La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Contes de Noël par Josette par Josephine Marchand Dandurand

De
39 pages

Contes de Noël par Josette par Josephine Marchand Dandurand

Publié par :
Ajouté le : 08 décembre 2010
Lecture(s) : 122
Signaler un abus
Project Gutenberg's Contes de Noël par Josette, by Madame R. Dandurand This eBook is for the use of anyone anywhere at no cost and with almost no restrictions whatsoever. You may copy it, give it away or re-use it under the terms of the Project Gutenberg License included with this eBook or online at www.gutenberg.net
Title: Contes de Noël par Josette Author: Madame R. Dandurand Release Date: July 26, 2004 [EBook #13024] Language: French Character set encoding: ISO-8859-1 *** START OF THIS PROJECT GUTENBERG EBOOK CONTES DE NOËL PAR JOSETTE ***
Produced by Renald Levesque and La bibliothèque Nationale du Québec
CONTES de NOËL
par
JOSETTE
AVEC UNE PRÉFACE
de
LOUIS FRÉCHETTE
PRÉFACE Voici notre petite bibliothèque canadienne qui s'enrichit aujourd'hui d'un nouveau volume; et, chose assez insolite chez nous, ce volume est signé d'un
nom de femme. La signature était-elle bien nécessaire cependant pour accuser cette particularité? Non. Car, autant le pseudonyme de Josette voile peu la gracieuse personnalité qu'il a la prétention de couvrir, autant la féminité—pour me servir d'un néologisme mis à la mode par les psychologues du jour—autant la féminité de l'auteur se trahit à chaque page, je pourrais dire à chaque phrase, dans des légèretés de dessin et des fraîcheurs de teintes, que l'homme au pinceau le plus délicat ne parvient presque jamais à atteindre. Tournures câlines, sous-entendus discrets, colloques semés d'incohérences enfantines, petits mots doux et tendres comme des baisers, tout révèle la femme, la femme jeune et aimante, dont—pour les bébés surtout—la main est une caresse, le bras un oreiller, la voix une chanson d'amour. En lisant ces bluettes,—car il s'agit de simples bluettes, de contes si vous aimez mieux,—on s'arrête malgré soi devant tel détail saisi sur le vif, telle nuance finement observée, telle vague ébauche dont les contours perdus laissent deviner quelque délicieux profil; et l'on s'avoue in petto qu'un doigt de femme pouvait seul crayonner avec cette souplesse, qu'on dirait inconsciente. En effet, ce qui caractérise peut-être plus que toute autre chose le style de l'intéressant petit volume que je suis chargé de présenter au lecteur, c'est une absence de toute recherche, une facilité naturelle, une allure indépendante et prime-sautière, qui donnent l'impression de quelqu'un laissant courir sa plume sur le papier sans le moindre effort, sans aucunement s'inquietter de bien dire, et sans s'en douter le moins du monde racontant merveilleusement des choses charmantes. Car ils sont tout pleins de choses charmantes, ces petits Contes de Noel qui respirent tant de suavité naïve, et qui évoquent autour de vous tout un essaim de souvenirs ailés papillonnant à votre oreille avec les échos des vieux chants d'église et des joyeux carillons d'autrefois. Ils vous bercent. Ils vous rajeunissent. Ils ressuscitent sous vos yeux mille figures lointaines, mille horizons oubliés. Ils vous chuchotent je ne sais quelles ressouvenances qu'on écoute le coeur attendri, et quelquefois même avec une larme tremblante au bout des cils. Pour ma part, j'ai passé une heure bien douce à parcourir ces pages toutes vibrantes d'émotions intimes, et je suis heureux que l'auteur me permette de lui en offrir ici même mon remercîment sincère avec mes confraternelles félicitations.
Toute jeune encore, depuis trois ou quatre ans déjà, la charmante conteuse s'était fait remarquer dans la presse; et plus d'une fois ses jolies nouvelles, toutes empreintes d'un rare cachet de distinction, avaient attiré l'attention de ceux qui, parmi nous, cultivent les lettres ou s'occupent des choses de l'esprit. Il y a quelques mois à peine, à Québec, elle révélait son talent pour la scène dans une petite pièce dont le succès fut éclatant. Ces débuts pleins de promesses, elle les confirme aujourd'hui par un premier volume, qui n'est sans doute que la première perle de tout un écrin. Les qualités d'écrivain dont elle y fait preuve lui donnent droit à une place marquante dans notre petit monde littéraire; et, s'ils me permettent de me faire ici leur interprète, je crois pouvoir lui offrir, au nom de mes confrères de la plume, la plus sympathique et la plus cordiale bienvenue. Tous s'empresseront même, j'en suis sûr de lui céder un siège d'honneur, à une condition cependant—et cette condition, la voix du patriotisme l'impose —c'est que ce premier ouvrage soit bientôt suivi de plusieurs autres. Pour ma part, je lui dirai en lui tendant la main: —Madame, vous êtes maintenant débitrice d'un créancier qui a le droit d'être impitoyable, parce qu'il parle au nom de tous, le Public. Vous avez écrit les Contes de Noël. Tant pis pour vous: Noblesse oblige. LOUIS FRÉCHETTE.
TABLE DES MATIÈRES.
Noël au pays. Hier et Demain Le rêve d'Antoinette Le Jour de l'an Noël Le Jour de l'an au Ciel Histoire de deux Serins Le dernier Biberon
NOËL AU PAYS
On est à la Noël. Partout dans la campagne, sur la vaste étendue, les longues routes blanches sont constellées. Entre leur bordure verte de sapins,—ces
bouées fleuries, guides du voyageur dans la plaine immense et nivelée par l'hiver,—on les voit courir et se croiser à travers les champs combles.
Et c'est comme une procession, ce long cortège de traîneaux venant de toutes parts, s'acheminant tous vers l'église du village.
La rosse qui les tire, indifférente au froid comme à la gravité de l'heure, trotte sans hâte, d'un pas égal et rythmé.
De ses naseaux l'haleine s'échappe en fumée lumineuse; mais cette ressemblance lointaine avec les coursiers olympiens, dont les narines flamboyantes lancent des éclairs, en est une bien trompeuse cependant, car, voyez la pauvre bête—par exemple la dernière là-bas, avec cette lourde charge—les ardeurs guerrières sont depuis longtemps mortes en sa vieille charpente.
D'un contentement égal elle porte au marché les poches pleines, ou, comme en ce moment, la famille à la messe de minuit.
Le pauvre cheval n'est pas né du printemps.
Cette demi-douzaine de marmots qu'il traîne là, et d'autres encore qu'on a laissés à la maison, s'il ne les a pas vus naître, du moins les a-t-il tous, chacun à son tour, menés à l'église petits infidèles, pour les en ramener petits chrétiens.
L'histoire de ces vieilles bêtes est celle de leur maître.
Jeune et fringant, le bon animal brûla jadis le pavé pour conduire chez "sa blonde" le père d'aujourd'hui. Et, depuis, ils cheminent ensemble dans la vie, se supportant réciproquement, travaillant côte à côte, indispensables l'un à l'autre, se retrouvant toujours aux heures solennelles, aux moments d'urgence, moments où le plus humble des deux devient parfois le principal acteur.
Quand il s'agit, par exemple, de longues courses pressées, l'hiver, par les chemins débordés, au milieu de la "poudrerie" que soulève l'aquilon; l'automne, quand le pied s'embourbe et se dégage avec peine dans les sentiers boueux, et l'été sur les routes sans ombrage.
Élément obligé des joies de la famille, il conduit aujourd'hui "les enfants" à la messe de minuit; cette fête unique pour les petits et les simples; fête mystérieuse où ils retrouvent dans la touchante et poétique allégorie de la Crèche, la reproduction tangible, comme une incarnation des choses vagues et douées, du merveilleux qu'ils voient parfois flotter dans les rêves de leur sommeil paisible ou dans les fantaisies de leur imagination naïve.
Les deux plus jeunes de ces six heureux, enfouis, émus et recueillis, dans le fond du traîneau, y viennent pour la première fois.
Tandis que le père, dès qu'on est arrivé descend le premier et se met en devoir de tirer les petits de l'encombrement des "robes", le plus grand saute à terre pour jeter la meilleure et la plus chaude peau sur la bête qui fume. Et pendant qu'on l'attache, les mioches, rangés sur le perron de l'église, engoncés, raides
comme des mannequins dans leurs gros vêtements "d'étoffe du pays", regardent et se disent tous bas: —Pauvre Bidou, il ne verra rien! Puis on les pousse dans le vestibule, où la main paternelle enlève de leur tête, la "tuque" de laine profondément enfoncée. Les cheveux suivent le mouvement, et demeurent tout droits, hérissés. Qu'importe! les petits hommes, le coeur serré, ne quittent pas des yeux le chef de famille, prêts à obéir au premier signe. A peine osent-ils passer en hâte leur grosse mitaine au bout de leur nez et sur leurs yeux où le froid a mis des larmes. A travers la lourde porte on perçoit quelque chose de doux et de troublant, quelque chose d'exquis comme un chant pour endormir les anges. Soudain cette porte s'ouvre toute grande et les marmots extasiés, le regard attaché sur les mille feux de l'autel, avancent inconsciemment, marchent comme dans un rêve, jusqu'à ce qu'on les retienne par leur habit. Tandis que la foule s'agenouille et s'incline autour d'eux, ils restent debout, sans mouvements, absorbés par la vue de la grotte de sapins, cristallisée de sel, représentant la neige sous laquelle gît, presque nu, le Petit-Jésus tout blanc, tout mignon, tendant les bras en souriant aux fidèles qui l'adorent. Certes, il ne fait pas chaud dans l'église; l'haleine y monte comme l'encens, en spirales blanches, vers la voûte noire. Aussi, malgré la présence du boeuf et de l'âne autour de la crèche, les petits gars se disent-ils en eux-mêmes que cela leur semble bien insuffisant. Ils craignent beaucoup que le bon Jésus ne grelotte, aussi légèrement vêtu. Mais il y a là la sainte Vierge toute sereine, presque souriante; elle s'en apercevrait bien, elle, puisqu'elle est sa maman, n'est-ce pas, s'il avait trop froid. Qu'importe! voilà saint Joseph avec un grand manteau rejeté en arrière et dont il n'a que faire... S'il le lui mettait, ça ne serait pas de trop assurément! Mais non pourtant... Cela doit être. Il faut que l'adorable Jésus souffre pour les hommes... afin d'expier leurs péchés! On leur a souvent raconté cela. Mais pourquoi les vilains hommes ont-ils fait des péchés? Leur coeur se soulève, s'emplit soudain d'une grande indignation. Un violent désir de venger le Petit-Jésus les saisit. Des gros mots—les plus énergiques de leur vocabulaire enfantin—d'éloquentes invectives leur montent aux lèvres pour flétrir les ingrats qui lui font tant de mal. Ils vont le prendre et l'emporter. Ils vont le mettre dans leur lit; eux coucheront à terre plutôt! Ils vont le couvrir de tout ce qu'il y a de chaud et de moelleux dans la maison!... L'on verra bien ensuite si les méchants oseront venir le leur ôter!...
Et les pauvres innocents, navrés, tout frémissants de la tempête qui vient de passer en eux, reniflent tout bas, pris d'une grosse envie de pleurer. Tout à coup la musique cesse. C'est comme si une main brusque chassait leur rêve en les réveillant brutalement. La grotte de sapins s'emplit d'ombres, et au milieu d'un vilain brouhaha, on les entraîne dehors où le vent glacé les soufflette au visage. Sans un mot ils se laissent tasser, encapuchonner, envelopper dans les fourrures, sentant gronder en eux une sorte de mauvaise humeur rageuse qui se fond bientôt en un immense besoin de dormir. A la maison on les sort de leur nid comme des sacs de farine—par les deux bouts. On les déshabille, on les couche sans qu'ils en aient conscience, sans qu'ils prennent même part à ce fameux réveillon dont ils ont vu les apprêts alléchants, et qui devait, dans leur espoir d'hier, couronner si délicieusement la fête. Leurs nerfs agités se reposent, dans un sommeil de plomb, de la secousse qu'ils ont subie. Et ce sera demain le débordement des impressions, les emportements, les questions sans nombre, l'adorable histoire enfin des âmes neuves s'ouvrant une première fois à la perception des choses de la vie. Et, certes, sous quel plus pur et plus chaud rayonnement que celui de la crèche divine; à quelle plus belle aurore pouvait s'opérer cette fraîche éclosion! Vive Noël toujours pour les mignons et les innocents!
HIER ET DEMAIN
Un conte du jour de l'an pour le grand monde.
J'avais comme de coutume suspendu un bas de ma plus longue et plus belle paire à mon clou particulier... Sur un pan du mur de notre grande "Nursery", depuis bien desjours de l'an, six clous réservés à l'usage antique et solennel restaient alignes. Ils y sont même encore, quoique la "nursery" ait perdu son nom et son utilité. Ils y sont encore—persistants comme les bons souvenirs—accrochant parfois au passage le bout flottant d'un ceinturon, la dentelle d'une manche qui les effleure, comme pour remendier un peu de l'intérêt de jadis.
Comme on devient maussade et moralisateur en vieillissant!
Ces clous innocents, qui faisaient autrefois battre mon coeur impatient d'une joie sans bornes comme sans mélange, me font m'arrêter maintenant toute rêveuse et philosophante.
Je les recompte sur le mur, pensant que tout cela c'est fini, songeant aussi que l'un de leurs propriétaires n'y est plus, ne reviendra jamais, etc. Bien d'autres idées se mettent à me passer dans l'esprit et je reste immobile, là, au milieu de la pièce, regardant fixement..., nulle part.
C'est que ces six clous en content, des choses!
Cela chante la poésie, la candeur de l'enfance, au milieu d'un entourage qui accuse l'expérience, la maturité des sentiments, qui trahit jusqu'à la transformation graduelle des aspirations chez les bébés grandis.
On voit ça et là des livres, des portraits, divers articles parlant tous le langage d'un autre âge.
Et, devant le contraste de ces deux époques, l'on se demande laquelle vaut le mieux?
Au temps que je suspendais mon bas, je n'aurais voulu pour rien au monde perdre mes chères superstitions. Je croyais àSanta Claus 1avec fanatisme.
Note 1:(retour)Manière de désigner Saint Nicholas, que le contact anglais a fait passer dans nos habitudes.
Que ses desseins impénétrables, que ses dons mystérieux m'inspiraient donc de rêves fantastiques, de conjectures délicieuses!
Et mon ingénieuse ignorance me laissait supposer des trésors enfouis en des sphères féeriques, que des notions plus positives m'ont depuis fait oublier!
Aussi l'on ne saurait se figurer quelle mélancolie, quel vide se produisit dans mon âme, quand ces adorables chimères commencèrent à me paraître moins vraisemblables!
Je résistai quelque temps à la désillusion; je retins, comme malgré eux, les bien-aimés fantômes qui voulaient s'enfuir.
Lutte inutile! Il m'eût fallu, pour garder ma foi naïve, mes rêves chéris, fermer mes oreilles et mes yeux, arrêter les recherches de ma raison curieuse, oublier les leçons journalières de l'expérience, toutes choses qui voulaient voir, entendre, déduire avec une ardeur désespérante.
Je vis, j'entendis, je raisonnai tant qu'un bon jour je sentis avec douleur qu'il me fallait faire mes adieux à mon pauvreSanta Claus.
C'était ingrat et ridicule; la dette de reconnaissance que j'avais accumulée, toutes les effusions, les joies du passé, tout cela était donc absurde et faux?... J'en voulais aux autres de m'avoir trom ée... En somme, e me sentais fort
malheureuse; le monde me semblait bien morose, bien insignifiant! Le coup décisif arriva ainsi: Ce soir-là, malgré mes doutes, j'avais fait comme les autres, car il y avait derrière moi tout un petit peuple encore crédule que je regardais avec un mélange d'ironie et d'envie. —Après tout.. qui sait? argumentai-je en moi-même, c'est peut-être toujours . vrai... Le bon Dieu est bien bon, et si puissant! Qu'est-ce qui empêche qu'il envoie lui-même, directement, son expert et fidèleSanta Claus, distribuer les récompenses à ses petits enfants? Du reste, je vais bien voir. Mes yeux veilleront plutôt toute la nuit. Il faudra enfin que cela s'éclaircisse! S'il en vient un autre que l'envoyé du ciel, il ne m'échappera pas celui-là! Ma surveillance d'ailleurs ne faisait pas que de commencer à s'exercer. Toute la journée, moi-même, j'avais voulu être portière. Les allants et venants, les paquets petits et gros, les colloques suspects, tout fut noté avec soin, sans trahir pourtant d'indices révélateurs. Mon scepticisme pâlissait; mes illusions reprenaient vigueur. —Je vais bien voir! me répétais-je tandis qu'on emportait la lumière, que les innocents qui m'environnaient se mettaient à ronronner et à marmotter des choses inintelligibles en leurs rêves d'or, je vais bien voir! Mon Dieu qu'il en coûte de voir quand il fait nuit, que la pendule vous berce obstinément de son monotone tic-tac, que le sommeil caresse doucement le bord de vos paupières, engourdit sans bruit vos pensées! Mon Dieu, que c'est difficile de ne pas oublier son inébranlable détermination, de ne pas céder à la persuasive et commode logique du consolant Morphée! J'y mis pourtant toute mon énergie; ma vigilance ne s'était pas ralentie pour la peine d'en parler, au moment où, vers minuit, l'on vint mettre dans le corridor la veilleuse dont une lueur se projetait justement sur la rangée de nos bas encore vides. —Je vais bien voir! fis-je avec un redoublement d'anxieuse émotion... Rien d'inusité ne se passe. Quelqu'un qui rentre dans sa chambre, un silence profond, prolongé... Tout plaide en faveur deSanta Claus. J'écoute encore... rien... Je me rassure, ma tête inquiète et tendue retombe souriante sur l'oreiller; tous les chers fantômes rentrent en se bousculant joyeusement dans mon cerveau rasséréné. Santa Claustriomphe. II s'avance déjà dans mon rêve, radieux, courbé sous un fardeau monstrueux, riant malicieusement dans sa longue barbe blanche de givre et d'antiquité. Oh, le beau moment!
Je savais bien que ces gens-là mentaient qui disaient avec de mauvais sourires: —Il n'y a pas deSanta Claus! Est-ce que le bon Dieu se mêle de cela?... On a beau dire, personne ne devine si bien nos souhaits et nos désirs intimes pour cacher adroitement dans nos bas juste les choses que nous voulons. Cher vieil ami! J'aurais voulu lui sauter au cou tant je le trouvais bon d'être revenu! Oh! il devait bien avoir dans ce grand sac, de beaux patins pour moi! Je les lui avais demandés avec tant d'instances! Avais-je dormi longtemps quand un bruit soudain me fit ouvrir les yeux? Je l'ignore. C'était un son métallique qui m'avait réveillée. Avant d'avoir pu recueillir mes esprits et de m'être rendu compte de ce qui arrivait, j'avais vu l'ombre du nez paternel effleurer rapidement la muraille; j'entendis en même temps le battement d'une pantoufle qui retraitait en hâte.... C'en était fait à jamais de mes rêves merveilleux. Ils s'étaient effacés avec l'ombre susdite!.... II n'y eut, pour me consoler de la décevante réalité, que les patins que je trouvai dès l'aube, gisant sous mon clou particulier et dont la chute intempestive m'avait si douloureusement éclairée sur le prosaïsme des choses d'ici-bas. Que de cruelles leçons m'a depuis données la vie, sans avoir pu épuiser pourtant mon fonds de poétiques illusions, tant on en amasse en ces folles années de l'enfance. En l'honneur de ce premier de l'an, à ceux qui m'ont lue, je souhaite, comme récompense, de n'avoir pas trop d'oreilles pour les sinistres avertissements de cette vieille blasée qu'on nomme l'Expérience. Libre à eux de ne pas croire à Santa Claus; mais au moins qu'ils lui trouvent des adeptes en leurs petits enfants, en reconnaissance des grandes joies dont nous lui avons tous été redevables.
LE RÊVE D'ANTOINETTE
À ma nièce.
Quatre fois j'ai vu, quand c'était le printemps, les grosses branches noires se revêtir de feuilles, et, fières de leur nouvelle toilette, l'agiter avec un gai froufrou en se pavanant au-dessus de ma tête, et les oiseaux tout joyeux revenir endormir leurs etits dans les berceaux de mousse neuve, au milieu des
feuilles fraîches. Quatre fois j'ai vu, suspendues aux arbres, les corbeilles renouvelées de fleurs blanches et roses que le petit Jésus y accroche au mois de mai. Quatre fois aussi, depuis ma naissance, le tapis blanc de l'hiver s'est étendu sur la terre nue et laide pour la cacher à nos yeux attristés.... J'ai bien hâte de vous faire part de ce qui me préoccupe; mais je tenais à vous dire cela auparavant, afin de vous donner une idée de mon âge. Le calcul n'est pas difficile, et si vous êtes un peu perspicace, vous avez deviné que j'ai eu mes quatre ans au mois de juillet dernier.... C'était la veille du jour de l'an; il s'agissait pour maman de m'amener à la ville pour m'acheter une coiffure... Le petit frère malade l'avait empêchée de s'en occuper plus tôt. Le détail peut paraître futile, mais il est très important. La suite de mon récit le prouvera. A deux heures, j'étais habillée, mais d'une drôle de façon! Ne trouvez-vous pas —Je le demande aux personnes de mon âge—que les mères ont une tendresse bien chaleureuse? Je l'appelle ainsi, parce que leur sollicitude et leur frayeur du froid les portent à nous emmitoufler de manière à nous faire périr par un excès pour éviter l'autre. Je ris beaucoup quand, au moment de partir, je m'aperçus dans la glace. Un vrai peloton de laine!... De mes boucles blondes, pas une n'avait osé s'échapper sous le triple tour du nuage bleu qui m'enveloppait la tête. Mon nez, enfoui dans tout ce lainage, paraissait si peu, que c'était à faire croire que je n'en avais pas. On ne m'avait laissé que les yeux de libres, car on savait que cela me ferait tant de peine de ne rien voir... C'était déjà assez triste de ne pouvoir parler!... Ma bouche, il ne fallait pas y songer! Elle avait assez à faire de respirer à travers tout ce qui la couvrait. Enfin nous montons en voiture; puis, glin! glin! les grelots résonnent, et nous glissons vite sur la neige unie. Oh! que de jolies choses partout! Des équipages par centaines, de belles dames, des petits enfants drôlement encapuchonnés comme moi!... Et, dans les vitrines, que de merveilles! Des chevaux superbes qui semblent attendre leur maître; à côté, des familles de poupées, les bras tendus et les yeux grands ouverts, comme pour appeler et chercher leurs petites mères parmi tous les enfants qui défilent devant elles. A la fin, la voiture s'arrête, et Jacques, me prenant dans ses bras, me dépose
sur le seuil d'un grand magasin. Une demoiselle, habillée de noir, avec beaucoup de colliers et des cheveux frisés qui lui descendent dans les yeux, s'avance vers nous. A la demande de maman, elle nous apporte plusieurs bonnets qu'on commence à m'essayer. Je n'ai pas besoin de vous dire que je profitai de ce moment de liberté pour raconter tout ce que j'avais vu! Après m'avoir mis, ôté et remis bien des choses plus ou moins pyramidales, il se trouva qu'une certaine coiffure, que la demoiselle en noir appelait très à la mode, sembla plaire davantage. —Combien? —Cinq piastres seulement! fit la demoiselle frisée, avec un air très aimable et d'un ton engageant—un peu comme Marguerite quand elle veut me coucher et que je n'ai pas sommeil. Petite mère ouvrit des yeux plus grands que d'ordinaire. —C'est bien cher! —Remarquez que la peluche de soie est très dispendieuse, Madame, observa la marchande avec dignité, en flattant le bonnet sur ma tête, comme on caresse un petit chat. Celle-ci est de qualité supérieure.... Puis, cela va si bien à votre joli bébé! continua-t-elle en se penchant pour me voir... Et c'est chaud. Cela couvre entièrement les oreilles... Elle dit encore beaucoup de choses en tournant et retournant le bonnet très à la mode. Pendant ce temps, maman versait sur la table un grand nombre de sous blancs que la demoiselle frisée donna à un monsieur en lui disant: Cache!2 Note 2: (retour)Cash, mot usuel dans le commerce canadien, pour appeler les préposés à la caisse qui font la monnaie. Elle avait peur que nous ne les reprissions, probablement. Je ne puis vous dire tout ce que je vis d'étonnant dans cet après-midi! J'étais fatiguée de tant regarder, et me sentis presque heureuse quand maman monta dans la voiture une dernière fois en disant à Jacques de nous reconduire chez nous. Une multitude de lumières brillaient partout. Les rues étaient remplies de monde, de voitures, et de bruit. Tout à coup, à l'angle d'une rue, au milieu d'une foule de personnes qui passaient en riant et parlant très haut, que croyez-vous que j'aperçus?... Une maman très vieille, avec sa petite fille, appuyées au mur d'une grosse maison.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin