//img.uscri.be/pth/82db6fb5f226e021e78605eb45250420a334dbec
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les pays en développement face à la mondialisation

16 pages

Les pays en développement face à la mondialisation

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 706
Signaler un abus
Les pays en développement face à la mondialisation
au cours es ern res ann es a amen s nter-roger sur les bienfaits de la mondialisation, en par-ticulier dans sa dimension financière. Par ailleurs, l’aggravation apparente des inégalités entre pays riches et pays pauvres est de plus en plus fré-quemment imputée au mouvement de mondiali-sation qui profiterait à un groupe limité d’écono-mies dans le monde. L’hostilité ouverte au processus de mondialisation, qui s’est manifestée à l’occa-sion de la conférence de Seattle en novembre 1999, témoigne de ce type de convictions. Plusieurs considérations théoriques suggèrent que les économies en développement ont intérêt à participer plus activement à la mondialisation. Cependant, cette dernière impose des ajustements complexes et coûteux qui suscitent des craintes fondées. Alors que les résistances à la mondiali-sation se multiplient et que le risque d’un retour en arrière est de plus en plus fréquemment évo-qué, le moment semble venu de faire le point sur ces diverses questions. Après un bref examen de la réalité de la mon-dialisation pour les PED, ce chapitre s’efforcera de préciser ce que les économies en développe-ment peuvent espérer de ce processus, mais aussi
1.
1. La mondialisation se traduit par un maillage extrêmement serré des activités économiques au plan international et par des structures d’inter-dépendance accrue. Ce mouvement s’est appuyé sur la libéralisation des politiques économiques, sur une accélération des progrès techniques en matière de transports et de communications et sur l’internationalisation croissante des activités des entreprises. Il a en outre de fortes chances de se confirmer au cours des prochaines années, sous l’effet combiné de la poursuite de la libéralisation des échanges commerciaux sous l’égide de l’OMC et des flux de capitaux, mais aussi de la chute des coûts de trans-ports, et du maintien de la dynamique de libéralisation et de privatisa-tion.