Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

Du même publieur

Cours complet management terminale STG
Chapitre 1/ La direction de l’organisation
Diriger une organisation consiste essentiellement à exercer ou déléguer un pouvoir de décision. On entend par décision, l’acte volontaire d’un ou plusieurs décideurs qui opèrent un choix entre plusieurs solutions possibles pour apporter une réponse satisfaisante à un problème donné. 1. La décision A. La prise de décision Le fonctionnement de l’organisation suppose que soient définies les modalités de la prise de décision, car au-delà d’une certaine taille, le dirigeant ne peut plus tout organiser et tout superviser. Il doit déléguer son pouvoir de décision. Ainsi des milliers de décisions sont prises quotidiennement dans les organisations à différents niveaux hiérarchiques (la secrétaire peut décider de commander des fournitures, le directeur des ressources humaines peut décider de recruter du personnel…) et dans différents domaines (commercial, administratif, financier…). Les décisions prises reposent sur les informations et les connaissances dont disposent les décideurs en fonction des objectifs poursuivis par l’organisation. La pertinence de la décision sera donc limitée par la quantité d’information disponible, mais également par les nécessaires compromis entre les différents acteurs. La prise de décision dans l’organisation ne sera donc pas optimale, mais juste satisfaisante. B. Les niveaux de décision Toutes les décisions n’ont pas la même importance, ni les mêmes conséquences sur le fonctionnement de l’organisation et elles ne sont pas toutes prises de la même façon. Igor Ansoff, dans son ouvrage intituléCorporate Strategy(1965), distingue trois types de décisions présentes dans l’entreprise : – les décisions stratégiques ; – les décisions d’organisation ou tactiques ; – les décisions opérationnelles. Ces trois types de décisions sont hiérarchisés. Les décisions opérationnelles, les plus nombreuses et de moindre importance, permettent de mettre en œuvre les décisions d’organisation, elles-mêmes issues des décisions stratégiques, peu nombreuses mais très importantes pour l’organisation. L’étude de la diversité des décisions permet de mettre en évidence certaines caractéristiques propres à chacun des types de décision :
d CtiquérispeeTsyisicédenouoiqtrnSégatératOpleeloinnqieuaTtc aractsinaoitadgroue Échéance Court terme Moyen terme Long terme NiveauhiérarchiquedChaetfesliedresservicesouchefsfDoinrectcitoionnnsellesDirectiongénérale Gestion : gestion des Exploitation : utilisation ressources humaines, Stratégie : relation de Domaine des ressources pour financières… de l’organisation avec son dasesluroerrglaenifsoanticotinonnementlorganisationenvironnement Répétitivité Répétition fréquente Répétition éventuelle Décision unique
C. Les étapes du processus de décision L’enchaînement des différentes étapes qui vont aboutir à la prise de décision a été formalisé par Herbert Simon dans les années 1960. Le processus de décision, connu sous le modèle IMC, présente trois phases : – l’intelligence ou la compréhension du problème tel qu’il se pose ; – la modélisation c’est-à-dire la conception des solutions; – le choix, à savoir la sélection de la variante qui donnera satisfaction au plus grand nombre. D. Les contraintes La prise de décision est soumise à des contraintes économiques, temporelles, techniques, tant internes qu’externes. La perception des contraintes peut être différente d’un décideur à l’autre en fonction de sa personnalité et de ses objectifs. On distingue quatre types de contraintes : – l’information : indispensable à la prise de décision, le coût de recherche d’informations doit être en rapport avec l’enjeu de la décision ; – le temps de recherche d’information et de réflexion doit être cohérent avec l’échéance de la décision ; les ressources : l’organisation dispose de ressources humaines, technologiques et financières limitées qu’elle doit utiliser au mieux ; – l’environnement : l’organisation doit s’adapter aux contraintes et aux opportunités de son environnement économique, juridique, technologique…
2. Les activités et rôles de l’équipe dirigeante A. L’activité des équipes de direction L’équilibre des forces au sein d’une organisation n’est pas spontané. Il doit être organisé. L’organisation est hiérarchisée avec à sa tête un dirigeant ou une équipe dirigeante dont l’activité repose toujours sur deux dimensions complémentaires :
– la dimension technique : collecte d’informations, mise en œuvre d’actions de gestion (production, mercatique, finance, comptabilité…) ; – la dimension relationnelle : représentation de l’organisation, animation des équipes, impulsion, motivation, communication…
B. La diversité du rôle de l’équipe dirigeante
L’équipe dirigeante, placée au sommet de la pyramide hiérarchique interne, doit assurer trois rôles principaux : – finaliser le projet de l’organisation : l’équipe dirigeante doit anticiper l’évolution de l’environnement de l’organisation pour donner à celle-ci une orientation adaptée à ses objectifs. Elle oriente la stratégie de l’organisation ; – animer la gestion de l’organisation : l’équipe dirigeante doit organiser la structure organisationnelle pour assurer l’efficacité de l’organisation et son développement. En outre elle doit transmettre les messages et initier les actions qui vont animer la gestion de la structure ; – contrôler les résultats : l’équipe dirigeante doit exercer un contrôle permanent de la performance de l’organisation pour décider d’éventuelles actions correctrices quant aux moyens employés ou aux politiques mises en œuvre.
Chapitre 2/ La diversité des dirigeants
Les individus qui dirigent les organisations remplissent des fonctions similaires : finaliser, animer et contrôler. Cependant, ils ne forment pas un groupe homogène, car leur statut et leur rôle varient selon les caractéristiques – juridiques, de taille, de secteur… – des organisations. On entend généralement par dirigeants, les mandataires sociaux qui représentent l’organisation et l’engage à l’égard des tiers, et les directeurs qui regroupent sous leur autorité plusieurs fonctions de l’organisation.
1. Droit de propriété et statut du dirigeant
Le fondement du pouvoir est avant tout d’origine juridique. Il est lié, d’une part aux contrats de travail qui définissent des rapports hiérarchiques entre les membres de l’organisation, et d’autre part, au droit de propriété. Ainsi, l’exercice du droit de propriété va déterminer le statut du dirigeant et l’organisation du pouvoir. On distingue : – l’entreprise privée appartenant à de nombreux propriétaires : les (actionnaires) propriétaires vont déléguer le pouvoir de décision aux dirigeants. La société anonyme est dirigée et administrée par un conseil d’administration (composé d’administrateurs), un président (membre du conseil d’administration), et le cas échéant, par un directeur général, qui au sein d’une organisation managériale, devront assurer la rentabilité des capitaux
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin