//img.uscri.be/pth/28b21cc7cb1f109185d0ccdf81e6937e80c3f81d
Cette publication est accessible gratuitement
Lire

Fiche de révision BAC Français - Fiche de lecture : Dom Juan de Molière

De
4 pages
DOM JUAN
Retrouvez la fiche de révision des études d’œuvres de Molière pour préparer votre Bac de Français.
Plan de la fiche
1. Une pièce hybride
2. Une pièce politique : pourquoi Louis XIV n’a pas condamné Molière
3. Une pièce à scandale
"Une pièce hybride
Dom Juan a choqué. Par l’audace de ses thèmes, mais également par l’hybridité de sa forme. Atypique dans la création dramatique de l’époque, elle l’est également dans l’œuvre de Molière. Dom Juan ou le festin de pierre réécrit un mythe largement mis au goût du jour par la littérature de l’époque dans une facture en rupture avec les conventions. La pièce mêle les registres, ne respecte pas la règle des unités, met en péril vraisemblance et bienséance."
Voir plus Voir moins
Nº : 91028
Plan de la îche
Fiche Cours
FRANÇAIS
Toutes séries
Etude d’œuvre : Dom Juande Molière
1. Une pièce hybride 2. Une pièce politique : pourquoi Louis XIV n’a pas condamné Molière 3. Une pièce à scandale
Une pièce hybride
LE TALENT C’EST D’AVOIR ENVIE
Dom JuanPar l’audace de ses thèmes, a choqué. Atypique dans la création dramatiquemais également par l’hybridité de sa forme. de l’époque, elle l’est également dans l’œuvre de Molière.Dom Juan ou le festin de pierreréécrit un mythe largement mis au goût du jour par la littérature de l’époque dans une facture en rupture avec les conventions. La pièce mêle les registres, ne respecte pas la règle des unités, met en péril vraisemblance et bienséance. e L’histoire « vécue » d’un certain Dom Juan Tenorio, seigneur espagnol du XVI siècle, entre en littérature grâce à la comédie espagnole du moine Tirso de Molina dans les années 1620-1630. Les spécialistes discutent pour savoir si Molière connaissait ou non l’original. Peu importe. L’histoire s’était diffusée et il ne fait pas de doute que Molière fréquentait les tragi-comédies de ses contemporains Dorimond et Villiers, toutes deux intituléesLe Festin de pierre, ainsi que les versions farcesques qu’en donnaient les Italiens. Molière complexiïe le schéma de la pièce et mêle tragique, tragi-comique, farce, merveilleux et burlesque. Le tragique est principalement incarné par les personnages d’Elvire et de Dom Louis, mais également par Dom Juan dans sa confrontation prométhéenne à l’au-delà. Tragique en effet est la situation d’Elvire, qui aime encore un Dom Juan, qui l’a séduite, enlevée et épousée, et n’en est plus aimée. Elle sait, malgré le désir qu’elle a de continuer à espérer, qu’elle n’a rien à attendre de lui. L’émotion et la passion afeurent dans son discours qui prend un tour déjà racinien. Le ton de Dom Louis n’est pas très différent, qui déplore d’avoir honte de ce qui a fait l’objet de tant de vœux, de prières et de chagrins. Mais Dom Juan, qui à bien des moments joue les metteurs en scène de ses interlocuteurs, ne laisse pas le tragique envahir la scène. D’un mot ironique ou cynique, il casse le ronement d’une prose trop belle, d’une tirade trop longue et larmoyante. Ainsi dans la scène VI de l’acte IV, quand Elvire revient le voir, chargée d’un amour épuré, détaché, qui n’a plus d’autre objet que le salut de l’homme qu’elle a chéri, Dom Juan l’interrompt en s’adressant à Sganarelle d’un «tu pleures, je pense». Il est aussi un autre tragique : celui du destin de Dom Juan, engagé dans une lutte avec Dieu, qui attire sur lui menaces et malédictions. Mais l’affrontement ne se fait pas tant dans les discours que dans une série d’actions provocatrices. Dom Juan joue cyniquement avec les paroles des autres, qui ne sont pour lui que pause et incapacité à déïer la transcendance. Ainsi la rhétorique tragique est sans cesse mise à distance et relayée par d’autres registres. La pièce puise dans une tradition tragi-comique : la scène se passe en Espagne. Les personnages défendent leur honneur et ont l’épée à eur de peau. Dom Juan est poursuivi par douze hommes armés, il rencontre Dom Carlos aux prises avec des voleurs et court à son secours. La vengeance et la mort rodent.Tout se passe comme si la menace d’un châtiment divin se doublait sans cesse de la menace d’une mort humaine pour conférer à la pièce une unité d’action et un dynamisme dramatique. Tragique et tragi-comique sont également agrémentés d’une parodie de pastorale à l’acte II, qui se déroule dans un environnement champêtre, où les paysans parlent patois en lieu et place du langage alambiqué des bergers et où le cynisme de Dom Juan et l’attitude intéressée de Charlotte font ofïce de comportements nobles sincères. La farce n’est pas non plus absente, dont Sganarelle est le parangon. Valet, il est également le bouffon d’un Dom Juan, qui à bien des moments, l’autorise, pour son plus grand plaisir, à se laisser emporter dans des déguisements, des raisonnements douteux, des gesticulations qui l’entraînent par terre. A deux reprises, à l’acte II, quand il reçoit le soufet destiné à Pierrot, et à l’acte IV, quand les laquais jouent à lui retirer son assiette, il est la cible du comique. On trouve également du burlesque dans la cohabitation des genres et des visions du monde, dans la réécriture de motifs héroïques, tel le naufrage, dans un patois de fantaisie, dans l’éloge du tabac par Sganarelle… Mais ce qui fait la particularité deDom Juanpar rapport aux autres comédies de Molière, c’est la présence d’un fantastique, qui, à partir de la ïn de l’acte III, gagne en puissance. Il apparaît d’abord dans le hochement de tête d’une statue, puis dans le déplacement de celle-ci, puis, à l’acte V, il se démultiplie : l’apparition d’une femme voilée se change en spectre, et l’enfer s’ouvre sous les pas de Dom Juan, brûlé par un feu invisible. Pièce hybride qui mêle des registres parfois antipodiques,Dom Juan est également une pièce en marge, qui ne respecte pas les unités, ni les règles de bienséance et de vraisemblance.
© Tous droits réservés Studyrama 2010 Fiche téléchargée sur www.studyrama.com
En partenariat avec :
1
Nº : 91028
Fiche Cours
FRANÇAIS
Toutes séries
LE TALENT C’EST D’AVOIR ENVIE
L’unité de lieu est d’emblée mise à mal par l’action. Dom Juan est sans cesse en partance ou en fuite : il quitte son palais pour tâcher d’enlever une belle à qui son ïancé a proposé une balade en mer. Il manque de faire naufrage et se retrouve dans un univers champêtre, dont il est obligé de fuir pour échapper à ses détracteurs. Il erre ensuite à travers la forêt jusqu’à ce qu’il tombe nez à nez avec la statue du commandeur. Seul l’acte IV se déroule entièrement dans un univers domestique. On est donc loin de l’appartement bourgeois duBourgeois Gentilhomme, deL’Avare, duMalade imaginairedu salon de Célimène où déïlent, ou petits marquis, fâcheux, médecins, importuns, notaires, vieux amis… La scène de Dom Juan déborde l’espace restreint des univers bourgeois. Ce débordement spatial suppose à lui seul l’utilisation d’une machinerie complexe. L’unité de temps n’est pas non plus respectée, qui voudrait que l’action se déroule en vingt-quatre heures. Molière fait un effort pour faire croire au spectateur que l’ensemble tient en trente-six heures, mais c’est alors la vraisemblance qui est doublement mise à mal. Celle-ci est en effet problématique. Molière met en scène des personnages français (Charlotte, Mathurine) sur une scène espagnole ; il mêle, dans un même espace-temps, personnages réels et personnages fantasmagoriques. Mais surtout, avecDom Juanporte atteinte à la règle de bienséance : son personnage est un révolté qui nie la piété ïliale,, Molière fait profession de foi hypocrite, se moque tout ensemble de la superstition et de la religion, et déïe Dieu. Ce faisant, Molière introduit le sacré sur la scène du théâtre, et ce contre toutes les règles. Il est donc aisé de comprendre pourquoi Molière a dû renoncer à jouer une pièce qui a connu un tel succès. Par contre, il l’est moins d’élucider pourquoi Louis XIV, non seulement n’a pas condamnéDom Juana au contraire renforcé son soutien à son créateur et à sa troupe., mais
Une pièce politique : pourquoi Louis XIV n’a pas condamné Molière
Molière est-il inconscient ou une fois de plus provocateur ? Contrairement aux scandales déclenchés précédemment, celui-ci n’émane plus d’une minorité qui se sent visée par la verve du dramaturge (les écrivains pourL’Ecole des femmes, les dévots pour TartuffePour autant, Louis XIV ne se départ pas du soutien qu’il accorde à), mais fait l’écho d’une opinion sans doute majoritaire. la troupe de Molière. Au contraire, l’intérêt qu’il porte au comédien se renforce et, le 14 août 1665, le roi demande à Monsieur le transfert des comédiens qui désormais lui appartiennent et se constituent en troupe du roi. A y bien regarder,Dom Juanallait tout à fait dans le sens de la politique de Louis XIV.Traumatisé par la Fronde qui a marqué son enfance, il n’a de cesse, en ce début de règne, que de mettre au pas les nobles, constante menace au pouvoir absolu du roi. Qui est Dom Juan ? Un «méchant hommegrand seigneur, tue un commandeur, enlève les ïlles du couvent pour», qui n’a ni foi ni loi, les abandonner, un mauvais maître qui entraîne son domestique sur la voie de l’errance, un parjure, un hypocrite, un mauvais payeur qui ne rembourse pas ses dettes, tente le pauvre, frappe le paysan qui l’a sauvé, désire la mort de son père, et un athée. Or, après la fronde, Louis XIV entend mettre bon ordre à ces façons de faire inconsidérées. L’année deDom Juanest l’année des « grands jours d’Auvergne », tribunaux d’exception qui jugent les hobereaux tyranniques qui traumatisent les paysans : il s’agit de condamner les exactions des membres des grandes familles qui sont persuadés de leur impunité. Louis XIV veut instaurer dans son royaume un régime de droit. Et la pièce de Molière, qui condamne à travers son personnage la conduite outrancière d’une noblesse ïère de sa toute-puissance, va dans le sens de cette politique. Le débat sur les valeurs de la noblesse se retrouve à travers les personnages de Dom Louis, de Dom Alonse et de Dom Carlos. Dom Louis incarne une noblesse d’antan, pour qui la naissance ne vaut rien, si l’honneur, le mérite et la vertu ne viennent lui donner sens. Dom Alonse, lui, représente une noblesse fougueuse, chatouilleuse, prête à tout pour défendre un honneur mis à mal. Quant à Dom Carlos, il est peut-être du côté de cette nouvelle noblesse dont la royauté prône l’avènement. Depuis Louis XIII et Richelieu, on essaie d’interdire le duel, cause d’un nombre invraisemblable de morts de par le royaume, et d’introduire d’autres formes de règlement de conit. Dom Carlos n’a de cesse que de tempérer l’ardeur de son frère, au nom certes de la dette qu’il a envers Dom Juan, son ennemi mortel qui lui a pourtant sauvé la vie ; il afïche le désir de laisser place au dialogue et à la clémence. Dom Juanatte le roi dans le sens de sa politique. Et on peut même voir un sens politique dans l’hypocrisie ïnale du personnage. La métamorphose peut paraître étrange : Dom Juan vit selon la loi qu’il s’est ïxée et refuse les barrières que les autres, société et religion, voudraient dresser contre son plaisir. A partir du moment où il est contraint d’accepter qu’un pouvoir transcendant ou immanent contrôle ses faits et gestes, il peut soit y adhérer sincèrement soit faire semblant. Comme il est méchant, il fait semblant et bascule dans l’hypocrisie. Le thème de l’hypocrisie, apparu chez Molière avecTartuffe, ne disparaît pas avec l’interdiction de celui-ci. Molière n’y renonce pas, parce que l’hypocrisie n’est pas le seul fait des dévots, mais règne partout, y compris parmi la noblesse. C’est encore une hypothèse au moment où écrit Molière, mais qui se révélera prophétie quand, à la ïn du règne de Louis XIV, les nobles teintés de conformisme répondront hypocritement au roi devenu dévot. La pièce est donc complexe, qui fait mine de servir le roi. La réalité est beaucoup plus ambiguë, puisque, d’une part, elle pressent la conséquence d’une politique de domestication d’une noblesse qui sera obligée de se conformer et, d’autre part, elle donne, sur la scène du théâtre, la parole à un libertin qui déïe morale, religion et jusqu’à l’existence de Dieu.
© Tous droits réservés Studyrama 2010 Fiche téléchargée sur www.studyrama.com
En partenariat avec :
2
Nº : 91028
Une pièce à scandale
Fiche Cours
FRANÇAIS
Toutes séries
LE TALENT C’EST D’AVOIR ENVIE
LeDom Juande Molière inspiré de Villiers, de Dorimond, est inïniment plus complexe et plus audacieux dans sa révolte. Là où celui de Dorimond est un libertin révolté, qui croit en un dieu mais entre en rébellion avec lui au nom de son individualisme et de son droit à tout connaître, celui de Molière est un athée, qui croit que «deux et deux sont quatre et quatre et quatre sont huit». Dom Juan est d’abord un vilain, un séducteur, qui ne voit le plaisir que dans la conquête et la corruption méthodique d’âmes chastes. Dom Juan a tout du roué, qui dans l’amour aime d’abord la tactique et la transgression. Il a un goût indifférencié pour toutes les femmes : l’amour n’a de saveur que dans ses commencements.Tout ce qui suit immédiatement la satisfaction du désir et la jouissance doit mourir. Et le plaisir de la conquête se prolonge en plaisir de détruire et de faire souffrir. En lisant leDom Juana toutefois le sentiment que la quête amoureuse de son héro n’est plus l’essentiel d’unMolière, on  de personnage profondément renouvelé. Et, de fait, l’épisode Elvire, séduite, enlevée du couvent, épousée puis abandonnée, a eu lieu avant le lever du rideau. Dom Juan tient sur l’amour des discours bien construits ; mais on ne le voit œuvrer qu’auprès de paysannes, proies faciles, et qu’il délaisse rapidement car poursuivi par ses détracteurs. Le sujet est ensuite évacué de la scène et ne réapparaît fugacement qu’à l’acte IV, lorsque revient une Elvire «dans le simple appareil d’une beauté arrachée» à son amour et prête à retourner au couvent. Dom Juan est un séducteur qui n’écoute que son plaisir. Mais c’est surtout un esprit fort, qui fait profession de libertinage et même d’hypocrisie. On assiste au cours de la pièce à une progression idéologique, comme si, d’une certaine façon, Molière tenait à prouver que le libertinage sentimental ne peut mener qu’au libertinage intellectuel, lequel ne manque jamais de se couronner par l’hypocrisie, comble et couronnement de tous les vices. Molière manque de complaisance envers son personnage. L’hypocrisie est chez lui présente, dès le début de la pièce. Il doit se faire menteur pour mener à bien ses conquêtes. Dans la première scène qui le met en présence d’une Done Elvire en demande d’explication, il prétend que ses scrupules ont repris le dessus et qu’il faut désormais qu’elle reprenne la place qu’elle n’aurait jamais dû quitter. Il adopte la même casuistique que Tartuffe dans la scène où il tente d’obtenir les faveurs d’Elmire. Dom Juan fait « profession » d’hypocrite. Or la profession n’est autre que le vœu du novice qui entre en religion. Dom Juan entre en fait dans une manière d’anti-église, infernale, dont Satan est le chef.
Certes Molière n’est pas complaisant envers son personnage. Mais davantage encore que l’athéisme de Dom Juan, ce qui fait scandale c’est que la défense de la religion soit prise en charge par le valet Sganarelle en des termes parfois loufoques. Ce qui retient Sganarelle auprès de son maître, ce sont ses gages (la dernière réplique le révèle) et une crainte, qui fait ofïce de zèle et de ïdélité. Sganarelle aimerait pouvoir dire librement sa pensée, et critiquer les agissements d’un maître qui ne manque jamais l’occasion de mettre à mal la morale commune. Mais la peur le retient, qui le pousse à plusieurs reprises à revenir sur des paroles qu’il aurait proférées malgré lui. Sganarelle incarne donc, face à Dom Juan l’immoraliste, la morale des gens de bien, morale bourgeoise, morale traditionnelle, qu’il chante en uncredochargé des articles nécessaires : il faut respecter le mariage et ne pas se jouer des faibles ni surtout des mystères sacrés. Il ne doute pas du châtiment qui, immanquablement punira Dom Juan de ses débordements. Sa fonction n’est cependant pas celle d’un directeur de conscience, bien qu’il aimerait parfois avoir comme son maître la force de convaincre dans des périodes bien polies. Le personnage de Sganarelle, incarné sur scène par Molière dont on connaît le talent comique, fait toujours pencher la pièce du côté de la farce.Ainsi, après la disparition de Dom Juan qui inspire à tous horreur et terreur, Sganarelle ne trouve mieux à faire qu’à se lamenter sur ses gages.Tous ses efforts apologétiques ïnissent de manière dérisoire, et Dom Juan, qui devrait en être le premier convaincu, est de fait toujours le premier à les prendre en dérision. «Voilà ton raisonnement qui a le nez cassé», dit-il à la ïn de la scène 1 de l’acte III. Face au ramassis de fatrasies de Sganarelle, qui incarne sur scène les esprits simples pour qui Dieu est accessible et même nécessaire, Dom Juan possède l’esprit supérieur de ceux qui s’accommodent d’un monde sans Dieu. La société des dévots n’est autre qu’une société crédule, perméable à l’hypocrisie. La religion, telle qu’elle apparaît dansDom Juanest donc réduite à n’être que superstition pour les uns, terrain propice à l’hypocrisie pour les autres. Dom Juan balance entre les deux, qui se sert de la crédulité des gens pour vivre quiètement.Ainsi l’élégant cynisme qui est le sien devient la suprême sagesse : Dom Juan n’est hypocrite que parce que la société l’autorise à l’être.Telle est sa morale. Quant à son système d’explication du monde, l’arithmétique, elle a, elle aussi, de quoi séduire.Dom Juanse fait l’écho des principaux e traits de la conception libertine, à la mode au XVIIdictionnaire de l’Académie de 1718 donne du libertin la déïnitionsiècle. Le suivante : «Celui qui fait profession de ne point s’assujettir aux choses de la religion.» Avant de refuser de s’assujettir aux choses de la morale et de s’inscrire dans un matérialisme qui incite à proïter des bonheurs terrestres sans souci du salut de l’âme, le libertin est d’abord celui qui ne prête foi qu’aux vérités rigoureusement démontrées ou prouvées, aspire à l’absolu des certitudes tangibles ou démontrables, et refuse toute forme d’aliénation. Dom Juan ne cesse de provoquer le ciel, de l’inviter à parler, à prouver son existence. Parce qu’il veut se mesurer à lui. La menace se fait plus forte, dont l’ensemble du personnel dramatique se fait l’écho : vengeance terrestre, incarnée par Dom Carlos et Dom Alonse, et de manière burlesque par Pierrot ; vengeance céleste que Done Elvire, Dom Louis, Sganarelle appellent de leurs vœux. Et que Dom Juan lui-même recherche. Tout se passe comme si sa fuite en avant était en réalité une quête, non de l’amour qui toujours déçoit parce qu’il meurt avec la jouissance, mais de l’obstacle qui mettra ïn à un sentiment vertigineux de toute-puissance. Dom Juan accepte. Il dit oui au commandeur, parce qu’il veut aller jusqu’au bout de sa provocation. Il n’est châtié qu’aux yeux de ceux qui raisonnent avec les catégories morales de Sganarelle. Et s’il ne se repent pas, c’est peut-être parce que sa rencontre avec le spectre et avec la statue du commandeur, qui incarne une forme de
© Tous droits réservés Studyrama 2010 Fiche téléchargée sur www.studyrama.com
En partenariat avec :
3
Nº : 91028
Fiche Cours
FRANÇAIS
Toutes séries
LE TALENT C’EST D’AVOIR ENVIE
transcendance, se situe pour lui sur un plan métaphysique et non plus moral. Ses dernières paroles : «O Ciel ! que sens-je ? Un feu invisible me brûle, je n’en puis plus et tout mon corps devient…» font porter sur le corps et les sens la reconnaissance d’un événement surnaturel. Quelques moments avant sa mort, Dom Juan cherche encore à éprouver de l’épée si l’apparition dont il entend la voix est corps ou esprit. Dom Juan est un joueur qui ne rencontre d’adversaire à sa hauteur qu’en la personne du commandeur. C’est le seul personnage de la pièce qui n’est ni ridicule ni ridiculisé. Il est méchant homme, mais doté d’une grandeur métaphysique et d’un appétit de liberté qui lui confère un grand pouvoir de séduction.
Tels sont les paradoxes d’une pièce susceptible d’une double lecture, l’une édiïante, l’autre ésotérique. Peut-on en conclure que Molière joue lui aussi les hypocrites et qu’il se sert d’une pièce qui en apparence sert le roi pour dénoncer une religion toujours susceptible de recouvrir mensonges et faussetés ? Son personnage est châtié. Politiquement, le message est clair. Mais Molière le dote d’un cynisme et d’une grandeur réelle. Sa sagesse consiste à maîtriser le jeu social et à se servir de l’hypocrisie qui le régente. Dom Juan est un grand seigneur méchant homme, mais aussi une intelligence calculatrice qui veut rendre à l’homme dignité, indépendance et goût d’explorer l’univers par la seule force de son esprit et de ses sens.
© Tous droits réservés Studyrama 2010 Fiche téléchargée sur www.studyrama.com
En partenariat avec :
4