Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le tourisme sexuel

De
5 pages

Le tourisme sexuel

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 150
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

Un nouveau colonialisme
Le tourisme sexuel
Fondation Scelles – mars 2005
Le "tourisme sexuel" est une des formes contemporaines du pillage des pays pauvres. Il procure des femmes et enfants à bon marché aux hommes des pays riches. Les corps sont un nouveau territoire à coloniser.
"Tourisme sexuel" est une expression peu satisfaisante. Exploiter le corps des plus pauvres ne devrait en rien être assimilé à une forme de tourisme. Selon l'Organisation Mondiale du Tourisme (O.M.T.), le tourisme doit être un facteur de rapprochement entre les peuples, de compréhension, de prospérité et de paix. Tout ce que dévoie le "tourisme sexuel".
Il y aurait, selon Unicef, 200 000 adeptes du tourisme sexuel qui n'épargne aucune région, riche ou pauvre. Les sexe-touristes viennent des Etats-Unis, du Canada, d'Europe, du Japon, d'Australie, de Chine... 4 touristes sur 10 se rendant en Thaïlande sont seuls. Une petite minorité viennent en circuit du sexe organisé. La majorité voyagent en indépendants, en circuit classique, ou en voyage d'affaires. Ils sont issus de toutes les classes sociales.
Le tourisme sexuel tient une part de plus en plus grande dans la prostitution enfantine. Selon l’UNICEF, près de 3 millions d’enfants seraient victimes d’exploitation sexuelle commerciale chaque année. Ce type de tourisme à caractère pédophile est en forte hausse en Asie. Loin de chez eux, de bons pères de famille européens ou américains achètent pour une bouchée de pain les fillettes pauvres, nantis de toutes les justifications. Certains n'ont pas l'intention au départ d'exploiter des enfants; mais le fait est qu'un grand nombre d'entre eux finiront par le faire au cours de leurs voyages. Ce tourisme exploiteur d'enfants est de loin le plus stigmatisé. Les réseaux pédophiles se déplacent en fonction des politiques répressives des Etats.
Les causes du phénomène
De nombreux facteurs économiques, sociaux, culturels et politiques participent de l’ampleur du tourisme sexuel. Le sous-développement, notamment les défaillances des systèmes éducatifs ainsi que les conséquences d’une urbanisation mal maîtrisée, constituent un terrain favorable à l’exploitation sexuelle. Par ailleurs, le maintien de cultures traditionnelles patriarcales et sexistes rend les femmes particulièrement vulnérables, tandis que l’idéologie consumériste occidentale tend à minimiser la gravité du phénomène.
De plus, le tourisme sexuel représente pour les organisations criminelles un commerce hautement lucratif. Il s’agit d’une véritable industrie, pesant près de 5 milliards de dollars. Claire Brisset, Défenseure des droits des enfants, dénonce « l'extrême puissance des mafias du tourisme sexuel".
Enfin, il faut tenir compte des responsabilités politiques des pays « émetteurs» comme des pays de destination. Ainsiles premiers ont-ils délibérément favorisé l’exploitation sexuelle dans le cadre de leur politiques coloniales et militaires. C’est notamment le cas de la mise en place de «maisons de réconfort » en Asie du Sud-Est auprès des bases militaires japonaises dès les années 1930 et durant © Fondation Scelles – 20051 Ces fiches sont librement utilisables avec mention de copyright.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin