//img.uscri.be/pth/e5943d3598e2edc60ddaaf218ceadea2095cc336
Cette publication est accessible gratuitement
Lire

Fiche de révision BAC Français - Résumé : Le Rouge et le Noir de Stendhal

De
5 pages

Retrouvez le résumé de Le Rouge et le Noir de Stendhal pour préparer votre Bac de français.

Publié par :
Ajouté le : 19 mars 2015
Lecture(s) : 235
Signaler un abus
Nº : 91030
Plan de la Iche
1. Contexte de création 2. Résumé
Contexte de création
Fiche Cours
FRANÇAIS
Toutes séries
Résumé d’œuvre : Le Rouge et le Noirde Stendhal
LE TALENT C’EST D’AVOIR ENVIE
AvecLe Rouge et le Noir, Stendhal part comme pourArmanced’un matériau qui n’est pas le sien. Ce n’est cependant plus d’une source littéraire mais journalistique qu’il s’inspire. LaGazette des tribunauxdes 28, 29, 30 et 31 décembre 1827 a en effet publié le compte-rendu de l’affaire Berthet, du nom d’un jeune homme du Dauphiné qui a tiré sur la mère des enfants dont il a été le précepteur. Stendhal s’y intéresse ainsi qu’à une autre affaire, celle de Lafargue, déjà évoquée dans lesPromenades dans Romeet, en octobre 1829, décide d’en tirer un roman qu’il appelle alorsJuliencommence la rédaction et, le 8 avril, vend son roman. Il en à l’éditeur Levavasseur pour la somme de 1 500 francs, et un tirage prévu de 1 500 exemplaires. Le livre sort en novembre 1830 avec le sous-titre « Chronique de 1830 » qui ne peut manquer pour les contemporains de faire allusion à l’actualité récente, la Révolution de mai. Le roman se divise en deux livres, l’un consacré à la vie de Julien en province à Verrières puis à Besançon (trente chapitres), et l’autre portant sur Julien depuis son arrivée à l’hôtel de la Mole (quarante-cinq chapitres). Par commodité et pour davantage de lisibilité, on divisera le résumé en cinq parties distinctes : • Verrières (chapitres I à XXIII, livre premier) • Le séminaire de Besançon (chapitres XXIV à XXX, livre premier) • L’arrivée à Paris (chapitres I à XIX, livre second) • Seconde conquête de Mathilde (chapitres XX à XXXIV, livre second) Le bonheur, enïn ? (chapitres XXXV à XXXXV, livre second).
Résumé
Verrières (livre premier, chapitres I à XXIII) Avant le début du roman, Stendhal, comme à son habitude, fait ïgurer un «Avertissement» qui souligne que le texte a été composé pendant les événements de 1830 et écrit en 1827, soit pendant l’affaire Berthet. L’histoire débute par le récit d’un promeneur qui découvre la «jolie ville au bord du DoubsVerrières, les scies à bois sur la» qu’est rivière, la fabrique des toiles peintes et surtout celle de clous qui appartient à Monsieur le maire, décrit comme un «homme à l’air affairé et importantNommé M. de Rênal, le maire possède aussi une maison aux jardins magniïques.» d’une cinquantaine d’années. Le promeneur note que la seule chose importante dans ce pays est de rapporter du revenu, malgré la beauté des lieux et de la Terrasse appelée cours de la Fidélité qui surplombe la vallée. La famille de Rênal est en promenade, et le voyageur décrit Madame de Rênal comme «une femme de trente ans, mais encore assez jolie». Les deux époux discutent de savoir s’il faut «prendre chez [eux] Sorel, le Ils du scieur de plancheset faire pendant à M.Valenod, directeur du» aïn d’en faire un précepteur pour leurs trois enfants, dépôt de mendicité et possesseur de deux beaux chevaux normands. La décision étant prise, M. de Rênal rend visite au père de Julien Sorel, qui prétend vouloir consulter son ïls avant toute décision, ce qu’il fait après l’avoir fait tomber, car Julien, juché sur la scie, lisait leMémorial de Sainte-Hélèneau lieu de surveiller la machine lorsque son père est arrivé. Julien est un «petit jeune homme de 18 à 19 ans, faible en apparence, avec des traits irréguliers, mais délicats, et un nez aquilindéteste ses frères et son père à qui il fait promettre qu’il ne mangera pasne veut surtout pas être domestique, ». Il chez les Rênal avec le personnel. Le père Sorel accepte l’arrangement avec M. de Rênal et Julien, avant de se rendre à son nouvel emploi, juge «qu’il serait utile à son hypocrisie d’aller faire une station à l’église».Alors il rêve à Paris, et considère qu’il faut être prêtre, et non soldat comme aux temps de Napoléon qu’il admire tant. Dans l’église, il aperçoit des rideaux rouges sur les fenêtres et voit un morceau de papier imprimé sur les «détails de l’exécution et des derniers moments de Louis Jenrel, exécuté à Besançon» qui le font rééchir à sa propre destinée. Vient le moment de la première rencontre entre Julien et Madame de Rênal : les deux personnages sont embarrassés, Madame de Rênal par la beauté et la timidité du précepteur, et Julien par la politesse et les bonnes manières de l’épouse du maire. Il fait
© Tous droits réservés Studyrama 2010 Fiche téléchargée sur www.studyrama.com
En partenariat avec :
1
Nº : 91030
Fiche Cours
FRANÇAIS
Toutes séries
LE TALENT C’EST D’AVOIR ENVIE
l’émerveillement des enfants et de toute la maison en récitant la Bible par cœur, ce qui fait qu’ «au bout d’un mois, Monsieur de Rênal lui-même le respectaitvie chez les Rênal est assez monotone, sinon qu’Elisa, la femme de chambre de Madame de Rênal,». La est amoureuse de Julien. Madame de Rênal, seulement préoccupée par ses enfants, commence à s’intéresser au jeune précepteur, lui propose de l’argent pour son linge, ce que Julien refuse avec orgueil. La vie de celui-ci «se composait ainsi d’une suite de petites négociations ; et leur succès l’occupait beaucoup plus que le sentiment de préférence marqué qu’il n’eût tenu qu’à lui de lire dans le cœur de Madame de Rênalle mariage avec Elisa, ce qui provoque la joie de Madame de Rênal qui se demande : ». Il refuse «Aurais-je de l’amour pour Julien ?» A Vergy, dans une propriété à l’écart de Verrières où les Rênal se sont installés, Madame de Rênal, Madame Derville, une amie, et Julien passent les soirées dans le jardin. Celui-ci touche la main de Madame de Rênal par hasard. Dès lors, il se fait un devoir d’obtenir cette main. Il prend alors sa décision : «j’exécuterai ce que, pendantAu moment précis où dix heures sonneront, toute la journée, je me suis promis de faire ce soir, ou je monterai chez moi me brûler la cervelle», de façon quelque peu mélodramatique. Quand dix heures sonnent, il prend la main de Madame de Rênal et la garde ; c’est la première étape. Il s’agit maintenant de dire à Madame de Rênal qu’il l’aime… Cependant, Julien s’inquiète pour un portrait de Napoléon caché sous sa paillasse, qu’il demande à Madame de Rênal d’aller chercher et de brûler. Celle-ci, jalouse car ne sachant pas qu’il s’agit de Napoléon, s’exécute. M. de Rênal et Julien se disputent, et le précepteur réussit à obtenir une augmentation et un congé pour aller voir son ami Fouqué. Méditant debout sur un roc immense, il contemple un oiseau de proie qui décrit des cercles, se comparant lui-même à Napoléon. Il part ensuite, après avoir constaté la froideur de Madame de Rênal qu’il attribue à sa position sociale inférieure, et parvient à une grotte où il écrit ses pensées, pour une fois délivré de son hypocrisie contrôlée. Il rêve d’amour et de Paris… Parvenu chez Fouqué, il refuse d’être son associé comme marchand de bois car il se sent promis à de grandes choses, et revient ensuite à Vergy. Là, il retrouve Madame de Rênal qui s’est beaucoup inquiétée de Julien en son absence. Elle se trahit en lui prenant d’elle-même sa main ; Julien se dit alors : «Je me dois à moi-même d’être son amant.» Il élabore un plan de campagne, donne un baiser à Madame de Rênal, «rien de moins agréable et pour lui et pour elled’une grande maladresse alors qu’il croit être unjournée d’une sottise absolue, », et globalement est durant toute la don Juan. Il propose à Madame de Rênal d’aller dans sa chambre à deux heures du matin mais elle refuse, offusquée. Cependant, il décide de se rendre effectivement dans sa chambre et, «quand Julien sortit de la chambre de Madame de Rênal,quelques heures après, on eût pu dire, en style de roman, qu’il n’avait plus rien à désirer». Cependant, il reste obsédé par l’idée du devoir et ne connaît pas le bonheur, se posant même la question : «être aimé, Etre heureux, n’est-ce que ça ?» Le lendemain, Julien, «Idèle à ce qu’il appelait le devoirdans la chambre de Madame de Rênal et «», retourne trouva plus de bonheur auprès de son amie, car il songea moins constamment au rôle à jouer». Il devient amoureux et passe son temps avec sa maîtresse, malgré les difïcultés que causent les écarts de fortune entre Madame de Rênal et lui. Celle-ci fait de Julien un garde d’honneur lorsqu’un roi visite la ville de Verrières, et Julien se sent un héros, ïer sur son cheval et dans un bel uniforme. Endossant la soutane pour assister le curé Chélan, il aperçoit l’évêque d’Adge, jeune homme qui s’entraîne à donner la bénédiction, et rencontre brièvement le marquis de la Mole à qui il trouve l’air hautain et insolent. Le lendemain de la visite du roi, tout Verrières est choqué que Julien ait été propulsé garde d’honneur alors qu’il est ïls de charpentier, et l’on commence à soupçonner l’amour entre le jeune précepteur et Madame de Rênal. C’est alors que le plus jeune ïls Rênal tombe malade ; sa mère s’accuse en voulant «avouer son crime à Dieu et aux hommesjeune enfant guérit mais Madame de Rênal semble toujours obsédée par sa culpabilité. Quelques jours plus». Le tard, M. de Rênal reçoit une lettre anonyme «qui lui apprenait dans le plus grand détail ce qui se passait chez lui». Les deux amants décident alors de rédiger une fausse lettre anonyme que Madame de Rênal s’empresse de montrer à son mari en demandant le renvoi de Julien, aïn de prouver son innocence. M. de Rênal se décide, après de nombreuses tergiversations, à éloigner Julien de Vergy et à l’envoyer à Verrières. Là, Julien s’occupe du curé Chélan, est invité chez les Valenod où «tout […] était magniIque et neuf, et on lui disait le prix de chaque meuble. Mais Julien y trouvait quelque chose d’ignoble et qui sentait l’argent voléune visite de». Après Madame de Rênal à Verrières où elle retrouve Julien, le soupçon de ses amours parvient à nouveau aux oreilles de son mari, qui n’en rappelle pas moins Julien. Le jeune homme revient à Vergy où il écoute le chanteur Géronimo de passage chez les Rênal. Mais Elisa, entrée au service de M.Valenod, dévoile l’amour de son ancienne maîtresse et de Julien au curé Chélan qui exige que Julien parte sous trois jours pour le séminaire de Besançon ou chez son ami Fouqué. Julien prévient Madame de Rênal et lui promet de revenir la voir trois jours après son départ, ce qu’il fait, alors que Madame de Rênal semble s’être enfermée dans le désespoir ; enïn, Julien part pour Besançon.
Le séminaire de Besançon (livre premier, chapitres XXIV à XXX) Julien, en apercevant la citadelle de Besançon, regrette de ne pas pouvoir devenir soldat ; il entre dans un café où il fait preuve d’une extrême timidité et rencontre une jolie serveuse ; il laisse son paquet civil chez l’hôtesse de l’hôtel des Ambassadeurs et, vêtu de son habit noir de prêtre, se dirige vers le séminaire. C’est la vision d’un «enfer sur la terreconfronté» qui attend le jeune homme, à un portier terriïant et à un abbé au visage d’une laideur repoussante. Julien s’évanouit pendant que cet abbé nommé Pirard, directeur du séminaire, lit la lettre que lui adresse le curé Chélan ; une fois Julien revenu à lui, il est accepté au séminaire et choisit comme confesseur l’abbé Pirard lui-même, croyant bien faire. Mais le narrateur note que «toutes les premières démarches de notre héros qui se croyait si prudent furent, comme le choix d’un confesseur, des étourderies». Après Julien s’aperçoit qu’il estplusieurs mois, perçu comme hautain et méprisant par ses camarades, que ses succès en classe le desservent et qu’il est détesté de tous, ayant l’air de trop penser. Surnommé « Martin Luther » par les autres élèves, il est obligé de se défendre de leurs attaques. Heureusement, l’abbé Chas-Bernard, directeur des cérémonies à la cathédrale, demande à Julien de l’aider à orner l’église de Besançon pour une procession qui émeut profondément le jeune homme : «L’âme de Julien, errait dans les espacesexaltée par ces sons si mâles et si pleins,
© Tous droits réservés Studyrama 2010 Fiche téléchargée sur www.studyrama.com
En partenariat avec :
2
Nº : 91030
Fiche Cours
FRANÇAIS
Toutes séries
LE TALENT C’EST D’AVOIR ENVIE
imaginaires. Jamais il ne fera un bon prêtre, ni un grand administrateur. Les âmes qui s’émeuvent ainsi sont bonnes tout au plus à produire un artiste.ce qui le replonge dans ses pensées.» Il rencontre Madame de Rênal et Madame Derville à la ïn de la cérémonie, Peu de temps après, l’abbé Pirard le nomme répétiteur pour le Nouveau Testament, lui témoignant ainsi son attachement. Les examens sont d’abord très positifs pour Julien, qui est cependant rétrogradé ofïciellement pour trop bien connaître les poètes profanes, en réalité pour être le protégé de l’abbé Pirard. Celui-ci est effectivement victime d’une cabale visant à le faire démissionner, notamment de la part du grand vicaire M. de Frilair et de l’abbé Castanède, professeur au séminaire. La conspiration obtient le résultat escompté et l’abbé Pirard envoie Julien porter sa lettre de démission à l’évêché. L’évêque de Besançon, ravi de la conversation de Julien, lui fait don de huit volumes de Tacite. L’abbé Pirard s’en va ensuite pour Paris où il est nommé grâce au marquis de la Mole dans une cure très riche de banlieue. Il n’oublie pas Julien qu’il propose pour secrétaire au marquis de la Mole ; celui-ci accepte et Julien doit gagner la capitale. Sur le chemin de Paris, Julien emprunte une échelle et, à la tombée de la nuit, rend visite à Madame de Rênal, qui résiste d’abord puis ïnit par lui céder. Julien reste toute la journée caché chez sa maîtresse avant qu’on ne trouve ïnalement l’échelle. Julien sort par la fenêtre et décide de regagner Paris en prenant la route de Genève pour tromper d’éventuels poursuivants. C’est la ïn du livre premier. Dans la chronologie interne du roman, on est en 1828.
L’arrivée à Paris (livre second, chapitres I à XIX) Avant son arrivée à Paris, Julien assiste dans la voiture de poste à une discussion entre Saint-Giraud, un aristocrate qui souffre de vivre en Province, et l’imprimeur Falcoz, qui regrette Napoléon. Une fois dans la capitale, Julien se rend justement sur les traces de Napoléon à la Malmaison (résidence de l’Empereur) puis, le soir du troisième jour, chez l’abbé Pirard qui lui explique ce que l’on attend de lui, en quoi consiste le travail de secrétaire. Il rappelle à Julien l’histoire de la famille de la Mole, et notamment de Boniface de la Mole qui a eu la tête tranchée le 26 avril 1574 sous Charles IX. Il s’interroge sur Julien en déclarant : «Avec ce je ne sais quoi d’indéInissable, du moins pour moi, qu’il y a dans votre caractère, si vous ne faites pas fortune, vous serez persécuté ; il n’y a pas de moyen terme pour vous.» Julien, ému d’avoir trouvé un père en l’abbé Pirard, arrive devant l’hôtel de la Mole et pénètre dans les salons, «patrie du bâillement et du raisonnement tristerhabillé de pied en cap, il s’extasie sur la bibliothèque de». Présenté au marquis, puis l’hôtel de la Mole, et dîne ensuite avec le marquis et la marquise, le comte de la Mole et Mathilde, leurs deux enfants, et atténue un peu par sa brillante érudition la mauvaise impression qu’il a faite au marquis en écrivant cela avec deux « l ». Julien découvre non sans stupéfaction que tout le monde est extrêmement poli avec lui, même le jeune Norbert de la Mole, ïls du marquis, avec qui il fait du cheval. Cependant, «Julien se sentit bientôt parfaitement isolé au milieu de cette famille.Tous les usages luimalgré tant de bontés, semblaient singuliers, et il manquait à tous. Ses bévues faisaient la joie des valets de chambre». Julien apprécie cependant le marquis de la Mole, plus que sa femme et les dîners où il est obligé d’assister. Mathilde l’entend ainsi conïer à l’abbé Pirard qu’il s’ennuie mortellement à ces dîners et estime que Julien «n’est pas né à genoux». C’est pourquoi elle l’invite à rester le soir avec elle et le petit groupe d’admirateurs qui l’entourent, parmi lesquels ses prétendants aristocrates, Messieurs de Luz et de Croisenois. Le jeune secrétaire progresse dans son travail et donne satisfaction au marquis, mais continue à s’ennuyer. Suite à une méprise, il se bat en duel avec le chevalier de Beauvoisis dont il admire alors «mêlée d’unela gravité, certaine fatuité modeste«chevalier blesse Julien au bras ; ». Le enchanté de son adversaire» au départ, puis vexé de s’être battu avec le secrétaire du marquis de la Mole, il fait courir le bruit que Julien est en fait le ïls naturel d’un grand seigneur. Le marquis de la Mole, amusé, accepte la « promotion » de Julien et l’invite à fréquenter l’Opéra aïn de se défaire de ses manières provinciales qui subsistent. Peu à peu, et notamment à la faveur d’une attaque de goutte qui cloue le marquis au lit, Julien est de plus en plus apprécié de son maître qui lui offre un «habit bleuil est traité en égalavec cet habit bleu, » qu’il doit porter lorsqu’il n’est pas en service ; par le marquis pour qui il éprouve «une sorte d’attachementqui marque le mieux les bonnes relations entre le maître et son». Ce protégé est la croix que le Marquis donne à Julien après un séjour de deux mois à Londres où il «connut enIn la haute fatuité [grâce à] de jeunes seigneurs anglais qui l’initièrent». Au chapitre VIII, Mathilde est obligée de s’avouer que Julien «mais non pas d’espritmanque de légèreté, s’ennuie elle aussi dans». Elle le monde aristocratique du faubourg Saint-Germain car «elle avait le malheur d’avoir plus d’esprit que MM. De Croisenois, de Caylus, de Luz et ses autres amis». Elle demande alors à Julien de l’accompagner au bal de Madame de Retz où, dès son arrivée, elle rencontre un succès universel, sauf auprès du jeune secrétaire de son père, occupé à discuter avec un condamné à mort, le comte Altamira. Malgré ses succès, elle s’interroge : «a-t-il une raison pour que je m’ennuie moins quand j’aurai changé mon nom pour celui du marquisY de Croisenois ?» Pendant ce temps, Julien est «au comble du bonheur» de pouvoir discuter avec «son condamné à mort» de Danton et des grands hommes de la Révolution. Le lendemain, il rencontre Mathilde dans la bibliothèque ; elle est vêtu de noir, ce qui ne laisse pas d’étonner Julien. On lui explique que Mathilde porte en fait le deuil de son aïeul Boniface de la Mole. Il remarque aussi que la jeune femme semble le distinguer particulièrement des autres hommes. Il a de longues conversations avec elle, et commence à soupçonner quelque chose : «Il serait plaisant qu’elle m’aimât !remarquant la singulière beauté de Mathilde.», pense-t-il tout en Mathilde, qui trouve quant à elle chez Julien quelqu’un qui ne l’ennuie pas, compare les mérites du jeune homme et ceux de ses prétendants, envisageant avec joie une relation avec lui : «Entre Julien et moi, il n’y point de signature de contrat, point de notaire, tout est héroïque, tout sera Ils du hasard.elle ne sait pas si Julien l’aime… Pendant ce temps, Julien s’interroge de son côté en se» Seulement, demandant si l’on ne cherche pas à se moquer de lui, croyant «à Mademoiselle de la Mole la duplicité de Machiavelalors». Il reçoit une lettre de la jeune femme, «tout simplement une déclaration d’amourest-elle sincère ou» qu’il ne sait trop comment interpréter : est-ce un jeu aïn de se moquer de lui ? Après un échange de lettres, Mathilde demande à Julien de monter chez elle le soir même, ce qui le plonge dans l’angoisse : «C’est clair, on veut me perdre ou se moquer de moi, tout au moins», se dit-il. Mais il a peur d’être pris pour un lâche et, prenant toutes ses précautions, décide d’aller rendre visite à Mathilde dans sa chambre.Après une longue attente
© Tous droits réservés Studyrama 2010 Fiche téléchargée sur www.studyrama.com
En partenariat avec :
3
Nº : 91030
Fiche Cours
FRANÇAIS
Toutes séries
LE TALENT C’EST D’AVOIR ENVIE
dans le jardin, Julien se présente à la fenêtre de Mathilde à une heure du matin «fort embarrassé, il ne savait pas comment se conduire, il n’avait pas d’amour du tout». Il connaît seulement un bien éloigné du bonheur trouvé auprès de Madame debonheur d’ambition, Rênal dans cette «nuit bien singulière plutôt qu’heureuse». Le lendemain, Mathilde a «l’air sec et méchantla» et semble ne pas s’apercevoir de l’existence de Julien. Au bout de trois jours, brouille semble déïnitive et «Julien faillit devenir fou en étant obligé de s’avouer qu’il aimait Mademoiselle de la Moledans». Il veut partir le Languedoc pour voir les terres du marquis qui refuse, ayant besoin de Julien à Paris. Julien est alors fou d’amour et d’angoisse et l’avoue à Mathilde qui conçoit pour lui un profond mépris. Cependant, à l’opéra, grâce à la musique, «Mathilde fut ce soir-là comme Madame de Rênal était toujours en pensant à Julien». Celui-ci, pendant ce temps est désespéré et pense se suicider quand un éclair de génie le fait rejoindre Mathilde dans sa chambre le soir même ; le bonheur des deux amants est total. Mathilde donne à Julien tout un côté de ses cheveux et Julien se sent «au comble du bonheur». Malheureusement, le lendemain, «elle ne song[e] guère à l’amour ; ce jour-là, elle [est] lasse d’aimerse plonge à nouveau dans un noir désespoir.». Julien
Seconde conquête de Mathilde (livre second, chapitres XX à XXXIV) Julien «ne comprenait nullement le caractère de la personne singulière que le hasard venait de rendre maîtresse absolue de tout son bonheurde la Mole afïrme tout simplement à Julien qu’elle ne l’aime plus et qu’elle veut «». Mademoiselle guérir à jamais [son] petit amour-propre des idées qu’il a pu se Igurer sur [s]on compte.» Julien casse alors un vase du Japon et, dédaignant l’émotion de la mère de Mathilde, afïrme que c’est le symbole de ses sentiments pour Mathilde, brisés à jamais. Cependant, il est toujours malheureux lorsque le marquis lui dit qu’il a besoin de lui et de sa mémoire pour une mission à risque. Julien est en fait chargé de prendre en note une discussion entre divers grands personnages de la France de la Restauration ; le narrateur afïrme à ce moment du roman que «la submerge […] C’est un coupla politique […] est une pierre attachée au cou de la littérature et qui, en moins de six mois, de pistolet au milieu d’un concert» et n’en raconte pas moins la scène. Les différents personnages présents discutent des mesures à prendre pour que la France redevienne une vraie monarchie. Le marquis de la Mole afïrme qu’il faut une armée, mais, selon un autre personnage, c’est impossible sans le clergé. La discussion est inïnie et dure jusqu’à trois heures du matin. Ensuite, le marquis et Julien en rédigent un résumé et le jeune homme est chargé d’aller réciter cette «note secrète» à un haut dignitaire étranger qui n’est pas nommé. Julien s’en va, manque de se faire arrêter par l’abbé Castanède, espion des jésuites et professeur au séminaire de Besançon, mais parvient à remplir sa mission. Il est chargé d’attendre à Strasbourg la réponse que le haut dignitaire doit lui faire parvenir. Il reste là, prenant les conseils du prince Korassof qu’il avait rencontré à Londres aïn de savoir comment il peut reconquérir le cœur de Mathilde. Le prince lui afïrme qu’il faut : • voir tous les jours celle qu’il aime ; • faire la cour à une dame de sa société, mais sans passion. Ce sera Madame de Fervaques, ïlle d’un riche industriel ; • écrire des lettres passionnées à cette dernière dame. Pour ce faire, le prince conïe à Julien six volumes de lettres d’amour. Julien revient à Paris après avoir recueilli la réponse à la note secrète ; il décide de suivre les conseils du prince Korassof. Pour cela, il se rend chez le comte Altamira pour lui avouer (faussement) qu’il aime Madame de Fervaques et lui demander des conseils pour la séduire. Le comte, qui a déjà fait la cour à la maréchale de Fervaques, lui conïe des lettres qu’elle lui a écrites. Le soir, au dîner chez le marquis où est présente Mathilde et dans le salon des la Mole, il commence sa cour à la maréchale de Fervaques. Il lui fait des phrases, puis recopie sa première lettre qu’il trouve d’un ridicule consommé, allant jusqu’à s’endormir dessus. Il porte cette lettre le lendemain à la maréchale, et la retrouve le soir, lui parlant avec éloquence car, de la place où il est installé, il aperçoit les yeux de Mademoiselle de la Mole. L’ambition de Julien semble s’être évanouie. Il est tout à son amour pour Mathilde et à sa tentative de reconquête. Il écrit sa deuxième lettre en méditant amèrement sur les phrases insensées qu’il recopie : «Au milieu des plus hautes pensées sur le néant, sur la mort, sur l’inIni, etc., je ne vois qu’une peur abominable du ridiculejours, il continue», se dit-il. Pendant quinze son manège, et ïnit par être invité à dîner chez la maréchale sur qui il produit une impression positive. Mathilde en vient alors à admirer la fausseté de Julien, qu’elle entend professer les idées les plus éloignées de ce qu’il pense, avec aplomb et détermination. Elle admire aussi la physionomie du jeune homme qui est devenu un véritable dandy, extrêmement bien habillé. Madame de Fervaques quant à elle ïnit par répondre à Julien qui ne décachettera que la première lettre qu’elle lui envoie. Mathilde en aperçoit une et reproche à Julien d’être inïdèle : «moi qui suis votre épouse.Voilà ce que je ne puis souffrir […] vous m’oubliez tout à fait, » Julien, de peur de perdre Mathilde une nouvelle fois, lui répond avec froideur ; quand Mathilde découvre les lettres non décachetées de la maréchale, elle lui avoue à nouveau son amour et Julien triomphe : «à mes pieds !La voilà donc, cette orgueilleuse, » Cependant, «Julien [est] plus étonné qu’heureux» avant de se sentir «pénétré d’amour jusque dans les replis les plus intimes de son cœur» demande à Mathilde des «garanties». En effet, il ne croit pas à la constance de Mademoiselle de la Mole et refuse de lui dévoiler entièrement son cœur et l’étendue de son amour. Il se permet simplement de pleurer en entendant leMariage secretde Cimarosa à l’opéra, pendant que Mathilde, dans sa loge, pleure également. Il se compare alors à «un général qui vient de gagner à demi une grande bataille«» avant de « se trahir » devant un berceau de chèvrefeuilles : Sa faiblesse fut complète. Il lui peignit avec ces couleurs vraies qu’on n’invente point l’excès de son désespoir d’alorsvenantil explique à Mathilde qu’il mentait, Se reprenant, . » contredire l’afïrmation du narrateur ! Pendant ce temps, Mathilde aime Julien et ïnit par tomber enceinte. Julien, qui a des remords envers son protecteur, porte alors au marquis une lettre de Mathilde qui lui avoue tout. Le marquis de la Mole injurie Julien, voyant tous ses espoirs d’un beau mariage pour sa ïlle s’évanouir. De peur d’être assassiné par des hommes du marquis, Julien va se confesser à l’abbé Pirard. Après de nombreuses tergiversations, le marquis donne deux terres de Languedoc à Mathilde et Julien. Mais Mathilde veut absolument se marier avec Julien et le dit à son père. Celui-ci donne «un brevet de lieutenant de hussards pour M. le Chevalier Julien Sorel de La Vernaye» malgré sa peur que Julien ne soit qu’un séducteur.
© Tous droits réservés Studyrama 2010 Fiche téléchargée sur www.studyrama.com
En partenariat avec :
4
Nº : 91030
Fiche Cours
FRANÇAIS
Toutes séries
LE TALENT C’EST D’AVOIR ENVIE
Le bonheur, enIn ? (livre second, chapitres XXXV à XXXXV) Cette peur se voit conïrmée par une lettre que le marquis reçoit où Madame de Rênal explique que Julien, «couvert par une apparence de désintéressement et par des phrases de romans, [a pour] unique objet […] de parvenir à disposer du maître de la maison et de sa fortune». La «nouvelle de sa disgrâce atteint Julien alors qu’il est dans son régiment, ivre d’ambition, et non pas de vanité». Le jeune homme décide de partir pour Verrières, sans que le roman n’explique ses motivations. Il achète des pistolets et, dans l’église «aux fenêtres voilées avec des rideaux cramoisisà deux reprises sur Madame de Rênal qui est blessée. Julien est enfermé en prison», tire et plaide coupable de tout ce dont on l’accuse. Il écrit ensuite une lettre à Mathilde où il afïrme qu’elle doit l’oublier. Le geôlier lui apprend cependant que Madame de Rênal va mieux et Julien se réjouit de cette nouvelle, ainsi que de son transfert dans «l’étage supérieur d’un donjon gothique» à Besançon. Il y reçoit la visite du curé Chélan, proche de la mort, et de son ami Fouqué qui veut tout faire pour le sauver. Plus tard, c’est Mathilde, vêtue en paysanne, qui vient le voir et, «malgré ses préventions contre Mademoiselle de la Mole, que d’ailleurs, il ne s’avouait pas bien nettement, Julien la trouva fort jolieles meilleurs avocats et rencontre». Mathilde paye l’abbé de Frilair pour qu’il sauve Julien de la mort. L’abbé est d’accord et afïrme qu’il fera tout pour sauver le jeune criminel. Julien avoue s’ennuyer auprès de Mathilde dont le dévouement excessif l’exaspère. C’est qu’il est à nouveau «éperdument amoureux» de Madame de Rênal… Celle-ci a écrit de sa main aux trente-six jurés pour que Julien soit sauvé; l’abbé de Frilair pour sa part promet à Mathilde l’acquittement de Julien grâce à la composition du jury dont il contrôle la majorité. Lorsque Julien paraît au tribunal, «il était mis fort simplement, mais avec une grâce parfaite ; ses cheveux et son fronton eût dit ce jour-là qu’il n’avait pas vingt ans ; étaient charmants». Il prononce un discours pour afïrmer qu’il est «un paysan qui s’est révolté contre la bassesse de sa fortune» et qu’il ne sera pas jugé par ses pairs mais par «des bourgeois indignésMathilde, cachée». Le jury délibère et condamne Julien à mort. derrière un pilier de la salle du tribunal, laisse échapper un cri et Julien est emmené dans une chambre destinée aux condamnés à mort où il médite sur son sort : «Moi seul, je sais ce que j’aurais pu faire… Pour les autres, je ne suis tout au plus qu’un peut-être.» Le lendemain du jugement, il trouve Madame de Rênal à son chevet lorsqu’il se réveille. Elle lui demande de faire appel et promet de venir le voir pendant les deux mois avant l’exécution de la sentence tous les jours. Julien lui avoue : «Sache que je t’ai toujours aimée, que je n’ai aimé que toi«» et dit de Mathilde : C’est ma femme, mais ce n’est pas ma maîtresse.» Pendant les trois jours où Madame de Rênal reste à Besançon avant qu’elle ne soit rappelée par son mari, Julien est heureux. Il ne supporte de voir ni Mathilde ni Fouqué ; à son père qui est venu le voir, il parle d’argent pour se défaire de lui ; il médite sur la mort. Lorsque Madame de Rênal revient, il est pris d’un «amour effrénétué en duel pour défendre l’honneur de». On apprend en passant la mort du marquis de Croisenois, Mathilde. Mais Julien goûte dans sa prison «une insouciance et douce gaieté«» déclarant à Madame de Rênal : Je serais mort sans connaître le bonheur, si vous n’étiez venu me voir dans cette prison.» Le jour de l’exécution, «un beau soleil réjoui[t] la naturemeurt avec bravoure. Fouquéne manque pas de courage, », et Julien, qui rachète la dépouille de Julien et Mathilde vient la chercher pour l’enterrer en grandes pompes. Quant à Madame de Rênal, «elle fut Idèle à sa promesse. Elle ne chercha en aucune manière à attenter à sa vie ; mais, trois jours après Julien, elle mourut en embrassant ses enfants».
© Tous droits réservés Studyrama 2010 Fiche téléchargée sur www.studyrama.com
En partenariat avec :
5