jours me revois, glacé par la peur, cou- fait désormais partie du monde.réfugié dans son propre univers», aux autres dans un alignement
sans. Nous avons changé de rir avec ma femme et mes filles Petit à petit, le rêve s’est laisséavise son voisin d’en face, nulle- épousant une parfaite symétrie, le quartier mais le même décor vers cette maison. apprivoiser…ment apeuré ni surpris que nous lotissement ressemble à El s’offre à nos yeux. Le lotissement La nuit était noire, les ballesl’accostions devant chez lui au Hamiz, le fourmillement en moins.
est quasi identique à celui de haï sifflaient au milieu des cris demoment où il s’apprêtait à s’intro- A 14 ans, on rit, Le rouge des briques domine. Boudoumi, avec des construc- gens affolés. On entendait desduire dans son garage. même à BentalhaRares sont les constructions tions non encore finies, des déflagrations, non loin», soupire-La peur et la suspicion ne sont Cramponné sur son vélo, W.achevées. Il faut dire que la vie a venelles larges mais tout autant t-il, enchaînant : «On s’est retrou-plus maîtresses des lieux à haï Yahiaoui affiche le sourire timidemis du temps à reprendre dans
désertes. C’est à croire que les vé 18 familles à l’intérieur de cetteBoudoumi. «Je n’étais pas là la des enfants de son âge. D’unece hameau, après le massacre. gens fuient la clarté du jour, après bâtisse sur la terrasse de laquellenuit du massacre. Il faisait déjà un seule main, il tient le guidon ornéLes incertitudes des lendemains qu’ils eurent vécu les intermi- étaient postés deux Patriotes. Amoment que je ne venais plus ostentatoirement aux couleurs duont tout figé, pendant plusieurs nables angoisses des nuits téné- ces deux vaillants hommes, nousdans cette maison, haute à Mouloudia d’Alger. années.
breuses. «Je suis nouveau dans devons notre salut, ce sont euxl’époque d’un seul niveau. La Il a le bras dans le plâtre.Nombre de familles qui ce quartier», coupe court avant qui ont repoussé l’assaut déchaî-peur et l’insécurité rôdaient de Blessure au cours d’un match deavaient vécu la nuit d’horreur ont de s’éloigner cet homme à la né des terroristes.»jour comme de nuit», témoigne-t- football. Il joue à Baraki. Il est enfui. Certaines, vendant, plutôt bra- bedaine débordante qui, debout Hors de portée des armes desil, sur un ton libéré de toute hési- deuxième année de collège. Ildant terrains et bâtis, n’y remet- devant sa demeure, tient dans deux patriotes, les démons de latation. D’un seul débit, il raconte habite haï Djilali. Il était un bébétront jamais les pieds. D’autres ses bras une petite fille. nuit massacrent malheureuse-les peurs qu’il lui a fallu surmonter
de quelques mois lorsque eut leâmes s’y sont établies. «Désolé, A l’autre bout de la ruelle, la ment des familles entières danspour revenir dans ce hameau que
massacre. Il ne se souvient deje ne suis que locataire. Le mas- maison de Ami Mohamed, cet le quartier. «La plupart des gensl’horreur d’une nuit a rendu triste-
sacre je ne l’ai pas vécu… les rien. enfant de La Casbah qui posa qui ont survécu ont fui. Tenez,ment célèbre.
Sa famille faisait partie degens en parlent encore», s’excu- pied à haï Djilali au beau milieu mon voisin de l’époque (il désigne«Ma maison, alors inhabitée, a
celles qui ont trouvé refuge chezse ce quadragénaire, au teintservi de fortin à la Garde commu- des années 1980. Nous tapons la maison mitoyenne) a vendu.»
brun, barbe de quelques jours, les deux Patriotes. «Il nous arrive
nale qui s’y était installée. Je ne quelques coups sur la porte Ammi Mohamed dit vivre doulou-
après nous avoir soumis au ques- de parler entre copains», dit-il,métallique. reusement avec cette réminiscen-suis revenu ici qu’une fois la
tionnaire de rigueur chez les poli- puis se tait. Mais que sait-il desécurité rétablie. J’ai, depuis, sur- Au bout d’un moment, il nous a ce obscure mais s’efforce de ne
ciers : carte professionnelle et cette funeste nuit ? «C’est maélevé ma maison d’un étage, semblé entendre un bruit de pas rien montrer. «Je suis une âme
ordre de mission, nous demande- mère qui me raconte ce qui s’estde l’intérieur de la maison. Nous tourmentée même si j’affiche uncomme vous voyez, et mainte-
t-il. passé. C’est elle qui m’a appris,nant je vis ici sans peur ni crain- lançons un «salam alikoum». dehors serein.
Nous prenons congé de lui et lorsque j’étais en âge de com-te.» Point d’écho. Nous attendons Je souffre de voir ma fille ron-
nous arpentons les larges prendre, que mon oncle a périLe massacre est-il un lointain encore et enfin la porte s’ouvre gée par le diabète que le choc de
venelles de haï Boudoumi. Elles cette nuit-là.» L’adolescent noussouvenir qui n’a pas résisté à dans un léger grincement métal- cette horrible nuit lui a occasion-
sont toutes quasi désertes. Par parle sans émotion. l’érosion du temps? A haï lique. né. Mais je me dis que mon sort
endroits, des fillettes pas encore Comme d’un fait divers qu’il aBoudoumi, l’horreur de cette nuit Flanqué de son béret basque, n’est pas pire que celui de ceux
en âge d’être à l’école jouent entendu relater mille et une fois.où plusieurs dizaines de per- sourire en coin, Ammi Mohamed qui ont tout perdu. Mes filles ont
devant chez elles. Le souvenir n’étant pas le siensonnes, de tous les âges, ont péri est là devant nous, nous interroge pu suivre et réussir dans leurs
De leurs petites voix fluettes et propre, il ne tressaute pas à l’évo-sous le glaive et les balles tirées du regard. Des journalistes, il en études… et, moi, j’ai pu enfin,
innocentes, elles sont toute à cation de la triste nuit. Comme lesà bout touchant par des nervis a accueilli du temps où ils accou- quatorze ans après, couler ma
leurs jeux, nous dévisagent à enfants d’ailleurs, il préfère regar-sortis des profondeurs de l’obscu- raient à Bentalha. A peine la dis- dalle.»
peine lorsque nous arrivons à leur der devant lui, être de son temps,rité, alourdit encore les mémoires. cussion entamée que nos deux De condition modeste, Ammi
hauteur. Elles égayent un décor lâcher le mors à ses rêves. Il aime«On en parle encore aujourd’hui. «anges gardiens» l’interrompent. Mohammed n’est pas du genre à
fait de silence et où le temps le foot et il espère réussir à faireDans nos mémoires, la trace Vérifications des cartes profes- désarmer face aux vicissitudes de
semble s’écouler lentement, très carrière. Ce n’est pas un défi qu’ilest indélébile…», confie l’épicier sionnelles. Questions sur l’objet la vie. Il ne se plaint pas, même
lentement. Nous continuons nos se lance. chez qui le vieux Khodja était de notre présence à haï Djilali. s’il lui vient de déplorer que l’Etat
progressions solitaires dans ce Il parle comme parlent lesvenu faire une maigre emplette. «L’insécurité, c’est de l’histoire ne lui a accordé aucune aide.
quartier où mêmes les enfantsSerait-ce le souvenir lourd de enfants de son âge. Tout naturel-ancienne», dit celui qui semble «L’important est de se savoir en
n’ont pas éprouvé le besoin d’êtrecette horreur qui a eu raison de la lement. Spontanément. Sesêtre le chef, après avoir raccro- sécurité», pense-t-il, rappelant
curieux. Pas pour longtemps :mémoire torturée du vieillard, copains de randonnée à vélo, quiché avec certainement son supé- qu’il fut un temps où les terro-
notre brun de quadragénaire adont la famille était établie là l’attendent un peu plus loin, l’ex-rieur à qui il a livré un bref comp- ristes se pavanaient en plein jour
sonné l’alerte. Une voiture banali-depuis l’époque coloniale ? Son hortent à mettre le pied à pédale.te-rendu de sa mission. Les deux dans le quartier.
sée avec à son bord deux per-état d’aujourd’hui est un stigmate Il hésite. prennent congé de nous. Il faut dire que haï Boudoumi
sonnes nous file, discrètement. du traumatisme subi par les survi- Nous sourit, puis s’ébranle. LaNotre discussion peut et haï Djilali n’étaient que des
vants au massacre. bande part d’un rire sonore. On ritreprendre. «A chaque fois que je îlots enfouis au milieu d’orange-
Ames tourmentées sous me mets là (il se déplace jusqu’à ries s’étendant jusqu’à Ouled à 14 ans, même à Bentalha. Une
Connexion au monde des dehors sereins l’endroit) et que je me mets à Allel, l’un des quartiers généraux victoire sur les forces des
Haï Boudoumi n’est plus ce Nous quittons haï Boudoumi, regarder vers cette maison (il du GIA pour la Mitidja. ténèbres.
lotissement qui a poussé au nous contournons les immeubles indique du doigt une maison Maintenant, la nouvelle autoroute S. A. I.
Photo : Samir Sid.Le Soir
d’Algérie Actualité 8Lundi 26 septembre 2011 - PAGE
BÉJAÏA EL TARF
er Les habitants Clôture du 1 Salon de mechta Hadda
revendiquentde l'immobilier et de l'habitat
une part
Quel bilan tirer après cinq jours d'exposition à la gran-
de surface du Lac de Béjaïa ? Une première édition qui du programme
inaugure ses premieres fondations.
de l’amélioration
Les vingt exposants du sec- notamment les établissements
teur de l'immobilier et de l'habi- bancaires telles la Cnep présen- urbainetat étaient à 90% d'Alger, de te en force et qui a largement
Tipasa, de Cherchell, de Guel- convaincu les consommateurs
C’est un véritable cri de détressema et de Tizi-Ouzou. Ils ont quit- «l'objectif est presque atteint et
que lancent, à l’adresse des autoritésté lundi cet espace qui a vu, nous sommes satisfaits de notre
locales, les habitants de la mechtamalheureusement et au grand participation, c'est un salon pro-
appelée communément Hadda pourregret des visiteurs, l'absence fessionnel, il n’était donc pas
accorder de l’intérêt à leur localité.«scintillante» des promoteurs adressé au grand public. Le res-
Dans une lettre dont nous détenonsimmobiliers et des entreprises ponsable de la BCA Banque, qui
une copie, les habitants de cettede matéraux de construction de prend part pour la première fois
la région. à ce rendez-vous, dira : «Nous mechta, qui s’est muée au fil du temps
«On a l'impression que la avons saisi cette opportunité en une localité intégrante du chef-lieu
wilaya de Béjaïa n'a pas besoin pour rappeler nos missions et de la commune d’El Tarf par l’effet de
de pareils salons alors que les les différents avantages que l’extension et de l’expansion urbanis-
chantiers qui vous accueillent nous pouvons offrir à la nouvelle tiques dressent une série de revendi-
depuis ses frontières sont nom- clientèle.» cations. L’inscription d’un projet d’en-
breux puisque on parlera, pro- Le résultat n'est pas déce- vergure dans le cadre du programme
chainement, de réalisation de vant. La BDL partage le même de l’amélioration urbaine afin de doter
gratte-ciels» tonne une architec- avis. Réaction un peu mitigé du locale, un produit connu mais Béjaïa.» Les autres participants la localité de routes à l’intérieur du
te de passage au salon. représentant du groupe de Midy très présent à Béjaïa. Nous vou- saluent cette initiative qui tissu urbain, le changement de l’appel-
Cette absence a été exploi- Peinture. «On est venu de Blida lons faire connaître la marque et demeure une première du point lation de cette localité dont la dénomi-
tée par les opérateurs présents, pour présenter`une production par la même nous imposer à de vue professionnel et non
nation est, par ailleurs, un vestige de la
commercial». De leurs côtés
présence coloniale, la dotation de la
Alrim, Ufmatp, Pro Emploi,
localité d’une salle de soins, la mise enLambda, Delangui Simo Deco,70 personnes victimes d’une intoxication alimentaire
place de ralentisseurs au niveau de la
Fapobenas, les trois agences
route nationale jouxtant les habita-dans un mariage à Souk El Tenine de communication qui ont contri-
tions, le curage du petit oued qui tra-bué à la réussite de cette mani-
Pas moins de 70 personnes ont été victimes, hier, d’une intoxication alimentaire dans la région de verse la localité de bout en bout pourfestation ainsi que Tasnime, un
Souk El Tenine, à l’est de la wilaya de Béjaïa, selon une source locale. A l’origine de cette l’intoxica- éviter les crues durant la période hiver-groupe spécialisé dans la
tion, selon les premières informations recueillies, un repas offert à l’occasion d’un mariage organisé nale sont, entre autres, les doléancesconception et la réalisation des
dans une salle de fêtes de la ville de Béjaïa. Les signes cliniques évocateurs de l’intoxication, notam- de la population. Ils revendiquent éga-grands supports publicitaires,
ment les vomissements, douleurs abdominales et diarrhées, ont été observés chez les convives, pré- lement un stade de proximité dans leont fait de cette première édi-
cise notre source. Les victimes ont été immédiatement évacuées vers les urgences des structures tion un véritable coup d'envoi de cadre des multiples programmes de la
sanitaires de Souk El Tenine. Après avoir reçu les soins nécessaires, tous les patients ont regagné
la prochaine, prévue du 18 au DJS et une station de bus.
leur domicile. Des prélèvements ont été effectués par les services sanitaires de la wilaya pour déter- 21 avril 2012, annoncent les Aussi, les habitants, dont le nombre
miner les causes exactes de l’intoxication. organisateurs. avoisine 1 000, interpellent le premierA. K.
R. H. responsable de la wilaya pour visiter
leur localité et constater de visu les
conditions lamentables dans les-CHLEF
quelles ils vivent.
Daoud AllamCampagne de sensibilisation
et de prévention des risques des inondations La radio locale
plan d’intervention en cas d’inondations,Comme chaque année, la Direction de la Protection civile de la wilaya de Chlef organise
principalement le recensement et l’état delancera incessamment une campagne de sensibilisation et de prévention contre
fonctionnement des moyens matériels spé-les inondations, nous apprend M. Ahmed Meddah, responsable de la cellule de une journéecifiques dont disposent les unités.communication de la même direction.
D’autre part, des émissions radiopho- sans voitureSelon l’historique des inondations qu’a urbains et également le curage des lits des niques seront diffusées sur les ondes de la
connues l’Algérie, le mois d’octobre ravins et cours d’eau. D’un autre côté, les radio régionale de Chlef au profit des
La radio régionale d’El Tarf organi-accueillera les premières pluies de la sai- services de sécurité veilleront à ce que les citoyens pour une meilleure vigilance.
sera le 30 septembre «une journéeson, il est le mois le plus vulnérable quant matériaux ou gravats ne soient pas déposés Rappelons que cette initiative entre dans
sans voiture» au chef-lieu de la com-aux éventuelles survenances des crues. en zones urbaines, notamment ceux des le cadre de la politique de la Direction géné-
mune d’El Kala.De ce fait, la Direction de la Protection civi- chantiers de construction. rale de la Protection civile dans le souci d’in-
Cette louable initiative a pour princi-le en collaboration avec les trente-cinq APC La protection civile a fait appel à toutes culquer une culture préventive au sein de la
de la wilaya se mobilise pour les travaux de les structures concernées pour qu’elles pal objectif de sensibiliser la popula-population.
curage et de nettoyage des avaloires veillent à l’actualisation et la mise à jour du Mahfoud Zakarya tion autochtone à l’importance du res-
pect du code de la route ainsi qu’à la
préservation et la protection de l’envi-VOLONTARIAT À AZAZGA
ronnement immédiat.
«Nous voulons à travers cette jour-Les jeunes de Cheurfa née sensibiliser la population sur l’hé-
catombe perpétrée au quotidien sur
nos routes par le fait du non-respectréalisent un stade de football
des lois et du code de la route. Notre
C’est une véritable leçon d’exemple d’auto-prise en charge servitudes. La réalisation du ter- du site par des structures de but est d’inculquer aux plus jeunes les
rain ne constitue qu’une étape jeunesse et de détente où l’envi-citoyenne que les jeunes du village Cheurfa (Azazga) don- notions de civisme les plus élémentai-
dans les perspectives de ces ronnement occupera une bonnenent aux pouvoirs publics en réalisant, par le biais du volon- re, dont le respect de l’autre et le com-
jeunes puisque ce terrain de place avec des espaces de ver-tariat, un terrain de football au centre du village. portement responsable pour qu’il y ait
football sera suivi d’autres pro- dure qui cerneront la place du moins de familles en deuil», dira l’un
Pour ce faire, le collectif de localité qui a enfanté le fameux jets intéressant la jeunesse, village. des initiateurs de cette journée.jeunes a initié, en collaboration club de l’OCA, celui-là même l’enfance et même les plus âgés Pour marquer sa joie, une Ainsi, les animateurs de la radioavec le comité de village, une qui avait réussi la prouesse à l’exemple du stade Matico qui mémorable soirée a été organi-
auront au cours de cette manifestationcollecte de fonds auprès des d’accéder en régionale jouxtera le terrain de football, du sée par le village à l’occasion de
le loisir de développer plusieurs thé-commerçants, fonctionnaires et Une en tant qu’équipe de vil- boulodrome et d’un jardin d’en- l’inauguration du projet qui
matiques en étroite collaboration avecartisans du village ainsi que des lage. Ce stade en tuf sera revê- fants. constitue une véritable bouffée
les services de sécurité et les élus deentrepreneurs qui ont mobilisé tu prochainement de gazon syn- La fiche technique élaborée d’oxygène pour les jeunes qui
la commune d’El Kala.leurs engins pour les besoins du thétique et doté de quelques tri- par un bureau d’études agréé échapperont à l'oisiveté.
D. A.projet cher aux jeunes de cette bunes ainsi que de toutes les prévoit aussi la mise en valeur S. H.
Photo : DRLe Soir
d’Algérie Actualité 9Lundi 26 septembre 2011 - PAGE
UNIVERSITÉ DE BATNA
56 000 étudiants et un grand intérêt
pour la post-graduation
A la question comment se déroule la rentrée universitaire
2011/2012, le premier responsable de l’université de Batna
rHadj-Lakhdar, le D Moussa Zireg dira «une université de
la taille de Batna concentre ses efforts de nos jours sur
l’acquisition d’équipements scientifiques et sur les offres
de formation». C’est vous dire qu’à Batna, on a fini avec
les problèmes de déficits en places pédagogiques et
même celui de l’hébergement des étudiants.
Pour cette nouvelle année cialisations en licence, 82 en
universitaire, le nombre de nou- master, 31 en magister et 16 en
veaux inscrits a atteint 10 500 et doctorat. L’encadrement s’amé-
avoisinera les 11 500 d’ici la fin liore d’année en année et sur les
des inscriptions. Beaucoup de 2 000 enseignants entre le tiers
filles qui, par leurs choix, se et le quart sont de rang magistral
retrouvent à l’ouest ou au centre (professeurs et maître de confé-
du pays, demanderont à revenir rences). La couverture pédago-
à Batna. En tenant compte de ce gique est de l’ordre d’un ensei-
nombre et de celui des sortants gnant pour 28 étudiants, inférieu-
(9 500), le nombre total d’étu- re à la moyenne nationale qui est
diants sera de l’ordre de 56 000, de l’ordre de 1/ 30.
soit 2 000 de plus que l’année La nouveauté pour cette
et exécutée, il est vrai, par douze et une piscine couverte en voieprogramme quinquennalpassée. L’Université de Batna année est l’ouverture du nou-
bureaux d’étude et 109 entre- de finition. Ce second pôle uni- 2010/2014 (6 000 à Fesdis,est la plus grande du pays du veau pôle universitaire de Fesdis
prises. Il s’étend sur une superfi- versitaire qui a coûté 14 milliards 3 000 à Batna et 1 000 à Barika).point de vue constitutionnalité, et aussi l’annexe de Barika.
cie de 168 hectares et se compo- de dinars dispose d’une aire Les trois autres ensembles duavec sept facultés et quatre insti- Situé à dix kilomètres au nord-
se de cinq grands ensembles d’extension pouvant porter la nouveau pôle universitaire seronttuts d’envergure nationale est de Batna, au bas de la RN3,
destinés à la formation dans les capacité d’accueil en places occupés l’année prochaine par(hygiène et sécurité, agrovétéri- le nouveau pôle universitaire de
différents domaines en plus de pédagogiques à 30000. l’Institut d’hygiène et sécurité,naire, sports et hydraulique). Fesdis se distingue par son
plusieurs instituts spécialisés et Pour cette rentrée universitaire l’agrovétérinaire et l’Institut desNotons l’existence de 118 spé- architecture diversifiée, conçue
structures d’accompagnement. 2011/2012, deux ensembles sur sports sitôt la piscine couverte
Plusieurs entrées pour les les cinq seront ouverts pour achevée. Sur l’assiette de l’Insti-
divers services, mais les officiels, accueillir les formations en trans- tut des sports s’érigera, le centreM’SILA
les étudiants,… passeront par port et logistique, l’archéologie, de recherche sur l’histoire avec
l’arc de triomphe, un chef le tourisme et l’informatique six départements et deux filièresLe voleur
d’œuvre qui avise tout un chacun industrielle. L’annexe de Barika de recherche, dix bibliothèques
de l’importance de cette cité des avec une capacité d’accueil de et un musée de la préhistoire.des chèques postaux écroué
sciences et de l’enseignement. 2000 places pédagogiques et Le choix de ce terrain a été dicté
Suite à des plaintes de citoyens à qui l’on avait volé leurs Comme pour ne pas importuner 1 000 lits ouvrira ses portes cette de par sa situation au centre-ville
chèques et leurs cartes d’identité alors qu’ils attendaient leur tour le visiteur, juste après la clôture année, recevant pour cette pre- de Batna, à proximité de l’Institut
pour retirer de l’argent dans les bureaux de poste de la wilaya de en mur surélevé orné de grilles mière les sciences économiques, des sciences de l’histoire et de
M’sil, l’agent de saisie de la poste de la ville de Bou Saâda a sus- en fer forgé, au premier plan se le français et les lettres arabes. l’archéologie et surtout pour
pecté un individu de 36 ans, un repris de justice. dressent les blocs de l’adminis- L’encadrement sera assuré par doter l’Université Hadj-Lakhdar
Le postier n’a pas hésité à alerter la police. Des pièces d’iden- tration. Juste derrière s’érigent les enseignants des trois filières. d’une belle façade en plus de la
tité trouvées sur le présumé voleur et sur lesquelles il a collé sa les structures pédagogiques Sur les 56 000 étudiants que réhabilitation des bâtiments de
photo se sont avérées appartenir à d’autres personnes. Son mode d’une capacité d’accueil de compte l’Université de Batna, l’Institut des sports.
opératoire : il volait chèques et pièces d’identité déposés sur le 22 000 places pédagogiques 27 000 sont résidents, répartis à Enfin, l’Université de Batna,
rcomptoir des bureaux de poste par leurs titulaires qui font la pouvant accueillir onze instituts. travers 16 résidences universi- comme l’a souligné le D Moussa
queue. L’opération est plus facile notamment les jours d’affluence. Plus bas six résidences, taires et annexes, neuf pour les Zireg, concentre ses efforts sur la
Le 17 septembre, la chance n’était pas de son côté. Cette fois- construites en style différent, filles et sept pour les garçons, recherche, les échanges d’expé-
ci, il fut pris la main dans le sac grâce à la vigilance du postier. indépendantes les unes des avec 21 000 à Batna et riences avec plusieurs universi-
Lors de sa fouille, plusieurs chèques dont un de 21 500 DA prêt à autres, peintes de couleurs diffé- 6 000 à Fesdis. Le nouveau pôle tés , 30 des pays occidentaux et
être retiré, et 0,7 g de kif traité, ont été découverts sur lui rentes, avec des trottoirs carre- est doté d’une gare ferroviaire 15 du monde arabe.
Le mis en cause a été présenté à la justice et écroué le 19 sep- lés, des espaces verts et qui offre toutes les commodités Elle dispose de 37 laboratoires
tembre dernier sur ordre du parquet de la ville de Bou Saâda. arbustes tout au long des ruelles et la sécurité aux étudiants qui de recherche en plus de cinq qui
A. Laïdi revêtues de macadam, offrent feront les va-et-vient Fesdis- sont en voie d’être agréés.
aux étudiants un cadre des plus Batna. Par ailleurs et depuis des L’Université de Batna qui a
agréables. Les étudiants trouve- années, les étudiants d’Aïn-Touta déjà une longue expérience en
SIDI BEL-ABBÈS ront tout sur place, en plus de et Barika sont régulièrement matière de recherche sur les
l’hébergement et la restauration, transportés de leurs foyers à sciences de l’eau, de l’énergie etUn réseau de contrefacteurs de des bibliothèques, un centre l’université Hadj-Lakhdar par de l’environnement est candidate
médico-social, des salles Inter- voie ferroviaire. Il faut noter pour encadrer un programme debillets de 2 000 DA démantelé
net, d’exposition, salles de confé- qu’aucun déficit en places péda- l’environnement et développe-
rences, et plusieurs installations gogiques n’est signalé surtout ment durable initié par l’organisa-Alors qu’on pensait que le nouveau billet de 2 000 DA mis en
sportives dont un stade de foot- avec la réception en 2011 de tion de l’Unité africaine.circulation serait en sécurité et ne pourrait être contrefait comme
ball aux normes internationales 10 000 places pédagogiques du Houadef Mohammedl’ont été ceux de 1 000 DA et 200 DA ces dernières années, voilà
que les contrefacteurs viennent d’aiguiser leurs techniques en
arrivant à reproduire le premier billet et à l’écouler à Sidi Bel- GUELMA
eAbbès. C’est la 4 Sûreté urbaine de Sidi Bel-Abbès qui a été
confrontée à une affaire de ce genre. Ainsi, elle a procédé à l’ar- Deux tentatives de suicide par le feurestation de 7 personnes âgées de 17 à 23 ans demeurant dans
la ville de Sidi Bel-Abbès et dans la localité de Teghalimet, dans la
cette affaire. Des sourcesdaïra de Telagh. Suite à des informations qui lui sont parvenues, Deux tentatives d'immolation par le feu ont été enregistrées
locales ont également indiquéce week-end, selon des sources hospitalières. Jeudi dernier, uncette même sûreté a, après investigations, arrêté un mineur qui a
que le même jour, à la citéjeune homme de 24 ans a tenté de se donner la mort en s’asper-avoué que son ami lui a remis un billet de 2 000 DA. Ce dernier a
Agabi, au centre-ville de Guel-geant d’essence à Héliopolis à 5 km du chef-lieu de wilaya.donné le nom d’un autre acolyte âgé de 23 ans. De fil en aiguille,
ma, les policiers sont intervenusles policiers se sont alors rendus dans la localité de Taghelimet
Les services de police, aler- Il présentait des brûlures de pour sauver un sexagénaire,dans le domicile d’un des accusés où ils ont perquisitionné et tés par les passants, ont pu troisième degré au niveau des qui avait menacé de mettre leretrouvé une imprimante, une unité centrale et un ordinateur.
ainsi éviter le pire. membres inférieurs. feu à son corps. Ce dernier a reconnu avoir fabriqué de faux billets de 2 000 DA.
Les éléments de la Protec- Les médecins urgentistes Les difficultés de la vie quoti-Au total, 7 individus ont été arrêtés dont deux qui semblent être les
tion civile ont dû être dépêchés ont alors décidé de le transférer dienne auraient motivé cesprincipaux contrefacteurs ont été écroués et les cinq autres char-
sur place pour évacuer le jeune dans un centre spécialisé au deux actes de désespoir,gés d’écouler les billets ont bénéficié de la liberté provisoire. homme au service des CHU de Annaba. Les policiers apprend-on de même source.A. M.
urgences de l’hôpital Okbi. ont ouvert une enquête sur N. Guergour
Photo : DR.Le Soir
d’Algérie Soir Corruption Lundi 26 septembre 2011 - Page 10
Le Soir d’Algérie - Espace «Corruption» - E.mail : soir_corruption@hotmail.com
LA TUNISIE ORGANISE UNE IMPORTANTE CONFÉRENCE INTERNATIONALE
Que faire pour lutter contre la corruption
et la malversation ?
Organisée par la «Commis- œuvre par des pays tiers pour les
récupérer a été au centre dession nationale d’investigation
débats. Il faut également souli-sur les affaires de corruption
gner les enjeux d’un tel combatet de malversation», la pre-
contre la corruption et les malver-mière Conférence internatio-
sations qui se situe à un niveau
nale sur la lutte contre la cor-
international avec des biens et
ruption et la malversation
des liquidités dispersés dans dif-
s’est tenue les 22, 23 et 24 férents pays, soumis à des légis-
septembre à Hammamet en lations différentes, autant de
Tunisie. Cette conférence a contraintes qu’il faudra combiner
réuni un ensemble d’experts avec les attentes élevées d’un
et de responsables nationaux peuple tunisien qui attend avec
et internationaux qui sont impatience le rapatriement de son
patrimoine dans les plus brefsintervenus sur six thèmes qui
délais. Les défis de cette confé-représentent autant d’étapes
rence internationale et les interro-et de conditions nécessaires
gations qu’elle a posées sontà la mise en place d’un systè-
importants pour la mise en œuvreme de lutte contre la corrup-
efficiente d’un système avéré detion et la malversation : (I)
lutte contre la corruption sous
Dire la vérité, (II) Rendre justi-
toutes ses formes. Elle a permis
ce, (III) Etablir les méca- aussi d’enrichir le dialogue et les
nismes de lutte et de préven- échanges avec les instances
tion, (IV) Modifier la législa- concernées et la société civile afin
tion, (V) Impliquer la société d’aboutir à un engagement collec-réussite de la Tunisie dans la Marquer les avancées contre la corruption (CNUCC) en
civile et (VI) Recouvrir les tif et consensuel sur ce problèmemise en place d’un système d’inté- de la Tunisie sur la voie 2008 et que son application devra
avoirs mal acquis. majeur et crucial afin de marquergrité et de lutte contre la corrup- de la transparence être soumise à une évaluation par
les avancées de la Tunisie sur laPlusieurs partenaires interna- tion pourrait donner lieu à la créa- les pairs en 2012. La question duA ce propos, il est important de
tionaux ont été associés à cet évé- voie de la transparence.tion d’un nouveau modèle de gou- souligner que la Tunisie a ratifié la recouvrement des biens mal
nement inédit dont le Programme Djilali Hadjadjvernance dans la région arabe». acquis et les moyens mis enConvention des Nations unies
des Nations unies pour le déve-
loppement (Pnud), l’OCDE et
l’Union européenne. Pour les Le Maroc représenté, l’AlgérieNations unies, cette conférence
intervient à un moment décisif de
la Tunisie post-révolutionnaire où absente comme d’habitudeil est important d’établir les bases
d’un système transparent de gou- Au cours de cette rencontre de 3 jours, le la lutte contre la corruption et la malversation» système judiciaire, puisqu'il s'agit de «l'un des
vernance. A ce propos, un expert
représentant du Maroc, Yasser Chekayri, res- en Tunisie. La Tunisie a choisi, après la révolu- plus importants piliers du régime démocra-
en matière de gouvernance et ponsable à l'Instance centrale de prévention de tion du 14 janvier 2011, «une orientation ration- tique», ajoutant que son pays œuvre, actuelle-
consultant au Pnud a affirmé qu’«il la corruption (ICPC), a présenté un exposé sur nelle pour juger les symboles de la corruption ment, à la consolidation de nouveaux méca-
est nécessaire aujourd’hui d’initier l'expérience du Maroc en matière de lutte fondée sur l'organisation de procès justes, nismes pour réaliser une justice transitoire
un dialogue national entre toutes contre la malversation et la corruption. intègres garantissant leur droit à la défense. dans le but de construire l'avenir de la Tunisie
les parties prenantes à propos de Cette rencontre a connu la participation d'un Il s'agit de la véritable voie saine pour réali- sur des bases saines. Le gouvernement algé-
la nouvelle architecture institution- grand nombre de responsables et experts en la ser une justice loin de tout esprit de vengean- rien, invité à cette conférence, a une fois de
nelle à mettre en place pour matière, de Tunisie et de plusieurs pays arabes ce», a-t-il dit. Il a, aussi, insisté sur l'importance plus brillé par son absence.
garantir une lutte efficace contre la et étrangers, ainsi que de représentants d'or- de l'indépendance de la justice et la réforme du D. H.
mecorruption». M Oumama Ennaï- ganisations internationales concernées par la
fer, chargée de programme au lutte contre la corruption. À LA RECHERCHE DE PARADIS FISCAUX
Pnud a ajouté que «le Pnud Présidant la séance d'ouverture de cette
apporte l’expertise technique et un rencontre organisée, le président tunisien pro- ET DE «FACILITATEURS»
éclairage sur les expériences visoire Fouad Mebazaâ a indiqué que l'Assem-
internationales qui permettrait blée nationale constituante, qui sera élue en Les dirigeants syriensd’enrichir ce dialogue et de bénéfi- octobre prochain «se fixera parmi ses priorités
cier des leçons apprises» et «la
exfiltrent leur fortune
À L’INITIATIVE DE LA LADDH Les dirigeants syriens pré- seignement militaire, Adulfat- caux, notamment européens,
parent l’exfiltration d’une partie tah Qudsiyeh. Grâce à la cor- sont aussi prévus. Le régimePremière étude sur le degré de leur fortune, au cas où ils ruption, ces hommes auraient compterait utiliser les services
seraient renversés malgré la accumulé en quinze ans un de la banque irano-allemande
d’implication du citoyen algérien répression menée actuelle- patrimoine évalué en milliards EIH, un des rares établisse-
ment à huis clos. de dollars. Ce n’est donc ments occidentaux travaillant
dans la lutte contre la corruption De source généralement qu’une petite partie de leur encore avec l’allié iranien de la
bien informée à Damas, des patrimoine qui serait transféré Syrie, ce pourquoi il a
Dans le cadre des activités de la cellu- le territoire national pour récolter le maxi- hommes d’affaires et diri- par précaution à l’étranger. d’ailleurs été frappé de sanc-
le de lutte contre la corruption et de pro- mum des opinions. `Par ailleurs, les geants syriens ont participé Ce qui indique que le régi- tions américaines à l’automne
tection des biens publics, la LADDH citoyens peuvent participer à l’étude en récemment à des réunions me et encore très confiant dernier. Les dirigeants syriens
(Ligue algérienne de défense des droits téléchargeant et en répondant en ligne au avec quatre financiers turcs dans ses chances de survie. chercheraient aussi des «faci-
de l’homme) lance sa première étude sur questionnaire qui sera sur le site de la basés en Allemagne et aux On explique de même source litateurs» via l’ONG turque
le degré d’implication du citoyen algérien LADDH (www.la-laddh.org), ou le deman- Pays-Bas pour préparer le que, puisque l’Union euro- IHH (fonds de secours huma-
dans la lutte contre la corruption. der par mail à l’adresse suivante : corrup- transfert de 250 millions de péenne et les Etats-Unis ont nitaire), implantée dans 30
Il s’agit d’évaluer le regard que porte le tion@la-laddh.org. Les conclusions de dollars d’actifs financiers. imposé début mai des sanc- pays. L’ONG est liée à des
citoyen sur la corruption et sur la volonté cette étude seront publiées avant la fin de Ces derniers appartien- tions et saisi des avoirs d’une organisations islamistes radi-
des autorités de lutter contre ce fléau. l’année en cours. Le coordinateur de la draient au président syrien, douzaine de ses dignitaires cales. Ce recours à une ONG
Pour mener à bien cette étude, la cel- cellule est M. Atoui Mustapha. Bachar al-Assad, à son cou- (mais pas de Bachar al- turque peut surprendre toute-
lule de lutte contre la corruption lance Pour remplir le formulaire en ligne : sin, Rami Makhlouf, principal Assad), le régime privilégie les fois, souligne Abdel Darwish,
durant un mois un questionnaire à travers <https://docs.google.com/a/la-laddh> homme d’affaires du pays pays musulmans d’Asie du le porte-parole du mouvement
(BTP, pétrole, télécommunica- Sud-Est. Se prépare ainsi un d’opposition «Comité du 15
tions), au frère du président et transfert en Malaisie de 25 mil- mars», étant donné que le
A nos lecteurs chef de la garde présidentielle, lions de dollars vers la banque gouvernement turc ne tolére-
Maheral-Assad, au chef des centrale et de 34 millions vers rait aucun appui au régimeLe «Soir corruption» du lundi 19 septembre n’est pas paru pour des
services de renseignement, Ali la banque Exim. D’autres syrien actuellement. raisons liées à l’abondance de matière. Toutes nos excuses à nos lecteurs.
Mamlouk, et au chef du ren- transferts vers des paradis fis- LSC
Photo : D. R.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin