La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Le Malade Polyathéromateux M Baudouy Nice

6 pages
Niveau: Supérieur
Le Malade Polyathéromateux M Baudouy Nice I. Objectifs - Connaître les fréquences d'associations des différentes localisations de la maladie athéroscléreuse. - Connaître l'incidence des associations sur le pronostic, les modalités et le risque thérapeutiques des différentes localisations. - Savoir mettre en œuvre une stratégie diagnostique chez le patient poly- vasculaire II. Facteurs de risque cardiovasculaire et localisations de l'athérosclérose A. Lésions coronariennes : 1. Principaux facteurs d'atteinte coronarienne : a) les Dyslipidémies b) l'Hypertension artérielle c) le Tabac d) le Diabète e) le Stress, l'hérédité, le sexe masculin, le niveau de sédentarité. 2. Fréquence des autres localisations : a) Plus fréquentes chez le coronarien. B. Lésions de l'Aorte thoracique et Abdominale : 1. L'aorte abdominale est plus souvent concernée que l'aorte thoracique. 2. La gravité augmente avec l'âge. 3. Le ratio Hommes / Femmes est plus faible que dans les atteintes coronariennes. C. Lésions carotidiennes 1. Sténose / Occlusion : a) Risque de sténose mieux corrélé à : (1) Tabac, (2) Antécédents familiaux d'AVC, (3) Obésité, (4) HTA (pression pulsée) (5) Diabète. b) Risque d'occlusion mieux corrélé à : (1) Tabac (2) Diabète. (3) HTA (pression moyenne) D.

  • bilan artériel des membres inférieurs par échographie-doppler

  • artérite des membres inférieurs

  • anévrysme de l'aorte abdominale par échographie

  • identification variable selon la méthode de recherche

  • lésions coronariennes

  • anévrysme de l'aorte abdominal

  • incidence des associations sur le pronostic


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Le Malade Polyathéromateux M Baudouy Nice I. Objectifs - Connaîtreles fréquences d'associations des différentes localisations de la maladie athéroscléreuse. - Connaîtrel'incidence des associations sur le pronostic, les modalités et le risque thérapeutiques des différentes localisations. - Savoirmettre en œuvre une stratégie diagnostique chez le patient poly-vasculaire II. Facteursde risque cardiovasculaire et localisations de l'athérosclérose A. Lésionscoronariennes : 1. Principauxfacteurs d'atteinte coronarienne: a) lesDyslipidémies b) l'Hypertensionartérielle c) leTabac d) leDiabète e) leStress, l'hérédité, le sexe masculin, le niveau de sédentarité. 2. Fréquencedes autres localisations : a) Plusfréquentes chez le coronarien. B. Lésionsde l'Aorte thoracique et Abdominale : 1. L'aorteabdominale est plus souvent concernée que l'aorte thoracique. 2. Lagravité augmente avec l'âge. 3. Leratio Hommes / Femmes est plus faible que dans les atteintes coronariennes. C. Lésionscarotidiennes 1. Sténose/ Occlusion : a) Risquede sténose mieux corrélé à : (1) Tabac, (2) Antécédentsfamiliaux d'AVC, (3) Obésité, (4) HTA(pression pulsée) (5) Diabète. b) Risqued'occlusion mieux corrélé à : (1) Tabac (2) Diabète. (3) HTA(pression moyenne) D. Lésionsartérielles des membres inférieurs :
Fortes corrélations avec : a) Diabète b) Tabac c) HTA. III. Associationslésionnelles : A. Avecles lésions coronariennes : (1) Lésionscarotidiennes : a) Plustardivement significatives que les atteintes coronariennes (20 ans) (diamètre plus important !), b) Lésions> 50 % : 240 %, < 70 % : 2,89 %. c) L'âge, l'existence de symptômes et l'association d'une autre localisation de l'athérosclérose constituent des facteurs de forte probabilité d'association de lésions carotidiennes. (2) Lésionsaortiques : a) Athérosclérosede l'aorte ascendante: 8,8 %, (2 % sévère); b) Anévrysmede l'aorte abdominal : 20 % (versus 7,5 % dans la population générale). (3) Lésionsartérielles des membres inférieurs : a) Fréquenceplus grande : 58 % dont 16 % d'atteinte sévère. B. Avecles lésions carotidiennes : (1) Lésionscoronariennes : a) Incidenceélevée : 50 % de lésions symptomatiques b) Surviepostopératoire d'autantmeilleure que : (1) Lésionscoronariennes absentes ou non significatives, (2) Associationà des facteurs de risque d'athérosclérose, plus faible, (3) Traitementinterventionniste de revascularisation coronaire (angioplastie ou pontages)effectué. 2. Anévrysmede l'aorte abdominale : a) Incidenceplus élevée que dans la population générale : 11/2 % C. Avecun anévrysme de l'aorte abdominale (AAA) : association fréquentes des autres localisations du fait de la chronologie tardive de survenue de l'anévrysme de l'aorte abdominale. 1. Lésionscoronariennes : Incidence variable : (1) Atteintecoronarographique sévère: 36 % Symptomatologie fonctionnelle ischémique : 17 % (2) Fonctionde l'extension de l'athérosclérose sténosante aux artères rénales : 58 % / 39 %. (3) Associationfortement prédictive d'atteinte coronarienne :
Anévrysme de l'aorte abdominale Sténose de l'artère rénale Hypertension artérielle. 2. Lésionsartérielles rénales : Incidence desténoses significatives (> 50%) : 28 % 3. Artéritedes membres inférieurs : a) Associationtrès fréquente, surtout pour les anévrysmes aorto iliaques : 87 %. b) Complicationsemboligènes des anévrysmes aortiques abdominaux assez fréquentes. 4. Atteintecarotidienne Fréquente D. Associationà une artérite des membres inférieurs : 1. Lésionscoronariennes : identification variable selon la méthode de recherche : (1) Recherched'ischémie par ergométrie ± scintigraphie : 10-30%, (2) Recherche de lésions coronariennes par coronarographie : 28 %. 2. Anévrysmede l'Aorte abdominale : Peu fréquente : 6 %. 3. Atteintecarotidienne : Plus fréquente que la précédente (15%) surtout si antécédents d'Accident vasculaire neurologique .
IV.Association des différentes localisations et risque spontané ou chirurgical : A. Lésionscoronariennes : Lors de coexistence de lésions carotidiennes : -la chirurgie coronarienne sous circulation extracorporelle, entraîne la survenue d'accident vasculaire cérébral (AIT, AVC) dans 0,5 à 5,6 % des cas; -la chirurgie combinée carotide-coronaire est envisageable sans augmentation significative de la morbi-mortalité, avec gain économique. B. Lésionscarotidiennes : Les interventions chirurgicales sont relativement courtes et sans risque général majeur. L'association de lésions coronariennes, n'a d'incidence significative que sur la survie à moyen terme, et ce d'autant plus précocément que les facteurs de risque cardiovasculaire sont présents et multiples. C. Anévrysmede l'Aorte Abdominale : Au cours du traitement chirurgical (mise à plat-greffe pour les anévrysmes de diamètre supérieur à 5 cm), la mortalité hors urgence (surtout périopératoire), 2 à 5%, est généralement cardiaque.
D. Associationà une artérite des membres inférieurs : La morbidité et la mortalité cardiaques dans le suivi des patients opérés pour ischémie critique des membres inférieurs, est très supérieure à celle observée dans les cas de chirurgie carotidienne ou de l'aorte abdominale (âge plus avancé, facteurs de risque cardiovasculaire multiples. V. Stratégiediagnostique et de prise en charge du patient polyathéromateux A. Evaluationdes risques liés aux différentes localisations : 1. L'appréciationdu risque cardiaque et particulièrement coronarien a. aboutità l'identification de trois situations : - contre-indicationchirurgicale car risque trop élevé; - traitementpréalable de lésions coronaires; - préparationmédicale et monitorage cardiaque peropératoire b. Lebilan préopératoire : - Evaluationcoronarienne : lorsque le patient a desantécédents coronariens(infarctus du myocarde, angor) ou qu'il présente une symptomatologie angineuse, l'exploration du réseau coronarien par examen coronarographique s'impose; @ l'existencede lésions à risque caractérisé (tritronculaires, tronc commun ou artère interventriculaire antérieure proximale) conduit souvent à leur traitement soit par pontages aorto-coronariens soit par angioplastie transcutanée (ATC) ; @ l'existencede lésions d'aspect significativement serré, doit entraîner l'évaluation de leur potentiel ischémiant (tests non invasifs). » électrocardiogramme à l'effort (ergométrie) plus ou moins couplé à une scintigraphie myocardique au thallium, » échocardiographiede stress (sous stimulation myocardique par Dobutamine). lorsque le patient estasymptomatique, il est important de rechercher des lésions coronaires à risque car serrées et situées sur les secteurs proximaux voir sur le tronc commun de l'artère coronaire gauche; la recherche de l'ischémie sera effectuée par des examens non invasifs ; Cette recherche sera complétée en cas de positivité par une coronarographie. - danstous les cas l'évaluation de lafonction cardiaque particulièrement ventriculaire gauche se fera par échocardiographie et la viabilité du myocarde vascularisé par les
artères sténosées pourra être déterminée par des techniques isotopiques ou par échocardiographie de stress. b. Evaluationdu risque cérébral la recherche de lésions carotidiennes est effectuée par examen échographique et doppler des troncs artériels supra-aortiques, éventuellement complétée par une angiographie. c. Lebilan artériel des membres inférieurs est réalisé par échographie-doppler peut éventuellement être complété par angiographie . B. Priseen charge en cas d'Anévrysme de l'Aorte Abdominale 1. Laquantification du risque cardiaque et cérébral est rendue nécessaire par leur fréquence. 2. Evaluationdu risque cérébral une recherche systématique de lésions carotidiennes doit être effectuée par examen échographique et doppler des troncs artériels supra-aortiques. 3. Lebilan artériel des membres inférieurs par échographie-doppler s'avère indispensable pour déterminer la méthodologie opératoire, compte tenu de la fréquence d'association de l'artérite des membres inférieurs.
C. Priseen charge en cas d'Artérite des membres inférieurs : 1. Laquantification du risque cardiaque comme précédemment s'impose compte tenu de la relative fréquence de l'association avec des lésions coronaires. 2. Larecherche d'un Anévrysme de l'Aorte Abdominale par échographie est habituellement effectuée, malgré la faible fréquence de cette association. 3. Larecherche de lésions carotidiennes par échographie-doppler, s'impose en présence de signes cliniques ou d'antécédents vasculaires neurologiques, transitoires ou définitifs. D. Priseen charge en cas de lésions carotidiennes : 1. Laquantification du risque cardiaque et particulièrement du risque coronarien s'impose davantage encore. 2. Larecherche d'un Anévrysme Aortique Abdominal : n'est licite que dans la population masculine de plus de 60 ans présentant desfacteurs de risques de l'athérosclérose. E. Priseen charge en cas de lésions coronaires : 1. Laquantification du risque cérébral s'impose dans les circonstances suivantes si une intervention de pontages aorto-coronariens est envisagée :  âgesupérieur à 50 ans
 présenced'un souffle carotidien  antécédentsneurologiques focaux  présenced'une autre localisation athéroscléreuse : artérite des membres inférieurs.. la prise en charge chirurgicale des deux localisations peut éventuellement être discutée. 2. Larecherche d'un anévrysme de l'Aorte Abdominale est à envisager, en absence de signes cliniques évocateurs, plus volontiers chez certains patients comme précédemment :  âgesupérieur à 60 ans  sujetsde sexe masculin, fumeurs  antécédentsd'artériopathie oblitérante des membres inférieurs  autreatteinte athéroscléreuse : carotidienne..
VI. Conclusions : Les associations lésionnelles athéromateuses sont d'autant plus riches qu'il s'agit de patients âgés et que les facteurs de risque cardiovasculaire sont nombreux. Les localisations associées qui sont le plus facilement et précocément diagnostiquées concernent plus volontiers les petits vaisseaux (artères coronaires, carotides) sur lesquels la plaque athéromateuse entraîne plus facilement un rétrécissement significatif. Les conséquences d'une ischémie aiguë dans le territoire de ces deux types d'artères étant potentiellement graves, ce sont donc ces lésions qui doivent être recherchées, particulièrement dans certaines circonstances (âge avancé, pluralité des facteurs de risque cardiovasculaire, présence de certains d'entre eux comme le diabète et le tabac réputés entraîner des lésions plus diffuses, antécédents cliniques dans les territoires concernés). Cependant la relative facilité des explorations échographiques et par doppler, permet de plus en plus souvent d'effectuer systématiquement un bilan vasculaire complet lors de la prise en charge d'une localisation de l'athérosclérose.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin