Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Fabien Guillot fabien fr ESO Caen

De
3 pages
Niveau: Supérieur, Doctorat, Bac+8
  1 Fabien Guillot ESO-Caen 6590 Les frontières : paysages marqués, espaces appropriés. Une lecture des pratiques sociales et des rapports sociaux Le but de cette contribution est de proposer une lecture des pratiques sociales et des rapports sociaux à partir des paysages frontaliers. Cette contribution s'appuie sur un travail de recherche rassemblé dans une thèse de géographie1. La vie à la frontière se caractérise par des pratiques différentes et inégales. Selon le contexte, mais aussi selon le statut social des individus et groupes sociaux, une même frontière n'a pas la même signification et ne donne pas lieu aux mêmes types de pratiques. À la multiplicité des acteurs qui constituent autant de « présences » qui vivent sur cet espace périphérique correspond une pluralité des pratiques sociales de cet espace. Ce sont autant de relations différentes qui se créent le long des frontières matérialisées par le vécu des populations et par des pratiques traduisant des processus d'appropriation de l'espace, des rapports de domination, de concurrence entre les différents acteurs en présence. Tout ceci donnant lieu à la transformation des frontières, à leur marquage et à leur aménagement qui concourent à la production d'un paysage frontalier. C'est par les dimensions spatiales et temporelles de cette production que sont matérialisés pratiques et rapports sociaux. Étudier les liens qui se construisent entre ces « présences sociales » et pratiques de l'espace constitue un des moyens de comprendre la production de l'espace frontalier.

  • marquage

  • processus d'appropriation de l'espace et des pratiques sociales

  • liban

  • statut social des individus

  • essai de géographie sociale

  • pratique sociale

  • pratiques traduisant des processus d'appropriation de l'espace

  • liban illustre


Voir plus Voir moins
1
Fabien Guillot
fabien.guillot@unicaen.fr
ESO-Caen 6590
Les frontières : paysages marqués, espaces appropriés.
Une lecture des pratiques sociales et des rapports sociaux
Le but de cette contribution est de proposer une lecture des pratiques sociales et des
rapports sociaux à partir des paysages frontaliers. Cette contribution s’appuie sur un travail de
recherche rassemblé dans une thèse de géographie
1
.
La vie à la frontière se caractérise par des pratiques différentes et inégales. Selon le
contexte, mais aussi selon le statut social des individus et groupes sociaux, une même
frontière n’a pas la même signification et ne donne pas lieu aux mêmes types de pratiques. À
la multiplicité des acteurs qui constituent autant de « présences » qui vivent sur cet espace
périphérique correspond une pluralité des pratiques sociales de cet espace. Ce sont autant de
relations différentes qui se créent le long des frontières matérialisées par le vécu des
populations et par des pratiques traduisant des processus d’appropriation de l’espace, des
rapports de domination, de concurrence entre les différents acteurs en présence. Tout ceci
donnant lieu à la transformation des frontières, à leur marquage et à leur aménagement qui
concourent à la production d’un paysage frontalier. C’est par les dimensions spatiales et
temporelles de cette production que sont matérialisés pratiques et rapports sociaux.
Étudier les liens qui se construisent entre ces « présences sociales » et pratiques de
l’espace constitue un des moyens de comprendre la production de l’espace frontalier. Deux
éléments permettent d’en prendre la mesure : l’étude des marquages de l’espace frontalier qui
matérialisent les présences de différents acteurs d’une part, et d’autre part, les marquages de
l’espace frontalier qui matérialisent des processus d’appropriation de l’espace et des pratiques
sociales.
Le marquage de l’espace apparaît comme suffisamment concret et matériel, mais
aussi signifiant pour traduire les rapports entre présences humaines et espace marqué.
Par l’analyse des marquages de l’espace frontalier, on envisage ainsi que l’espace
puisse « faire sens » et devienne en quelque sorte « langage » (Ostrowetsky S., 1994). Cette
approche n’est en soi pas nouvelle ; elle a déjà été expérimentée en d’autres contextes et
occasions par différents chercheurs
2
F
.
1
Guillot Fabien, 2009, Les asymétries frontalières. Essai de géographie sociale et politique sur les pratiques sociales et les
rapports sociaux. Les cas États-Unis / Mexique, Espagne / Maroc, Israël / Liban / Palestine. Université de Caen Basse-
Normandie, Eso-Caen 6590, 497 p.
2
Voir par exemple pour les travaux récents sur ce thème, Bulot Thierry, Veschambre Vincent (2005) :
Mots, traces et
marques. Dimensions spatiale et linguistique de la mémoire urbaine
, Paris, l’Harmattan, 246 p.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin