Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Orléans-Tours CTPA du 16 novembre 2010 Notre compte-rendu

De
8 pages

Orléans-Tours CTPA du 16 novembre 2010 Notre compte-rendu

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 88
Signaler un abus
Orléans-Tours
CTPA du 16 novembre 2010
Notre compte-rendu
Le Recteur ouvre la séance à 14 h 40 en rappelant que cette séance remplace celle du 20 octobre où
le quorum n’était pas atteint (boycott des 3 organisations siégeant au CTPA).
Des
questions diverses
sont ajoutées à l’ordre du jour, à la demande de la FSU, de l’Unsa et du
Sgen-CFDT
:
La FSU demande le calendrier du mouvement 2011 et questionne le Recteur sur le CPRDF.
Le Recteur répond que le CAEN se réunit la semaine prochaine et que le CPRDF a été réuni en
octobre pour mettre en place des commissions qui se réuniront en décembre.
L’Unsa pose la « question récurrente » du nombre de CDI enseignants et administratifs.
Le
Sgen-CFDT
veut connaître les éventuelles modifications de la carte cible des agences
comptables (cas de Saint-Amand Montrond dans le Cher).
Suivent les
déclarations préalables
des trois organisations.
L’Unsa juge que "
le bilan de rentrée n’est pas satisfaisant
", condamne le budget 2011, souligne la
"
situation intenable des médecins scolaires
", la "
tension palpable dans les services administratifs
", le
"
surplus d'heures supplémentaires et les compléments de service excessifs
", le non remboursement de
frais de déplacement de collègues de correction ou de jury. Elle attaque la mise en échec des stagiaires,
dont 15
% ne sont pas remplacés quand ils partent en formation, dont les tuteurs sont trop souvent
absents physiquement
(souligne leur éloignement géographique); "
c’est un désastre, il faudra (penser à
une remise à plat) revoir l’ensemble du dispositif en 2011
". Elle sera vigilante sur la sectorisation des
départements. Elle demande "
des groupes de suivi, de travail ou de pilotage du rythme scolaire
". Elle
note que "
90 % des suppressions de postes touchent l'enseignement public",
et conclut sur l’abandon
des valeurs républicaines du gouvernement ainsi que sa "
frénésie de suppressions de postes
", ce qui
provoque de fortes inquiétudes sur les conditions de la prochaine rentrée.
La FSU estime que "
les documents préparatoires sur le bilan de rentrée ignorent les suppressions de
postes et ne reflètent pas la réalité, c’est un déni des conséquences de la politique gouvernementale, et
la présentation insincère de la situation est une négation du dialogue social et un non-respect du
paritarisme, une forme de mépris envers les enseignants qui rendent ce dialogue vain
".
Le
Sgen-CFDT
fait une déclaration de 4 pages dont la lecture prend un quart d’heure.
A 15 h 05, le Recteur reconnaît que la question de la formation des maîtres est une question
importante et répond aux déclarations : «
Vous avez tous insisté sur la mastérisation, mais nous
sommes très présents dans le suivi et l’accompagnement des stagiaires du 2
nd
degré. Nous avons fait
un questionnaire auprès d’eux, et nous avons des réponses à vous apporter
. »
Le Recteur reconnaît que « c
e sont les heures supplémentaires année (HSA) qui sont en nombre
important, il s’agira de tenter de réduire le pourcentage des HS, surtout en lycée
»
Au
Sgen-CFDT
qui fait un parallèle entre l’accompagnement personnalisé dans la réforme des lycées
et le destin des Itinéraires de Découverte au collège («
anéantis faute de moyens et de réelle volonté
politique de décloisonner les disciplines, de favoriser le travail en équipes interdisciplinaires, de
développer une pratique aboutissant à une production par les élèves
»), le Recteur af firme sans
sourciller que "
les DHG permettent la mise en place des IDD dans les collèges
" et que "
les IDD n’ont