Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

Ciné Vilar, 3 rue Saint Epvre à Blénod-lès-Pont-à-Mousson
www.blenodlespam.fr (rubrique cinéma)
• Tarif : 5 €
• Tarif réduit : 4 € (étudiants, demandeurs d’emploi, familles nombreuses, retraités)
• Tous les lundis : tarif réduit à 4 € pour tous
Carte d’abonnement : 36 € pour 12 places, (soit 3 € l’unité)
CRAVLOR
CINÉ REGARD
Z
o
o
m
d
u
m
o
i
s
D
ÉCEMBRE
2010
C
I
N
E
-
V
I
L
A
R
Films
Séances
THE SOCIAL NETWORK
Réal. : David Fincher
Samedi 4 décembre à 16H30 et 20H30
Dimanche 5 décembre à 20H30
VOUS ALLEZ RENCONTRER
UN BEL ET SOMBRE INCONNU
Réal. :Woody Allen
Dimanche 5 décembre à 16H30
Lundi 6 décembre à 20H45
HARRY POTTER
ET LES RELIQUES DE LA MORT (partie 1)
Réal. :David Yates
Mercredi 8 décembre à 14H30 et 18H00
Vendredi 10 décembre à 20H30
Samedi 11 décembre à 14H30 et 20H30
Dimanche 12 décembre à 14H30
BENDA BILILI
Réal. : Renaud Barret, Florent de La Tullaye
Dimanche 12 décembre à 20H30
Lundi 13 décembre à 20H45
LES PETITS MOUCHOIRS
Réal. : Guillaume Canet
Samedi 18 décembre à 16H30 et 20H30
Dimanche 19 décembre à 20H30
AMORE
Réal. : Luca Guadagnino
Dimanche 19 décembre à 16H30
Lundi 20 décembre à 20H45
C
i
n
é
m
a
A
r
t
e
t
E
s
s
a
i
Fermeture de Ciné Vilar du samedi 25 décembre 2010 au vendredi 7 janvier 2011 inclus.
Bonnes fêtes de fin d’année à tous
AMORE
Regard sur l’image
Sensible au caractère narratif de l’image dans son récit, le réalisateur
a envisagé les différentes strates de la construction visuelle avec une
méticuleuse attention. Depuis la mise en scène, où chaque protagoniste
doit être montré «dans son élément de vie, filmé dans le rapport qu’il
entretient avec.» En passant par les décors et le choix de cette maison,
comme un symbole aux multiples sens, qui doit «donner le sentiment
contradictoire d’un espace immense et pourtant totalement suffocant.»
Pour finir avec la lumière, confiée à Yorick Le Saux, qui devait s’inspirer
de peintre classiques, sans pour autant tomber dans l’exagération d’un
éclairage trop luxueux ou patiné.
Des rôles de pierre, et de sang..
Issue de la grande bourgeoisie italienne, la famille décrite à l’écran n’est
pas si caricaturale que sa grandiloquence maniérée peut le faire paraître.
Documenté sur le sujet avant d’attaquer la rédaction du scénario, Luca
Guadagnino affirme n’avoir exagéré qu’à peine l’immobilisme, le «côté
statue vivante» dépeint dans son récit. «Ils sont, au sens littéral du
terme, liés par le rôle qu’ils doivent jouer et que leur impose leur statut
social.» Et si l’on se dit que la réalité de cette classe sociale n’est plus la
même aujourd’hui, la réalité est autre, quasi-morbide selon l’intéressé.
«La tragédie et le ridicule de cette classe est d’avoir ouvert la porte à
Silvio Berlusconi. Je pense hélas que cette classe a encore un rôle et une
influence politique. Elle est un peu comme les morts-vivants de George
Romero.»
Allociné
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin