//img.uscri.be/pth/b0a965002343749efa653ce687529ad660e09ec6
La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

PROGRAMME-SOUVENIR

56 pages
  • redaction
  • redaction - matière potentielle : cosmo
P ROGRAMM E - S O U V E N I R THÉÂTRE BELCOURT DE BA IE -DU -FEBVRE | 27 OCTOBRE 2011
  • façon exceptionnelle au développement culturel
  • sadc nicolet-bécancour
  • gens de nicolet-yamaska et du centre
  • centre-ville de nicolet
  • corporation de développement culturel de nicolet
  • métiers d'art de culture centre
  • arts visuels
  • arts visuel
  • films
  • film
  • année
  • années
Voir plus Voir moins

P R O G R A M M E - S O U V E N I R
THÉÂTRE BELCOURT DE BAIE-DU-FEBVRE | 27 OCTOBRE 20111
M OT D E L A P R É S I D E N T E D E C U LT U R E C E N T R E - D U - Q U É B EC
ROSETTE
LABERGE
eNous en sommes ce soir à la 8 édition du GalArt. C’est un grand privilège
de réunir dans ce magnifque endroit qu’est le Théâtre Belcourt des
artistes, des penseurs, des créateurs de toutes disciplines, des politiciens,
des gestionnaires culturels et des dirigeants d’entreprise, des gens qui
sont au faîte de leur carrière alors que d’autres sont au commencement,
des gens qui ont à cœur une même cause sans quoi la vie manquerait
de couleur, la culture !
À titre de présidente de Culture Centre-du-Québec, je suis heureuse
d’être associée à cet événement d’envergure dans
notre belle région, une région aux mille et un talents.
Le simple fait d’être ici confrme que nous partageons tous des
sentiments de ferté et d’attachement envers les artistes, artisans et
intervenants qui animent notre scène culturelle.
Le gala de ce soir est le prolongement naturel de cet héritage culturel
que vous enrichissez par vos talents, votre passion et votre persévérance.
Vous en avez fait la démonstration en soumettant encore cette année
une centaine de candidatures. Votre participation sans cesse croissante
confrme le dynamisme dont sait faire preuve Culture Centre-du-Québec
année après année. J’en profte pour féliciter tous les fnalistes et
célébrer à l’avance les lauréats ! Je salue également le professionnalisme
des cinq jurys qui ont délibéré et remercie nos partenaires qui rendent
possible ce gala.
Ce soir, une dimension littéraire a été ajoutée à la fête. Plusieurs artistes
vous diront, chacun à leur façon, à quel point les mots leur tiennent à
cœur. « Écrire, parce qu’il nous restera toujours les mots pour réinventer
le monde. Écrire, pour laisser sa trace. » Vous découvrirez des talents
exceptionnels tout au long de la soirée.
Au nom des administrateurs de Culture Centre-du-Québec, de la
direction et de son personnel, je vous souhaite un très bon spectacle !2
P R I X H O M M AG E 2 0 1 1
image : http://playbackonline.ca
ALANIS OBOMSAWIN
Cinéaste abénakise prolifque et reconnue documentaires et quelques fctions, traitent
internationalement, Alanis Obomsawin a d’ailleurs de ces sujets ; elle se sert de son art
contribué de façon exceptionnelle pour donner la parole aux gens des premières
au développement culturel et nations et plus spécifquement aux Abénakis.
artistique du Québec mais également Elle est souvent invitée à porter la parole des
à la reconnaissance de sa communauté. femmes et des autochtones lors d’événements
Œuvrant aussi dans les arts de la scène et les au Canada, aux États-Unis ou en Europe par
arts visuels, elle a d’abord fait de la chanson le biais de ses réalisations artistiques. Alanis
avant de centrer sa carrière en cinéma, mais Obomsawin est tellement dévouée pour cette
elle n’a jamais cessé de chanter. Depuis plus communauté, qu’en 1983, le gouvernement
de 20 ans, elle s’adonne aussi à la gravure, canadien reconnaît son dévouement au bien-
exposant ainsi au Québec et en France. Dans être des Amérindiens et sa contribution à la
tous les travaux qu’elle entreprend, Alanis préservation du patrimoine autochtone en la
Obomsawin demeure très attachée à ses faisant membre de l’Ordre du Canada dont
racines. En effet, elle revient régulièrement à elle deviendra Offcier en 2001.
Odanak pour y séjourner et participer à la vie L’implication d’Alanis Obomsawin et le
culturelle et communautaire de son peuple. rayonnement de son travail sont considérables.
Elle est un personnage important pour la Elle œuvre depuis plus de 40 ans au sein de
communauté d’Odanak, qui voit en elle une l’Offce national du flm (ONF). Elle a participé
parfaite ambassadrice de leur culture. à l’avancement du cinéma canadien en
Comme femme autochtone, elle s’intéresse prouvant, flm après flm, que sa vision et sa
particulièrement à la vie et aux préoccupations maîtrise du genre du documentaire étaient
des Premières nations. Ses 24 flms, plusieurs dignes de l’attention du public et des critiques. réalisations remis lors du Festival International Culturellement et socialement,
du flm documentaire à Madrid en mai 2010 Alanis Obomsawin se veut le
et le Prix du Gouverneur général du Canada porte-voix des préoccupations des
pour les arts de la scène en mai 2008. De plus, Premières nations et des femmes
trois prix portent le nom d’Alanis Obomsawin à travers le monde. Elle a notamment
et tous sont remis aux meilleurs documentaires remporté le Prix de contribution exceptionnelle,
présentés lors de l’ImagineNATIVE International remis par la Société canadienne de sociologie
Media Arts Festival à Toronto, le Reel Aboriginal et d’anthropologie en juin 1994, le Prix
Film Festival à Winnipeg et le Dreamspeakers spécial de reconnaissance à la contribution
Film Festival à Edmonton. exceptionnelle à l’avancement du cinéma
autochtone, remis à Edmonton en 1994 ainsi Le rayonnement de son travail et de ses
que le Grand Prix Avancement de la Femme, nombreuses implications ont permis aux gens
remis à Montréal en 2003. de Nicolet-Yamaska et du Centre-du-Québec
de mieux connaître une culture qu’ils côtoient Plusieurs autres reconnaissances ont été
et partagent à bien des égards. Devant tant accordées à cette femme d’exception, en plus
d’honneurs et d’hommages, le milieu culturel d’être reconnue par ses pairs comme étant
centricois est fer de reconnaître l’envergure l’une des plus éminentes documentaristes
exceptionnelle de cette femme unique canadiennes. Effectivement, un total de
qui, toute sa vie, a suivi ses 80 prix et mentions ont été remis à Alanis
convictions et écouté la voix de ses Obomsawin tout au long de sa carrière, dont
ancêtres. Chantre de la nation abénakise, son intronisation au Temple de la renommée
Alanis Obomsawin parle avec tendresse du cinéma et de la télévision canadienne en
d’une région que nous partageons avec elle.septembre 2010, un prix pour l’ensemble de ses 4
R E L È V E P R O F E S S IO N N E L L E
JOANNIE
BEAUDET
En tant qu’auteure jeunesse, Joannie Beaudet se plaît à écrire des histoires qui transforment
le quotidien en quelque chose de magique, fantastique, amusant et parfois touchant. Par son
écriture, elle « souhaite offrir à tous les jeunes un moyen de voyager dans leur imaginaire ».
Jusqu’à ce jour, ses histoires publiées sont celles de la collection Cosmo le dodo. C’est avec
cette collection qu’elle fait ses premiers pas dans l’édition jeunesse. Au cours des deux
dernières années, elle a défnitivement plongé dans l’univers de la
littérature jeunesse. Joannie Beaudet a touché à différentes disciplines dont l’écriture
et l’animation. Depuis 2009, elle a publié dix livres pour les enfants: sept miniromans et trois
albums. Elle a aussi participé à la conception de quatre cahiers d’activités. Toutes ces réalisations
font partie de la collection Cosmo le dodo, qui aborde le thème de l’environnement. Cette
collection publiée en français sera très bientôt traduite en quatre autres langues, soit l’anglais,
le portugais, le turk et même le slovène et sera distribuée à l’international dans au moins cinq
pays, soit le Canada (anglais), les États-Unis, le Brésil, la Turquie et la Slovénie.
En 2004, Joannie fut lauréate dans la catégorie Art de «Expo-SA T » au Cégep de Victoriaville,
pour une recherche effectuée sur les radioromans. Un an plus tard, en 2005, elle remporte la
bourse Denis-Boucher au Cégep de Victoriaville, remise à la meilleure composition littéraire.
Enfn, au printemps 2008, à la fn de son baccalauréat en communication, rédaction et
multimédia à l’Université de Sherbrooke, Joannie a été nommée « Personnalité créative du
baccalauréat », mention attribuée par l’ensemble des enseignants du programme.
Depuis 2009, elle occupe le poste de « Responsable à la rédaction de Cosmo le dodo », aux
Éditions Origo. Présentement, Joannie Beaudet travaille à de nouveaux projets d’écriture.
D’ailleurs, elle nous affrme que déjà, les idées tourbillonnent dans sa tête.5
R E L È V E P R O F E S S IO N N E L L E
CATHERINE
LAPOINTE
Native de La Tuque, en Mauricie, l’artiste les demeures délabrées, les objets oubliés,
Catherine Lapointe obtient son baccalauréat vestiges d’un temps révolu, reprennent vie
en arts plastiques de l’Université du dans des décors recréés. »
Québec de Trois-Rivières, en 2009. Cinq ans Les réalisations récentes de Catherine
auparavant, en 2005, elle avait effectué une Lapointe se divisent en deux volets. D’abord,
technique en métiers d’art (option verre) au les projets collectifs auxquels elle a participé
Cégep du Vieux Montréal. en tant que membre de l’Atelier Presse Papier,
centre d’artistes autogérés dédié à l’estampe Interpellée par la fragilité de la vie,elle pose
contemporaine. Ensuite, sa démarche person- un regard sensible sur les gens et
nelle lui a permis d’aboutir à sa première
leur histoire. Elle emprunte des souvenirs
exposition solo, « Paysages oubliés », qui s’est
– usés, effacés par le temps – pour réinventer
déroulée au printemps 2011, au CorridArt.
de nouveaux récits. Elle les transporte dans
Cette exposition sera d’ailleurs présentée en
des lieux délaissés ayant pour toile de fond le
2012 à la Société d’histoire de Drummond.
silence de l’hiver.
Depuis 2011, Catherine Lapointe occupe aussi
Pour l’artiste, « Les mots, qui se fondent à le poste d’adjointe à la direction générale et
l’image, se répètent tel un écho poétique artistique pour la Biennale internationale
relatant les départs, les absences, les d’estampe contemporaine de Trois-Rivières.
abandons. Les personnages fantomatiques, 6
R E L È V E P R O F E S S IO N N E L L E
GABRIEL
THÉRIAULT
Jeune auteur comptant trois années de pratique, Gabriel Thériault
compte déjà à son actif une bourse du Conseil des arts et des
lettres. La démarche littéraire qu’il privilégie est nourrie par son
goût pour l’histoire et par sa formation en études médiévales. De
plus, soucieux de dresser un portrait fdèle des mentalités, il tente
de recréer l’époque médiévale.
Côté genre, il cherche à plonger le lecteur au cœur de confits,
tel un spectateur des événements. Au contraire de beaucoup
de romans où la guerre est une catastrophe lointaine dont les
personnages subissent les conséquences, ses lecteurs vivent,
entre héroïsme et barbarie, le quotidien des soldats. Logistique,
tactique, poliorcétique et autres aspects plus techniques de la guerre, rarement présentés dans
la littérature, sont aussi mis en scène de manière à rendre la réalité de la guerre plus concrète.
Ses romans Les exaltés (2009) et Abîmes et souffrances (2010), bien connus dans la région, ont
fait l’objet de critiques fort élogieuses. Effectivement, la revue LURELU, consacrée à la littérature
jeunesse au Québec a produit à deux reprises, une en 2009 et l’autre en 2010, une critique
favorable et rassurante des deux romans en plus d’en recommander leur lecture. D’ailleurs, dans
le cadre de son Assemblé générale annuelle en février 2011, la Société Saint-Jean-Baptiste du
Centre-du-Québec a permis à l’auteur de présenter sa démarche littéraire à ses membres.
À l’hiver 2009, le Conseil des Arts et des Lettres du Québec accordait à Gabriel Thériault une
Bourse de la relève en indiquant que Les exaltés, de par la différence que présente son style
littéraire, pouvait contribuer au dynamisme et au renouvellement de la
littérature québécoise.7
E N GAG E M E N T
PATRICIA
BOUCHER
Patricia Boucher – alias l’artiste en arts visuels Paprika – a vécu des moments fertiles
en création et en engagement ces dernières années. Cofondatrice et présidente
(durant deux ans) de la Galerie-Boutique Manu Factum de Nicolet, elle s’est personnellement
investie dans cette heureuse aventure, à laquelle ont adhéré une cinquantaine d’artistes. Cette
caverne d’Ali baba a adopté la formule coopérative, et a fortement dynamisé le centre-ville de
Nicolet. Le démarrage de la galerie-boutique, sa gestion comptable, son aménagement intérieur
ont bien souvent empiété sur son travail d’artiste mais qu’à cela ne tienne, Paprika n’a pas
compté ses heures. Et le pari qu’elle a fait en y investissant son temps a été gagnant, puisque
Manu Factum est une réussite incontestable. Elle est très fère du travail accompli, mais ne fait
maintenant plus partie du conseil d’administration.
Elle a proposé la candidature de Manu Factum pour l’obtention de différents prix et mentions ;
fnaliste pour le concours « J’affche en français de la SSJB », reconnue par le « Déf, on recycle » de
la SADC Nicolet-Bécancour, et gagnante dans le cadre du concours québécois en entrepreneuriat
2009 dans la catégorie « Économie sociale ». De plus, Manu Factum s’est vue méritée le prix
OBNL culturel lors du GalArt 2010.
Patricia Boucher est également membre du conseil d’administration de Culture Centre-du-Québec
et de la Corporation de développement culturel de Nicolet. D’ailleurs, à titre de présidente de la
Commission des métiers d’art de Culture Centre-du-Québec, elle a contribué au développement
du projet « Artisans en la matière », projet d’envergure pour les métiers d’art centricois qui verra
le jour en 2012.8
E N GAG E M E N T
EVELYN
LOSIER
Originaire du Nouveau-Brunswick, Evelyn Losier est désormais solidement installée à
Drummondville où elle possède sa propre entreprise, Rel’Art. Artiste multidisciplinaire,
conjuguant arts visuels et poésie, elle s’inspire toujours de ses racines acadiennes.
Elle est membre de l’Association des beaux-arts du Québec, de l’Association acadienne des
artistes professionnels du Nouveau-Brunswick et du Cercle des artistes peintres et sculpteurs
du Québec.
Elle prend part à de nombreuses initiatives des scènes artistiques et communautaires. Elle est
notamment impliquée au sein de la Coopérative de Solidarité artistique de Drummondville,
de la Société culturelle et artistique de la région d’ACTON (SCARA) et du Mouvement des
Personnes d’abord (MPDA).
En 2010-2011, ses implications sont très nombreuses. Elle a, entre autres, été la présidente et
responsable du comité des activités externes à la Coop de solidarité artistique de Drummondville.
Evelyn Losier est aussi responsable de la publicité et de la sollicitation de commandites pour le
bulletin Le Courant d’Art de la Coop de solidarité artistique. Evelyn Losier a également participé
à plusieurs autres activités et événements organisés par des organismes et des organisations de
la région, dont l’AFEAS du Centre-du-Québec, la Tablée populaire de Drummondville, le Refuge
La Piaule de Drummondville, la Société canadienne de la sclérose en plaques du Centre-du-
Québec, sans oublier l’Association des personnes handicapées de Drummond.