Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La lecture chez les étudiants discours

De
4 pages
Niveau: Supérieur, Licence, Bac+3

  • cours - matière potentielle : des dernières décennies


La lecture chez les étudiants, discours alarmistes ou réel recul ? 1 Pour quantifier ce phénomène, à partir des données de l'enquête permanente sur les conditions de vie des ménages (INSEE, 2003), un portrait type de l'étudiant lecteur d'aujourd'hui en fonction de sa filière a été réalisé. Une analyse bibliographique a ensuite été menée à partir de résultats remontant de 1968 jusqu'en 2010, afin de réaliser une comparaison des données, et évaluer une possible baisse du lectorat étudiant au cours des dernières décennies. Les évolutions ont permis d'en déduire de nets changements en matière de réductions d'inégalités. « Le sentimentalisme pour les filles » Ainsi à travers la démocratisation de l'enseignement un nombre toujours plus important de filles a eu accès à l'enseignement supérieur. Or celles-ci influencent fortement les résultats statistiques des pratiques lectorales. On observe que les filles lisent en grande majorité des romans sentimentaux, ainsi que des romans classiques, des livres de cuisine, de décoration, d'art ou encore de photographie. (Figure n°1). A travers cela on retrouve le phénomène de catégorisation sexuée de la lecture. D'après Bourdieu les filles ne liraient des romans sentimentaux qu'à travers les stéréotypes de sexes, c'est-à-dire que ce type de romans conforte une vision conservatrice des rôles sociaux.

  • lectures obligatoires dans le cadre du cursus scolaire

  • position scolaire

  • lecteur

  • enseignements techniques

  • année année

  • enquête rétrospective sur la lecture étudiante

  • observatoire de la vie étudiante

  • comparaison des données


Voir plus Voir moins
La lecture chez les étudiants, discours
alarmistes ou réel recul ?
1
Pour
quantifier
ce
phénomène,
à
partir des données de l’enquête permanente
sur les conditions de vie des ménages (INSEE,
2003),
un portrait type de l’étudiant lecteur
d’aujourd’hui en fonction de sa filière
a été
réalisé. Une analyse bibliographique a ensuite
été menée à partir de résultats remontant de
1968 jusqu’en 2010, afin de réaliser une
comparaison
des données, et évaluer une
possible baisse du lectorat étudiant au cours
des dernières décennies. Les évolutions ont
permis d
en déduire de nets changements en
matière de réductions d’inégalités.
« Le sentimentalisme pour les filles »
Ainsi
à
travers
la
démocratisation
de
l’enseignement
un
nombre
toujours
plus
important de filles a eu accès à l’enseignement
supérieur. Or celles-ci influencent fortement
les
résultats
statistiques
des
pratiques
lectorales. On observe que les filles lisent en
grande majorité des romans sentimentaux,
ainsi que des romans classiques, des livres de
cuisine, de décoration, d’a
rt ou encore de
photographie. (Figure n°1).
A travers cela on retrouve le phénomène de
catégorisation sexuée de la lecture. D’après
Bourdieu les filles ne liraient des romans
sentimentaux qu’
à travers les stéréotypes de
sexes, c'est-à-dire que ce type de romans
conforte une vision conservatrice des rôles
sociaux.
0%
10%
20%
30%
40%
50%
60%
70%
80%
90%
100%
Femmes
Hommes
Source: d'après EPCV 2003, INSEE
Figure n
°
1: Type de lecture en fonction
du sexe
La croissance du niveau d’alphabétisation
mais
également
la
promotion
d’un
enseignement laïque à travers la création
de l’Ecole Publiqu
e par Jules Ferry en
1881-1882 ont vu naître les premières
étapes
d’une
démocratisation
de
l’enseignement. De plus par l’allongement
des études et une politique incitative sur la
validation
à
hauteur
de
80%
du
Baccalauréat
(loi
d’orient
ation
de
l’éducation
de
1989),
entraînant
une
massification du nombre d’étudiant, celui
-
ci a été multiplié par sept entre 1960 et
2009. Ainsi un plus grand nombre de
personnes a donc accès à l’enseigne
ment et
à la culture. Or depuis quelques années
certains politiques et scientifiques fustigent
que « les jeunes ne lisent plus ». Ce
phénomène est-il donc si important ? Et si
oui ne serait-
il pas bon de repenser l’Ecole
comme formatrice de lecteur ?
Auteur : Pierre ELOY
Sous la direction de Virginie Dejoux et Sophie Roux.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin