Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

Publications similaires

L'Art poétique

de Presses-Electroniques-de-France

I) Introduction :
A) Forme du texte :  Letexte est un poème forméde décasyllabes. La disposition des rimes est souvent croisée (v.15à20). Des vers 1à4 les rimes sont embrassées et des vers 5à8 les rimes sont plates.
B) Contenu du texte :  Cepoème prendàcontre-pied les croyances, les valeurs religieuses qui fondent l'idée du bonheur sur l'austéritéet le sacrifice. Avec fantaisie et humour et même un certain désir de provocation il trace le portrait de sonépoque (âge de fer) qu'il représente comme l'âge des plaisirs et du luxe (positive). Conséquence : les images de l'âge d'or sont dénigrées, dévalorisées car il célèbre son temps en s'attachantàce qui fait son abondance et en représentant des satisfactions que ne renierait pas un bon vivant. Ainsi le Mondain est hymneàla vie et aux plaisirs.
C) Axes de lecture :  1°L'apologie de l'âge de fer  a)la critique de l'âge d'or  b)l'éloge du luxe, des plaisirs et du progrès  2°Une nouvelle idée du bonheur
PARTIE 1 : L'APOLOGIE DE L'AGE DE FER :
A) La critique de l'âge d'or
 Voltairecommence par uneévocation apparemmentélogieuse de l'âge d'or. Des vers 1à4 il emploi des expressions positives sur cetâge, une anaphore de "et" et un effet de polysyndète (lorsqu'on a une multiplication des liens de coordination) ce qui crée un rythme vif, alerte, dynamique quiénumère les symboles de l'âge d'or. C'est une atmosphère euphorique.  Cependant,dès le 5ème vers, il accorde nettement sa préférenceà"cetâge". Cette préférence est mise en relief par l'opposition entre "qui veut" (v.1) et "moi, je" (v.5) qui est une figure d'insistance sur la première personne car elle est en début de ce vers ce qui la met en valeur.  Lescaractéristiques de l'âge d'or ne sont données que plus loin (v.30à43) et sur un ton de moquerie, de raillerie, de persiflage. Voltaire parle d'état "d'innocence" (v.31) mais il l'associe àune sorte de puérilitécar l'expression "nos bons aïeux" (v.31) connote un ton protecteur et peut-être de l'ironie. Il renvoi aussiàunétat d'austéritéet de dénuement mais Voltaire montre qu'il ne s'agissait aucunement d'austéritéou de sacrifices voulus. On remarque le jeu de questions réponses au vers 33. L'insistance sur les négations souligne des manques naturels qui ne donne donc aucun mériteàl'abstinence. Ex : absence de vin, de mets fins, de métaux précieux, d'étoffes  Voltairese moque de la pseudo-vertu de ceux quiétaient vertueux sans pouvoir faire autrement. Cette vertu (frugalitéet austérité) est pour lui sans mérite puisque inévitable aussi