Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

« Gestion halieutique et littorale au Sénégal : entre communautés ...

De
14 pages

« Gestion halieutique et littorale au Sénégal : entre communautés ...

Publié par :
Ajouté le : 11 juillet 2011
Lecture(s) : 0
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

Gestion halieutique et littorale au Sénégal : entre communautés de pêcheurs, « collectivités territoriales et État quelles appropriations des OMD? » NIANG NDEYE ASTOU niangastou@yahoo.frFRANCE.
Résumé La pêche artisanale est l’une des principales activités économiques génératrices de revenus du Sénégal, avec plus 200 milliards de F CFA (360 millions d'euros) de devises par année. Elle constitue la principale source d’apports en protéines (70%) des populations et capitalise plus de 600 000 emplois directs. Mais le secteur est en crise, avec la baisse des prises de certaines espèces nobles et l’épuisement des stocks des zones de pêche, situation qui entraîne une baisse des revenus des pêcheurs. La non application de la réglementation du code de la pêche, une gestion des ressources halieutiques quasi inexistante au niveau national et local, expliquent en partie cette situation. La diminution de la taille des espèces capturées, le manque d’encadrement des acteurs, l’accès libre à la ressource, l’importance des licences de pêche industrielles distribuées aux partenaires internationaux, constituent d’autres éléments de cette crise. Comme facteur aggravant, on constate une surexploitation et une dégradation des zones par des techniques de pêche nocives comme les mono-filaments. Ces facteurs conjugués montrent bien les contraintes de développement de la pêche artisanale et la gestion efficiente des ressources halieutiques sur le littoral sénégalais. L'Etat a cependant pris conscience de l'état de la surexploitation de la ressource et de l'urgente nécessité de mettre en place des stratégies de gestion impliquant sociétés côtières et collectivités territoriales. Ainsi le Sénégal s’est engagé à appliquer l’OMD sur le développement durable et la gestion des ressources naturelles au secteur de la pêche. Ainsi plusieurs actions en vue de la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement commencent à se faire sentir dans le secteur de la pêche et de la gestion durable des ressources halieutiques. Cette prise de conscience est à l'origine de la création des cinq aires marines protégées du Sénégal, créées par décret du n° 2004-1408 du 4 novembre 2004. Ces aires couvrent au total une superficie de 82500 ha. Elles concernent les sites de Saint-Louis, Kayar, Joal, les Îles du Saloum, Abéné. Elles sont destinées à l'aménagement de pêcheries et la protection des zones de reproduction des ressources halieutiques. Il semble donc nécessaire de se poser des questions sur les acquis et les limites de l’application des OMD au secteur de la pêche et de la gestion des ressources halieutiques au Sénégal. Quelle est la manière la plus efficace de gérer les ressources halieutiques au Sénégal : faut-il entièrement transférer cette compétence aux collectivités locales ? Comment mettre en place une gestion concertée efficace entre Etat et collectivités intégrant les normes internationales de durabilité environnementale décrites dans l’OMD 7, sans perdre les acquis et les adaptations longuement élaborés par les communautés de pêcheurs du Sénégal ? Mots clés : Littoral sénégalais, Pêche artisanale, les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), Développement durable, Gestion des ressources halieutiques.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin