Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

1
Chap. 5 : Territoires et transnationales
L'unification du monde par la mondialisation est elle-même productrice de profondes
recompositions géoéconomiques des territoires.
A) Les territoires d'accueil des transnationales
1) Territoires nationaux intégrés, territoires nationaux dissociés
La géographie des IDE et des transnationales, bien que fort variable, est hyper sélective.
a) Des territoires régionaux et locaux sélectifs et polarisés
Les pôles émetteurs privilégiés des IDE sont le plus souvent les espaces économiques
dominants. Les régions d'accueil sont fortement polarisées. Ceci accentue les spécialisations
préexistantes. Elles se moulent étroitement dans les hiérarchies urbaines nationales : 50 % des
investissements étrangers autrichiens sont polarisés sur Vienne, au Portugal, 84 % sur
Lisbonne. En France, les firmes étrangères contrôlent 30 % des effectifs industriels. Cinq
régions sur 22 rassemblent 50 % des emplois créés par les IDE et les 10 premières 76 %. Un
tiers des emplois industriels franciliens dépend d'une entreprise étrangère. Les capitaux
suisses valorisent la région Rhône-Alpes. Les IDE se moulent largement sur les structures
nationales préexistantes.
b) Territoires intégrés, territoires dissociés
Dans les états développés, les IDE s'implantent sur des substrats territoriaux puissants,
cohérents et intégrés. Leur capacité de remodelage des systèmes productifs locaux demeure
limitée. Dans les PVD, les IDE tendent à créer des systèmes-mosaïques, c'est-à-dire des
juxtapositions de cellules aux fonctions dissociées qui s'adressent de manière privilégiée à tel
ou tel segment du marché mondial sans cohérence forte entre elles.
2) La stratégie irlandaise : espaces branchés et évités
Deux nouveaux types d'articulation apparaissent : les espaces branchés sur les capitaux et les
flux mondiaux et les espaces évités, victimes de nouvelles exclusions.
a) Le modèle britannique : du captage des IDE à l'extraversion
Ces territoires engagent une active stratégie d'attraction des transnationales industrielles. Il
faut répondre soit à la crise d'industries traditionnelles en créant des emplois, soit développer
des sociétés encore rurales et agricoles.
Ces vingt dernières années, le Royaume-Uni a basculé d'une logique de captage des IDE à une
totale extraversion. C'est dans les pays développés un choix stratégique tout à fait
exceptionnel. Des pans entiers de son économie sont aux mains de transnationales étrangères.
b) Le cas irlandais : d'un système inégal à un système duel
La promotion des IDE s'est faite à travers une politique d'État à la fois très interventionniste et
libérale. Elle s'appuyait sur certains atouts internes et externes. L'Irlande polarise 40 % des
investissements électroniques américains en Europe. En même temps, on assiste à