//img.uscri.be/pth/8b69b56157d4d52f9626452e5d6e878db7fe59ba
La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Travailler en étudiant : les enjeux pour l’insertion professionnelle

De
92 pages
Un nombre de plus en plus important de jeunes travaillent en faisant des études. C’est ce que mettent en évidence plusieurs enquêtes récentes. Il apparaît en effet que près des trois quarts des étudiants ont exercé une activité rémunérée en faisant des études et un tiers d’entre eux sont des étudiants-salariés. Ainsi, dans l’enquête du CEREQ sur les jeunes sortis du système scolaire en 1998 (CEREQ, 20011), on remarque que 70% des jeunes de la génération 98 ont exercé une activité professionnelle pendant
leurs études. Les plus jeunes choisissent plutôt des petits boulots effectués pendant les vacances d’été. Après 25 ans, un étudiant sur deux exerce en un emploi tout au long de l’année. La plupart du temps, ces activités sont sans rapport direct avec les études suivies. Par ailleurs, selon une étude de l’Insee, un
tiers des étudiants ou élèves âgés de 17 à 30 ans exercent au cours de l’année, une activité rémunérée en faisant des études (Valdelièvre, 20012). Si ce phénomène est important, on en a, à ce jour, encore peu étudié ses modalités et ses effets sur le plan de l’insertion professionnelle. Pourtant, on peut s’interroger : les petits boulots jouent-ils pour les jeunes un rôle sur la manière de concevoir leur avenir professionnel, sur les représentations qu’ils ont d’eux-mêmes, sur leurs conceptions du travail et sur les projets professionnels ? Pour tenter de répondre à ces questions, nous avons choisi d’étudier la situation et les attitudes de jeunes encore dans le système éducatif et qui sont nombreux à travailler : les étudiants. Nous avons voulu cerner leurs choix d’orientation et leurs intentions en terme d’insertion en fonction des caractéristiques des expériences professionnelles rencontrées.
Voir plus Voir moins