Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

1er cycle PCEM2 MB7 Parasitologie M2 Pathogénie des mycoses

De
3 pages
Niveau: Elémentaire, GS, CP, CE1

  • exposé


1er cycle – PCEM2 – MB7 – Parasitologie – M2 – Pathogénie des mycoses 2007-2008 1 P. RISPAIL - Février 2008 Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes PATHOGÉNIE DES MYCOSES 1. Les Champignons et l'environnement humain Les Champignons vivent dans tous les milieux : ubiquistes, ils sont pour la plupart terricoles (matières organiques), saprobiontes des végétaux, des animaux et de l'Homme. Nombreux sont les symbiontes (Ex : Lichens, mycorhizes) et rares les parasites obligatoi- res. Les Champignons exosaprobiontes (Ex : Asper- gillus, certains Dermatophytes, ....) sont, avec le concours d'autres organismes, des « décomposeurs » de substances comme les amidons, celluloses, ligni- nes, chitines et kératines. Ils puisent dans les matières organiques en décomposition les éléments nécessaires à leur croissance et leur multiplication, et contribuent à réinsérer de nombreux constituants dans les cycles biologiques. Leurs synthèses protoplasmiques partici- pent également au stock organique du sol. Aussi, les Champignons sont-ils de puissants agents dans la formation de l'humus et leur rôle est fondamental dans l'économie globale tellurique. Leurs spores, très nombreuses, de petite taille (2 à 15 µm), et dotées d'une longévité de plusieurs années, se trouvent dis- persées dans tous les milieux. C'est dire qu'elles arri- vent aisément au contact de l'organisme humain.

  • importance de l'infestation fongique

  • sécrétion d'enzymes protéolytiques et de substances toxiques pour les cellules environnantes

  • mycoses

  • rupture de la barrière cutanéo

  • champignon

  • dissé- mination de proche en proche

  • tissus profonds

  • défenses cellulaires


Voir plus Voir moins
er 1 cycle– PCEM2 – MB7 – Parasitologie– M2– Pathogénie des mycoses
2007-2008
PATHOGÉNIE DES MYCOSES variés avec les autres organismes, en particulier terri-1. Les Champignons et l'environnement coles (compétition nutritive, production d'antibioti-humain ques). Leur «agressivité »vis-à-vis de l'Homme est faible, et résulte d'une opportunité.  LesChampignons vivent dans tous les milieux :  Parcontre, très rares sont les espèces qui se com-ubiquistes, ils sont pour la plupart terricoles (matières portent en «parasites vrais» (quelques Dermatophy-organiques), saprobiontes des végétaux, des animaux tes), et qui ne survivent dans le milieu extérieur que et de l'Homme. Nombreux sont les symbiontes (Ex : sous forme d'éléments d'attente, principalement de Lichens, mycorhizes) et rares les parasites obligatoi-spores. Elles peuvent cependant être facilement obte-res. nues en culture à l'état saprobiontique. A titre de  LesChampignonsexosaprobiontes: (ExAsper-comparaison, bien davantage de Champignons (dits gillus,Dermatophytes, certains....) sont, avec le phytopathogènes) sont parasites obligatoires des concours d'autres organismes, des «décomposeurs » tissus végétaux (ergot de Seigle, oïdiums, ...). de substances comme les amidons, celluloses, ligni- Enfait, l'Homme héberge normalement des nes, chitines et kératines. Ils puisent dans les matières Champignons à l'état saprobiontique. Il est également organiques en décomposition les éléments nécessaires exposé à des contacts continuels avec des spores qui à leur croissance et leur multiplication, et contribuent peuvent pénétrer par ingestion, inhalation ou à l'occa-à réinsérer de nombreux constituants dans les cycles sion d'une effraction cutanéo-muqueuse. Dans l'im-biologiques. Leurs synthèses protoplasmiques partici-mense majorité des cas, l'organisme sain les élimine pent également au stock organique du sol. Aussi, les d'emblée ou tolère une relation transitoire et inoffen-Champignons sont-ils de puissants agents dans la sive avec elles. En effet, à la différence, entre autres, formation de l'humus et leur rôle est fondamental des Virus et des «Protozoaires »et «Helminthes » dans l'économie globale tellurique. Leurs spores, très parasites, les Champignons, à l'exception de certains nombreuses, de petite taille (2 à 15 m), et dotées phytopathogènes et de quelques Dermatophytes, d'une longévité de plusieurs années, se trouvent dis-n'ont aucune obligation de colonisation d'une autre persées dans tous les milieux. C'est dire qu'elles arri-cellule ou d'un autre organisme pour assurer leur vent aisément au contact de l'organisme humain. survie et/ou leur reproduction. Au contraire, ces  Lesépisaprobiontes (Ex: certainsCandida,Pity-conditions de « piégeage » leur sont défavorables. rosporum, quelquesTrichosporon) vivent habituellement  L’«agressivité »des Champignons vis-à-vis de en nombre réduit sur la peau humaine. l'Homme n'est qu'apparente. Elle nécessite une op- Lesendosaprobiontespour biotope la lu- ont portunité d'infestation, un équipement enzymatique mière du tube digestif (Ex :Candida albicans). efficace (et indispensable à la survie du Champignon chez un hôte vivant) et la permissivité des défenses de l’hôte contre le Champignon. Dans des conditions 2. Les Champignons et l'Homme locales favorables de température et d'humidité, les spores sont susceptibles de germer. Normalement  Enmédecine humaine, les Champignons sont s'instaure un équilibre entre d'une part les barrières impliqués dans diverses pathologies. - 1)les mycétis-cutanéo-muqueuses et les défenses immunitaires, et mes, intoxications dues à l'ingestion de certaines d'autre part l'aptitude du Champignon à se fixer espèces (Ex. mycétisme phalloïdien, muscarinien,...); -(phénomènes d'adhérence), puis à produire un thalle 2)les mycotoxicoses,intoxications dues à des méta-invasif (avec élaboration d'enzymes, de toxines et bolites introduits dans les aliments par l' envahisse-d'antibiotiques). Le développement d'une mycose est ment de Moisissures (Ex : aflatoxine produite par donc lié à la rupture de cet équilibre à l'occasion d'une Aspergillus flavusprésent sur les arachides, co-facteur baisse de la résistance locale et/ou générale de l'hôte. du cancer primitif du foie en Afrique); - 3) les syn-La gravité et l'extension de la mycose aux tissus pro-dromes allergiques d'origine fongique, essentiellement fonds dépendent à la fois du potentiel du Champi-respiratoires et cutanés; - 4)les mycoses, causées par gnon à survivre en tant que «parasite »et de l'am-un Champignon à l'état « parasitaire ». pleur de l'affaiblissement des défenses de l'hôte.  Lesmycosesdonc liées au développement sont L'existence et l'importance de l'infestation fongique d'un, voire de plusieurs Champignons au niveau des sont donc en étroite relation avec l'état préexistant du muqueuses, de la peau, des phanères ou des tissus terrain sous-jacent, autrement dit avec le niveau des profonds. défenses antixéniques de l’hôte potentiel.  Nombreusessont les espèces «potentielle-ment pathogènes »dont les états végétatifs et repro-ductifs contractent dans l'environnement des rapports
Février 2008 P. RISPAIL -p-rispail@chu-montpellier.fr
1
Faculté de Médecine Montellier-Nîmes
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin