La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Mise en page 1

36 pages
  • mémoire - matière potentielle : proximité
  • mémoire - matière potentielle : l' hôpital
  • mémoire - matière potentielle : labellisés
  • mémoire
  • cours - matière potentielle : réalisation au havre
  • mémoire - matière potentielle : du ch
  • mémoire - matière potentielle : dans les domaines
Le magazine de La Renaissance Sanitaire A c t u a l i t é s E n j e u x C o m p é t e n c e s I n i t i a t i v e s Hôpital La Musse Samsah Hôpital Villiers Saint Denis Accueil de jour Alzheimer Centre d'appareillage Regards N°12 décembre 2011
  • patient diabétique
  • patients diabétiques
  • prise en charge des troubles psycho
  • équipes multidisciplinaires du pôle
  • santé en gériatrie
  • service de gériatrie clas- sique
  • prise en charge exceptionnelle
  • soins de ville
  • hôpitaux
  • hôpital
  • maladies
  • maladie
  • projet
  • projets
Voir plus Voir moins

Le magazine
de La Renaissance Sanitaire
Regards
N°12 décembre 2011
A c t u a l i t é s
E n j e u x
C o m p é t e n c e s
I n i t i a t i v e s
Hôpital La Musse
Samsah
Hôpital Villiers Saint Denis
Accueil de jour Alzheimer
Centre d’appareillageés e
e e e a E
ath rin Dr ictor
PALLADI HE LI I
Pr id nt
Dir ct ur d l CM
C e e V
TC FF V OT
a c t u a l i t é s
La direction
Maladie d’Alzheimer
de La Renaissance Sanitaire Inauguration de l’accueil de jour et de l’unité
La fondation La Renaissance Sanitaire est dotée cognitivo-comportementale de Villiers Saint Denis . . . . . . . . .p. 4
d’un conseil d’administration composé de douze membres,
dont un membre représentant le ministre de l’Intérieur. Soins de suite polyvalents gériatriques
Ses deux hôpitaux sont dirigés chacun par un directeur Ouverture d’une unité cognitivo-comportementale
assisté d’une conférence médicale d’établissement (CME). à l’hôpital La Musse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .p. 7
Le diabète et ses complications podologiques
Mercredi 25 mai 2011:
Le conseil d’administration une journée dédiée et quelle journée! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .p. 10
Association des infirmiers de rééducation et de réadaptation
es29 journées d’étude . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .p. 12Président
Didier GABORIAUD
Président de la FMP Mutualité francilienne
c o m p é t e n c e s
Unité de neurologie de l’hôpital La Musse
Vice-président Cinquante-six lits dédiés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .p. 14
René DURAn D
Le parapente chez les personnes amputées de brasAdministrateur du comité départemental de Seine-Saint-Denis
de l’Association pour adultes et jeunes handicapés (APAJH) Expérimentation d’une barre de pilotage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .p. 18
et de l’association Vivre autrement
Témoignage
Elena Halosta Rodica, kinésithérapeute roumaine
à l’hôpital Villiers Saint Denis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .p. 19
Secrétaire
GéodeRené VAn DAMME
Prix Acticlan 2011 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .p. 20Désigné par la FMP Mutualité francilienne
e n j e u x
ObjectifTrésorier
Paul DEVROEDT Certification V3 à l’automne 2012 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .p. 21
Administrateur de la FMP Mutualité francilienne
Certificat(ion)
Copie de rentrée pour l’hôpital Villiers Saint Denis . . . . . . . .p. 23
La volonté du Clin
Administrateurs « Que les bonnes pratiques soient appliquées par tous » . .p. 24
Pr Gérard DUBOIS, chef du service Évaluation médicale au CHU d’Amiens
Dr Magali GUICHARDOn, médecin gériatre
i n i t i a t i v e sMarie-France CARABIn, désignée par la FMP Mutualité francilienne
Didier POITEVIn EAU, désigné par la FMP Mutualité francilienne La Wifi opérationnelle à l’hôpital Villiers Saint Denis
Jean-Claude MAIRET, désigné par la FMP Mutualité francilienne Politique de soins performante
Jean-Michel MEHnERT, préfet honoraire, représentant le ministre de l’Intérieur et amélioration du confort des usagers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .p. 26
Bernard VIALLATOUX, vice-président de la FMP
Hôpital Villiers Saint Denis
L’unité centrale de fauteuils roulants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .p. 28
Hôpital Villiers Saint Denis (02)
Faits marquants
Président Hôpital Villiers Saint Denis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .p. 30
de la CME
Directeur Dr Jean-François Hôpital La Musse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .p. 32
BOUTELEUXAlexandre LEROUX
Hôpital La Musse (27) La Renaissance Sanitaire
adhère à EcoFolio
pour le recyclage
des papiers Imprimé sur un papier FSC
www.ecofolio.fr www.fsc.org
Directeur de publication: Didier Gaboriaud Rédacteurs en chef: René Durand, René Vandamme,
Catherine Toublanc Photos: Denis Châtelain, Dominique Guibourg, Marie-Claude Pannetier
e
Conception maquette: Héral Imprimerie de Champagne Dépôt légal 4 trimestre 2011.
2 L A R E n A i S S A n C E S A n i T A i R E • N ° 1 2 - d é c e m b r e 2 0 1 1é d i t o r i a l
e projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2012, actuellement
discuté par le Parlement, s’inscrit dans la stratégie gouvernementale deLréduction du déficit public, dans un contexte national et européen de
forte contrainte de la dépense publique.
L’amélioration de l’efficience du système de soins, et en particulier les perfor-
mances de l’hôpital, doivent notamment contribuer à la réalisation de cet objec-
tif. Énième réforme, énièmes mesures pour juguler le déficit abyssal de
l’Assurance maladie dont les recettes sont insuffisantes? La baisse attendue des
dépenses sera-t-elle équitablement répartie? La qualité des prestations de soins
sera-t-elle préservée ? Que d’interrogations auxquelles il faudra répondre pour
rompre l’inacceptable logique de déficit !
eL’évaluation des pratiques professionnelles (EPP), volet renforcé de la 3 itéra-
tion de la certification réalisée par la Haute Autorité de santé (HAS) – en cours
dans tous les établissements de santé – participe de cette recherche de perfor-
mance. Ces EPP s’intéressent en particulier à la pertinence des pratiques soi-
gnantes et médicales.
Cela doit aussi être relié avec « l’évolution » des soins de ville souhaitée par les
pouvoirs publics. Ainsi, par exemple, un avenant à la convention nationale des
masseurs-kinésithérapeutes, signé le 3 novembre 2011 par la Fédération fran-
çaise des masseurs-kinésithérapeutes rééducateurs (FFMKR) et l’Union natio-
nale des caisses d’assurance maladie (Uncam), prévoit l’expérimentation d’un
programme d’accompagnement de retour à domicile des patients après inter-
ventions orthopédiques. L’objectif est d’assurer la prise en charge de la réédu-
cation de ces patients par les masseurs-kinésithérapeutes libéraux au lieu de
recourir à des services de soins de suite et de réadaptation (SSR), lorsqu’une
hospitalisation n’est pas nécessaire. Un dispositif de mise sous accord préalable
des établissements de SSR sera donc mis en place afin de contrôler le respect
des référentiels de la HAS.
Il s’agit selon les termes de la HAS, chargée depuis 2008 d’une mission natio-
nale d’évaluation médico-économique, de « mettre la qualité au cœur des choix
collectifs en santé » et « d’agir pour une gestion active du panier de biens et de ser-
vices remboursables ».
La recherche d’efficience et de pertinence indispensable est une préoccupation
quotidienne des professionnels de nos établissements, quels que soient le
domaine d’activité et les fonctions exercées, médicale, soignante, administra-
tive, « support »…
C’est un challenge quotidien des équipes d’évaluer les pratiques, d’agir en
concertation avec les autres acteurs, professionnels libéraux, centres hospita-
liers, maisons de retraite, Ehpad, services d’aide et de soins à domicile, agences
régionales de santé, HAS, Assurance maladie, organismes de complémentaire
santé, représentants des usagers…, tous parties prenantes du système de santé.
Ce travail collectif est poursuivi sans relâche. Il démontrera le bien-fondé et la
singularité des soins pratiqués dans nos établissements et justifiera de la
confiance en ceux-ci.
Didier Gaboriaud
Président de La Renaissance Sanitaire
3L A R E n A i S S A n C E S A n i T A i R E • N ° 1 2 - d é c e m b r e 2 0 1 1a c t u a l i t é s Maladie d’Alzheimer
Maladie d’Alzheimer
Inauguration de l’accueil de
cognitivo-comportementale
Opérationnelles depuis le 7 février Chantal Hochet (maire de Villiers Saint ateliers de stimulation cognitive et des
pour l’unité cognitivo-comportementale Denis), accueillis par Didier Gaboriaud activités de resocialisation en groupes
(président de La Renaissance Sanitaire), homogènes ;(UCC) et le 7 mars pour l’accueil
Alexandre Leroux (directeur de l’hôpital • au stade sévère de la maladie, des acti-
de jour, ces deux nouvelles structures, Villiers Saint Denis) et le Dr Jean- vités occupationnelles avec des ateliers
spécifiquement adaptées à la prise en François Bouteleux (président de la de réminiscence et un répit pour les
conférence médicale d’établissement). aidants familiaux.charge de patients atteints de la maladie
L’UCC, d’une capacité de 15 à 18 lits, L’objectif est ici :
d’Alzheimer ou de pathologies est parfaitement conforme au cahier des • de maintenir les capacités fonctionnelles
apparentées, ont été officiellement charges du plan Alzheimer 2008-2012, existantes pour les actes essentiels;
grâce à une architecture appropriée et à • de stimuler les fonctions cognitives ;inaugurées le 30 juin 2011, au sein du
une équipe soignante spécialisée. Elle • de rétablir la socialisation et de lutter
pôle gériatrie pneumologie cardiologie. est principalement adaptée à la prise en contre la dépendance ;
charge des troubles psycho-comporte- • de proposer une prise en charge psy-
ette cérémonie s’est déroulée en mentaux, à la réadaptation thérapeu- chothérapeutique ;
présence de Christophe Jacquinet tique des malades Alzheimer et à la ges- • d’offrir une structure de proximité.C(directeur de l’agence régionale tion des situations de crise. L’ensemble de ce dispositif permet :
de santé [ARS] de Picardie), de Régis L’accueil de jour, avec ses 10 places et • d’assurer un soutien et un suivi des per-
Elbez (sous-préfet de Château-Thierry), une place d’accueil de nuit, s’inscrit sonnes âgées malades et dépendantes afin
d’Isabelle Vasseur (député de l’Aisne), dans l’arsenal thérapeutique en propo- de prolonger leur maintien à domicile;
de Georges Fourré (conseiller général sant aux patients : • de lutter contre l’isolement ;
du canton de Charly-sur-Marne) et de • au stade modéré de leur maladie, des • d’offrir un répit pour l’entourage épuisé;
De gauche à droite:
Chantal Hochet
Christophe Jacquinet
(désormais directeur
de l’ARS Rhône-Alpes),
Isabelle Vasseur,
Georges Fourré,
Didier Gaboriaud
et Alexandre Leroux
4 L A R E n A i S S A n C E S A n i T A i R E • N ° 1 2 - d é c e m b r e 2 0 1 1a c t u a l i t é sMaladie d’Alzheimer

jour et de l’unité
de Villiers Saint Denis
• de mieux informer les personnes âgées,
leurs familles et les aidants;
• d’anticiper avec eux un projet de vie.
Ces deux nouvelles structures sont les
rouages de la filière gériatrique du terri-
toire du sud de l’Aisne et viennent s’ar-
ticuler avec la consultation mémoire de
l’hôpital Villiers Saint Denis, ouverte en
2003 et labellisée au sein du réseau
mémoire Picard en 2007. Ces consulta-
tions ont pour vocation le dépistage des
syndromes démentiels, le diagnostic de
la pathologie responsable des troubles
cognitifs, la mise en place de projets de
soins et de suivi.
La journée d’inauguration a pu mettre
en évidence la qualité de la prise en
charge de l’équipe pluridisciplinaire.
Cette dernière s’articule autour de com-
pétences multiples et essentielles dans
la prise en charge de la personne âgée
souffrant de la maladie d’Alzheimer
(médecins, ergothérapeutes, psycho-
logue, neuropsychologue, secrétaires
médicales, infirmiers, agents de soins et
d’animation, aides-soignants, aides
médico-psychologiques [voir encadré
p. 9], agents de services hospitaliers,
assistante sociale, secrétaire sociale…),
sans oublier la participation active des
services « jardin » et « restauration ».
Au-delà de l’organisation même de cette
journée, ce projet n’a aussi été rendu
possible qu’avec toute la participation
des services administratifs, logistiques et
techniques de l’établissement.
C’est un personnel motivé qui, avec un
plaisir affiché, a pu mettre en valeur son
travail au sein de ces nouvelles struc-
tures, à travers la présentation des locaux,
des outils de prise en charge et d’évalua-
tion, des différents types d’animation…
Ces visites guidées ont permis un
échange professionnel et convivial avec
les collègues de l’établissement, ainsi
qu’avec les partenaires extérieurs pré-
L A R E n A i S S A n C E S A n i T A i R E • N ° 1 2 - d é c e m b r e 2 0 1 1 5a c t u a l i t é s Maladie d’Alzheimer
sents à cette occasion (services à domi-
cile [SAD], services de soins infirmiers
à domicile [Siad], établissements pour
personnes âgées dépendantes [Ehpad],
centre local d’information et de coordi-
nation [Clic], professionnels du libéral
et des centres hospitaliers, associations,
donateurs…).
Ainsi, l’accueil de jour et l’UCC sont
bien l’aboutissement du travail de l’en-
semble d’une équipe pluridisciplinaire,
profondément motivée et accompagnée
dans son quotidien par un encadrement
dynamique (Christelle Delatour, coordi-
natrice socio-administrative ; Patricia
Jamin Luckzinski, cadre infirmier supé-
rieur ; Sylvie Weisz, cadre de santé en
gériatrie), au sein d’un pôle impliqué
dans l’aboutissement des différents pro-
jets (palliatifs, réhabilitation respira-
toire…) et travaillant en toute complé-
mentarité.
Cette équipe doit continuer de relever
l’enjeu considérable du nombre crois-
sant de malades Alzheimer (200 000 à
230 000 nouveaux cas par an).
Dr Guy Schneider
Hôpital Villiers Saint Denis
Présentation
de l’accueil de jour
et de l’UCC
par le Dr Guy
Schneider, chef
du pôle gériatrie
pneumologie
cardiologie
Réseau mémoire Journée mondiale Plan Alzheimer
de Picardie Alzheimer 2008-2012
Le réseau mémoire de Picardie est constitué La journée mondiale dédiée à la maladie La maladie d’Alzheimer touche aujourd’hui
actuellement de cinq centres mémoire d’Alzheimer est un moment de mobilisation environ 800 000 personnes en France.
labellisés, situés aux centres hospitaliers internationale organisé chaque 21 septembre La maladie d’Alzheimer et les maladies
de Saint-Quentin, Soissons, Compiègne, pour améliorer la vie des personnes malades apparentées progressent inexorablement
Beauvais et au CHU d’Amiens qui en est et de leurs aidants. avec l’âge: à partir de 85 ans, une femme
le centre de référence. sur 4 et un homme sur 5 sont touchés.Les équipes de Villiers Saint Denis
Le maillage du territoire picard a vu ont réalisé un film intitulé « Une journée Face à ce triple défi scientifique, médical
l’ouverture de consultations mémoire à l’accueil de jour » qu’ils ont présenté et social, le président de la République a lancé
erde proximité. à cette occasion. le 1 février 2008 le plan Alzheimer 2008-2012
doté de moyens spécifiques. La consultation mémoire de l’hôpital Villiers Le film est en ligne sur le site
Saint Denis dépend du centre mémoire de La Renaissance Sanitaire: Il représente un effort cumulé de 1,6 milliard
du CH de Soissons. www.larenaissancesanitaire.fr d’euros, financé par l’État et l’Assurance
maladie.Rendez-vous tous les jours de 8h30 à 17h00
Tél.: 03 23 70 75 80 Centré sur la personne malade et sa famille,
03 23 70 74 80 il a pour objectif de fournir un effort sans
précédent sur la recherche, de favoriser
un diagnostic plus précoce et de mieux prendre
en charge les malades et leurs aidants.
6 L A R E n A i S S A n C E S A n i T A i R E • N ° 1 2 - d é c e m b r e 2 0 1 1a c t u a l i t é sMaladie d’Alzheimer
Soins de suite polyvalents gériatriques
Ouverture d’une unité
cognitivo-comportementale
à l’hôpital La Musse
L’unité cognitivo-comportementale es patients nous sont cognitives et des troubles comporte-
adressés, directement du mentaux, la nécessaire adaptation desqui s’est ouverte en mai dernier au sein « Ldomicile ou d’un établisse- traitements (anxiolytiques ou antidé-
du pôle soins de suite polyvalents ment d’hébergement pour personnes âgées presseurs, souvent prescrits pour ces
gériatriques de l’hôpital La Musse, dépendantes (Ehpad), pour difficultés de pathologies), la promotion de la prise en
prise en charge ou volonté de ménager un charge non médicamenteuse (prendresécurisée, a nécessité plusieurs mois de
répit à l’aidant familial, explique le du temps pour parler avec la personne,
travaux d’aménagement. La structure, Dr Didier Chauvin, chef de pôle à l’hô- lui tenir la main pour l’apaiser…) et le
d’une capacité de douze lits, est conçue pital La Musse qui, aux côtés de la soutien aux aidants.
direction, a porté ce projet. Parfois, à la « Aux soins “classiques” de rééducationpour s’adapter aux patients souffrant
suite d’une intervention chirurgicale (col que nous pratiquons suite à des chutes,
de troubles cognitifs (type Alzheimer et du fémur…) ou d’une hospitalisation en des accidents vasculaires cérébraux
apparentés), valides (ou temporairement médecine (chute, pneumopathie, main- (AVC), etc., nous ajoutons les soins psy-
tien à domicile impossible…). » chiques. Il nous faut, en effet, stimuler,invalides) et présentant des troubles
maintenir et, si possible, restaurer la
du comportement (agressivité, troubles Réduire les médicaments mémoire dans les domaines liés à la vie
du sommeil, agitation, hallucination, Les objectifs sont multiples. À la trilogie quotidienne : temps, espace, famille,
habituelle (soigner, éduquer, rééduquer) société. Nous devons veiller à entretenirrefus de soin…) pour des durées limitées
s’ajoutent l’évaluation des fonctions une communication orale et corporelle et
dans le temps.
Inauguration de l’unité cognitivo-
comportementale en présence de Liliane
Dabrowski, représentant l’agence régionale de
santé (au premier plan à droite)
L A R E n A i S S A n C E S A n i T A i R E • N ° 1 2 - d é c e m b r e 2 0 1 1 7a c t u a l i t é s Maladie d’Alzheimer
valoriser les capacités restantes. Nous ateliers sont prévus chaque jour et par per-
devons, enfin, par des soins corporels, faci- sonne en fonction des déficits notés et des
liter le bien-être du patient et restaurer objectifs définis par l’équipe médicale :
son image de soi face au regard des parcours psychomoteur, gymnastique, cui-
autres », précise le Dr Marie-Sophie sine, création manuelle, jeux de société…
Hervieu-Bidault, médecin de l’unité. Enfin, un soutien aux aidants est apporté
par toute l’équipe, basé sur l’écoute et la
L’espace et le temps mise à disposition d’informations ».
À prise en charge exceptionnelle, moyens L’équipe d’un service de gériatrie clas-
exceptionnels. La prise en charge des sique (infirmiers, aides-soignants, psy-
patients de l’unité cognitivo-comporte- chologue, kinésithérapeute, ergothéra-
mentale est globale et multidisciplinaire. peute et médecin) est consolidée par un
Le projet de soins s’appuie sur un bilan renfort en aides-soignants, neuropsycho-
d’entrée médical et neuro-psychologique logue, psychomotricien (voir encadré).
et la mise en œuvre quotidienne d’ateliers Tous bénéficient de formations adap-
de stimulation cognitive. tées : le diplôme d’« assistant en géron-
« Tout d’abord, les soins de base et de tologie » (140 heures de formation en
Plan Alzheimer, rééducation “classique” et les événements diplôme universitaire) sera généralisé
se déroulant tout au long de la journée, aux aides-soignants et aides médico-psy-le maillage haut-normand
sont des prétextes à mettre en place une chologiques (AMP). Des formationsL’unité cognitivo-comportementale de l’hôpital La Musse
stimulation cognitive et des essais de spécifiques Alzheimer ont débuté pourest la seconde unité de ce type créée en région Haute-n ormandie,
la première fonctionnant au CHU de Rouen. reprise d’indépendance selon les bons tous… Un groupe de parole sur le
Elle s’inscrit dans le plan Alzheimer 2008-2012 mis en place usages…, précise le Dr Didier Chauvin. modèle de ce qui existe déjà dans l’unité
par le gouvernement (voir encadré p. 6). Nous faisons appel aux capacités d’analyse voisine de soins palliatifs a été créé.
Sa création a bénéficié d’une aide budgétaire de l’agence régionale et de réflexion des patients, aux rappels Les AMP, nouveau « métier » à l’hôpital
de santé. des souvenirs. La journée se rapproche le La Musse viennent renforcer le groupe
Une troisième unité est en cours de réalisation au Havre. plus possible d’une journée type. Deux (voir encadré p. 9).
8 L A R E n A i S S A n C E S A n i T A i R E • N ° 1 2 - d é c e m b r e 2 0 1 1a c t u a l i t é sMaladie d’Alzheimer
Deux nouvelles formationsComme à la maison Et après?
À l’occasion de l’ouverture de l’unité cognitivo-comportementale,L’originalité du dispositif réside égale- Enfin, au terme de la période d’hospita-
deux nouveaux métiers sont apparus à l’hôpital La Musse.ment dans l’organisation de l’unité. La lisation, la préparation du projet de sor-
plupart des cloisons ont été abattues tie et du projet de vie s’appuie sur un L’assistant en soins gérontologiques
pour former un lieu de vie disposant bilan social systématique, une réévalua- Deux aides-soignants ont été formés et d’autres bénéficieront
très prochainement de cet enseignement qui prévoit 140 heures d’un parcours de déambulation, indis- tion neuropsychologique et un accom-
de formation réparties sur vingt jours pendant deux mois et demi pensable pour apaiser les patients souf- pagnement de l’aidant ou de l’équipe
et dont le contenu s’appuie sur l’expérience de chacun et permet
frant de troubles cognitifs. L’endroit dis- d’Ehpad chargée d’accueillir le patient,
de travailler sur des concepts tels que l’émotion, le regard, l’écoute,
pose, à l’image de ce qui existe dans une afin de préciser les difficultés à prévoir la valorisation, la communication ou la patience.
maison traditionnelle, d’une salle à man- et de définir les pistes de solutions.
L’aide médico-psychologique
ger, où les repas sont pris sur de petites
Deux auxiliaires de vie travaillant auparavant en foyer pour personnesDominique Guibourgtables, d’une cuisine ouverte avec un
déficientes et en Ehpad interviennent désormais dans l’unité,Hôpital La Musseplan de travail accessible et sécurisé apportant leur expérience passée enrichie de leur formation d’AMP:
pour les patients et d’un coin salon avec dix-huit mois d’enseignement pratique et de théorie pour arriver
un home cinéma. À l’entrée de l’unité, à saisir l’isolement d’une personne âgée ou handicapée et y répondre
par un accompagnement individualisé et éducatif, de réelles qualitésnon loin des salles de motricité, d’ergo-
de contact, la capacité à nouer des engagements relationnels forts thérapie et de kinésithérapie, des casiers
au travers des actes de la vie quotidienne.
permettent aux familles de laisser leurs
affaires en toute sécurité dès leur arri-
vée. Elles se présentent ainsi dans le
service sans manteau, ni sac, permettant
France Alzheimerde créer les conditions de vie d’une mai-
La section de l’Eure de l’association Alzheimer 27 est partieson. Onze chambres complètent l’unité,
prenante dans l’opération. Profitant de l’ouverture de l’unité, dont une à deux lits, car il a été observé
elle propose aux « aidants » une permanence le troisième mardi
que certains patients ont besoin de com-
de chaque mois à l’hôpital La Musse en deuxième partie
pagnie. Chaque chambre est identifiée d’après-midi, maison des usagers, pavillon 3.
par une couleur (pastel) différente. 
Tél. : 09 63 00 98 74
L A R E n A i S S A n C E S A n i T A i R E • N ° 1 2 - d é c e m b r e 2 0 1 1 9a c t u a l i t é s Diabète
Le diabète et ses complications
Mercredi 25 mai 2011:
une journée dédiée et
L’hôpital Villiers Saint Denis, hôpital trophiques des pieds amputés ou non. l’émergence du nombre croissant de
de soins de suite et de réadaptation, En tant que président de la CME, mais patients diabétiques, se formant en
aussi médecin angiologue du pôle VDA, conséquence et s’adaptant aux chan-dispose de plusieurs pôles d’expertise
à l’origine un peu et modestement de gements.
reconnus, notamment le pôle vasculaire l’histoire du diabète dans cet hôpital de Il a été alors facile pour moi de deman-
diabétologie et appareillage (VDA) soins de suite, qui a toujours su prendre der tout naturellement à mes amis les
les bonnes orientations au bon moment Prs Patrick Vexiau (chef de service àconnu depuis plus de trente ans
(Alzheimer, gériatrie, soins palliatifs, l’hôpital Saint-Louis) et Jean-François
pour la rééducation et l’appareillage neurologie, le diabète pour le pôle VDA Gautier (professeur des universités-pra-
des patients amputés. il y a plus de dix ans…), j’ai eu l’im- ticien hospitalier à l’hôpital Saint-Louis)
mense bonheur et honneur d’avoir été de prêter leur concours pour la réussite
e pôle stratégie et orientation de coopté pour être le guide de la journée assurée de cette journée en assurant
l’hôpital, la conférence médicale du 25 mai 2011. toute la partie scientifique.Ld’établissement (CME) et notre Ainsi, j’ai eu le privilège dans le discours Cette courte introduction historique était
nouvelle direction souhaitaient en début d’ouverture, de rappeler qu’il y a plus de nécessaire pour comprendre la spécificité
d’année 2011 remettre en valeur l’exper- trente ans à mon arrivée, la population actuelle, mais aussi pour expliquer le
tise et l’excellence de chacun des pôles des patients n’était faite que de patients thème d’une journée consacrée au dia-
d’hospitalisation. Ainsi pour le pôle VDA: artéritiques et tabagiques amputés à bète avec mise en valeur des compé-
• les soins locaux ; plus de 90 %. Aujourd’hui, elle est com- tences médicales et paramédicales des
• la surveillance médicale ; posée de patients diabétiques amputés équipes du pôle VDA et choix des confé-
• la rééducation et l’appareillage des ou non, porteurs de troubles trophiques renciers. Cette journée fut entièrement
patients diabétiques porteurs de troubles à plus de 60 % à flux tendu. conçue par les équipes multidisciplinaires
Vous pourriez vous poser la question : du pôle extrêmement motivées et enthou-
« pourquoi du diabète à l’hôpital Villiers siastes. Nous avons désiré mettre en
Saint Denis, dans ce beau parc, en pleine valeur le savoir-faire et le professionna-
Programme de la journée campagne, au milieu des vignes ? ». lisme de tous les acteurs entourant ces
Activité des pôles vasculaire, diabétologie et appareillage Ce n’est pas le fait d’un coup de baguette patients diabétiques, amputés ou non,
Dr Gilbert n zihou, chef du pôle vasculaire diabétologie magique. C’est une histoire faite: adressés par les grands services de diabé-
appareillage, Philippe Talbot, responsable technique
• d’expériences partagées lors de ren- tologie et de chirurgie de l’AP-HP, de la
du centre d’appareillage de Villiers Saint Denis
contres marquantes avec de grands région parisienne, de notre région de
La polypathologie des patients accueillis dans le pôle
professeurs, le Pr Roger Assan (hôpital Picardie et de Champagne-Ardenne. LaDr Quoc Phan Sy, Dr Alma Kulenovic,
Bichat), le Pr Gérard Cathelineau (hôpi- diversité des métiers et spécialités desmédecins à l’hôpital Villiers Saint Denis
tal Saint-Louis) ; intervenants illustre parfaitement cetteLa prise en charge du diabète en France
• de contacts et liens tissés avec initia- notion d’équipe nécessaire pour atteindrePr Patrick Vexiau, diabétologue à l’hôpital Saint-Louis
lement les médecins et chirurgiens les projets thérapeutiques et objectifs deKinésithérapie et diabète à l’hôpital
Frédéric Lamandé, cadre rééducateur à l’hôpital Villiers Saint Denis notamment ceux de tous les grands soins des patients: prothésistes, kinési-
Histoire naturelle d’une plaie diabétique hôpitaux parisiens (Assistance thérapeutes, rééducateurs, infirmiers, dié-
Pr Jean-François Gautier, diabétologue à l’hôpital Saint-Louis publique-Hôpitaux de Paris [AP-HP] téticiennes, assistante sociale, infirmier
Prise en charge pluridisciplinaire des complications et autres) puis locorégionaux ; d’éducation, diététicienne en éducation,
podologiques du diabète • d’un poste d’attaché à la consultation podologue-pédicure, médecins, infirmière
Dr Alma Kulenovic, n athalie Tadrist, infirmière, Marie-Claude
du pied diabétique de l’hôpital Saint- référente « plaies et cicatrisation ».
Moreno, podologue, Philippe Talbot, prothésiste, Olivier Salze,
Louis en compagnie de mon ami le Les impressions à chaud des participants,kinésithérapeute, Dr Morsli Seddiki, diabétologue, Marie-n oëlle
Dr Didier Acker, médecin podologue ; venus en très grand nombre et parfois deMourtoux, diététicienne en éducation, Marylène Dieudegard,
infirmière d’éducation à l’hôpital Villiers Saint Denis • et enfin écrite par les équipes du pôle loin, à la fin des différentes interventions
Mise au point du traitement du diabète de type 2 en 2011 VDA compétentes, présentes, multi- (cf. programme de la journée ci-contre),
Pr Jean-François GAUTIER, diabétologue à l’hôpital Saint-Louis disciplinaires, créatrices, comprenant les courriers de vifs remerciements, les
10 L A R E n A i S S A n C E S A n i T A i R E • N ° 1 2 - d é c e m b r e 2 0 1 1