La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

'çyc)- ETUDE SUR LES NOMS GÉNÉRIQUES PETITES PALUDINIDÉES A OPERCULE SPIRESGENT DE LA DESCRIPTION DU NOUVEAU GENRE îj/klUïiilaioiDivision HORATIA J.-R. BOURGUIGNATM, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE LA SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE FRANCE PARIS ^me ye TREMBLAY IMPRIMEUR DE LA SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE FRANCE 5, rue de l'Éperon. JANVIER 1887 ««>« ÉTUDE SUR LES NOMS GÉNÉRIQUES DES PALUDINIDÉESPETITES OPERCULE SPIRESCENTA 3o ETUDE SUR LES NOMS GÉNÉRIQUES DES PETITES PALUDINIDÉES A OPERCULE SPIRESGENT SUIVIE DE LA DESCRIPTION DU NOUVEAU GENRE HOIIATIA M. J.-R. BOURGUIGNAT SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE LA SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE FRANCE PARIS M™'' V TREMBLAY IMPRIMEUR DE LA SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE FRANCE l'Kpcron.5, rue c!e 1887JANVIER i.. ik.xuo Dernièrement, en parcourant un des volumes (an- née du Journal de conchyliologie, je tombai1878) par hasard 133) sur un article relatif à la syno"(p. nymie du genre Hydrohia et des genres voisins. directeurs ceCet article, œuvre d'un des de Jour- d'une telle faiblesse scientifique, que lenal, est désir m'a pris de rétablir la vérité, en relevant les contenues.erreurs qui sonty Dans ce but, j'ai étudié en conscience les travaux des malacologistes. Je ne dirai pas comme l'auteur de cet article : Que le genre Hydrohia a été établi sans aucune lorsqu'il été caractérisé par quatorzediagnose, a lignes diagnostiques ; Braun,Que le genre Littorinella a été défini par en lorsque cela n'est pas1842, ; Que le genre Amnicola est seulement américain, également répandu dans leslorsqu'il est Deux Mondes ; Que tous les malacologistes, Frauenfeld, Kreglin- Paladilhe, etc., ont commis une des plus exor-ger, bitantes méprises qu'on puisse signaler dans la nomenclature, en adoptant le genre Paludinella. ne finirais pas si je voulais énumérer ici toutesJe les erreurs de cet auteur, aussi faible anatomiste que malgré ses hautes prétention'»mauvais spécificateur, à l'infaillibilité. résoudre est celle-ci :La question à les vVcLIS noms génériques que l'on doitQuels sont aux différents genres de petites Paludini-attribuer opercule spirescent ?dées à Cette question est intéressante, parce que, jusqu'à s'est pas rendu un compte exactprésent, on ne de la chacun des genres que je vais passer envalidité de revue. HYDROBIA, (1821) Hydrobia a été établi par Hartmann, deLe genre peintre-naturaliste et graveur sur cuivre,Saint-Gall, 1"1821 : Dans son System der Erd-und Fluss-en (Neue Alpina, I,conchylien der Schweiz p. 258), 2" autre System der Erd-und susswas-et dans son Gasteropoden Europa's, formant la cinquièmeser dulivraison du Deutschlands Fauna. D"" Jacob Nuremberg de 1803 à 1829.Sturm, pubhé à Dans son premier Mémoire, Hartmann signale trois Espèces : 1" in FrankreichL'Hydrobia. acuta, ; 2^ L'Hydrobia tJiermarum, in den lauen Baden Pisa. C'est cette même Espèce qui a été nomméevon par notre ami Issel (MoU. Pisa, 31, 1866) Bythi-p. autre personne, ennia Saviana, et, par une 1878, thermalisTJiermhydrobia ; 3" L'Hydrobia diaphana, in Italien. presque enDans son seco.:d Mémoire, publié même temps, Hartmann, consacré qua-après avoir torze lignes 47 et aux caractères de sa nou-48)(p. velle coupe générique , énumère les formes sui- vantes : 1" Hydrohia, (comme ci-dessus);acuta 2° — vitrea; 3° — minuta. Dans la pensée de l'auteur, comprenaitce genre les petites Paludinidées à opercule spirescent et à coquille allongée-pointue : oheliskenfôrmig. Parmi les Espèces mentionnées , la première, des saumâtres;Yacuta., est eaux les autres sont flu- viatiles. Celle des eaux saumâtres est franchement allongée-aiguë; celles des eaux douces [therma- rum, diaphana, vitrea et rninuta) sont de petites coquilles ovales ou oblongues appartenant (sauf les vitrea et thermarum, qui sont des Belgrandia) à la série générique désignée sous le nom de Bythi- nella. L'acuta, seule, devrait donc conserver le nom d'Hydrobia (1). son Fis-(1) Dans fameux Manuel de conchyliologie 725). M.(p. 1''cher place en synonymie des Hydrobia : le geri'^e Liltorinella, de Braun, qui établi d'une manière1842; genre n'a jamais été 2°scientifique, ainsi qu'on le verra aux pages suivantes; les Eu- paludestrina, Tliala&sobia et Pseudopaliidinclla, qui n'ont Jamais été que des noms de sections (et non des ap]iellations généri- ques) proposés par moi et cités par Mobille (Cat. Paludesl , côtes de France, pour distinguer les différentes séries du genre1877), 3"Paludestrina; le nom de Peringia, comme celui d'une section, tandis qu'il a été créé comme nom générique — Il n'est gul:rk POSSIBLE d'accumuler EN QUELQUES LIGNES PLUS d'eRREUBS ET DE LE LES AUTEUKS.MIEUX DÉNATURER SENS DES NOMS PROPOSÉS PAR —— 8 Mais'ce nom devient impossible, parce que Leach, Miscell.), a établi, sous la ap-en 1817 (Zool. même un genre de Coléoptères pentamères de lapellation, desfamilledes Palmicornes, tribu Hydrophiliens. LKACHIA (1826) IV,Risso (Hist. nat. Europe mérid., 1826, p. 102) a proposé, sous nom de Leachia, un genre qu'ille caractérise ainsi : « Testa lenuis, allé elevata; anfraclibus tumidis, apicali ma- millalo; apertura ovala, ad dextram acuminala; sutura valde [irofunda; perilrema »tenue, perfecium, Cet auteur mentionne 4 Espèces : —La viridescens, fossés aquatiques ; —La cornea, eaux saumâtres; La vitrea,— mares ; —Et la lineolata, lieux humides. La première, Bythinella a été siqui est une (1), mal figurée (pi. sous le nom de viridis),m, fig. 35, qu'elle ressemble plutôt à une Limnée qu'à une Pa- ludinidée ; (1) Dans mon Élude synonymique (page 65) des Mollusques des Alpes-Maritimes publiés par liisso en 1826 vol. in-8, Pari?,(1 1861) j'avais considéré celle Bythinella comme une Bytliinia « sur la valeur laquelle n'avons une opi-spécifique de nous pu former nion précise », avais-je dit, parce qu'à cette époque, n'ayant pas étudié, comme l'ai fait depuis, toutes les séries génériques desje Paludinidées, je n'avais pas adopté le genre Bythinella, qui, du reste, n'avait encore élé admis par aucun auteur.